AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anne Jonas (Adaptateur)Anne Romby (Illustrateur)
EAN : 9782745908308
32 pages
Milan (17/03/2004)
3.72/5   29 notes
Résumé :

de 4 à 8 ans Un vieux roi sentant sa mort prochaine fait venir à lui ses trois fils et leur déclare : – Celui d’entre vous qui me rapportera le plus beau tapis héritera de la charge du royaume. Chacun des fils se voit donc attribuer une plume, il lui faudra la lancer pour connaître la direction à prendre. Des trois frères, le benjamin, sans cesse raillé par ses aînés, semble le moins apte à la... >Voir plus
Que lire après Les Trois plumesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
: Il était une fois un roi qui ne savait comment déterminer sa succession parmi ses trois fils.
Nous comprendrons en lisant qu'il ne sera pas question de droit d'aînesse, le futur roi pourrait être l'aîné, comme le cadet ou le benjamin.
Nous comprendrons également qu'aucun des trois ne présentait de qualité pour régner sur un royaume et nous, lecteurs, verrons bien que les deux premiers se montreront très présomptueux et paresseux.
Nul besoin de faire d'effort ni de se distinguer par des actes éloquents avec un petit frère déja hors concours, si naïf et sans expériences.
Le vieux roi s'en remettra au jugement de trois plumes lancées au vent.
Il faudra prendre la direction de chacune et lui rapporter ce qu'il demande.
Nous comprendrons par ce sort idiot que tous les fils étaient aiméd de la même façon et qu'il était difficile de les décevoir en choisissant l'un plutôt que l'autre.
Ce conte des frères Grimm, esthétisé par l'excellente Anne Romby, offrira une quête originale et magique, faisant intervenir un sort supérieur pour apporter de l'aide au benjamin de la famille royale.

La magie semblait être capable de sonder les coeurs plus en profondeur.
Il faudra environ quatre épreuves, dont les directions seront dictées par les trois plumes d'oiseaux portées par le vent, pour convaincre le père, même si sur chacune d'elle l'aîné et le cadet ne feront aucun effort pour satisfaire sa volonté.
Il faudra environ quatre épreuves pour que le troisième jeune prince fasse preuve de patience, de pondération et ne s'offusque pas de la parole non respectée du vieux roi à chaque fois.
Le vieux roi s'en remettra au sort ( ou au hasard) et il sera entendu par un peuple magique souterrain, un peuple grenouille qui viendra prêter main forte au prince dont la plume semé au vent n'atterrira qu'à ses pieds.
On ne connaissait pas encore le conte, il nous fera penser à une version du " Petit moulin" entre autres sur la compétition des trois frères.
C'est à découvrir.
Commenter  J’apprécie          20
"Il était une fois un monde, le nôtre, dans lequel la radio, le cinéma, la télévision n'existaient pas.
Le soir, après de longues journées de travail, et avant d'aller se coucher, les gens se réunissaient autour de la cheminée pour se raconter et écouter des contes, des légendes, des histoires de leurs pays dont l'origine se perdait dans les temps.
C'était le temps de la veillée.
Et ces histoires étaient si merveilleuses qu'il aurait été dommage qu'elles se perdent."
Commenter  J’apprécie          90
Les trois plumes reprend un conte des frères Grimm, mais il est ici adapté à la sauce asiatique, un vrai dépaysement. de facture classique, ce conte fait partie d'une collection intéressante chez Milan qui reprend des contes connus avec des illustrateurs talentueux. Ce n'est pas le meilleur Anne Romby, mais on voit déjà ses leitmotivs (papier de soie, univers japonisant, couleurs chaudes très présentes...). le soin apporté aux expressions des personnages et aux habits somptueux est à remarquer. le grain du papier est très agréable au toucher.
Commenter  J’apprécie          10
Les illustrations de Anne Romby sont magnifiques. Mais comment pourrait-il en être autrement? C'est fin, léger, lumineux... Rien que ça vaudrait 5 étoiles. Mais le texte n'est pas en reste. Un bonheur pour la lecture! Ca coule tout seul, c'est juste, poétique.
Une petite merveille.
Commenter  J’apprécie          30
Tout simplement plaisant et léger. Court (comme tout apologue) mais bien construit et parfait ! Comme quoi les plus idiots ne sont pas ceux que l'on croît !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Alors, sans plus se soucier, le Bêta alla trouver la grosse grenouille et lui dit: "Il me faut ramener au château la plus belle femme." - "Hé, la plus belle femme!" répondit la grenouille. "Voilà une chose qu'on n'a pas immédiatement à sa portée mais tu l'auras tout de même." Elle lui donna une carotte évidée et creuse à laquelle six petites souris étaient attelées. "Que dois-je faire de cela?" dit le Bêta tout triste. "Tu n'as qu'à y installer une de mes petites grenouilles," répondit-elle. Il en attrapa une au hasard dans le cercle de celles qui entouraient la grosse grenouille, la mit dans la carotte, et voilà qu'à peine assise à l'intérieur, la petite grenouille devint une demoiselle merveilleusement belle, la carotte un vrai carrosse et les six petites souris des chevaux. Alors le Bêta embrasse la jeune fille, se fit emporter au galop de ses six chevaux et amena le belle chez le roi. Ses frères arrivèrent ensuite: ils ne s'étaient donné aucune peine pour chercher une belle femme et ramenèrent les deux premières paysannes venues.
Commenter  J’apprécie          20
l était une fois un roi qui avait trois fils: deux qui étaient intelligents et avisés, tandis que le troisième ne parlait guère et était sot, si bien qu'on l'appelait le Bêta. Lorsque le roi devint vieux et qu'il sentit ses forces décliner, il se mit à songer à sa fin prochaine et ne sut pas auquel de ses fils il devait laisser le royaume en héritage. Alors il leur dit: "Partez, et celui qui me rapportera le tapis le plus beau sera roi après ma mort." Afin qu'il n'y ait pas de dispute entre eux, il les conduisit devant son château et souffla trois plumes en l'air en disant: "Là où elles voleront, telle sera votre direction." L'une des plumes s'envola vers l'ouest, l'autre vers l'est, quant à la troisième elle voltigea tout droit à faible distance, puis retomba bientôt par terre. Alors, l'un des frères partit à droite, l'autre à gauche, tout en se moquant du Bêta qui dut rester près de la troisième plume qui était tombée tout près de lui.
Commenter  J’apprécie          20
Cependant les deux autres frères estimaient leur cadet tellement st qu'ils crurent qu'il ne trouverait absolument rien à rapporter. "Pourquoi nous fatiguer à Chercher?" se dirent-il et la première bergère qu'il rencontrèrent fit l'affaire: ils lui ôtèrent son châle de toile grossière et revinrent le porter au roi. Au même moment le Bêta rentra lui aussi, apportant son tapis magnifique. En le voyant, le roi fut étonné et dit: "S'il faut s'en remettre à la justice, le royaume appartient au cadet." Mais les deux autres ne laissèrent point de repos à leur père, lui disant qu'il était impossible que le Bêta, à qui la raison faisait défaut dans tous les domaines, devînt le roi; ils le prièrent donc de bien vouloir fixer une autres condition.
Commenter  J’apprécie          20
Le Bêta s'assit par terre et il était bien triste. C'est alors qu'il remarqua tout à coup qu'une trappe se trouvait à côté de la plume. Il leva la trappe et aperçut un escalier qu'il se mit à descendre. Il arriva devant une porte, frappe et entendit crier à l'intérieur:

"Petite demoiselle verte,
Cuisse tendue,
Et patte de lièvre,
Bondis et rebondis,
Va vite voir qui est dehors."
Commenter  J’apprécie          20
Les frères aînés ne purent qu'incliner la tête et accepter enfin la décision du père. Ils venaient d'apprendre, à leurs dépens, que jamais ils ne pourraient rivaliser avec leur cadet. Pourquoi ? Ils ne pouvaient pas le comprendre, car, à la différence de celui qu'ils prenaient pour un sot, il leur manquerait toujours la patience et la sagesse.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jacob et Wilhelm Grimm (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacob et Wilhelm Grimm
En plus des procès, c'est à travers les contes populaires et dans les mythes que nous connaissons les sorcières. Prophétesses, elles savent tout, ogresses, elles mangent tout, même les enfants. Que nous disent ces représentations sur la figure de la sorcière ?
Dans le deuxième épisode de la série "Ce que cachent les sorcières", issu de l'émission "Avec philosophie", Géraldine Muhlmann reçoit : Natacha Rimasson-Fertin, professeure des universités, spécialiste des traductions européennes des Contes de Grimm Véronique Léonard-Roques, professeure en littérature comparée et vice-présidente "recherche sciences humaines et sociales" à l'Université de Bretagne Occidentale.
Vignette de la miniature : Getty
#philosophie #sorcière #histoire
Pour écouter la série : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/avec-philosophie/les-sorcieres-dans-l-histoire-realite-ou-realite-fantasmatique-9409949 _________________________ Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (228) Voir plus



Quiz Voir plus

Il était une fois...

Dans le conte ''Blanche-Neige'' des frères Grimm, le chasseur remplace les organes de Blanche-Neige par ceux d'un animal. De quel animal s'agit-il ?

Une biche
Un marcassin
Un faon
Un lapin

5 questions
193 lecteurs ont répondu
Thème : Blanche-Neige et autres contes de Jacob GrimmCréer un quiz sur ce livre

{* *}