AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081333123
313 pages
Éditeur : Flammarion (27/08/2014)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Flammarion - 08/2014)
ISBN : 9782081333123


Le collège unique a quarante ans. Il est le symbole d'un espoir, d'une utopie éducative et d'un désastre. Il est tentant de l'abandonner. Ce serait inacceptable - comme renoncer à une promesse démocratique : propose-t-on de rétablir le suffrage censitaire quand les résultats des élections déplaisent ?

Avec les années, on a accumulé des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
rbreizh
  22 septembre 2018
Ce livre est un plaidoyer pour le collège et le témoignage d'une enseignante d'histoire-géographie qui aime son métier et... ses élèves quels qu'ils soient. Sur un ton plein d'humour, l'auteure parle de sa réalité du collège, de son amour de transmettre mais aussi de la réception de ses élèves face à cette transmission du savoir. Elle emploie des codes actuels qu'ils peuvent comprendre pour rendre vivante leur compréhension de l'Histoire. Mara Goyet savoure ces instants où les élèves réagissent à ce qu'elle leur enseigne de manière inattendue mais riche d'enseignement pour elle aussi. J'ai eu 2 fous rires en lisant deux anecdotes qui se sont déroulées avec ses élèves (l'intrusion d'une mouche en cours, la mouche du chaos, et son pull qui "a peluché sa mère"...). Mara Goyet a une manière de tourner en dérision une situation telle que c'est à mourir de rire. Et pourtant son livre est rempli de sensibilité, de lucidité et de bienveillance sur ce qu'est le collège aujourd'hui. Cet ouvrage est paru en 2014 mais il est toujours d'une criante actualité car rien n'a beaucoup changé au collège malgré toutes les "grandes" réformes qu'on veut lui imposer... Mon seul bémol : le titre. Il ne correspond pas au message du livre. J'aurai plutôt écrit : « La naufragée du C - Plaidoyer pour le collège ». "La naufragée du C" est un clin d'oeil à un cours que l'auteure a donné à ses élèves mais je ne vous en dis pas plus. Lisez le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
rbreizhrbreizh   22 septembre 2018
J'ai passé mes dix premières années d'enseignement à refuser de déroger. J'ai tenu dur comme fer à être un enseignant digne, droit, ferme. Cela m'a demandé beaucoup de contorsions, d'efforts, de souffrances. Puis j'ai compris: l'essentiel n'est pas de refuser de déroger mais de s'interdire d'abdiquer. D'abdiquer sa responsabilité.
En face de soi, au cours de sa carrière, on a quantité d'élèves. Certains, parmi eux, un petit nombre (mais cela suffit à vous miner, à vous décourager), ont un comportement impossible, abominable, pervers, manipulateur. Ils vous roulent dans la farine, ont un certain talent pour la victimisation, ruinent des tonnes de cours, repèrent vos failles, celles de vos collègues. Leur présence finit par diffuser un malaise, le sentiment de quelque chose de scandaleux. A vrai dire, sans eux, tout irait mieux. Ils nuisent, non seulement à leur propre scolarité, mais aussi à celle de leurs camarades, au travail de leurs professeurs, à la vie d'un établissement. C'est intolérable. [...] Il faut dire qu'il n'y a souvent pas grand chose à faire. On n'aurait peut-être pas pu espérer mieux. Il y avait cependant une possibilité de faire un peu autrement. Se sentir responsable de cet élève jusqu'au bout. Se sentir son professeur, malgré lui, malgré nous, malgré tout. Cette attitude responsable n'est en rien une forme d'empathie, de mièvrerie, d'angélisme ou de sadomasochisme. Elle ne se traduit pas, dans un premier temps, en acte mais en esprit. C'est un axe, une idée régulatrice qui, à terme, pourrait quand même changer un peu les choses, nous permettre de sortir de cette logique d'exclusion, de rupture, d'affrontement qui occupe encore trop de place dans l’Éducation nationale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rbreizhrbreizh   22 septembre 2018
Dans l'attente d'une véritable formation des professeurs, digne de ce nom, les établissements difficiles vous apprennent, sur le tas, souvent dans la douleur, à peu près tout du métier. En accéléré. Une fois que vous êtes passé par là, vous savez presque tout faire: surveiller un couloir, faire cours, essayer de régler le chauffage, faire cesser une amorce de chahut au dernier rang, expliquer un mot difficile, lutter contre un néon récalcitrant, être sympa, ne pas être sympa, régler mille sortes de conflits différents. C'est aussi un haut lieu d'innovation et d'imagination. Une fois que vous avez compris qu'être enseignant ce n'est pas filer son cours à la becquée, il faut trouver dans l'urgence, tous les moyens possibles pour faire le programme de manière inventive et pertinente. ON tente, on essaie, on se plante, mais on continue et on finit par faire des cours originaux, étranges, qui passent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rbreizhrbreizh   22 septembre 2018
Ah, aussi, débarrassons-nous de la question qui tue-qui fâche! Je suis pour le collège unique. Une fois que l'on a donné la possibilité à tous les enfants de suivre le même enseignement, il n'est pas possible, pensable de revenir en arrière. Donner, c'est donner. Ce serait une terrible régression démocratique. Ce serait comme rétablir le suffrage censitaire sous prétexte de faire barrage au vote Le Pen un peu trop fréquent dans les milieux défavorisés. Ce serait comme réinstaurer les premières classes dans le métro parce que certains nous gênent, écoutent la musique trop fort, mettent leurs pieds sur les sièges et perturbent notre voyage. Oui au collège unique, c'est une question de principe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rbreizhrbreizh   22 septembre 2018
Si nous voulons savoir que faire pour que nos élèves progressent, nous devons d'abord, quelle que soit notre « option » ou « orientation » pédagogique (je me sens très queer en ce domaine), savoir qui ils sont et ce qu'ils font. Les élèves ne sont pas des pages blanches, ils sont tout imprégnés de leur époque, de leurs références, de leur génération. C'est à condition de les décrypter que l'on saura à qui l'on s'adresse (ce qui est une forme de tact!) et ce qu'il convient de faire pour que ça marche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Mara Goyet (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mara Goyet
Mara Goyet - Le livre qui a changé ma vie
autres livres classés : collègeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre