AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Leyris (Autre)
ISBN : 2070701034
Éditeur : Gallimard (22/02/1984)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 235 notes)
Résumé :
Ethan Frome, dans une petite ferme du Massachusetts, est sous la domination de sa femme Zenobia, une mégère hypocondriaque qui dépense tout l'argent du ménage à soigner des maladies imaginaires. L'arrivée de Mattie Silver, une cousine de Zenobia, illumine la vie d'Ethan en lui apportant de la douceur et de la compréhension. Mais elle déchaîne la jalousie de la redoutable Zenobia, qui va réussir à chasser la jeune fille. En traîneau, Ethan va conduire Mattie à la gar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  23 décembre 2017
Massachusetts – Un petit village en zone rurale – Début du 20e siècle.
Le narrateur, ingénieur en mission dans la région, est intrigué par cet homme, Ethan Frome, qu'il croise chaque jour à la poste durant cet hiver glacial. Grand, difforme, une balafre défigurante, un simple salut, rien de plus. Les gens sont peu bavards dans le coin, mènent une vie dure et austère.
Un accident. Un drame.
Obligé d'effectuer des déplacements quotidiens pour son travail, le narrateur est bloqué au village à cause des chutes de neige et des congères qui empêchent la circulation. Ethan Frome, fermier pauvre, également propriétaire d'une scierie peu rentable, lui propose ses services, ceux de sa charrette et de sa vieille rosse. de jour en jour, malgré les silences – ou grâce à eux – la confiance s'installe et l'ingénieur finit par connaître l'inimaginable réalité.
Vingt-cinq ans auparavant, Ethan venait de perdre son père, et sa mère, malade, avait besoin d'aide. Ainsi entre dans la ferme, Zeena qui se rend aussitôt indispensable. Ethan l'épouse à la mort de sa mère. Elle se révèle alors hypocondriaque, plaintive, et mène la vie dure à son jeune mari jusqu'à exiger à son tour une aide familiale. Mattie Silver, orpheline sans ressources, de bonne humeur et travailleuse malgré une santé fragile, devient un rayon de soleil pour Ethan, de plus en plus taciturne tant les besoins en médicaments et les visites médicales de son épouse grèvent un budget déjà misérable. Après plus d'un an de bons et loyaux services, le renvoi, totalement inattendu, de Mattie par une Zeena soupçonneuse et machiavélique est à l'origine du drame.
C'est l'histoire, poignante, d'un amour impossible, d'un huis clos magistral, d'une manipulatrice démoniaque, de non-dits accablants et de la lutte entre les sentiments et le devoir. L'exploit d'Edith Wharton réside dans l'histoire qu'elle tisse autour d'un fait divers aux conséquences funestes qui s'est produit dans la région, en hiver, avec une luge. le scénario qu'elle élabore, tout en pudeur et en sobriété, donne une puissance émotionnelle incroyable à ce roman écrit en 1911, où les moeurs sont codifiées, où la retenue des personnages n'a d'égale que leurs tourments intérieurs.
On ne sait rien de ce qu'il s'est passé durant les vingt-cinq ans après l'accident, avant la rencontre entre le narrateur et Ethan Frome, brisé dans son coeur et dans son corps.
Véritable coup de coeur, j'ai rarement lu quelque chose d'aussi intense, d'aussi tragiquement humain.
L'écriture parfaite, efficace, opposant la magnificence des paysages enneigés à l'âpreté des gens isolés des mois durant, fait merveille.
Edith Wharton est une écrivaine américaine (1862-1937) issue de la grande bourgeoisie new-yorkaise, francophile et voyageuse, à l'imagination débordante, a commencé à écrire dès l'adolescence, de la poésie d'abord qu'elle publie à compte d'auteur, puis, qui sont publiés dans divers journaux. Elle fait construire une maison dans le Massachusetts et s'y installe avec son mari mais elle préfère voyager et Paris et Londres deviennent ses lieux de prédilection. Durant la Première Guerre mondiale, elle crée des hôtels pour réfugiés et collecte des fonds sans relâche. Elle sera décorée de la Légion d'Honneur. Elle meurt des suites d'une crise cardiaque à 75 ans et est enterrée au cimetière paysager des Gonards à Versailles.
Régulièrement réédité, ce livre date de 2014, publié aux éditions POL dans une nouvelle traduction de Julie Wolkenstein.
Brillantissime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7313
ninosairosse
  28 mai 2018
♫Avec le temps...
Avec le temps va tout s'en va
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard surtout ne prend pas froid♫
Léo Ferré-1971-
Avec l'Ethan, tu vois Orion là-bas
Aldébaran dans le panorama
Avec l'étang, ou la lune dans le lac
tout cet amour va te rendre patraque
Avec les taons, pique-nique platonique
Satan l'habite, un jeu démonique
Ethan pis, ment, si tu te l' interdis,
Ethan pis, rogue, si tu le détruis...
ton jeu de Mot Hue Nique.
On dirait vraiment un tableau !
Ethan eut l'impression qu'on ne pouvait pousser plus loin l'art du commentaire, et que, enfin des mots étaient mis sur ce qu'il éprouvait au plus secret de son âme. p 51
Frustrations, sentiments, effusions
confusions, complications et .....collisions.
Bravo à cette interprétation d'Edith Wharton magistrale
Sûr, j'aurais aimé pouvoir la lire en version originale.

Commenter  J’apprécie          792
Allantvers
  21 mai 2016

Ethan Frome, ou la chute inexorable d'un pauvre diable autrefois jeune et vif vers un destin désespérant, dans lequel les charges de la pauvreté conjuguées à une épouse odieuse éteindront une à une toutes les lumières de son avenir : l'accomplissement, la liberté, l'amour, jusqu'à l'envie de vivre.
Où diable va donc Edith Wharton puiser le talent de mettre une écriture aussi belle, précise, douce comme du velours, au service d'une si épouvantable tragédie, à la construction implacable ?
Tout est saisissant dans ce roman : le froid mordant de l'hiver sur les collines de ce recoin miséreux du Massachussets, le huit-clos théâtral entre les trois protagonistes, la violence des non dits, les contrastes de lumières (la flamme chaude de la bougie de la cuisine dans la noirceur de la nuit hivernale), de caractères (Mattie la douce et vive contre la démoniaque et morbide Zeena ferrant son doigt fielleux dans les frustrations douloureuses d'Ethan), de mouvements aussi (le balancement inexorable du rocking chair de Zeena face à l'envolée libératrice de la luge…)
Il est impossible de ne pas compatir devant la faiblesse de ce brave type, de ne pas frémir devant l'enchaînement des événements, depuis la maladie de ses parents qui l'enchaînent à la scierie, la perversion d'une épouse qui n'aura de cesse de lui pourrir la vie jusqu'au drame de la « collision », qui ont fait de lui l'homme littéralement brisé par la vie que l'on rencontre au début du livre.
Et c'est tellement bien écrit ! Ce roman m'a subjuguée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
isabelleisapure
  17 avril 2015
Ethan Frome est un fermier abîmé par la vie, presque difforme et qui peine à marcher. Il a une cinquantaine d'année mais en paraît trente de plus.
Sa vie est misérable et à voir sa mine, on a l'impression qu'il porte toute la misère du monde sur ses épaules.
Avant l'accident qui l'a laissé boiteux, il était un jeune courageux et gai malgré un mariage désastreux avec Zénobia, acariâtre et hypocondriaque. Dans son malheur, il y avait Mattie qui telle une belle fleur était venue illuminer ses journées. Peu à peu et sans vraiment s'en apercevoir, Ethan Frome tombera éperdument amoureux Mattie.
Peut-on dire d'un roman qu'il est à la fois noir et lumineux ? C'est en tout cas ce que j'ai ressenti à la lecture de ce livre.
L'histoire est triste, les personnages englués dans une vie sans espoir comme s'ils étaient prisonniers d'un profond brouillard dans un hiver qui n'aurait pas de fin. Tout cela est magnifié par une écriture d'une grande sensibilité avec une précision quasi photographique dans la description des paysages.
Je ne connaissais pas l'oeuvre d'Edith Wharton et cette découverte fut un tel bonheur que je vais poursuivre la lecture de ses ouvrages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Gwen21
  01 janvier 2017
C'est très bon signe, une année qui s'ouvre sur un aussi beau coup de coeur !
Après avoir été enchantée par "Plein été" du même auteur, je récidive avec "Sous la neige" (republié sous le titre "Ethan Frome") et me voici définitivement conquise par le style éminemment talentueux d'Edith Wharton.
Avec ce roman, l'auteur nous offre le superbe portrait d'un homme à la grande sensibilité, victime d'une grande passion pour Mattie, la cousine pauvre de sa femme que le couple héberge pour une durée indéterminée. Orpheline, Mattie a pour fonction d'aider Mrs Frome à tenir sa maison mais sa complexion gracile semble lui interdire les gros labeurs qui cependant ne manquent pas dans une ferme. Au fil des jours, Ethan se sent de plus en plus attiré par la grâce et les charmes de la jeune femme qui offrent un réel contraste avec ceux de son épouse souffreteuse et revêche. Cette attirance se mue rapidement en un sentiment si profond que le jeune homme ne peut plus envisager son existence loin d'elle. Pourtant, sa femme, jalouse, a brusquement arrêté de renvoyer Mattie au grand nulle part d'où elle vient...
Un roman mais surtout un auteur à découvrir de toute urgence. La concision de la narration n'empêche pas le lecteur de se projeter à l'envi dans les sublimes décors montagnards et forestiers de la Nouvelle-Angleterre du début du XXème siècle ; le développement des personnages est remarquable, on se sent rapidement proches d'eux, ou tout du moins on acquière une très bonne compréhension de leurs actes et de leurs pensées dès les premiers contacts.
Sous la neige omniprésente se révèle également une très belle histoire d'amour éloignée de toute mièvrerie et d'une intensité rare, celle-là même qui marque de son empreinte immortelle les grandes amours, aussi pures qu'impossibles.

Challenge MULTI-DEFIS 2017
Challenge XIXème siècle 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          508

critiques presse (2)
Actualitte   24 septembre 2014
Vous allez découvrir un roman superbe, une histoire merveilleusement contée, une vie en cette fin de XIXème siècle dont la dureté n'a d'égale que la rigueur de l'hiver, un village qui regarde la rue derrière ses volets clos et s'empresse de taire l'indicible, l'inavouable [...].
Lire la critique sur le site : Actualitte
Telerama   09 juillet 2014
Une centaine de pages suffit à la romancière pour déployer sa tragédie, inscrite dans le paysage désolé d'un Massachusetts comme en proie à une glaciation éternelle. C'est âpre, funeste, poignant – on en ressort tout à la fois inconsolable et ébloui.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   22 mai 2018
"Je suis beaucoup plus malade que tu ne penses. [...]
" J'ai des complications."
Ethan mesurait l'importance exceptionnelle de ce mot. Presque tout le monde dans le voisinage avait des "problèmes", clairement localisés et spécifiques; mais seule une élite avait des "complications". En avoir constituait une distinction honorifique, même si, dans la plupart des cas, cela signifiait votre arrêt de mort. Les gens combattaient pendant des années leurs "problèmes", mais ils succombaient presque toujours à leurs "complications".
P136
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
ninosairosseninosairosse   23 mai 2018
Voir ainsi une jeunesse pleine d'espoir faire irruption dans sa maison, c'était comme allumer un feu dans un âtre froid. Mais il n'y avait pas que cela. La jeune fille était davantage que la créature extrêmement serviable qu'il avait discernée en elle. Elle ouvrait grands ses yeux et ses oreilles : il pouvait tout lui montrer, tout lui expliquer, et savourer le bonheur de voir toutes les connaissances qui lui transmettait laisser en elle des répercussions et des échos durables qu'il pouvait ressusciter à volonté.
p49
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
ClaireGClaireG   23 décembre 2017
Depuis la nuit dernière, une vague appréhension obstruait son horizon. Elle se nourrissait du silence têtu de Zeena, du brusque regard que lui avait jeté Mattie pour le mettre en garde, et tout simplement du souvenir de signes diffus et presque imperceptibles, semblables à ceux qui, certains matins de grand beau temps, l’avertissaient qu’avant la nuit il se mettrait à pleuvoir

p. 82
Commenter  J’apprécie          290
Gwen21Gwen21   01 janvier 2017
Il repoussa son assiette et se levant brusquement s'approcha de la jeune fille. Les yeux pleins d'effroi, elle se dressa.
- Ethan, il y a quelque chose ! Je m'en doutais bien...
Dans sa terreur elle semblait s'effondrer contre lui. Il la retint, la serra dans ses bras et sentit sur sa joue le frôlement des cils qui palpitaient comme des papillons pris dans un filet.
- Qu'y a-t-il?... qu'il y a-t-il ? balbutiait-elle.
Mais il avait enfin trouvé ses lèvres et s'y désaltérait, inconscient de tout ce qui n'était pas ce bonheur... Mattie s'abandonna un instant, emportée dans le même courant rapide ; puis, pâle et troublée, elle se dégagea et fit un pas en arrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
missmolko1missmolko1   30 mars 2013
Cette aube d'hiver était transparente comme du cristal. Le soleil se lavait tout rouge dans un ciel pur. A l'orée du bois les ombres s'étalaient, profondes et bleues. Pa delà la scintillante blancheur des champs, les futaies lointaines s'estompaient en masses vaporeuses.

Frome aimait cette heure matinale, si paisible. A mesure que ses muscles s'assouplissaient pour la tâche quotidienne et que ses poumons aspiraient à longs traits l'air de la montagne, sa pensée devenait plus lucide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Edith Wharton (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edith Wharton
Des Américaines à Paris de Gérard Bonal aux éditions Tallandier
Mary Cassatt, Natalie Barney, Renée Vivien, Winnaretta Singer, Isadora Duncan, Gertrude Stein, Alice Toklas, Romaine Brooks, Edith Wharton, Anne Morgan, les soeurs Klumpke? le Paris de la Belle Époque vibre sous les assauts de ces Américaines éprises de liberté. Elles sont riches, artistes, philanthropes. Elles peignent, écrivent, dansent, jouent de la musique, tiennent salon, aiment. Paris est une fête pour ces femmes aux moeurs libres qui fuient l?Amérique puritaine. le salon de la princesse de Polignac où se retrouve toute l?avant-garde musicale, Fauré, Ravel et Debussy ; l?atelier de la rue de Fleurus où Gertrude Stein arbitre le match Picasso-Matisse ; le temple de l?amitié de Natalie Barney, rue Jacob, où l?on croise Colette, André Gide, Ernest Hemingway, Adrienne Monnier, Jean Cocteau? Autant de lieux qu?elles ont rendus célèbres dans le monde entier grâce à leur énergie et leur talent.
https://www.lagriffenoire.com/93155-romans-des-americaines-a-paris.html
Vous pouvez commander Des Américaines à Paris sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2907 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre