AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246424116
195 pages
Éditeur : Grasset (28/05/1991)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 45 notes)
Résumé :
A-t-on le droit, à la fin du XXe siècle, de penser ensemble Dieu et la science ? De dépasser le vieux conflit entre le croyant - pour qui Dieu n'est ni démontrable, ni calculable - et le savant - pour qui Dieu n'est même pas une hypothèse de travail ? Tel est, en tout cas, l'enjeu de ce livre qui, de ce fait, s'autorise d'une évidence aujourd'hui, la science pose des questions qui, jusqu'à une date récente, n'appartenaient qu'à la théologie ou à la métaphysique. D'o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
greg320i
  18 octobre 2015
Science sans conscience ,, N'est que ruines de l'âme ,
Ainsi le prophète Alpha Blondy -alias Seydou Koné de son vrai nom- ( né un 1er janvier) nous le proclame .
Jolis Messieurs, gentes dames, voilà mon ballet sonore pour cette critique qui vous invite à vous penchez ( surtout vous mesdames..) sur un moment de réflexion des plus intense.
Alors, dès lors , entrez dans la dance, allez venez, laisser faire l'insouciance.
Il faut , il est vrai , pour connaître et savoir apprécier le vrai fond théologique et pratique de la relation entre ces deux mondes passionnant que sont l'univers et l'Eternel , un certain relâchement .
Quoi de mieux donc que l'instrumentalisation et la vision 3 d'pour visionner l' Ether et la Terre. L'entente entre le dedans et le dehors .
Voir, prévoir , recevoir tous ces messages de l'extérieur , tel ces relations de la relativité pour notre bon ami moustachu Einstein, est aisé . La question que l'on peut se poser est justement : pourquoi ?
Pourquoi ces facilités à émettre racine carré ou autres équations compliquées quand le commun des mortels ne s'en souci guère plus que de savoir si la lumière reste allumé une fois la porte du frigo refermé ( certains ont quand même tenté d'y rester à l'intérieur pour la curiosité )
Bref,ne nous éloignons pas du sujet; Dieu et la Science est aussi complexe que le reste des grandes interrogations de ce monde .
Mieux vaut alors être bien accompagné pour philosopher en toute quiétude :
Jean Guitton et deux longs mentons du nom d' Igor et Grichka Bogdanoff nous accompagne par leur écrit dans ce récit .
Heureusement , leur égo et leur langage scientifique sont dit 'amical ' : pas le moindre mal pour décrypter les petits secrets de la métaphysique quand les mots s'allient au principe simple d'un chemin vers la lumière .
Lanterne quand tu nous tiens ..
Première buche: le Big Bang, point de départ crucial vers notre ancestral déité , quoi que ce dernier n'apparaitra jamais au long de ces 200 pages.
Hasard ou nécessité ?
le visible et l'invisible, la matière et la manière de la reconnaître diverge.
D'un côté les philosophes et leurs belles strophes , de l'autre les spirituels et leur rituels .
Deux courant , deux raisons, qui à tord , qui à raison ?
Voilà pourquoi il est essentiel de retenir que les découvertes de ce monde soient traitées sur table commune .
D'une redoutable Oui-Ja à celle de l'astrophysicien ,même combat : La voie
exemple probant : Toc, toc, Ô esprit est-tu là ?
Si oui , définis moi un quark .
Si non, tu sera gentil de me laisser finir cette critique .
Soit, reprenons alors le gai conflit entre réalité démontré et hypothèse de ce qui 'peut' exister : l'esprit dans la matière .
Ici , à ce stade de lecture du livre ,les trois quart fini, vous aurez déjà assimiler pas mal de connaissance et d'essence pratique pour vous créer votre propre idée sur une autre question existentiel : pourquoi quelque chose plutôt que rien ?
C'est en cela que je veut venir : Rien , même dans son état de néant existe .
Pour preuve , le célèbre Gainsbourg " mieux vaut ne penser à rien que de ne pas penser du tout , rien c'est déjà beaucoup , rien c'est bien mieux que tout. " .
Ça vous la coupe , hein ?
Qu'un personnage après quinze gitanes et le double de Pastis vous sorte ainsi ces vers, sévère mais juste de réflexion . La plus belle preuve que la science est offerte à tout le monde .
Regrettable donc que Jean Guitton n'est pas invité notre Gain-gain à mettre son grain sucré-salé dans cette passionnante mais ô combien indéfinissable histoire d'immatérialité et de transcendance de l'esprit dans son texte.

Igor, Grichka ,, ce n'est pas que j'ai un poil contre vous, mais vos rhétoriques,, pas assez poétique .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
frandj
  12 février 2014
Le philosophe J. Guitton dialogue avec les frères Bogdanoff, qui lui servent de caution scientifique. Les auteurs passent en revue des paradoxes et surprises que les sciences physiques et biologiques ont récemment fait apparaitre. Ils évoquent le Big Bang, l'apparition sur la Terre des molécules organiques, le caractère insaisissable de la matière (au niveau microscopique), les concepts si peu intuitifs de la mécanique quantique, etc... Sur ces sujets qui soulèvent des questions très difficiles, dont les scientifiques n'ont pas les réponses, il y a deux attitudes possibles. Ou bien on décrit la réalité physique telle qu'elle est, sans aucun souci métaphysique. Ou bien on cherche une compréhension intime (mais purement philosophique) du "pourquoi ?"
C'est évidemment dans cette seconde démarche que s'inscrit J. Guitton. Il examine avec sérieux les failles dans notre appréhension du réel, qui mettent en doute notre perception naïve et spontanée (mécaniste et matérialiste) de la Nature. Dans la foulée il cherche à rattacher toutes ces "failles" à un Principe immanent, qui serait tout à la fois créateur de l'Univers et présent actuellement en toute chose, de l'infiniment petit à l'infiniment grand. le concept de "l'intelligent design", maintenant à la mode outre-Atlantique, est explicitement cité dans le livre. Ce Principe, selon J. Guitton, c'est Dieu - mais il ne se hasarde pas à en énumérer les attributs. A la fin du livre, J. Guitton résume sa pensée, par ces trois propositions: "L'esprit et la matière forment une seule et même réalité. le Créateur de cet univers matière/esprit est transcendant. La réalité en soi de cet univers n'est pas connaissable". le philosophe donne ainsi sa conception, on peut y adhérer ou simplement y réfléchir.
Ce livre paru en 1991, relativement court, se présente comme une suite de dialogues. Pour peu qu'on dispose d'un minimum de culture scientifique, on le lit assez facilement. Selon moi, cet ouvrage a le mérite de pointer avec exactitude diverses difficultés conceptuelles dans les sciences physiques et de méditer intelligemment sur leur interprétation. Toutefois, par le ton qu'il emploie et dans sa hâte à "tirer" les lecteurs vers sa conception de Dieu, il peut irriter certains d'entre eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Jipi
  31 décembre 2018
Avant le temps de Planck rien n'existe. ou plutôt: c'est le règne de la totalité intemporelle, de l'intégrité parfaite, de la symétrie absolue: seul le principe Originel est la, dans le néant, force illimitée, sans commencement ni fin. le créateur, conscient d'être celui qui est dans la totalité du néant va décider de créer un miroir à sa propre existence. La matière, l'univers: reflets de sa conscience, rupture définitive avec la belle harmonie du néant originel. Dieu vient, en quelque sorte, de créer une image de lui-même.
Jean Guitton
Ce qui pouvait se suffire à soi-même pour l'éternité décide suite à une intuition transcendée de se diluer dans sa corporéité en s'inondant de soi dans l'espace et le temps.
Je suis celui qui suis.
La singularité, le mur de Planck, la fusion infinitésimale associant sur un même visage l'ombre du tout non révélé métamorphosé en luminosité corporelle.
Le duplicata simultané et accompli de son non être associé à sa volonté de se réaliser par son déterminisme progressif dans l'infini de son univers.
Un miroir hors du temps entre le tout en un, la contemplation inertielle d'une perfection de soi à priori, immobile, absolue et spontanée et sa volonté de venir au monde en visitant séquentiellement l'intégralité de sa lucidité constituant les différentes modules de son histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mu-mu
  09 octobre 2014
Un petit ouvrage (196 p) pour réfléchir un peu sur la thématique "Dieu et la science". On est surpris de la rencontre entre Jean Guitton et les frères Bogdanov.
Commenter  J’apprécie          60
ferdinandcretin
  29 avril 2014
Peut-être suis-je hermétique à la philosophie mais là, c'est vraiment fumeux.
Si vous voulez lire un bon livre de créationnistes, autant lire ceux de Denton.
http://www.babelio.com/livres/Denton-Levolution-a-t-elle-un-sens-/527376
Commenter  J’apprécie          13

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
greg320igreg320i   16 octobre 2015
Jean Guitton : Comme le dit Pearce : " l'esprit humain reflète l'esprit humain . " Dès lors , on ne peut pas dire , simplement , que l'esprit et la matière coexistent : ils existent l'un à travers l'autre. D'une certaine manière , à travers nous, l'univers est donc en train de rêver de lui-même : le métaréalisme commence au moment même où le rêveur prend conscience de lui-même et de son rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
DanieljeanDanieljean   22 décembre 2019
On peut même aller plus loin encore pour essayer de comprendre les physiciens lorsqu'ifs affirment que le tout et la partie sont une seule et même chose. Voici un exemple frappant : celui de l'hologramme. La plupart des gens qui ont vu une image holographique (laquelle s'obtient en projetant un faisceau laser à travers la plaque sur laquelle une scène à été photographiée) ont eu l'étrange impression de contempler un objet réel en trois dimensions. On peut se déplacer autour de la projection holographique et l'observer sous des angles différents, tout comme un objet réel. Ce n'est qu'en passant la main au travers de l'objet qu'on constate qu'if n'y a rien.
Or, si vous prenez un puissant microscope pour observer l'image holographique d'une goutte d'eau,par exemple, vous allez voir les micro-organisme qui se trouvaient dans la goutte originelle.
Ce n'est pas tout. L'image holographique possède une caractéristique encore plus curieuse. Admet­tons que je prenne une photo de la Tour Eiffel. Si je déchire le négatif de ma photo en deux et que je fais développer une des deux moitiés, je n'obtiendrai, bien sûr, qu'une moitié de l'image originelle de la tout Eiffel. Or tout change avec l'image holographique. Pour aussi étrange que cela puisse paraître, si on déchire un morceau de négatif holographique pour le mettre sous un projecteur laser, on n'obtiendra pas une « partie » de l'image, mais l'image entière. Même si je déchire le négatif une dizaine de fois pour n'en garder qu'une partie minuscule, celle-ci contiendra la totalité de l'image. Gela montre de façon spectaculaire qu'il n'existe pas de correspondance univoque entre les régions (ou parties) de la scène originale et les régions de la plaque holographique, comme c'était le cas pour le négatif d'une photo habituelle. La scène tout entière a été enregistrée partout sur la plaque holographique, de sorte que chacune des « parties » de la plaque en reflète la totalité. Pour David Bohm, l'hologramme présente une analogie frappante avec l'ordre global et indivisible de l'univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   22 décembre 2019
Revenons à votre clef. La première chose dont nous sommes désormais certains, c'est que cette clé est faite de vide. Un exemple va nous permettre de mieux comprendre que l'univers entier est essentiellement composé de vide. Imaginons que notre clé grandisse, jusqu'à atteindre la taille de la Terre. A cette échelle, les atomes qui composent la clé géante auraient à peine la taille de cerises.
Mais voici quelque chose d'encore plus étonnant. Supposons que nous prenions dans la main l'un de ces atomes de la taille d'une cerise. Nous aurions beau l'examiner, même à l'aide d'un microscope, il nous serait absolument impossible d'observer le noyau, bien trop petit à une telle échelle. En fait, pour voir quelque chose, il va falloir à nouveau changer d'échelle. La cerise représentant un atome va donc grandir à nouveau pour devenir un énorme globe haut de deux cents mètres. Malgré cette taille impressionnante, le noyau de notre atome ne sera pourtant pas plus gros qu'un minuscule grain de poussière. C'est cela, le vide de l'atome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mu-mumu-mu   03 octobre 2014
Un honnête homme armé de tout le savoir à notre portée aujourd'hui se devrait d'affirmer que l'origine de la vie paraît actuellement tenir du miracle, tant il y a de conditions à réunir pour la mettre en oeuvre.
Commenter  J’apprécie          130
julienraynaudjulienraynaud   17 février 2016
affirmer qu'il existe, telles des images dans un miroir, une myriade d'autres mondes parallèles au nôtre, c'est supposer que non seulement tout ce qui est possible, mais également tout ce qui est imaginable, advient réellement.
(J. Guitton)
Commenter  J’apprécie          90

Video de Jean Guitton (8) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Guitton et les papes
Jean GUITTON compare les qualités respectives des papes Jean XXIII et Paul VI.
Dans la catégorie : Science et religionVoir plus
>Religion>Philosophie et théorie de la religion>Science et religion (6)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
325 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre