AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782370730619
493 pages
Allary Editions (24/09/2015)
3.66/5   22 notes
Résumé :
Et si François, fils de Napoléon Ier, petit-fils de l'empereur d'Autriche, s’était affranchi de la tutelle de sa famille pour essayer de conquérir le trône de France ? Dans ce grand roman d’aventures, l’Aiglon entreprend un voyage initiatique imaginaire. Il s'enfuit de sa prison dorée de Vienne et gagne Paris. Malgré sa mère Marie-Louise, son cousin Napoléon III, Talleyrand, Metternich et d'innombrables courtisans et séductrices, l'adolescent se bat pour donner un s... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,66

sur 22 notes
5
5 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

motspourmots
  18 octobre 2015
Un titre bien sérieux pour un roman plus divertissant que réellement historique. En fait, l'auteur choisit de s'amuser avec L Histoire et de la réécrire. Son postulat : et si le fils de Napoléon, celui que l'on surnomme l'Aiglon avait décidé d'échapper à son enfermement à la cour d'Autriche pour rejoindre son père à Sainte-Hélène et lui apporter son aide ? A partir de là, Serge Hayat trousse une histoire qui navigue entre roman d'aventures, de cap et d'épée et d'apprentissage, celui d'un adolescent qui va peu à peu s'émanciper et devenir adulte.
Le jeune François, duc de Reichstadt et roi de Rome, en tout cas sur le papier vit à la cour d'Autriche depuis l'âge de cinq ans, depuis le bannissement de son père, Napoléon 1er. Une sorte de prison dorée où l'adolescent tout juste âgé de 16 ans se languit de jouer enfin un rôle à la mesure de sa naissance. Sa mère, Marie-Louise se préoccupe plus de son amant, de leurs enfants cachés et de sa dose quotidienne d'alcool que du bonheur de son fils. Quant à son grand-père, l'empereur François 1er d'Autriche, il s'en remet à l'avis de son conseiller, Metternich et n'est guère pressé de voir arriver aux affaires ce petit-fils qui finalement n'a qu'une moitié de sang autrichien, l'autre moitié étant l'oeuvre d'un tyran qui avait forcé son destin pour s'emparer d'un trône qui ne lui était aucunement dû. Rien d'étonnant à ce que le jeune duc s'interroge, se pose des questions sur ce père qui après avoir répudié sa première épouse Joséphine pour avoir un héritier, se satisfait de son exil loin de lui.
Impétueux, naïf, François est la proie idéale des comploteurs en tous genre alors que la France connaît un épisode politique compliqué et chahuté. le pouvoir de Louis XVIII est contesté, certains manoeuvrent en sous-main pour le discréditer, le destituer et monter sur le trône. Comme le cousin de François, Louis-Napoléon, bien décidé à prendre la succession de son oncle. Approché par un groupe de bonapartistes, il se laisse convaincre de fuir à Paris où il se trouve bientôt aux prises avec des intérêts divergents auxquels il ne comprend pas grand-chose. Plutôt la mort qu'un scandale : en Autriche, il est déclaré d'abord malade et contagieux pour expliquer son absence et enfin mort et enterré. le voilà donc à Paris, seul, livré à lui-même et bientôt abandonné par ceux qui ne voyaient en lui qu'un instrument et une marionnette. C'est le début pour le jeune homme d'un long chemin d'apprentissage qui le mènera vers l'amour et jusqu'à Sainte-Hélène, et surtout le rendra plus sage.
N'ayons pas peur de l'avouer, on s'amuse beaucoup à suivre les traces de ce pauvre François, balloté sur les chemins, méprisé par son cousin, trahi par une jolie italienne, enfumé par Talleyrand. Même si l'auteur se libère de pas mal de contraintes chronologiques, le contexte politique de l'époque est très bien exploité avec ses complots, ses manipulations et ses grands stratèges comme Metternich et Talleyrand qui s'affrontent à distance et sur le dos du jeune homme. Les trois parties - Vienne, Paris et Sainte-Hélène - sont tout aussi intéressantes à suivre et apportent chacune leur pierre à la reconstitution historique (le déclin amorcé de l'Empire austro-hongrois, l'agitation parisienne de la Restauration, les derniers moments de Napoléon).
Ce livre possède tous les ingrédients pour en faire un efficace page-turner : rythme enlevé, personnages vivants, contexte historique et politique passionnant et surtout, une bonne dose de romanesque. Pourquoi bouder son plaisir ?
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Revesetimagines
  23 octobre 2015
L'Empire en Héritage. Rien que le titre, je n'ai pu résister à postuler à la Masse Critique de Babelio pour cet ouvrage. J'aime l'Histoire ! Et j'aime encore plus l'Histoire française. J'avoue que la période napoléonienne n'est pas une phase historique que je connais sans faute. Aussi j'ai pris plaisir à découvrir cet ouvrage.
Tout d'abord, soyons précis. Il ne s'agit pas ici d'un fait historique raconté ! Serge Hayat a écrit ce que je qualifierais d'uchronie… Il a pris certaines libertés au niveau des dates afin d'écrire un récit cohérent.
Prenons, les faits historiques : Napoléon 1er est mort le 5 mai 1821 à Sainte Hélène. Il abdique une première fois en 1814 en faveur de son fils, François, devenu Napoléon II âgé alors de 4 ans et rapidement évincé. Donc lorsque Napoléon décède, son fils n'a que 10 ans. Lui-même mourra à Vienne en 1832 à l'âge de 21 ans des suites de maladie.
A présent, prenons le récit. François est âgé de 17 ans. Ce jeune homme est un idéaliste naïf méconnaissant des intrigues autour de lui et croyant que le peuple français n'attend que lui pour le libérer du joug de Louis XVIII. Il a toujours vécu dans sa prison dorée de Vienne aux côtés de son grand-père, l'Empereur François Ier (rappelons que sa mère est l'archiduchesse Marie-Louise, fille de l'Empereur d'Autriche) mais il était difficile à l'Empereur d'accorder une place à ce fils de l'ennemi qu'est Napoléon, alors prisonnier sur l'île de Sainte Hélène !
L'auteur imagine alors une intrigue autour de François. Il le fait s'échapper de Vienne, le fait venir en France sous les ordres de Louis-Napoléon, son cousin et futur Napoléon III. Là encore, il sera le jouet de hauts de la société. Une pièce d'échec que tous tenteront de déplacer en sa faveur quitte à la sacrifier. A Vienne, le conseiller de l'Empereur, le fera passer malade avec accord de l'Empereur puis fera croire à sa mort pour tous, l'Empereur inclus. Dès lors, il tentera de l'assassiner. Quand François s'aperçoit qu'il ne peut faire confiance qu'à très peu de monde, il s'enfuit et se retrouve chez la populace. Il s'attache à Catherine qui tient une sorte de taverne. Là il réalisera que la vie qu'il désire n'est pas celle qu'on lui fait miroiter… Puis il décide d'aller voir ce père prisonnier !
J'ai aimé ce livre ! Il n'y a rien à redire sur l'écriture qui est parfaite. L'intrigue est bien posée, sensée, on plonge dedans et on se cesse de se demander comment l'auteur va tourner la situation. François est un personnage attachant qui mûrit très vite. C'est un jeune homme intelligent qui apprendra de ses erreurs. Il côtoie de grands noms historiques et dans ce fond historique bien réel, on a cette fiction avec l'Aiglon qui, ne cherche à savoir qu'une chose en fait : où est sa place ? Il ira souvent de déceptions en déceptions, puis sera surpris par certaines personnes sincères (mais qui sont bien peu nombreuses). Il est en manque de ce père considéré comme un héros par certains, comme un boucher par d'autres. L'auteur a su jouer avec la réalité et la fiction, les mêlant toutes deux, pour obtenir un ouvrage dont on aimerait, au final, que le récit soit réel !
Je me suis plu à imaginer ce jeune homme, passé pour mort aux yeux du monde, mais qui se construit une vie telle qu'il la désire, avec la personne qu'il désire, et qui ressortira grandi de cette aventure. Je suis presque triste que de savoir, qu'en réalité, François est mort si jeune, sans être sorti de sa prison dorée…
Ce fut un immense plaisir que de découvrir la plume de Serge Hayat ! Son premier roman est une belle pépite et je me languis de pouvoir continuer à le lire. L'Empire en Héritage est un magnifique coup de coeur.
Lien : http://revesetimagines.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MarquePage
  01 novembre 2015
Un roman d'aventure, une vie onirique du fils de napoléon, un contexte historique sur un personnage très peu connu de l'histoire. Une période aussi peu connue. C'était d'ailleurs dommage de ne pas avoir eu un petit topo pour savoir distingué le vrai de l'inventé. J'ai bien sur jeté un coup d'oeil sur la vraie biographie de François Napoléon sur internet mais je n'ai pas pu m'émerveillée sur tous les détails historiques que doit regorger ce livre.
Un livre plein de promesses. Qu'il n'a pas toutes tenues. Notamment à cause de François plutôt attachant, qu'on prend un peu en pitié, mais qui finalement n'a jamais réussi à se défaire de l'influence des uns et des autres. Il reste naïf, et un peu empoté, ce qui va avec son personnage de départ, emprisonné dans un beau château sans espoir d'évolution, mais qui du coup fait que l'histoire manque d'ampleur, d'ambition.
Un peu déçue donc mais une lecture agréable et facile.
Commenter  J’apprécie          80
BooksnPics
  06 octobre 2015
Si Winston Churchill affirmait en son temps « Je sais que L Histoire me sera indulgente car j'ai l'intention de l'écrire », qu'en serait-il si il était question de la réécrire? Car c'est bien de réécriture dont il s'agit dans ce premier roman de Serge Hayat, “L'Empire en héritage”, publié aux éditions Allary.
Depuis l'âge de 5 ans, François vit à Schönbrunn, la résidence de son grand-père, l'empereur François Ier d'Autriche. Il rêve de faire carrière et attend son heure dans cette prison dorée… En quête d'un avenir digne d'un fils d'empereur , il s'intéresse à la chose politique mais peine à se faire entendre auprès de son grand-père.
Que serait-il advenu si Napoléon François Charles Joseph Bonaparte dit “L'Aiglon”, fils de Napoléon et de Marie Louise d'Autriche, avait marché sur les traces de son père?
Que serait-il advenu si François avait décidé de quitter Vienne afin de se rendre à Paris?
La face du monde en aurait-elle été changée? Nul ne le saura jamais.
Loin de semer le trouble dans nos leçons d'histoire, Serge Hayat, à travers ce roman, nous emmène dans un voyage imaginaire sur les traces de cet héritier trop tôt disparu…Jouant sur la personnalité de François, sur ses relations avec sa famille ainsi que l'un de ses amis, l'auteur nous emmène dans cette quête de soi, cette quête du père.
Véritable roman d'aventure, “L'Empire en héritage” nous plonge au coeur des intrigues de l'époque et autres manipulations, nous menant à la rencontre de la famille de Habsbourg, de Metternich, de Talleyrand ou encore de Louis Napoléon.
N'étant pas spécialiste de l'époque napoléonienne, j'ai voulu en savoir plus et je me suis souvent surprise à effectuer des recherches sur les différents intervenants, les liens familiaux les unissant mais aussi le contexte de l'époque.
Sur le plan narratif, “L'Empire en héritage” se construit tel un film d'époque, associant de très nombreux dialogues. le style est fluide, le rythme est soutenu… Pas question donc de s'ennuyer une minute dans cette lecture. Une très belle découverte pour les amateurs d'uchronies et de romans d'aventure.
Je remercie les éditions Allary pour l'opportunité qui m'a été donnée de découvrir ce roman.

Lien : https://booksnpics.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
tobiblion
  24 novembre 2015
Edmond Rostand écrivit en 1900 une pièce de théâtre sur l'Aiglon, le fils de Napoléon et depuis plus rien à l'horizon ! Aucun auteur n'a osé concevoir la moindre oeuvre de fiction sur ce jeune homme qui naquit français et mourut autrichien. Sa fin prématurée ouvre néanmoins la porte aux plus audacieuses hypothèses romanesques. Il était temps que quelqu'un se jette à l'eau ! Serge Hayat a relevé ce défi haut la main.
le roman débute à Vienne, à l'époque où le jeune prince prend conscience de son héritage et souhaiterait jouer un rôle à la hauteur de ses ambitions. L'Aiglon est certes éduqué comme un Habsbourg à part entière, mais il sent bien que l'ombre de son père le condamne à demeurer un simple duc d'apparat. Être ou ne pas être, il ne cesse de se poser en boucle la grande question shakespearienne.
La véracité historique de ce roman est irréprochable, l'ambiance de l'époque plus que convaincante et l'intrigue fort séduisante. Pionnier dans son domaine, Serge Hayat s'en donne à coeur de joie tout en soignant sa plume. Il nous donne envie de parader à cheval, vêtu d'un beau dolman, dans les allées du parc du palais de Schönbrunn. Si vous faites partie de ces nombreux lecteurs impatients d'en savoir davantage sur ce grand oublié de l'histoire, sachez que le talent de l'auteur saura combler vos attentes ! Au fait Monsieur Hayat, vous ne nous prépareriez pas un petit film sur l'Aiglon par hasard ? Je vous verrais bien dans le rôle de l'empereur d'Autriche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
RevesetimaginesRevesetimagines   23 octobre 2015
Voici nos voyageurs, avec une belle avance ! Bon travail, Guichard, dit-il en serrant la main de l’homme vêtu d’une cape. Il est là ?
- Dans le couloir. Franchement, monsieur, c’est un môme, un grand blond tout fragile qui s’est enrhumé en route et qui fait des histoires pour une cheville foulée. On a du mal à croire qu’il est le fils de son père.
- Je veux le voir. »
Deux acolytes entrèrent, encadrant François qui, pâle de fatigue, parcourait l’assistance des yeux.
« Garçons, une table de plus ! cria Louis-Napoléon. Et cinq… non, six chaises. Gradin, tu vas laisser ta place à mon cousin, je le veux à côté de moi. Nous avons l’esprit de famille, nous autres. Mes amis, je vous présente le duc de Reichstadt. Buvons à sa santé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarquePageMarquePage   01 novembre 2015
- Ils ne sont pas des exceptions, coupa François avec calme. Ils sont de simples virtuoses dans un art qui, lui, est hélas trop répandu :l'exercice du pouvoir, avec son cortège de compromis, de calculs cyniques, de manipulations.
Commenter  J’apprécie          60
TorellionTorellion   14 décembre 2017
On est ce qu'on est, et pas ce qu'on hérite.
Il ne faut pas accepter ce qu'on ne sent pas au plus profond de soi-même.
Commenter  J’apprécie          120
adeline881adeline881   10 mai 2016
C’était une lettre de l’ancien ministre Talleyrand. Une offre de rendez-vous, mais enrobée par tant de sous-entendus et de formule à double sens que son destinataire dut la relire deux fois avant d’être sur d’avoir bien compris. Puis il la fit passer à ses lieutenants qui en prirent connaissance.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Serge Hayat (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge  Hayat
Serge Hayat, la rencontre.mov
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus

Autres livres de Serge Hayat (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2756 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre