AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Régis Boyer (Traducteur)
EAN : 9782757806838
136 pages
Éditeur : Points (25/09/2008)
3.55/5   20 notes
Résumé :
Avec "Rêveurs", nous faisons connaissance avec Ove Rolandsen, frère d'âme de Johan Nagel de Mystères, de Thomas Glahn de Pan. Comme eux il est fantastique, inventif, imprévisible et surtout rêveur. Comme eux, il est accordé à la nature et au rythme des saisons. Il est épris de l'amour et fasciné par les femmes, que ce soit la toute jeune Olga ou sa fiancée, la gouvernante, personne de tête, ou l'épouse du pasteur qui, par certains côtés, ressemble à Ove. Mais ce ser... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  09 mai 2016
Oui, comme nous le dit la présentation de l'éditeur en quatrième de couverture de « Rêveurs » (édité en 1904), Ove Rolandsen, petit télégraphiste de campagne, est bien un « frère d'âme » de Johan Nagel, le personnage de « Mystères » décrit par l'auteur lui-même comme « charlatan étrange et singulier qui fit de nombreuses extravagances… » ; mais aussi celui de Tomas Glahn de « Pan » non moins enclin aux exubérances…
Abus de boisson ? Certes, c'est un solide buveur… Parfois… mais on n'explique pas la romance donnée à trois heures du matin sous la fenêtre de la femme du pasteur par la seule ivresse …
L'amour alors ? mouais… plutôt la recherche de l'âme sœur. Ove est entouré de femmes : en plus de la femme du pasteur, il y a la jeune Olga, la fille du sacristain, Elise la fille du riche armateur Mack, Pernille, également, la fille du souffleur d'orgue à l'église… Et enfin, Demoiselle van Loos, sa fiancée, gouvernante du presbytère…
Ove devra choisir.
Il se joue de tout et de tout le monde. Sur fond de nature Norvégienne au son des bateaux qui rentrent au port chargés de harengs, Knut Hamsun nous narre la prise de pouvoir d'un illuminé qui finira par obtenir ce qu'il voulait ; et ce, malgré la ferme opposition du pasteur, un homme irascible et imbu du pouvoir que lui confère sa soutane, même rapiécée…
Mais avant toute chose, il a besoin d'argent pour déposer des demandes de brevets sur son invention… Mack, qui vient d'être cambriolé n'a-t-il pas promis une récompense de quatre cents rixdales au cambrioleur si celui-ci venait à se dénoncer ?
Un petit bouquin qui ravira ceux qui, comme moi sont amateurs de mer, de port, de bateaux, et d'hommes un peu frustres façonnés par la rudesse du climat, en particulier et de la vie en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Niele
  24 juillet 2019
Les lecteurs inconditionnels de Knut Hamsun ne trouveront rien à redire à ce roman. Taillé dans la même veine que Benoni et que Rosa, ils reconnaitront avec la même joie et impatience les personnages si chers au coeur de l'auteur.
Ici il s'agit de Ove Rolandsen, télégraphiste de son état, porté sur les femmes, la boisson et l'invention. Bien décidé à breveter et à produire sa recette de colle, il doit surmonter deux obstacles pour réaliser son entreprise : le manque d'argent et l'influence de Mack. Ce dernier, victime d'un cambriolage, offre une compensation à celui qui voudra bien se dénoncer. Je vous laisse deviner ce qui va s'ensuivre.
C'est avec plaisir que j'ai retrouvé ce personnage récurrent qu'est le marchand Mack, toujours fidèle à sa réputation d'homme respectable en apparence, vieux requin malin et roublard en privé. Ici il est en opposition avec Ove, d'apparence peu recommandable, en proie à une forte lutte intérieure. La raison l'emporte, comme souvent dans les romans de Hamsun.
Les femmes tiennent évidement une place de premier choix, elles sont au centre des pensées, elles insufflent l'élan qui pousse à l'action : on rencontre Mademoiselle van Loos (la fiancée), Elise (la fille de Mack), la femme du pasteur…
C'est un petit roman que je recommande, agréable à lire, qui ne sort pas des sentiers battus de Hamsun, mais c'est aussi à cause de cela que j'ai aimé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
karkarot
  28 août 2018
Rêveurs, de Hamsun n'est sans doute pas le roman le plus connu de son auteur, prix nobel en 1920, qui adhéra aux idées national socialistes pendant la guerre et rédigea une nécrologie élogieuse d'Hitler. On comprend que cette période de sa vie ait ternie durablement son image et qu'il ait été vigoureusement critiqué. On ne peut cependant qu'être surpris en apprenant cela à la sortie de ce livre, qui ne laisse en rien présager cela.
Rêveurs est en effet l'histoire d'Ove Rolandsen, télégraphiste dans une petite ville norvégienne. Bon vivant, buveur, noceur et coureur de jupon il suit son instinct et vit en harmonie avec l'humeur que lui inspire le temps et les saisons. Il rêve, grâce à une invention de vivre plus largement, mais il lui faut pour cela de l'argent afin de déposer les brevets. Cette situation est le point de départ d'une série d'évènements auxquels va devoir faire face notre héros, avec le caractère qu'on vient d'énoncer plus haut. Sans compter qu'un nouveau pasteur vient d'arriver, et qu'il entend faire régner la loi de son dieu.
Roman au style simple et sans prétention, il parvient tout de même à nous accrocher, à l'instar d'un London et l'on sent son amour pour la nature, pour son pays, la pêche, la mer, les hommes qui sont francs du collier et vivent selon leurs instincts.
Livre court, prenant, rapide à lire, il ravira tout le monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marianne
  24 octobre 2016
Rolandsen a deux occupations : courtiser les femmes de son village et trouver un moyen de gagner de l'argent grâce à la nouvelle colle qu'il vient de concevoir, mais c'est sans compter sur la domination de Mack sur la ville et sur l'arrivée du nouveau pasteur...
J'ai beaucoup aimé ce livre, dont l'histoire est "rapide" (peu de descriptions) et dépaysante (le début du XXème siècle dans un village suédois). Je recommande !
Commenter  J’apprécie          00
zeropointu
  23 octobre 2010
Rolandsen est fier. Il est fier, aime se montrer hautain, blasé mais à l'intérieur ce n'est pas vraiment le cas. Mais Rolandsen est surtout rêveur. D'ailleurs, tous les personnages de ce roman sont rêveurs. le pasteur rêve d'un...
Lien : http://djbeltounes.wordpress..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
lecassinlecassin   09 mai 2016
Les jours étaient venus où l’on pouvait paresser : seulement pêcher un peu sur place, pour s’amuser. Le blé et les pommes de terre poussaient, l’herbe ondulait dans les prairies, il y avait du hareng dans chaque remise, vaches et chèvres donnaient du lait à plein seaux et n’en étaient que plus grasses.
Commenter  J’apprécie          20
NieleNiele   24 juillet 2019
Le marchand Mack ne regardait pas tellement à l'argent? il dit tout net que c'était un voleur stupide pour n'avoir pas pris davantage. Mais que quelqu'un de sa propre contrée pût le voler, lui, voilà qui offensait ce puissant monsieur, protecteur de tout le monde. N'était ce pas lui qui pourvoyait, pour moitié, au budget de la commune par les impôts de ses diverses entreprises? Et s'est-il trouvé qu'une personne dans le besoin et digne de pitié eût quitté son bureau sans avoir été secourue?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Knut Hamsun (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Knut Hamsun
Une revue de La Faim de Hamsun sur YouTube (Qu'est-ce qu'on lit?)
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre