AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757842263
346 pages
Éditeur : Points (04/09/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 47 notes)
Résumé :

A l'heure où les grands programmes d'étude du génome humain drainent la majeure partie des crédits de la biologie, où les biologistes, en somme, " se regardent le nombril ", un botaniste tente de rétablir un salutaire équilibre. À l'exact opposé d'une vision anthropocentrée recherchant une explication déterministe, voire mécaniste, du vivant, Francis Hallé propose ici d'élargir l'horizo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Kawane
  09 octobre 2018
Attention Chlorophylle et photosynthèse !
Si vous voulez prendre une leçon magistrale de biologie ..c'est ici ! ...L'essai très pertinent de François Hallé met en parallèle le monde animal, le monde végétal et l'Homme ...et si justement L'intelligente et pertinente analyse de l' auteur pose une question cruciale : au nom de quel droit se fait la prédominance de l'Homme sur ces deux mondes aussi importants pour la vie terrestre ? ....
C'es passionnant et détonnant
A lire avec un dictionnaire sur la botanique pour le public non averti...

Commenter  J’apprécie          140
clodig
  17 avril 2009
Pour inviter non seulement la communauté scientifique mais aussi un vaste lectorat non spécialisé à visiter ces nouvelles pistes, il fallait un auteur d'exception, alliant à une longue expérience de terrain une faculté de conceptualisation permanente et un esprit de synthèse plein de hardiesse. Ainsi, le végétal est appréhendé depuis l'échelle paysagère jusqu'à celle du gène dans ses aspects les plus innovants. L'auteur nous montre la fécondité d'un comparaison animal-végétal (en termes de volume et surface développés par exemple) et tous les risques d'erreurs de certaines assimilations (que reste-t-il de la théorie des hormones végétales ? ). Quelles éblouissantes images que celles données par le "temps mesuré par les plantes" : non seulement le mouvement (d'une liane par exemple) est indissociable de sa croissance, mais si, dans un film accéléré, 200 ans sont remplacés par une seconde, c'est toute la vie tumultueuse et en perpétuel renouvellement de la forêt tropicale qui surgit sous nos yeux. L'essentiel n'est jamais oublié : le fonctionnement, potentiellement indéfini des méristèmes n'est plus un lieu commun mais toutes ses implications sont des ouvertures pour mieux comprendre la plante. Nous voici bousculés sur la notion d'individu, qui, après analyse, n'est plus du tout évidente chez le végétal. Et si l'arbre était coloniaire ? Une oeuvre qu'on lit, relit ou consulte au fil des mois, avec, chaque fois le même enrichissement et le même plaisir. Maryse Tort (Digitalis n°5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
liberliger
  25 janvier 2017
Même si le style est agréable, il faut cependant dire que l'ouvrage est à réserver à un public averti ayant une bonne maîtrise de la biologie et de son vocabulaire. Bref, le jardinier que je suis a jeté rapidement l'éponge.
Commenter  J’apprécie          70
labson
  16 février 2011
public averti
Commenter  J’apprécie          30
Geolius
  25 avril 2020
Que dire de cet exposé sinon qu'il a forgé ma voie de biologiste...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
MirpointMirpoint   06 juillet 2020
Lorsque vous rencontrez un bavard ou un frimeur, dites-leur que la modestie sied à qui disposait d’un anus avant même d’avoir une bouche, et n’avait comme moyen d’expression, avant de pouvoir parler, que le pet. Les animaux sont rigolos.
Commenter  J’apprécie          20
MirpointMirpoint   06 juillet 2020
Par contre, une homologie fonctionnelle indiscutable unit la surface interne et digestive de l’animal à la surface externe et assimilatrice de la plante. Sur le plan de l’appropriation de l’énergie, ces deux surfaces s’équivalent. L’animal ? Une plante ahurissante, retournée comme un gant, qui aurait enfoui ses feuilles et ses racines dans son tube digestif. La plante ? Une sorte d’animal fabuleux, retourné dedans-dehors, et qui porterait ses entrailles en guise de pelage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MirpointMirpoint   06 juillet 2020
Les découvertes biologiques fondamentales faites sur des plantes ne sont admises que si elles reçoivent ultérieurement une confirmation animale.
Commenter  J’apprécie          00
MirpointMirpoint   06 juillet 2020
Que serait la biologie sans les poètes ?
Commenter  J’apprécie          00
MirpointMirpoint   30 juin 2020
L'animal serait capable de se déplacer et la plante ne le serait pas ? La réalité est plus nuancée. Un animal s'échappe d'un parc zoologique : il est généralement capturé, ou tué. Mais si vous installez une plante exotique dans un jardin botanique, elle va tranquillement coloniser toute la région, et la flore va s'enrichir de jolies émigrées.
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Francis Hallé (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Hallé
03.05.18 - INTEGRALE - Zep, F. Hallé, D. Kennedy, J. Tassin, S. Avallone et G. Clément.
Dans la catégorie : Peinture françaiseVoir plus
>La peinture et les peintres>Histoire et géo. de la peinture>Peinture française (256)
autres livres classés : Biologie végétaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre