AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Rosier (Traducteur)
ISBN : 2709630532
Éditeur : J.-C. Lattès (17/02/2010)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Imogene est jeune et belle.
Elle embrasse comme une star et connaît l'histoire du cinéma sur le bout des doigts. Elle est morte et attend Alec Sheldon, dans la salle de projection le Rosebud, un certain après-midi de 1945... Arthur Roth est un gosse solitaire qui a de grandes idées et le don de s'attirer des ennuis. Il n'est pas facile de se faire des amis quand on est le seul garçon en plastique gonflable de la ville... Francis est malheureux.
Autrefo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  19 janvier 2016
15 petites histoires pour rentrer dans le monde de l'horreur de Joe Hill.
J'avoue que je lis rarement ce genre de livre d'une traite, je picore à droite et à gauche entre deux autres lectures et fonction de mes envies du moment.
Comme toujours certaines histoires sont d'une qualité supérieure à d'autres .. j'ai tout particulièrement aimé "La belle au ciné hantant".
C'est certe un receuil d'histoires d'horreur mais une horreur "soft" et poétique parfois, ou Joe Hill laisse l'imagination du lecteur faire son travail.
J'apprécie tout particulièrement les fins de ses histoires qui m'ont souvent surprises même si sur certaines il laisse une porte ouverte pour qu'une fois encore notre imagination fasse son job.
J'ai donc passé de très bon moment en compagnie des fantomes et autres monstres de Joe Hill
Commenter  J’apprécie          444
kuroineko
  11 juillet 2017
Pour mes premiers pas dans l'univers littéraire de Joe Hill, j'ai opté pour son recueil de nouvelles plutôt que ses romans.
Comme toujours dans le cadre d'un recueil, il y a des histoires qu'on apprécie plus que d'autres. Ce fut le cas pour moi ici, même si, dans l'ensemble, rien n'est à jeter. J'ai ressenti un vrai coup de coeur pour "La belle au ciné dormant", elle est très émouvante.
Contrairement à ce que laisse entendre le titre, toutes les nouvelles ne sont pas liées au fantastique. Et même si fantômes et surnaturel il y a, Joe Hill ne se contente pas de seulement surfer sur la vague horrifique. Certains récits sont écrits sur un ton très mélancolique alors que d'autres relèvent plutôt de l'humour noir. Il se montre subtile côté frissons et fait la part belle à ses personnages.
Ses histoires abordent des thèmes et des personnalités diversifiés, son imagination est fertile. La maîtrise de la narration ne fait pas défaut et j'ai passé un très bon moment de lecture.
Joe Hill rend hommage aux auteurs et réalisateurs d'oeuvres d'épouvante. Romero apparaît d'ailleurs dans une des nouvelles, préparant un film de ... zombies!
En tout cas, cette approche par la nouvelle m'a donné l'envie de découvrir ses ouvrages romanesques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Machubol
  01 mai 2015
Dernier Cri:
C'est une nouvelle assez sympa, la fin est assez attendue mais bien amenée donc ce n'est pas gênant. En fait il n'y a qu'à la fin qu'elle fait réellement peur je trouve.
Le contexte de base n'est pas vraiment horrifique même s'il y est lié puisque le personnage principal est éditeur de nouvelles et romans d'horreur.
Le récit d'horreur au milieu de la nouvelle, bien que dérangeant, n'effraye pas vraiment car raconté par le personnage principal, les détails sont moins présents et l'angoisse ne prend pas.
C'est ce qui donne à la fin de la nouvelle toute sa force, on est tout du long dans l'attente de l'angoisse et quand enfin on nous la livre, l'estomac se crispe.
Bref elle remue les tripes!

La belle au ciné hantant:
Qui a dit qu'une histoire devait forcément être effrayante?
Cette nouvelle est superbement émouvante, elle parle à la fois des rêves qui ne se réaliseront jamais et de ceux qui se réalisent. Elle parle des passions qui unissent les gens, elle parle d'amour. Il y a bien une description "censée être horrifique"
Mais même avec ça je n'ai pas pu me défaire de la sensation de mélancolie qui se dégage de cette histoire. La fin m'a tellement émue que j'ai fermé le livre pour digérer tout ça.
Si je devais relire une seule nouvelle, ce serait sans aucun doute celle là.

Pop Art:
Cette histoire n'est pas une histoire de fantômes à proprement parler. C'est plus une métaphore sur les personnes qu'on a aimé, qui nous ont changé et qui continuent de nous "hanter" (entre guillemets car il n'y a pas de fantômes) après leur disparition. Je trouve le titre très ironique et il correspond parfaitement à l'histoire.
Maintenant les défauts ou plutôt le défaut: j'ai eu un peu de mal a rentrer dans l'histoire au début car je ne comprenais pas si la description du personnage principal était réelle ou imaginaire.
Mis à part ça c'est une histoire poétique et émouvante qui parle aussi de l'acceptation des différences et du handicap.

Stridulation:
Avec cette nouvelle en 3 parties, on retrouve les histoires de transformations monstrueuses dans le style de la Mouche de David Cronenberg.
La première partie relate la transformation en elle-même. Les descriptions sont plutôt bien faîtes, du passage du rêve à la réalité et des sensations nouvelles. La deuxième partie correspond à sa première journée en tant qu'insecte géant avec l'apparition de nouvelles sensations comme la peur et la paranoïa.
Je ne vais pas aller plus loin car la fin m'a laissée perplexe sur certains points. Que l'animalité puisse prendre le dessus n'a rien d'étonnant, mais la partie dans l'école est pour moi incompréhensible, et inutile.

Fils d'Abraham:
Cette nouvelle m'a laissée très perturbée. J'avoue ne pas être sure d'avoir compris la fin et je n'ai pas compris le message derrière le récit comparé aux nouvelles précédentes. D'après le titre ce doit être une référence biblique. Elle est angoissante, ne serait-ce que par le comportement du père. Mais non, je n'y ai pas du tout accroché.

Mieux qu'à la maison:
Pour tout dire je ne vois pas trop ce que fait cette nouvelle dans un livre intitulé Fantômes. On suit un petit garçon qui souffre de troubles de l'anxiété, mais ses angoisses sont parfois tellement absurdes et son symptôme si bizarre qu'il est très difficile de s'identifier à lui à part dans un passage.
Malgré ça c'est une jolie nouvelle, elle est bien écrite et la relation père-fils plutôt bien abordée.

A partir de là mes avis seront moins long soit parce que je n'ai pas grand chose à dire soir parce que les nouvelles en questions ne m'ont pas plu.
Le Téléphone Noir:
Pour le coup cette nouvelle est extrêmement bien maniée. le fantastique apparaît alors qu'on ne l'y attend pas du tout et je trouve l'ironie de la fin parfaite.

Dans la Sourcière:
La construction de cette nouvelle est très déséquilibrée, les trois quart de la nouvelles correspondent à la présentation du personnage principal, je me suis dit plusieurs fois "bon j'ai compris, ce mec c'est ce qu'on appelle communément un raté, pas la peine d'y passer quinze ans...".
Par contre comme d'habitude la situation horrifique est bien décrite mais un peu brève.
La Cape:
Le dénouement est surprenant et très bien amené par contre un fois encore le développement était trop long à mon goût.

Dernier Souffle:
L'idée était plutôt pas mal, par contre la fin m'a laissée perplexe. Elle m'a donné l'impression qu'il ne savait pas comment finir alors il a fait une fin bateau.

Bois Mort:
J'ai bien aimé cette nouvelle, elle n'a pas vraiment de sens mais je l'ai trouvée poétique. Elle m'a évoqué le fantôme d'un amour perdu.

Un Petit Déjeuner:
Encore une fois un début qui me semble trop long pour un passage intéressant bien trop court. Cette nouvelle réutilise l'angoisse que peuvent faire ressentir les enfants.

Bobby Conroy revient des Morts:
J'ai beaucoup aimé cette histoire, je l'ai trouvée drôle, émouvante, pleine de suspens...

Le Masque de Papa:
J'ai beaucoup aimé l'atmosphère, j'ai été angoissée du début à la fin que par ailleurs je ne pense pas avoir comprise.

Escamotage:
Je pense que cette nouvelle aurait eu plus d'impact si on ne savait pas dès le début que les personnages ont disparu. Sinon le concept était intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
odin062
  28 mars 2013
Je connaissais Joe Hill via le support bande dessinée (Locke&Key) et romans (Le costume du mort et le très très réussi Cornes) mais je n'avais jamais lu une de ces nouvelles. Grace à ce recueil c'est chose faite ! Passons donc en revue chacun de ces nouvelles courtes (20 pages environ).
La première nouvelle « Dernier cri » nous entraîne dans le monde du livre et de l'horreur. Une nouvelle très réaliste qui n'empêche pas de la terminer dans une grande terreur ! Très réussie !
La seconde nouvelle « La belle au ciné hantant » est une nouvelle poétique. On retrouve ici la plume de l'auteur caractéristique je trouve, mêlant fantastique, horreur et amour. de plus, c'est un bel hommage au cinéma.
Puis suit « Pop Art », une nouvelle complètement décalée qui je pense, surplombe les autres. Un peu d'humour mélangé à une critique de société aux stéréotypes exagérés. Tout ce que j'aime.
Arrive maintenant les nouvelles « Stridulations », « Fils d'Abraham » et « Mieux qu'à la maison » qui ne m'ont pas convaincu et m'ont poussés à faire une pause dans ma lecture. La première est complètement horrifique et fais notamment penser à la terreur récurrente présente dans les livres de l'époque du début de la guerre froide. La seconde est prévisible et pas assez creusée à mon gout. Et enfin la dernière, trop terre à terre et poétique pour l'auteur qui s'est essayé à un autre style d'écriture.
« le téléphone noir » revient dans un style similaire à la première nouvelle du roman : un huit clos sombre voguant en plus avec le fantastique. « Dans la souricière » est pour moi une des moins réussis de ce recueil. Je n'y trouve aucun intérêt. En revanche « La cape » flirte avec le monde des comics et donne quelque chose de très plaisant !
Enfin arrive un autre de mes coups de coeur : « Dernier Souffle », un écrit complètement décalé avec un personnage décalé et un sujet fantastique sur la mort. Originalité et horreur sur la fin, tout ce que j'aime ! « Un petit déjeuner » est une histoire touchante mais ne va pas assez loin et « Bobby Conroy revient d'entre les morts » rejoint la passion de l'auteur pour le cinéma mais une nouvelle fois, n'est pas très réussie.
Quand arrive « le masque de Papa », on se retrouve dans une ambiance étrange, très glauque qui se suffit à elle-même. Une nouvelle courte mais efficace qui s'oppose à « Escamotage », la plus longue nouvelle de ce recueil qui est certes très bien mais tout de même loin « d'un des meilleurs romans courts que j'aie jamais lu » comme dit Christopher Golden dans la préface.
Ainsi pour conclure, ce recueil n'est pas à lire en une fois, il faut prendre ces nouvelles dans leur contexte de publications au risque de ne pas les digérer assez rapidement. Il y a vraiment deux nouvelles à ne pas rater : « Dernier Souffle » et « Pop Art » qui malheureusement ne rattrape pas la qualité de l'ensemble de ces écrits. Petite et première déception donc pour Joe Hill !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annabelle19
  17 février 2016
Ce recueil est la deuxième publication de Joe Hill, qui a depuis démontré son talent avec des romans comme Cornes ou Nos4a2. C'est un livre vraiment plaisant, il se dégage des nouvelles une certaine fraicheur, une originalité qui fait du bien à lire.
Pour chacune d'elle, l'auteur se concentre sur ses personnages, leur donne, en quelques pages, une profondeur et une réalité saisissantes.
Plusieurs genres sont abordés, il y a beaucoup de fantastique, quelques nouvelles d'horreur ou de suspense, et aussi des histoires qui ne rentrent tout à fait dans aucune de ces catégories, qui offrent quelque chose de presque poétique, poignant.
Le thème du fantôme est toujours présent, que ce soit physiquement, lorsqu'une jeune fille hante un cinéma, par exemple, ou métaphoriquement. Il représente alors le passé, ce qui est perdu, a disparu, la culpabilité et le manque.
Difficile de dire mes préférées, mais je retiens surtout (titres en anglais, désolée) My Father's Mask pour son côté vraiment bizarre et dérangeant, Voluntary Committal qui mélange une belle relation entre deux frères et un fantastique qui fait froid dans le dos, Last Breath pour le côté classique qui renvoie à l'époque victorienne : un homme capture le dernier souffle des mourants et l'enferme dans des bocaux. J'ai aimé Abraham's Boys, aussi, qui reprend l'univers de Dracula mais donne un tout autre visage au fameux van Helsing.
Des préférences qui sont très subjectives, parce que ce sont vraiment toutes de bonnes histoires, servies par un style excellent. La mélancolie qui enveloppe les histoires, jusqu'à déborder des pages, est troublante et nous colle à la peau. Joe Hill parvient à tirer l'émotion sans forcer, avec une sensibilité et une finesse qui sont la marque de tout son talent.
Si vous aimez les nouvelles, vous ne pouvez pas manquer celles-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
odin062odin062   24 janvier 2013
John Erikson plaqua Art à terre durant la récréation et écrivit POCHE POUR KOLOSTIMIE sur son ventre au feutre indélébile. [...]
"Le pire, c'est que maman l'a vue. C'est déjà pas marrant pour elle d'apprendre que je me fais tabasser tout les jours. Mais ce qui l'a vraiment contrariée, c'est la faute d'orthographe. Qu'est ce qu'elle s'imagine? On est en sixième. Elle est pourtant passée par là, elle devrait s'en souvenir. Je regrette, mais soyons réalistes, a-t-on une chance de se faire tabasser par le superchampion du concours d'orthographe?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
kuroinekokuroineko   11 juillet 2017
Il a étranglé des enfants, dit Alinger. Il les conservait dans un congélateur et les en sortait de temps en temps pour les regarder. Décidément, les gens collectionnent n'importe quoi.

Dernier souffle
Commenter  J’apprécie          180
kuroinekokuroineko   10 juillet 2017
Dans n'importe quel domaine, artistique ou autre, il fallait beaucoup de mauvais artisans et d'oeuvres ratées pour que jaillissent du lot quelques rares génies et réussites. Chacun était libre de s'acharner, se tromper, tirer la leçon de ses erreurs, réessayer. Il fallait aller au charbon, et de ce charbon sortaient parfois de purs diamants.

Dernier cri
Commenter  J’apprécie          70
kuroinekokuroineko   10 juillet 2017
En amitié, surtout entre deux jeunes garçons, on a le droit de se dire des vacheries. Ça fait même partie du jeu. Mais on ne doit jamais au grand jamais infliger de vraies blessures, de celles dont les cicatrices sont ineffaçables.

Pop Art
Commenter  J’apprécie          112
odin062odin062   04 mars 2013
Quand on y réfléchit, il est plus facile de concevoir qu'il puisse exister des arbres-fantômes que des hommes-fantômes. [...] Les racines d'un arbre abattu et débité continuent à s'abreuver ainsi des mois après sa mort, ce mode de subsistance est si ancré en elles qu'elles ne peuvent y renoncer. Une chose qui ignore qu'elle est vivante n'est pas censée savoir qu'elle est morte.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Joe Hill (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Hill
S'il suffisait de tourner une clé pour se retrouver à l'autre bout du monde ? Se transformer en animal ? Voir ce qu'on a dans la tête ? Ouvrir un passage vers un monde maléfique ?
Dans Locke&Key, on a tout un panel de clés magiques, aux pouvoirs plus fous les unes que les autres. Mais ce n'est pas une source d'amusement...
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .