AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André Markowicz (Traducteur)
ISBN : 2869433255
Éditeur : Actes Sud (30/01/1992)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Comédie en deux actes écrite avec ironie sur une certaine caste de marchands et de petits nobles. Kapilotadov, conseiller surnuméraire, cherche un parti à épouser, mais Agafia, la fiancée proposée, a foule de prétendants...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nastasia-B
  27 octobre 2012
Pourquoi le cacher ? J'ai un faible pour Nicolaï Gogol.
J'adore sa verve pleine d'ironie et de fiel à l'endroit des fonctionnaires, des petits bourgeois et, de façon générale, à tous ceux qui veulent péter plus haut que leur cul.
Ici, dans cette petite pièce loufoque en deux actes, il sait être drôle comme à son habitude. Je n'y ai pas toutefois retrouvé toute la splendeur et le magnétisme qu'il sait parfois exercer sur moi au travers de ses oeuvres si savoureuses.
Comme nous le dit le sous-titre, il s'agit ici d'une « aventure parfaitement invraisemblable », certains diront même, gratuite, bref, un prétexte à écharper ceux qu'il aime à ridiculiser et qui sont ses cibles favorites.
Je tiens à préciser que cette nouvelle traduction d'André Markowicz pour Actes Sud est bien la même pièce que celle qui apparaît sous le titre « Hyménée » dans l'édition de la Pléiade de traduction plus ancienne.
C'est aussi l'occasion de préciser qu'André Markowicz a tenté de reproduire l'effet comique ou grotesque produit, dans la version russe, par les noms des personnages et qui est fatalement perdu en français. Voilà pourquoi il ne faut pas s'étonner des noms différents des mêmes personnages dans les différentes traductions.
En deux mots, Kapilotadov, un fonctionnaire bon à rien et ayant un emploi fictif songe mollement à se marier et recourt aux services d'une marieuse professionnelle en la personne de Fiokla.
Celle-ci prétend lui avoir débusqué la perle rare, une certaine Agafia Agafonovna. Kapilotadov qui semblait plus amusé par le fait de discourir des qualités et mérites de fiancées potentielles que par l'augure d'une mariage effectif se retrouve tout chamboulé lorsque l'heure arrive de rencontrer sa Dulcinée en chair et en os.
Un ami de Kapilotadov, Plikaplov fait irruption et décide de congédier la marieuse et de conclure manu militari ce mariage entre Agafia et son ami trop indécis.
Le hic, c'est que Fiokla a bien fait son travail et qu'une demi-douzaine de prétendants se massent à la porte de la promise.
Celle-ci devra donc faire son choix parmi ce fretin, menu et gros, que Gogol prend un malin plaisir à ridiculiser ; commerçants, fonctionnaires, militaires, les compliments pleuvent de toutes parts.
Dans ce ridicule cortège, Plikaplov joue des coudes pour Kapilotadov et, pied à pied, gagne du terrain pour son poulain en évinçant les gêneurs...
Je vous laisse jouir de la chute si vous ne la connaissez pas. Sachez néanmoins que cette pièce n'est pas à mon sens la meilleure de son auteur, quoique très drôle par moments. On ne sait trop où Nicolaï Gogol veut en venir et c'est un peu dommageable pour l'impression d'ensemble.
Il demeure cependant un très bon moment à passer, en tout cas, voilà mon avis, certes, ce n'est pas grand-chose, mais je vous le donne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
ptiteComete
  21 décembre 2012
Tous les romans et nouvelles de Gogol sont fantastiques. À lire absolument.
Commenter  J’apprécie          00
ptiteComete
  21 décembre 2012
Tous les romans et nouvelles de Gogol sont fantastiques. À lire absolument.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   03 novembre 2012
PLIKAPLOV : Regarde les choses en face : qu'est-ce que tu gagnes à être célibataire ? Regarde-moi ta chambre. Eh bien, qu'est-ce que tu vois ? Tiens, une bottine sale et solitaire, une cuvette, un tas de tabac sur la table, et toi-même, tu restes là, comme un loir, à attendre le dégel.
KAPILOTADOV : Ça, c'est vrai. Je suis un peu désordre, il faut dire ce qui est.
PLIKAPLOV : Pourtant, sitôt tu seras marié, tu ne te reconnaîtras plus, ni rien de ce qui t'entoure : ici, tu auras ton divan, avec un petit clebs, un piaf, là, dans sa cage, un ouvrage de dame...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Nastasia-BNastasia-B   27 octobre 2012
On avait des officiers d'Angueulterre avec nous ; des gens, vous comprenez, comme vous et moi, des marins ; d'abord, c'était très surprenant : on ne se comprenait pas — mais après, on a bien lié connaissance, on se parlait librement ; on montre, par exemple, un verre, ou une bouteille, comme ça — ils savent tout de suite que ça veut dire à boire ; on met son poing contre sa bouche et on dit juste avec les lèvres : pff-pff — ils savent qu'on veut fumer une pipe. Vous savez, au fond, c'est une langue très facile, nos marins se comprenaient parfaitement en quelque deux trois jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nastasia-BNastasia-B   29 octobre 2012
FIOKLA : Lève-toi, puisqu'on est de bon matin, viens la regarder.
KAPILOTADOV : Là, maintenant ? Tu ne vois pas comme le ciel est gris ?... Si je sors et qu'il pleut...
FIOKLA : Tant pis pour toi ! T'as le cheveu blanc qui te pend au nez — bientôt, tu vaudras plus tripette pour les choses du mariage. Un conseiller surnuméraire, voyez-vous l'oiseau rare ! (...)
KAPILOTADOV : Quelle folle ! Attends que je me regarde dans la glace ; où tu l'as vu, le cheveu blanc ? Holà Stepane, un miroir ! Ou non, attends, j'y vais tout seul. Jésus, tout mais pas ça. C'est pire que la vérole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nastasia-BNastasia-B   26 octobre 2012
J'en connais un ; le plus bel homme qui soit, des joues grosses comme ça ; il geignait tellement, il embêtait tellement son chef pour qu'il l'augmente que l'autre a fini par perdre patience — il lui a craché en pleine figure, eh oui ! " La voilà, ton augmentation, il lui a dit, fiche-moi la paix, avec ta sale gueule ! "
Commenter  J’apprécie          190
Nastasia-BNastasia-B   28 octobre 2012
On vous fait miroiter des maisons, des équipages — tout ce qu'on trouve une fois qu'on est marié, c'est des duvets ou bien des édredons...
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Nikolai Gogol (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nikolai Gogol
Nicolas GOGOL– Le Portrait
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dans la datcha de Gogol

Que l'on m'apporte mon ..........?............. Les soirées sont fraîches à Saint Petersbourg, et voyez- vous... d’ailleurs... selon moi... je le crois encore bon... sauf un peu de poussière... Eh ! sans doute il a l’air un peu vieux... mais il est encore tout neuf... seulement un peu de frottement... là dans le dos...

Chapeau
Béret
Fusil
Manteau
Imperméable

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Nikolai GogolCréer un quiz sur ce livre