AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843377994
Éditeur : Anne Carrière (27/08/2015)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 30 notes)
Résumé :
En 1980, à quatre mois d’intervalle, Mark David Chapman assassine John Lennon et John Hinckley tire à bout portant sur Ronald Reagan.

Chapman et Hinckley, rien à voir en apparence, si ce n’est leur âge (25 ans) et leurs origines middle-class. Rien, sauf leur passion dévorante pour L’Attrape-cœurs et son héros, Holden Caufield. Sauf qu’ils aiment tous les deux les mômes, rien que les mômes. Qu’ils se méfient des pères qui picolent. Et des mères, hystér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
SMadJ
  24 octobre 2015
"Les enfants de chœur de l'Amérique" d'Heloise Guay de Bellissen - La chronique au coeur ardent !
Une extraordinaire plongée dans les entrailles et la psyché de trois cerveaux abîmés. Ceux de Mark Chapman, l'assassin de John Lennon, de John Hinckley, qui a tiré sur Ronald Reagan et de Holden Caulfield, le héros éternel de "L'attrape-Coeurs" de J. D. Salinger, cet adolescent qui refusait le passage à la vie adulte.
Et c'est sous le prisme de ce dernier que l'auteure construit une analyse sur l'état de l'Amérique. Il est à noter que "L'Attrape-Coeurs" est un monument dans la culture Nord-Américaine et qu'il a accompagné et bouleversé des générations de teenagers. Un ferment de la société américaine contemporaine. Et l'on retrouve d'ailleurs des références dans nombre de chansons et de films. De Green Day à Billy Joël en passant par "Shining" de Kubrick voire South Park. C'est dire que ce roman a marqué les esprits.
À ce trio perturbé s'ajoute une quatrième voix, celle de l'Amérique elle même, que l'auteure pose en Mere nourricière, celle qui détient les clés illusoires du rêve américain et qui distille amour, haine et philosophie sanguinaire à ses rejetons.
Heloïse Guay de Bellissen examine donc à la loupe les travers d'une Amérique en perdition se cherchant des héros mais engendrant surtout des rejetons débiles et dangereux qui n'hésitent pas à mordre la main qui les nourrit. Mais la main qui caresse sera aussi celle qui broie.
On pourrait reprocher l'exercice de style un peu vain si l'écriture n'était pas aussi belle, aussi pure ; un rock taillé dans la pierre la plus dure qui taillade vos veines de lecteurs. C'est sublimement écrit, aux limites de l'obscur :
"Je n'ai aucun souvenir de mes premières années. Ma théorie, c'est que nos souvenirs, c'est comme quand la douleur est trop forte : un voile descend sur nos yeux et on tombe dans les pommes. C'est ce qui a dû se passer."
Heloise nous susurre puis nous martèle son histoire, emplie de cynisme, de noirceur, de nihilisme. Entre cœur et chœur, plus qu'une question de sonorité, c'est un petit battement qui enfle en chorale violente, une unité qui se dissout dans un ensemble.
Découpé en quatre parties comme l'est votre cœur (on apprend toujours des choses en lisant), ce roman va le faire battre au rythme binaire du punk-rock, à coup de phrases puissantes, magistrales et de punchlines rageuses :
"Le soir même, mon nez pisse tellement le sang qu'on pourrait y faire du rafting."
On parlait de Green Day plus haut, ça pourrait être des paroles tirées de leurs chansons.
Et pour terminer sur une jolie note, comment ne pas parler de cette magnifique couverture pleine de symbolisme et qui résume à merveille l'ouvrage ?
3,5/5
Livre reçu dans le cadre des Masses Critiques de Babelio. J'en profite pour les remercier ainsi que les Éditions Anne Carriere.
Lien : http://cestcontagieux.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
stokely
  16 octobre 2016
J'ai trouvé le style de l'auteur et le sujet abordé de cette manière vraiment très différent de ce que je lis habituellement.
On suit ici Mark David Chapman et John Hinckley mais ce n'est pas une biographie, j'ai beaucoup aimé les petites parties choeur de l'amérique.
Mais malheureusement je suis passé complétement à côté de cette lecture, heureusement que celui-ci est court et se lit assez vite. Je tenterais bien cependant le premier ouvrage de l'auteur.
J'avais entendu beaucoup de bien de ce livre mais je pense vraiment que j'ai du passé à côté de quelque chose.
Commenter  J’apprécie          160
Sanguine
  11 septembre 2015
Il y a quelque mois de ça, j'avais lu (enfin j'avais dévoré) le premier livre de Héloïse Guay de Bellissen, il était forcément fait pour moi puisqu'il mettait en scène Boddah, l'ami imaginaire de Kurt Cobain (et Kurt ben ... coeur avec les doigts et tout ça). Je savais qu'elle avait écrit un nouveau livre sans trop en connaitre le contenu mais j'étais très curieuse de retrouver sa plume ... Aussi, lorsque j'ai vu que le livre figurait sur la liste des ouvrages que je pouvais avoir entre les mains grâce aux Editions Anne Carrière, je n'ai pas hésité un instant et j'ai eu la chance de le recevoir. Merci Fanny !
En 1980, à quatre mois d'intervalle, Mark David Chapman assassine John Lennon et John Hinckley tire à bout portant sur Ronald Reagan. Chapman et Hinckley, rien à voir en apparence, si ce n'est leur âge (25 ans) et leurs origines middle-class. Rien, sauf leur passion dévorante pour L'Attrape-coeurs et son héros, Holden Caufield. Sauf qu'ils aiment tous les deux les mômes, rien que les mômes. Qu'ils se méfient des pères qui picolent. Et des mères, hystériques. À moins que Chapman et Hinckley soient seulement les rejetons paumés d'une Amérique affamée de chair fraîche, de fric et de célébrité. Avec leurs airs d'enfant de choeur, ces deux-là racontent leur jeunesse. Chapman, le petit gros qui s'inventait des amis imaginaires. Hinckley, l'étudiant solitaire, fou amoureux de Jodie Foster, la gamine de Taxi Driver, qui le sauverait de son existence médiocre. de son côté, Caufield en a marre d'être bloqué dans la tête de ces tarés qui se sont emparés de sa vie en lisant L'Attrape- coeurs; il en a marre que Salinger, ce génie mutique et égoïste, le maintienne dans son éternelle jeunesse et dans sa rage. Il voudrait que Salinger écrive la suite. Il voudrait grandir. Pas Hinckley, ni Chapman. Ces deux-là prétendront avoir dégainé leur arme par amour. Trop d'amour c'est sûr, un amour maladif pour eux-mêmes.
Lorsque j'ai reçu mon enveloppe, j'ai été surprise par le format du livre. Il à une taille livre de poche, je ne m'attendais pas à ça mais du coup, je l'ai trouvé très pratique à lire et ça lui donne une petite touche d'originalité. Bref, après ces considérations futiles, attardons nous maintenant sur le contenu du bouquin.
Je ne suis pas très branchée Etats-Unis, c'est un pays qui ne me fait pas palpiter, qui ne m'attire pas plus que ça. Aussi, je ne me suis jamais vraiment penchée ni sur son histoire, ni sur sa politique ou le mode de vie de ses habitants. J'ai donc découvert qu'on avait tenté d'assassiner le président Reagan. J'en ai également appris un peu plus sur l'assassin de John Lennon, j'étais née lorsque le drame est arrivé mais je ne m'en souviens absolument pas. J'ai beaucoup aimé explorer ces événements et je me suis même surprise à avoir envie de mettre des visages, des photos des événements décrits par l'auteure. Je me suis donc retrouvée sur internet à la recherche de tout ça et je dois bien avouer que je n'imaginais pas du tout Chapman tel qu'il est ...
J'ai beaucoup aimé l'écriture nerveuse, rythmée et fracassante de l'auteure. Elle ne laisse pas son lecteur respirer, les événements s'enchaînent et on rentre dans la tête de Chapman et Hinckley sans avoir envie d'en sortir. Tout est très fluide, les pages se tournent facilement ... J'ai aimé l'idée d'introduire toutes ces références au roman de Salinger mais (oui je l'avoue avec honte) ... je ne l'ai pas lu. Non. du coup, j'étais partagée entre l'envie de découvrir 'L'attrape-coeurs" et l'énervement de ne pas avoir déjà intégré ces références ... Bizarre non ?
Toujours est-il que, même si ce livre ne m'aura pas autant plu que "Le roman de Boddah", j'ai passé un bon moment de lecture, un moment de découverte bien plaisant. Je ne peux que vous le conseiller si vous avez envie de découvrir ce pan de l'histoire contemporaine des Etats-Unis. Laissez vous tenter, je pense que vous ne le regretterez pas ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Stoufnie
  13 août 2016
Ce roman est un regard plein de cynisme, d'ironie sur l'Amérique, la Grande. D'ailleurs, l'auteur lui donne la parole, elle mère de tous les maux et de toutes les merveilles du nouveau monde ! Elle prend une réelle consistance, une vraie identité et surtout une pleine conscience de ses actes ! Bien entendu, chacun interprétera comme il le souhaitera cette "mère" pour moi elle a eu peau de politiciens, de meneur d'hommes !
Seulement quarante pour cent des Américains savent que la Terre tourne autour du soleil et dix-spet pour cent que les hommes préhistoriques ont inventé l'art. Moins ils en savent, mieux je me porte. Leur ignorance est mon pouvoir. Je les tiens par le portefeuille, c'est aussi simple que ça. Les dollars, c'est le ciment du pays.
Ce roman nous raconte essentiellement deux faits divers sombres de l'histoire américaines du début des années 80. La mort de John Lennon et la tentative de meurtre du président Reagan.
Je ne suis habituellement pas vraiment fan des romans qui reprennent des faits divers suffisamment récent pour avoir un impact sur la victime ou famille de la victime, mais ici entre ces deux meurtriers, on retrouve d'autres moments durs de l'Amérique des années 70-80. Des Histoires sombres, qui ont ébranlé à l'époque, qui m'ont ébranlé encore en 2016. Des drames importants qui certains ont permis une prise de conscience !
Et puis il ne faut pas oublier le fil conducteur, le point commun entre ces deux tueurs ! Holden Caulfield, le personnage de L'attrape-coeurs de Salinger. Ce roman qui a bercé l'Amérique, étudié dans les écoles et fait l'apologie de l'anti-héro. Beaucoup se reconnaissent en lui dont David Chapman et John Hinckley. Ici Holden a droit de parole et il ne s'en prive pas !
J'ai redécouvert sous la plume d'Héloïse Guay de Bellissen le racisme, la violence mais aussi l'idéologie des années seventies avec sa plume si rock . Elle nous raconte des monstruosités de façon si légère que c'est limite indécent un tel talent !
Comment résister. On ne peut que parcourir les sombres grottes de l'Amérique proposées par l'auteure ! Elles sont noires et fraîches. Couvrez-vous un peu car vous risquez quelques sueurs froide surtout lorsque vous rencontrerez Emmett till.

Lien : http://lesciblesdunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
andy86
  28 octobre 2015
Les enfants de choeur de l'Amérique est le second roman d'Héloïse Guay de Bellissen, premier que je lis et que je découvre.
Ce roman retrace le parcours de deux enfants terribles des Etats-Unis, celui de Mark Chapman et John Hinckley. le point commun entre eux: des psychopathes issus de la middle class et qui avaient des rêves de tuer des personnalités célèbres. Se sera John Lennon pour Chapman, et Reagan (mais il a loupé son coup) pour Hinckley.
Ces deux là aimaient les enfants, avec des vies déconstruits, une fascination pour les Beatles et pour le roman de Salinger, L'Attrape coeur.
L'un s'est fait arrêté avec le livre sur lui, le second connaissait des passages par coeur.
Le tour de force de l'auteur a été de construit un roman autour de ses deux personnalités, en y ajoutant un troisième protagoniste: Holden Caufield, l'anti-héros de l'attrape coeur, qui en a marre de ne pas évoluer et d'être dans la tête de fous.
L'Amérique est personnifié par une voix, celle du choeur de l'Amérique, qui porte un regard critique sur ses enfants.
C'est un roman à la construction en quatre partie, qui reprend les quatre parties du coeur: oreillettes et ventricules, droit et gauche.
Si vous avez continué de me lire jusque là, vous aurez remarqué que le coeur (ou choeur) est essentielle dans ce livre.
Bref, c'est un livre assez dérangeant mais qui se lit extrêmement bien. Par moment c'est horrible (surtout si l'on fait des recherches, notamment sur Emmett Pill), mais c'est une horreur qui a existé, une réalité qu'on aimerait oublié, mais qui est ancrée dans l'historique d'une nation.
Les fascinations des deux tueurs est malsaines, dégoûtantes mais également intrigantes.
J'ai beaucoup aimé ce livre, mais il est noté qu'il manque une petite note expliquant le devenir de ses deux personnes.
Un livre qui laisse à réfléchir, dur, vif et cruel, i dépeint une société amplit de ces défaut. Et il est assez étonnant de voir que c'est un auteur français qui se lance dans une telle critique de la société américaine.
Un livre que je recommande, mais âme sensible s'abstenir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
StemilouStemilou   01 octobre 2015
Aimer à ce point quelqu’un ça donne l’impression d’être un drap suspendu à une corde à linge en plein soleil, ça fait de petits mouvements lents dans le bide et c’est chaud. Aimer à ce point, c’est avoir quelque chose dans la peau dont on voudrait se débarrasser. Cacher les preuves, changer son sang, partir loin, ne plus revenir vers soi, juste pour changer de disque. Aimer à ce point, ça prend un temps fou sur l’existence, la vraie, celle que je ne joue plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SMadJSMadJ   28 octobre 2015
Je n'ai aucun souvenir de mes premières années. Ma théorie, c'est que nos souvenirs, c'est comme quand la douleur est trop forte : un voile descend sur nos yeux et on tombe dans les pommes. C'est ce qui a dû se passer.
Commenter  J’apprécie          110
SMadJSMadJ   29 octobre 2015
Le soir même, mon nez pisse tellement le sang qu'on pourrait y faire du rafting.
Commenter  J’apprécie          120
laurannslauranns   09 novembre 2015
L'enfance, elle se brise pas forcément quand on se sent adulte, y en a qui la perde plus tard que d'autres.
Et la tienne, où est-elle? Je veux dire, maintenant toi, il est où ton cœur de môme? Tu le laisses se trimballer tout seul sans surveillance? Ça ne m'étonne pas. Personne n'y fait attention, peut-être que si on connaissait le moment où ça va basculer on serait différent.
Commenter  J’apprécie          10
RebkaRebka   20 septembre 2016
Il ne faut jamais donner son cœur entièrement. Le corps, c'est un autre problème.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Héloïse Guay de Bellissen (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Héloïse Guay de Bellissen
SMEP 2016 - Héloïse Guay de Bellissen
autres livres classés : john lennonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2650 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre