AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844856004
Éditeur : Allia (31/01/2013)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Lorsqu'en 2008, le juge Castresansa s'empare de l'affaire du meurtre de Rodrigo Rosenberg, avocat guatémaltèque estimé, il ne sait pas qu'il va ouvrir une boîte de Pandore. Dans un pays où le complot est de règle et la corruption une éthique, la suspicion règne. Car cette enquête retrace aussi l'histoire d'un pays. Par une minutieuse reconstitution des faits, Grann montre que le crime s'accomode autant de vrais mensonges que de fau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Madamedub
  17 mai 2013
David Grann, journaliste et écrivain américain, revient dans un court ouvrage – tout d'abord publié en tant qu'article d'investigation dans le New Yorker – sur l'affaire Rodrigo Rosenberg, qui avait enflammé le milieu politique, mais aussi la société guatémaltèque en 2009.
Le célèbre avocat Rodrigo Rosenberg a été assassiné non loin de son domicile le 10 mai 2009 ; coïncidence ou non, il enquêtait sur l'exécution, le mois dernier, de son ami Khalil Musa, homme d'affaires renommé, et de sa fille, Marjorie, avec qui il entretenait une relation tenue secrète. Une affaire trouble puisque Khalil Musa, connu pour sa probité dans des milieux économiques qui semblent avoir oublié jusqu'à l'existence de ce mot, avait été pressenti pour entrer au conseil d'administration de la Banrural ; problème, la Banrural est soupçonnée d'avoir été utilisée par certains (très) proches du pouvoir pour détourner et blanchir de l'argent.
Le jour de sa mort, Rodrigo Rosenberg fait diffuser une vidéo où il accuse explicitement le président en place, Alvaro Colóm, d'être responsable de sa mort, lui demande de quitter le pouvoir et appelle le vice-président à le remplacer. S'en suit alors une partie de billard à trois bandes entre déstabilisation politique, mobilisation populaire et ouverture d'une enquête internationale menée par Carlos Castresana. Une partie macabre de Cluedo où l'impunité prend trop souvent le pas sur une Justice et un État de Droit trop faibles pour contourner les innombrables chausse-trapes qui sont placées sur son chemin…
Enquête personnelle, milieux économiques et stratégies politiques s'entrechoquent alors dans ce qui ressemble à un entre-soi où la suspicion est reine. À qui profite le crime ? À l'opposant du Président, Otto Perez Molina, aujourd'hui élu ? À fomenter un coup d'État ? À protéger des intérêts économiques bien ancrés ? Rosenberg aurait-il découvert des éléments trop compromettants sur l'épouse du Président, candidate officieuse à sa succession ? On laissera ici cependant au lecteur – averti comme novice sur l'affaire – le loisir et le plaisir de se (re)plonger dans les méandres de cette enquête palpitante qui ne ménage pas ses effets et surprises jusqu'à la dernière page.
L'un des grands mérites de l'auteur est de parvenir à planter en quelques lignes un décor historique, social et politique, sans jamais quitter de vue la dramaturgie de son récit. À mi-chemin entre l'Histoire, le documentaire, l'enquête et l'intime, il navigue habilement entre l'action de ses personnages et la constat sociétal sans jamais assécher ou désincarner son récit.
Pour cela, il dispose d'une galerie de personnages en “or“ massif : de Mendizabal, vrai-faux ami, l'incontournable intrigant ayant “roulé” pour tout le monde et s'étant frayé un chemin dans la jungle touffue de l'Histoire nationale ; de Sandra de Colóm, vaporeuse, ambitieuse et trouble éminence grise manoeuvrant dans l'ombre ses intérêts et son accession fantasmée au trône ; de Castresana, héros dramatique de sa splendeur à sa misère, dont le destin est une éloquente métaphore de la machine à broyer les hommes que représente ce fourmillement d'intérêts contradictoires (politiques, économiques, formels, informels) qui n'a que faire d'un État de Droit.
Le véritable personnage principal de l'oeuvre est pourtant à chercher ailleurs : pas du côté de Rosenberg, mais de celui de ce “ils” omniprésent, ce “leur”, ce “eux”, ce “tous”, ce “pouvoir parallèle”, ces “forces des ténèbres”, ce “on ne sait jamais” : dans sa description – assez systématique – d'un système de corruption généralisé où nul ne peut avoir confiance en personne, l'Autre est avant tout un pion dans une immense partie d'échecs régulée par les mécanismes de la peur, de la violence, de l'intimidation et de l'intérêt. Les institutions policières et judiciaires se trouvant au beau milieu de toutes les attentions, leur faiblesse est patente : mise en scène de preuves, soustraction de témoins à l'enquête internationale, jeu d'information et de contre information dont, in fine, l'opinion publique n'est que le jouet.
Car la population n'est pas exempte du récit de David Grann, bien au contraire : il sait, en quelques phrases, placer en toile de fond la répression politique face aux embryons de mouvements sociaux ou encore la place grandissante du web – classique comme 2.0 – dans la diffusion d'une autre information. Mais le propos de l'auteur se révèle plus ambitieux encore : dans ce conflit d'intérêt permanent qui anime les sphère de pouvoir, la population n'est que la victime d'un cercle vicieux qui joue contre la démocratie. Échaudée par les affaires et autres coups de Trafalgar permanents, l'opinion publique devient toujours plus pulsionnelle que rationnelle, gagnée par le rejet et la résignation, donc malléable et toujours plus sensible à chaque retournement de situation, à chaque campagne “négative” de dénigrement ou de désinformation… Les héros d'hier peuvent, en quelques semaines et quelques rumeurs, devenir les oubliés de demain.
Rosenberg et Castresana connaîtront, entre autres, ce triste sort : tour à tour hérauts d'un Guatemala renouvelé puis pauvres diables décrédibilisés, remisés au fond d'un obscur tiroir de la commode délabrée de l'Histoire nationale. Cette enquête a failli coûter sa raison à Castresana, et la campagne de dénigrement qui a suivi lui a bel et bien coûté son mariage et une partie de sa réputation. Dans ce jeu d'échecs – à tous les sens du terme –, ce sont aussi bien la démocratie que l'espoir qui peut être placé en quelques hommes qui sont les premières victimes.
Le célèbre politologue Guillermo O'Donnell rappelait que la notion d'État de droit ne se limite pas au respect du pluralisme politique et à la polyarchie, mais aussi et surtout au respect des droits civils de toute la population ainsi qu'à l'établissement de réseaux de responsabilité pour contrôler la légalité de tous les actes des agents de l'État. L'État de droit ne se limite pas à la question du régime, mais “à la relation particulière entre l'État et les citoyens, entre les citoyens eux-mêmes et sous une sorte de gouverne de loi qui garantit la citoyenneté politique, mais aussi la citoyenneté civile et un réseau complet de responsabilité”. Quatre lignes simples auxquelles le récit (bien réel) de David Grann offre un écrin aussi passionnant que glaçant.
TM
En français : David Grann, « Chronique d'un meurtre annoncé », trad. Damien Aubel, Allia, 112 p., 3.10 euros.
En anglais : David Grann, A murder foretold
Lien : http://www.madamedub.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lepoussinlitteraire
  15 septembre 2015
Découvert via ma box Exploratology de Juillet-Août, ce livre m'as intrigué pour deux choses : son format ultra poche et sa maison d'édition que je ne connaissais pas (Edition Allia).
Pourquoi ce titre ? Car David Grann est un journaliste et un écrivain qui a publié cette chronique dans le New Yorker en 2011 lors de l'affaire Rodrigo Rosenberg.
Qu'est-ce que l'affaire Rodrigo Rosenberg ? Rosenberg était un avocat d'affaires au Guatemala, un des pays les plus meurtriers au monde, qui va enquêter sur le meurtre de Khalil Musa et Marjorie Musa la fille de ce dernier. À la fin de son enquête il va mettre en scène sa propre mort afin de tenter un coup d'État et faire passer le président Colum pour responsable.
Nous sommes plongés dans la corruption Guatemaltaise de telle façon qu'il est dur de se dire que tout cela s'est bien produit, car la réalité dépasse de loin la fiction. Ainsi comme dans un roman policier, nous sommes pris dans ce documentaire qui a des apparences d'histoire romancée pleine de suspense.
Lien : https://lepoussinlitteraire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
steka
  03 mars 2013
Quoi de plus banale au Guatemala qu'un meurtre. Mais imaginons qu'un journaliste décide de faire une étude de fond sur les arrières plans politiques de ce meurtre : ce n'est pas forcement la longueur de son article qui sera la plus surprenante. Ce sont plutôt les étonnants méandres de ce qu'est devenu désormais la "politique" en Amérique du sud qui provoqueront la surprise.
Ainsi de ce petit livre où ce n'est pas forcement le résultat de l'enquête qui sera la principale révélation, mais plutôt les moeurs qu'il révèle.
Commenter  J’apprécie          20
bibliovegevore
  31 août 2015
Une courte critique pour un court roman, afin d'éviter tout spoiler, et garder les effets de surprise, nombreux dans cette enquête policière. Ce récit du journaliste David Grann est originellement un article publié dans le New Yorker du 4 avril 2011. Il est paru en français dans le magazine Feuilleton de janvier 2012. Les éditions Allia l'éditent en février 2013 dans un court roman dans leur Très Petite Collection.
David Grann réussit à créer un suspens haletant et nous résume cette histoire en peu de mots. Il nous donne toutes les clefs pour la comprendre tout en nous incitant à en apprendre davantage sur le contexte et donc sur l'histoire du Guatemala. On ne sait pas l'aboutissement de l'affaire dès le début, c'est pourquoi si on ne connait pas l'histoire (ce qui était mon cas) on lit ce récit comme un bon polar.
En conclusion : Un court récit brillamment construit qui résume bien cette histoire rocambolesque prouvant que la réalité est parfois plus surprenante que la fiction!
Lien : https://unoceandelecture.wor..
Commenter  J’apprécie          30
Celkana
  02 avril 2013
Cette chronique amène le lecteur non pas à découvrir qui est l'auteur du meurtre mais à comprendre la machination et le contexte qui ont amené à cette action. Très bien mené, du complot politique, on passe aux méthodes pour le moins corrompues et criminelles d'un État tout entier. Sympathique comme approche et j'aurais tendance à dire pas forcément dévoyée...
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lexpress   15 février 2013
On a lu d'une traite cette brève Chronique d'un meurtre annoncé, plongée saisissante dans l'arrière-cour de ce petit pays d'Amérique centrale gangrené par la corruption et le crime organisé.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
CelkanaCelkana   02 avril 2013
La politologue et experte du Guatemala Anita Isaacs, qui connaît Castresana, m'a expliqué que les réseaux se débarrassent généralement de leurs ennemis de trois manières: la première consiste à vous corrompre-mais ils n'ont pas pu corrompre Castresana. La deuxième consiste à vous tuer-mais ils n'ont pas pu tuer Castresana. Enfin, si tout le reste échoue, ils détruisent votre réputation. Et c'est ce qu'ils ont fait à Castresana.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
stekasteka   01 mars 2013
En 2007, Colom, qui représentait une coalition social-démocrate, a accédé à la présidence : c'était la première fois en cinq décennies qu'un leader de centre gauche était à la tête du Guatemala. Son élection compte parmi les plus sanglantes de l'histoire du pays : plus de cinquante militants et candidats locaux ont été assassinés, et le directeur de campagne de Colom a réchappé de justesse à trois grenades visant son cortège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CelkanaCelkana   02 avril 2013
Un complot, a écrit Don DeLillo, est tout ce que la vie quotidienne n'est pas. c'est un jeu pour initiés, auquel on joue froidement, à coup sûr, sans se laisser distraire, un jeu dont nous sommes toujours exclus. Nous sommes des innocents, à l'intelligence défectueuse, qui nous efforçons de trouver un sens approximatif au chaos quotidien. Les comploteurs ont une logique et une audace qui nous dépassent. Tous les complots racontent la même histoire, tendue vers un seul but, l'histoire d'hommes qui trouvent une cohérence à un acte criminel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   01 mars 2013
Certaines branches de l'administration ont réactivé les tactiques les plus sinistres de la contre-insurrection et procédé à des rafles et des exécutions d'indésirables. Contre toute attente, le taux de mortalité au Guatemala est aujourd'hui supérieur à celui d'une bonne partie de la guerre civile.
Commenter  J’apprécie          20
CelkanaCelkana   02 avril 2013
Tout en écoutant Mendizabal parler avec conviction et s'emparer de certains éléments vérifiables pour les réarranger, je me suis représenté Rosenberg à vélo, pédalant innocemment dans les rues et espérant mettre la main sur la dernière pièce du puzzle. Les contrefaçons de la réalité les plus efficaces sont celles qui présentent ce que seuls les comploteurs semblent capables de créer: une trame parfaitement cohérente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de David Grann (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Grann
Rencontre avec David Grann autour de son ouvrage "Le diable et Sherlock Holmes : & autres contes de meurtre, de folie et d'obsession" aux Éditions du sous-sol.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2286323/david-grann-le-diable-et-sherlock-holmes-et-autres-contes-de-meurtre-de-folie-et-d-obsession
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : guatemalaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr