AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791034902163
Éditeur : Liana Lévi (09/01/2020)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Renato Donatelli, brigadier au SRPJ de Toulouse, n'a pas l'habitude du désoeuvrement et surtout il n'aime pas être sur la touche. La section des courses et jeux où il est affecté a été vidée de tous ses coéquipiers. Le Kanak en serait réduit à expédier les affaires courantes s'il ne s'était mis à souffler sur la Ville rose, en cet été caniculaire, un vent mauvais : un dealer a été assassiné dans la cité du Mirail et tout semble désigner Six, son ancien supérieur et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  10 janvier 2020
Nous avions laissé Renato Donatelli, dit le Kanak, le héros d'une saga créée par l'Christophe Guillaumot,commandant de police au SRPJ de Toulouse, à la tête d'une joyeuse et efficace équipe de la section course et jeux à la SRPJ de.. Toulouse ( autant raconter la ville que l'on connait le mieux, non?).
Mais aujourd'hui il est seul dans son bureau, seul à contrôler les Casinos et les courses hippiques de la région. Jules Letocart a quitté Toulouse pour faire ses armes dans le 9.3, Serge coule une retraite heureuse, et Six, qui n'en peut plus de la maison Poulaga, vient de donner sa démission pour suivre May son amour de graffeuse à New-York.
Par quel terrible concours de circonstances, Six se retrouve en garde à vue cuisiné par les boeufs-carottes. le Kanak est prêt à tout pour soutenir son ami même s'il faut fouiller dans le passé trouble de ce dernier et quitte à reprendre contact avec George un policier ripoux qui sort de prison.
Un ami en détresse, une cousine devenue la proie de terribles trafiquant sans scrupule, des souvenirs et des non-dits familiaux, Renato saura-t-il saisir la main que lui tend Avril, médecin légiste de retour dans la cité Gasconne et amoureuse. le Kanak, géant au coeur tendre loin de son ile, traine son spleen le long du canal du Midi.
Quel drôle de polar qui n'arrive jamais où on l'attend. Réaliste et très documenté sur la vie quotidienne d'un commissariat, il sourd du roman de Christophe Guillaumot une violente mélancolie et une profonde empathie pour ses héros, des policiers abimés par la vie. C'est ce qui fait l'originalité et la force de son écriture.
"Que tombe le silence" est un polar profondément attachant.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Amnezik666
  22 janvier 2020
En guise de préambule j'invite les lecteurs qui n'auraient pas lu les précédents romans de la série, Abattez Les Grands Arbres et La Chance du Perdant, à combler cette lacune avant de découvrir le présent roman. Ce n'est pas que cela s'impose vraiment, mais c'est une série qui gagne a être découverte dans l'ordre chronologique… surtout au vu des événements survenant dans ce troisième opus.
Dans ce troisième roman Christophe Guillaumot ne ménage pas ses personnages. Il faut dire que l'intrigue est bien plus intense et complexe que dans les précédents romans ; attendez-vous à quelques revirements de situation totalement imprévisibles.
De fait Renato, notre Kanak préféré, va en prendre plein la gueule (nous aussi au passage). Ce n'est pas tant physiquement qu'il sera secoué, mais plutôt moralement… et à plus d'un titre. Mais Renato, tel un roseau, plie mais ne rompt pas.
Si le roman est essentiellement centré sur le personnage de Renato Donatelli, il ne sera heureusement pas complètement seul pour faire face à l'adversité. Il pourra notamment compter sur le soutien sans faille de Jacquie, une flic des Stups au caractère bien trempé. Et comme tout n'est pas noir dans ce monde de brutes, le rayon de soleil du Kanak sera Avril Amandier, la légiste qui fait battre son petit coeur de gros dur, revenue de son séjour en Catalogne.
Un autre personnage fera son grand retour sur le devant de la scène, un retour inattendu (à défaut d'être inespéré) et une alliance de circonstance avec Renato encore plus inattendue.
Une intrigue qui permet à Christophe Guillaumot de pointer du doigt les conditions de travail des policiers qui, outre un travail exigeant physiquement et moralement, doivent aussi composer avec une défiance croissante d'une certaine population (oubliée la vague « Je suis flic » de 2015) et les coupes budgétaires.
Une situation dégradée qui conduit certains policiers à mettre fin à leurs jours (54 suicides en 2019). Sur le sujet j'ai été abasourdi d'apprendre qu'un policier qui se donne la mort n'est pas considéré mort en service et n'a de fait pas le droit à une ultime minute de silence de la part de ses frères d'arme.
Au vu du déroulé de l'intrigue et de son dénouement, j'ai craint de devoir faire le deuil de futures enquêtes du Kanak ; Christophe Guillaumot rassure ses lecteurs à la fin du roman. Renato will be back ! Et je ne vous gâche pas qu'il me tarde de découvrir comment il va rebondir… d'autant qu'il subsiste de nombreuses situations à décanter.
On trouve encore quelques confusions mineures entre les cultures mélanésiennes et wallisiennes, mais ça reste anecdotique et surtout ça ne gâche en rien le plaisir de cette lecture et l'envie de connaître le fin mot de l'histoire.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jazzynewyork
  01 février 2020
Quand on connaît le Kanak, on est forcément attaché à lui, et on prends grand plaisir à le retrouver.
Cette fois, on s'éloigne quelque peu de la police des jeux, et on s'approche davantage des difficultés rencontrées par les policiers dans leur travail. Un quotidien professionnel souvent difficile à concilier avec la vie privée et qui entraîne bien souvent des dépressions menant parfois au suicide.
L'auteur n'hésite pas également à travers ce polar, à montrer comme il est parfois difficile de ne pas franchir la ligne, de ne pas finir en ripoux, tant les tentations sont à portées de main.
Confrontant le Kanak à son passé, il nous permet de connaître davantage ce personnage inspiré d'un de ses amis trop tôt disparu.
Un bel hommage également à sa ville Toulouse, son fief, qu'il honore de sa plume en en faisant un personnage à part entière.
Un polar bien mené qui gagne en profondeur et confirme le talent de ce flic qui est passé du côté des écrivains à suivre.
Hâte de retrouver cette plume bien armée.
Lien : https://dealerdeligne.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BazartBazart   09 janvier 2020
Renato est resté plus de trois heures à répondre aux questions de l’IGPN. Il a retracé les conditions de sa rencontre avec Six, puis l’historique de leur parcours commun. Les questions intrusives cherchaient à connaitre la nature exacte de leurs relations, étaient-ils de simples collègues, des partenaires ou bien des amis qui s’invitaient chez les uns et chez les autres, durant les week-ends ? Renato a bafouillé car ce n’est plus clair dans sa tête. Un ami aurait dû ressentir le malaise, prévenir les dérives et éviter les conneries. Il s’est finalement déclaré partenaire, ce qui n’est pas rien dans la police.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Amnezik666Amnezik666   22 janvier 2020
— Une biture ne fait de mal à personne, c’est un moyen comme un autre de se relaxer.
— Sauf que je mets trop souvent le nez dedans. C’est pernicieux, ça vient peu à peu, sans qu’on s’en rende compte. Tu prends l’habitude d’une bière avant le déjeuner, puis du vin à midi. Le soir, rebelote, apéro, vin et, cerise sur le gâteau, un, voire deux verres de whisky. Au total, tu t’es mis plus d’un litre d’alcool dans le sang. Et ça, c’est une journée normale. J’te parle pas des sorties entre potes, comme hier soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666Amnezik666   22 janvier 2020
Chacun a sa manière de réagir face à la mort : certains pleurent, d’autres se murent dans le silence, il y a les coléreux qui cherchent des responsables, les impulsifs qui se cognent la tête contre les murs, mais tous sont malheureux.
Commenter  J’apprécie          10
Amnezik666Amnezik666   22 janvier 2020
Il sue comme un porc. Enfin, c’est l’expression qu’il emploie, mais il sait qu’un porc possède quatre fois moins de glandes sudoripares que les humains. Et puis, à se renseigner sur la question, Georges a découvert la locution originelle : suer comme un port, avec un « t ». Parce que les porcs dont il est question, ce sont les marins qui à leur retour sur la terre ferme exhalent une odeur de transpiration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christophe Guillaumot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Guillaumot
Christophe Guillaumot : Abattez les grands arbres.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1798 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre