AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355841543
Éditeur : Sonatine (11/04/2013)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 178 notes)
Résumé :
Sonia, la quarantaine, mène une vie confortable dans la jolie maison des bords de la Tamise où elle a grandi. Mais depuis que son mari, Greg, multiplie les déplacements professionnels à l’étranger et que leur fille Kit est partie à l’université, son existence lui pèse. Alors que Greg la presse de quitter Londres pour se rapprocher de lui, Sonia se sent incapable de quitter sa maison, décor d’une jeunesse pour laquelle elle éprouve la plus vive nostalgie. À l’heure d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  25 février 2016
Au bord de la Tamise, Sonia vit paisiblement dans sa maison des Berges que son père lui a léguée. Un peu trop paisiblement maintenant que sa fille, Kit, est partie à l'université et que son mari, Greg, multiplie les déplacements. D'ailleurs celui-ci la pousse à vendre la maison familiale pour le rejoindre en Suisse. En ce vendredi de début février, elle reçoit la visite de Jez, le neveu de son amie Helen. Venu passer la semaine à Londres, il doit repartir le lendemain à Paris, où il s'est installé avec sa maman, Maria, soeur aînée d'Helen. le jeune homme est venu emprunter un album de Tim Buckley. Quelques verres de vin plus tard, il n'est plus en mesure de pouvoir rentrer chez lui, Sonia lui propose alors de passer la nuit chez elle. Il ne sait pas encore qu'il ne pourra plus en sortir. Sonia, prise d'une impulsion, décide d'en faire son otage...
Mais qu'est-ce qui ne va pas chez Sonia, cette femme d'apparence tout à fait normale? Pourquoi décide-t-elle d'un coup de retenir en otage le neveu de son amie? À quoi rime cette obsession pour la jeunesse pubère? Et qui est donc ce Seb qui lui revient en mémoire si souvent? Penny Hancock nous offre un thriller inquiétant dans lequel elle explore la psychologie de Sonia qui, de mensonges en cachotteries, s'enlise chaque jour un peu plus. La tension va crescendo, la folie est de plus en plus palpable et l'on devine un traumatisme dans l'enfance de Sonia. Donnant la parole à Helen et Sonia, l'auteur dresse le portrait de deux femmes, confrontées à la solitude, qui tentent de pimenter leurs vies, l'une par l'alcool, l'autre par cette séquestration. Décrivant avec une certaine poésie ces bords de la Tamise, l'auteur nous plonge au coeur de Londres. Ce thriller psychologique, à l'ambiance glauque et oppressante, à l'écriture soignée et descriptive mais sans réellement de style, se lit sans déplaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
gruz
  24 mars 2013
Sonatine l'annonce comme sa nouvelle sensation, après « Avant d'aller dormir » de S.J. Watson et « Les apparences » de Gillian Flynn.
Ouh là, voilà une assertion osée, tant ces romans sont deux extraordinaires réussites !
La filiation saute, en tout cas, rapidement aux yeux (surtout avec le bouquin de Watson du fait de leur origine anglo-saxonne).
Penny Hancock nous plonge, en effet, dans un thriller psychologique, sans réelle effusion de sang, mais où la tension est palpable du début à la fin.
La force du roman est d'immerger le lecteur dans un récit crédible ; un récit d'autant plus glaçant qu'il est véritablement plausible.
Une histoire forte qui parle de séquestration. Une histoire profonde, emmenée par des personnages très fouillés psychologiquement. Deux personnages de femmes dont une protagoniste principale pour laquelle vous vous retrouverez plongé dans ses moindres pensées.
Un voyage intérieur aux confins de la folie et de l'obsession, avec un récit qui met très vite mal à l'aise le lecteur. Je me refuse à dévoiler quoi que ce soit de l'intrigue, mais je peux vous assurer que certaines scènes sont psychologiquement éprouvantes.
Le propos est rude, et la tension monte crescendo, jusqu'aux 100 dernières pages tendues à l'extrême et un final stupéfiant qui vous laissera groggy pour un bon moment.
L'auteure réussit le tour de force d'insuffler de l'humanité à un personnage qu'on pourrait détester en mettant en avant ses failles et son cheminement passé et présent (et son passé est une donnée primordiale de l'histoire).
Ne vous fiez pas au démarrage qui peut paraître un peu lent, je pense que la construction du roman demandait une telle montée en tension.
Un dernier mot sur le titre français : je ne suis pas très friand, en général, des titres qui n'ont plus rien à voir avec l'original. Je dois admettre que sur ce coup là, il est superbement bien trouvé.
En conclusion, même si l'on n'atteint pas la magnificence du roman de Gillian Flynn (objectif de toute manière irréaliste), voilà un « Désordre » qui ne déparera pas dans votre collection de romans du même genre.
Une auteure à suivre (et ce n'est que son premier roman).
Sortie le 11 avril 2013
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Ziliz
  02 mars 2016
Chère madame, la ménopause approche et vous avez envie de revivre l'amour de vos quinze ans ? Capturez et séquestrez un ado !
Présenté comme cela, c'est atroce, malsain, immoral, choquant. On est bien d'accord.
Sonia, quarante-quatre ans, se retrouve prise dans cet engrenage alors qu'elle est en train de tout perdre : sa fille vient de quitter le foyer pour suivre ses études de médecine, son mari neurologue s'absente de plus en plus souvent pour donner des conférences à l'étranger. Et surtout, la maison 'des Berges' au bord de la Tamise où elle a vécu depuis son enfance doit être mise en vente. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le fleuve : trop de souvenirs sont attachés à ces lieux, Sonia ne veut pas partir. Et on en revient à cet amour adolescent qui semble s'être prématurément et tragiquement terminé et que Sonia essaie de ressusciter avec Jez, le neveu d'une amie qui a eu la mauvaise idée de venir se jeter dans la gueule du loup...
De nouveau une histoire de séquestration dans un thriller psychologique, vue cette fois du côté ravisseur et avec cette particularité qu'il s'agit d'une femme retenant un jeune garçon contre son gré. Ça pourrait être dérangeant. Ça l'est si on s'arrête à cette idée, mais on se focalise sur Sonia, en plein désarroi, en plein déni, aspirée dans le tourbillon de sa folie, elle qui contemple et caresse sa victime comme le ferait une amante abandonnée/endeuillée, mais aussi comme une mère.
« Je ne peux pas leur dire qu'il est avec moi depuis tout ce temps. Personne ne comprendrait. Ça ne collera pas avec leur conception du monde. Ça ne colle pas, ce qui ne veut pas dire que c'est mal. »
Cet ouvrage traite de manière assez classique de la crise de la quarantaine (couple, pré-ménopause, dépression), de la rivalité entre soeurs, et de la jalousie d'une manière plus générale, quelle qu'elle soit, celle qui vous bouffe, vous étouffe : « Je connais parfaitement le sentiment qu'elle décrit, cette douleur que j'ai moi aussi éprouvée avec Jasmine il y a des années. Cette terrible impasse. En avouant votre souffrance, vous vous attirez du mépris ; en la gardant pour vous, vous continuez à souffrir. C'est une malédiction. »
L'intrigue, particulièrement oppressante et répétitive, m'a semblé bien longue. Les passages avec le radeau et Seb m'ont souvent ennuyée.
La fin réserve une surprise de taille, je n'avais rien vu venir. J'ai donc rajouté une demi-étoile in extremis ! Mais je ne suis pas bluffée au point d'avoir envie de revenir vers cette auteur.
♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=vMTEtDBHGY4
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
LuMM
  11 novembre 2018
Que se passe-t-il dans la tête de Sonia, la quarantaine, lorsqu'elle décide de séquestrer Jez ? Qui est-il pour elle cet ado de quinze, ce neveu d'une de ses amies, qu'elle ne fréquent pas vraiment mais qu'elle a connu enfant ?
Tout au long du livre, c'est cette question que l'on se pose en filigrane. En assistant au long naufrage de celle qui n'en finit plus de se mentir, sans trop savoir où l'on va, sans vraiment comprendre de quoi il en retourne.
C'est un livre étonnant, qui ressemble à une longue dérive. Inconfortable, perturbant, et pourtant on est emporté par le désir de savoir, le besoin de comprendre…
Commenter  J’apprécie          250
Kittiwake
  23 juin 2013
Londres, sur les berges de la Tamise
Lorsque Sonia accueille Jez, 16 ans, pour lui prêter un vinyl de Tim Buckley, elle sait immédiatement qu'elle ne pourra pas le laisser repartir. Elle est seule : son mari et sa fille n'ont pas prévu de revenir rapidement. Jez est pour elle : pour recréer ces moments bénis de son enfance en compagnie de Seb, qui ne fait plus partie de sa vie depuis longtemps.
Bien sûr, elle est obligée de l'enfermer, surtout lorsqu'elle s'absente pour rendre visite à sa mère à l'hospice, ou pour faire quelques provisions, ou pour rencontrer Helen, son amie, la tante de Jez qui s'inquiète de la disparition de l'ado. Et puis les somnifères aident bien pour éviter que les quelques incursions dans son domaine privé ne révèlent sa présence. Les choses se corsent lorsque Greg et Kit, et ce boulet de Harry débarquent dans la propriété familiale plus tôt que prévu...
Annoncé comme un thriller, ce roman distille un sentiment de malaise diffus, avec une lente montée de l'angoisse. Même si la narration ne se fait pas à la première personne, le lecteur raisonne et construit le piège avec Sonia, en phase avec son délire. Et c'est la même sensation avec Helen, l'amie de Sonia, qui noie ses échecs familiaux dans l'alcool. On ne peut justifier leur conduite mais on la comprend car elles obéissent toutes les deux à une logique très personnelle, entachée de dysfonctionnements psychologiques sinon psychiatriques. Très bonne analyse des personnages.
L'intrigue est très bien construite, le suspens est lié aux différentes situations où Jez pourrait être découvert, ce qui crée des moments de tension dans la lecture.
Pas facile de boucler une histoire comme celle-là. Bien entendu, je garde la fin pour moi. Elle est la hauteur du reste
Très bon thriller, sans hémoglobine ni outils tranchants ou contondants, auteur à suivre
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

critiques presse (1)
LePoint   24 avril 2013
Une quadragénaire (mal) mariée et au trouble passé séquestre un adolescent... Attention, premier roman sous haute tension !
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
gruzgruz   21 mars 2013
Dernièrement, j'ai compris que le temps ne passe pas, il se plie.
Comme la Tamise fait une boucle sur elle-même au niveau de Greenwich, ainsi certaines années lointaines me semblent-elles plus proches que celle que je viens de vivre, et des moments oubliés remontent de force à la surface.
Commenter  J’apprécie          270
BertrandGioBertrandGio   20 août 2014
L'histoire d'une femme instable qui retient, dans sa maison sur le bord de la Tamise, un adolescent de 16 ans qui la fascine.

Le livre est tellement maîtrisé qu'on a peine à croire qu'il s'agit d'un premier roman. "Envoûtant" dit le bandeau sur la couverture, c'est bien le mot. Envoûtant, intense, fort.

C'est un livre d'ambiances, dont le personnage principal est une maison, celle de l'héroïne, se trouvant sur les berges de la Tamise. Rien que pour les descriptions de ce lieu et du fleuve qu'il longe, le livre vaut le détour. On s'y croirait. Les odeurs, le moindre bruit, les jeux de couleurs et de lumière que l'extérieur projette à l'intérieur de la maison, tout cela participe à "l'envoûtement", à la magie de cette histoire. Si ce roman devait être associé à un élément, évidemment, ce serait l'eau, l'eau remuante, gluante et sombre de cette partie sale du fleuve londonien.

L'intrigue, quant à elle, est bien née de l'imagination d'une romancière anglaise : on pense à Patricia Highsmith ou encore à "Notes on a Scandal", le très beau film avec Cate Blanchett et Judy Dench. Une femme commet un acte insensé, un acte fou, criminel, sans le comprendre, le réaliser. Le récit est si bien mené que, loin de la juger, loin de poser un regard extérieur sur ses actes, le lecteur est en complète empathie avec elle ! Ce plaisir qu'elle éprouve à contempler ce garçon quand il dort, à s'approcher si près de lui qu'elle distingue les pores de sa peau, à passer sa main sur ses pieds ou dans ses cheveux, le lecteur le partage. Cette passion nous est communiquée.

Les personnages sont particulièrement réussis, surtout les femmes (mûres, assaillies par le doute, se réfugiant dans l'alcool) et le dénouement est à la mesure de ce qui précède, bluffant. Tout en douceur, et pourtant violent. Il ne faut jamais se fier à la surface de l'eau...

Il ne s'agit pas d'un thriller qu'on lit à toute vitesse sans en mémoriser les détails et qui s'oublie en quelques jours. Un conseil : lisez-le en prenant votre temps, pour mieux vous en imprégner.

Vivement recommandé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ZilizZiliz   01 mars 2016
Je vais adorer le regarder jouer de la guitare, la tête penchée sur le corps verni de l'instrument, l'émotion passant de son âme à ses doigts avant de s'exprimer sous la forme de ces notes. Il tient la guitare comme il tiendra les femmes, avec une telle tendresse et un tel rythme, avec un sens instinctif de la modulation, sachant quand se retenir et quand tout lâcher.
(p. 51)
Commenter  J’apprécie          130
marina53marina53   25 février 2016
Ces premières impressions visuelles, qui nous arrivent avant même que nous soyons conscients de voir, ne nous quittent jamais, gravées quelque part dans notre mémoire. Elles constituent pour toujours la véritable idée que l'on se fait d'un chez-soi.
Commenter  J’apprécie          170
BooksnPicsBooksnPics   24 avril 2013
A force de vivre au bord de la Tamise, on s’habitue à ses bruits et à ses secrets. Les canots de sauvetage qui filent dans un sens ou dans l’autre, traînant derrière eux un sillage d’écume. On s’habitue au nombre de cadavres repêchés de ses profondeurs. A la façon dont elle coule à sens unique, sans retour, bien qu’elle se remplisse et se vide deux fois par jour. Quand on s’en éloigne, on se sent coupé de l’essence des choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Penny Hancock (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Penny Hancock
Tideline - Penny Hancock
autres livres classés : séquéstrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..