AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350683966
Éditeur : Cairn (01/10/2015)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Renato Donatelli est un simple flic. Un costaud, un baraqué, un type qui a quitté son île, la Nouvelle-Calédonie et qui s'acquitte de son job du mieux qu'il peut, honnêtement, toujours prêt à rendre service, parce que c'est comme ça que Mama Loma l'a éduqué. Les magouilles de la brigade des Stups, il refuse d'y participer. Le Kanak comme il est surnommé par le reste de la bande est toujours poli mais faut pas venir lui chercher des noises. « Je vais te laisser le ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Amnezik666
  27 décembre 2017
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je souhaiterai revenir sur la genèse du personnage de Renato Donatelli. L'auteur s'est largement inspiré d'un collègue et ami, Renato Talatini, pas un Kanak, mais un Wallisien. Une force de la nature (qualifier un Wallisien de force de la nature tiendrait presque du pléonasme), qui appelait effectivement ses potes gros chameaux et promettait des gifles amicales à ceux qui lui cherchaient des noises. le « vrai » Renato est décédé en 2009 suite à un AVC, le roman lui est dédié, mais le plus bel hommage que pouvait lui rendre Christophe Guillaumot reste son héros : Renato Donatelli.
Il faut dire que Renato Donatelli a de quoi marquer les esprits, physiquement déjà il mesure pas loin de deux mètres, tout en muscles. Mais surtout Renato Donatelli est foncièrement gentil et intègre, toujours prêt à aider son prochain. Son rêve : revenir en Nouvelle-Calédonie ; mais les places sont chères et certains n'hésitent pas à truquer les cartes pour lui griller la priorité.
Affecté comme gardien de la paix à la brigade des Stups, il bosse au sein d'une équipe corrompue jusqu'à la moelle. S'il ne participe pas à leurs magouilles, il ne les balance pas non plus à ses supérieurs ; c'est pas son genre. Un statu quo pas totalement satisfaisant pour Renato, mais il accepte de faire avec.
Si Renato a le coeur sur la main et se plait à jouer la carte du gentil sauvage un tantinet candide, il n'hésite toutefois pas à jouer des poings quand la situation l'impose. Avec son physique et sa force, il n'a pas besoin de s'encombrer de son arme de service.
Au fil de son enquête, il croisera un jeune lieutenant de la Crim', Jérôme Cussac, surnommé numéro Six par ses collègues et souvent relégué à des tâches peu reluisantes. Mais aussi Avril amandier, une jeune et jolie médecin légiste.
L'enquête de Renato va le plonger dans les heures les plus sombres et les plus sanglantes de l'histoire du Rwanda. Avril 1994, l'avion du président rwandais est abattu par un tir de missile. le Front Patriotique Rwandais (FPR) désigne les Tutsis comme responsables et appellent les Hutus à passer à l'acte. Entre avril et juillet 1994, ce conflit fera plus de 800 000 victimes (essentiellement des Tutsis). le génocide rwandais sera reconnu comme tel par l'ONU en juin 1994.
Je n'ai aucune honte à avouer que j'ai suivi de très loin le déroulement des faits qui ont conduit au génocide rwandais ; j'en ai naturellement entendu parler, mais hormis le fait que les Tutsis se faisaient massacrer par les Hutus, je n'ai pas cherché à voir plus loin que la surface. A la lecture du roman on devine aisément que Christophe Guillaumot a dû se livrer à un impressionnant travail d'investigation sur le sujet, notamment sur l'implication (et la non-intervention, voire la complicité) de la communauté internationale et plus particulièrement de la France dans le dossier rwandais.
Bref en enquêtant sur ce double meurtre, non seulement Renato sort clairement de son périmètre d'action, mais il risque fort de remuer une merde que certains préféreraient continuer à laisser reposer au fond des chiottes de l'oubli. Tout ça pour vous dire qu'il devra faire face à bien des obstacles…
L'auteur nous livre un polar haut de gamme, avec une intrigue riche en rebondissements et autres retournements de situation, mais aussi et surtout avec des personnages diablement attachants.
A ma connaissance je n'ai jamais mis les pieds à Toulouse, mais en lisant ce bouquin j'avais l'impression de connaître la ville. On sent que l'auteur aime sa ville et prend plaisir à nous la faire découvrir (quitte à s'écarter des sentiers touristiques et plonger dans les bas-fonds de la ville rose).
Pour sa première apparition, on peut dire que le Kanak frappe haut et juste, et dire que d'après Lau Lo le second est encore meilleur, il me tarde de le découvrir. Une chose est sûre, j'aurai plaisir à suivre cet auteur et ses personnages.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Didier_Tr
  14 janvier 2016
Deuxième livre de Christophe Guillaumot, "Abattez les grands arbres" transporte la tragédie rwandaise dans la Ville Rose.
Des meurtres se succèdent, et semblent reliés au génocide hutu du début des années 1990. Mais de quoi s'agit-il réellement ? Vengeances, règlements de comptes, poursuite des massacres ?
Quelques policiers se mettent au travail, un gendarme Kanak, héros principal du roman, un jeune premier de la classe de police, leur hiérarchie respective, certaine pourrie, l'autre distante. Une jolie médecin légiste. Une non-moins jolie agent des services secrets détachée à Toulouse. Nous allons faire connaissance avec tout ce petit monde tout au long de ce roman.
C'est bien écrit, sympathique, rafraichissant. L'histoire tient bien la route. S'y ajoute ce soupçon de naïveté qui renforce le plaisir de la lecture.
Plutôt une bonne surprise, une réussite. On se demande parfois pourquoi l'auteur est allé chercher si loin ses idées ou ses héros, mais finalement, le tout se tient bien !
Pour ceux qui ont envie de découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BrunoLeLibraire
  16 octobre 2015
UNE TRES BONNE GIFLE AMICALE
Après 6 ans d'absence des rayons des librairies, Christophe Guillaumot (lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2009) revient avec un très bon deuxième roman.
Renato Donatelli a quitté la Nouvelle Calédonie pour venir en France. le kanak est gardien de la paix à la brigade des Stups de Toulouse, fait son boulot du mieux qu'il peut et refuse de participer aux magouilles de ses collègues. Lors d'une perquisition chez un dealer, Renato, restant à l'écart, découvre dans l'appartement voisin une famille massacrée à coups de machette. Il décide, aidé d'un jeune promu de l'Ecole de Police, de résoudre ce crime même si tout le monde tente de l'en dissuader. Au fur et à mesure de son enquête il va apprendre que ces meurtres sont étroitement liés à l'Histoire récente du Rwanda. Une histoire de vengeance où les bourreaux d'hier sont les victimes d'aujourd'hui.
De part sa profession, l'auteur, capitaine de police, nous livre une enquête très bien ficelée et surtout très réaliste dans la ville rose. le personnage central du roman, Renato, est une force de la nature, tranquille qu'il ne faut pas faire chier. Il commence toujours comme ça « Je vais te laisser le choix. Soit tu passes ton chemin, soit je te mets une gifle amicale ». Un personnage très attachant dont nous attendons avec impatience la prochaine enquête.
Vous avez la possibilité de vous faire dédicacer l'ouvrage par l'auteur. Pour cela il suffit de l'indiquer dans la case « Laissez-nous un message » lors de votre commande.
Lien : http://www.librairie-renaiss..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EvadezMoi
  05 février 2017
Si je ne devais vous conseiller qu'un seul polar, là, tout de suite, ça serait Abattez les grands arbres.
Ce roman n'est pas juste un polar, c'est beaucoup plus que ça.
Bon d'accord, c'est d'abord un polar. Lors d'une perquisition dans l'appartement d'un dealeur, un des membres de la brigade des stups de Toulouse, Donatelli, découvre dans l'appartement voisin un véritable carnage. Ses occupants ont été massacrés à la machette. Cette affaire est confiée à la Crim' dont fait partie Jérôme Cussac, surnommé Numéro Six.
Donatelli décide d'enquêter sans en avertir sa hiérarchie. Bientôt, Six et lui vont devoir affronter le passé des victimes et se battre contre bien plus fort qu'eux.
L'intrigue est parfaitement maîtrisée, riche en ramifications mais l'auteur la déroule tellement bien qu'elle semble limpide.
Le premier chapitre nous mets d'entrée dans le bain. Il est certes assez violent mais il est nécessaire pour mieux appréhender la suite.
Car ce polar c'est aussi une mine d'informations sur les évènements qui se sont déroulés au Rwanda dans la première moitié des années 90. le génocide rwandais est parfaitement expliqué, son environnement politique également. Tout le monde, sauf peut-être les plus jeunes, a entendu parler des Hutus contre les Tutsis. Mais le contexte réel m'était complètement inconnu et j'ai trouvé très enrichissant d'en apprendre beaucoup plus. Car la plaque tournante de ce roman est l'association « Abattez les grands arbres », visant à retrouver les bourreaux Hutus.
Ce polar, c'est aussi une histoire d'homme. Vous ferez connaissance avec Donatelli, un personnage puissant et que vous n'oublierez pas de si tôt. Une armoire à glace au coeur tendre, intègre, altruiste, obstiné aussi. Un flic Kanak qui ne pense qu'à une seule chose : être enfin muté dans son île natale. Jusqu'à ce qu'il rencontre Avril, la belle légiste qui va les aider, lui et Six, à mener à bien leur enquête.
Enfin, ce polar, c'est aussi, pour ceux qui ne connaissent pas, une véritable visite guidée de Toulouse. OK, pas ses quartiers les plus chics, mais l'ambiance générale y est parfaitement décrite. Sa douceur, sa chaleur, son esprit festif aussi. Il est vrai que je suis toulousaine donc toutes ces descriptions me parlent plus qu'à d'autres.
Parlons aussi du style. Christophe Guillaumot en à peine deux romans a clairement assis un style percutant, précis et formidablement documenté.
Aucune incohérence dans l'histoire ou l'action. Tout est millimétré pour que le fil ne soit jamais rompu. Une écriture nerveuse qui ralentit parfois pour nous conter cette histoire pas si ancienne ou pour nous laisser apprivoiser le Kanak.
On s'attache énormément aux personnages. Et quand on referme ce roman, ils nous manquent déjà.

Lien : http://atelierdelaulo.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aure9731349
  09 janvier 2018
J'ai beaucoup apprécié ce livre, de part la manière d'écrire mais aussi par l'histoire qui est mise en avant.
Tout d'abord, l'histoire se passe dans une ville que je connais : Toulouse, les lieux sont tellement bien décrit que l'on peut tout de suite savoir où cela a pu se passer.
Mai aussi parce que j'ai pu en apprendre davantage sur le massacre des Tsutsis par les Hutus, que je ne connaissais guère.
Les personnages ont tous des rôles différents dans l'enquête bien qu'ils se rejoignent de temps à autre. Chaque personnage est attachant avec ses bons et mauvais côtés, personne n'est épargné.
Tous les personnages qui interviennent sont intrigants.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Didier_TrDidier_Tr   10 janvier 2016
En tout cas, ajoute Avril avec le franc-parler qui la caractérise, vous avez intérêt à vous dépêcher d'arrêter ces salopards ! Parce que je n'ai pas envie de passer mes journées à charcuter des gosses !
Commenter  J’apprécie          50
Didier_TrDidier_Tr   14 janvier 2016
Tout s'explique. Six comprend l'enchainement funeste qui a conduit à cette conclusion. La rencontre avec le Milord a été décisive.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : génocideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1129 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre