AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843378788
Éditeur : Anne Carrière (12/10/2017)

Note moyenne : 2.84/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Existe-t-il une formule magique pour qu'un couple résiste au temps qui passe, à la pression du quotidien ? Anaïs et Franck y croient, ils ont décidé de tenir bon contre vents et marée.
Au fil des années, ils ont mis au point des astuces, forgé des règles de vie qu'ils ont écrites et affichées sur leur frigidaire. Ainsi est née la " Constitution du couple " qu'ils ont établie pour se guider et se soutenir de jour en jour. Grâce à elles, ils ont pu traverser l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  05 novembre 2017
Petite critique écrite à quatre mains. Merci à Babelio et aux éditions Anne Carrière pour le cadeau.
« Il est si facile de croire que recommencer une histoire, c'est remonter le temps, remettre les compteurs à zéro, retrouver le souffle de la jeunesse… »
Un livre facile à lire qui se présente en dialogue mais qui se résume souvent en combats ou justifications. Les personnages sont bien trop spécifiques, voire exagérés, pour qu'on puisse s'identifier à eux.
Sur l'aspect littéraire, on a trouvé les phrases assez quelconques.
Globalement, on était assez d'accord avec les articles de la constitution, on les trouvait même assez élémentaires mais on n'a pas aimé la manière dont cela a été mis en pratique dans le livre.
Pour l'article 7 «  Se retrouver », on trouve qu'avec un enfant qui n'est pas encore scolarisé, c'est tout de même très difficile, voire impossible d'abandonner son enfant aussi souvent.
« Il faut nommer les obstacles, regarder en face les pièges que nous tend le monde extérieur afin de les déjouer. »
Dans le même ordre d'idée, le livre « Parents respectueux, enfants respectueux » explore les mêmes sujets mais de manière plus ouverte et plus concrète.
Au final, lisible mais certainement pas flamboyant.
Pour les curieux, voici en lien caché nos deux critiques personnelles après la lecture mais sans concertation:
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
xnewlo
  26 novembre 2017
Tout d'abord, merci aux éditions Anne Carrière et à Babelio, pour m'avoir permis de découvrir ce livre, aux côtés de mon conjoint, lors d'une Masse Critique privilégiée.
"Un amour au long cours" est un roman mettant en scène la vie conjugale de Frank et Anaïs. Il y relate les difficultés rencontrées, les moments tragiques, les moments de bonheur, les conflits, les doutes et tout un tas d'autres choses liées à leur vie de couple.
Frank est l'initiateur de cette histoire. En effet, lors d'une soirée un peu arrosée, et poussé par son meilleur ami, il décide d'écrire sur "La Constitution du couple" qu'il a bâti avec sa moitié. Par confidences interposées via l'ordinateur familial, ce couple va nous présenter les dix points qui ont régentés leur vie quotidienne...
ATTENTION SPOILERS
Il va s'agir ici d'écrire une critique à quatre mains, puisque c'était le but de cette Masse Critique. Je commence donc par moi, puis ce sera l'avis de mon conjoint.
En premier lieu, je dois dire que la publicité faite autour de cet ouvrage est un peu mensongère, ou tout du moins peu explicite. On s'attend à une sorte de guide conjugal, retraçant divers conseils pour préserver son couple et bâtir une relation solide et durable. Mais il n'en est rien. Il s'agit en réalité d'un roman mettant en scène un couple plutôt étrange (donc avec lequel il est difficile de s'identifier pour ma part), qui tente d'écrire son expérience personnelle. Mais cela a donné au final, une sorte de règlements de comptes.
Frank est un homme qui a tendance à se voiler la face, et à toujours voir le bon côté des choses. Mais bien vite, l'image rose de ce couple s'érode, et on s'aperçoit que, malgré leur "constitution miracle", ils n'ont pas évités les erreurs... Anaïs est une femme aux propos plus réalistes, mais elle est un peu dépressive, et ses propos sont parfois assez froids et dénués de sentiments.
Que penser d'une Constitution du couple qui a mené Anaïs et Frank à l'infidélité, à faire lit séparé, à donner un sentiment d'étouffement au quotidien ?
Les dix articles expliqués sont sans cesse contradictoires. L'un d'eux, par exemple, évoque le fait de préserver son jardin secret et de ne pas tout se dire. Mais cette confession a pour but de dévoiler toutes leurs pensées et leurs erreurs.
Ensuite, on se demande tout du long si ce couple est vraiment heureux, ou s'il se sert de sa constitution pour demeurer irréprochable en façade ?
Je n'ai pas adhéré aux personnages, ni a leur histoire qui ne parait touchante à aucun moment. Leur vie de couple semble ennuyeuse, pleine de ressentiments et de conflits au final. La fin est assez surprenante, et ne montre pas un succès des dix articles sans cesse rabâchés je trouve !
En conclusion, c'était pour moi un roman bien fade, avec une histoire de couple ennuyeuse et étouffante. Quelques sujets tels que la maladie, l'éducation des enfants, les relations conflictuelles avec les belles-familles etc pouvaient se montrer intéressants, mais ils n'ont pas été suffisamment développés pour ma part. On assiste finalement à un règlement de compte via l'ordinateur familial. Cela atteste-il d'une réussite de cette Constitution de Couple ? Ce couple qui n'arrive même pas à communiquer en face à face... Bref, je n'ai pas aimé cette lecture, qui donne un sentiment d'étouffement lorsque l'on décide de bâtir une vie familiale. Pour ma part, je ne prétends pas tout savoir, mais je pense que ma vie de couple est plus épanouissante que ce que l'auteur souhaite nous décrire !
Mon conjoint:
En premier lieu, je n'ai pas aimé du tout le style littéraire que l'auteur nous a servi. Je l'ai trouvé assez inapproprié, par rapport au contexte de cette histoire se passant dans la cellule familiale. le système de lettres interposées par l'ordinateur était une assez bonne idée. Néanmoins, elles manquaient cruellement de réalisme dans la forme.
En ce qui concerne les personnages, je les ai trouvés très cliché et je ne suis donc pas parvenu à m'y identifier.
Par exemple, Anaïs est une jalouse compulsive, pour tenter de cacher son infidélité. Frank, lui, semble être un homme insouciant qui ne pense qu'à sa petite personne. Il est dans son cocon et ne se soucie pas du reste. Sa mère a lui est une femme attirée par l'argent. Argent qu'elle récupère lors de divorces. le meilleur ami, Arnaud, est un Don Juan qui enchaine les conquêtes et se permet de donner des leçons à son ami en ce qui concerne les relations de couple... Je n'ai donc pas aimé du tout ceux-ci.
Ma conjointe m'avait parlé de ce livre en me parlant de dix règles d'or pour préserver son couple. A l'inverse, j'ai trouvé ce règlement de compte assez pessimiste. Il donne plutôt le sentiment d'écouter ses désirs personnels sans prendre en compte l'avis de sa moitié. La communication y est presque inexistante ce qui ne donne pas envie de s'identifier du tout à ce couple.
A la fin, Anaïs quitte la cellule familiale sur un coup de tête. J'ai trouvé cela choquant, dans la mesure où leurs problèmes semblaient s'arranger. Sans parler du fait de faire chambre à part etc. Cela donne une vision du couple étrange. Et je n'aimerai pas du tout que ma vie soit comme cela !
En conclusion, un seul conseil: si vous voulez que votre vie de couple capote, suivez chaque règle écrite dans ce livre ! Abandonnez vos enfants à droite à gauche pour aller faire la tournée des bars et des restaurants. N'allez presque pas voir vos familles respectives et vos belles familles. Faites peu de sorties et de promenades avec votre entourage. Et vous aurez une vie ennuyeuse et solitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ashra
  13 novembre 2017
Elle (Lilichoc) : Vieillirons nous ensemble, tel est le postulat que pose le couple formé par Anaïs et Franck.
Grâce à leur constitution, sorte de règles de vie qu'ils s'imposent depuis de longues années de vie commune et qu'ils affichent sur leur réfrigérateur , leur couple paraît inébranlable et fait pour durer « ad vitam aeternam » mais au fur et à mesure du récit, on aperçoit quelques failles dans l'application ces ces beaux principes et dans le fait d'en faire un roman à publier lisible par tout le monde et notamment par leurs deux filles devenues adultes .
Ainsi, on voit comme il est difficile pour Franck de parler de sa lassitude du couple à certains moments de leur parcours quand leur désir s'émousse ou quand il croit succomber à la tentation de la belle Hélène.
Finalement cette constitution qui quelques fois fait un peu déballage de part et d'autres, est aussi là aussi pour nous montrer ses limites.
L'article 3 concernant les relations avec sa belle famille n'a pas tenu la route face aux besoins qu'avaient chacun d'eux de se recréer une vraie famille.
Dans le 5ème article « ne pas tout se dire » donne à Anaïs l'occasion de régler ses comptes avec Franck pour tous les non dits dont il pense se dédouaner par l'écriture de cet article .
Le lecteur n'est pas dupe, la vie de couple n'est pas un long fleuve tranquille surtout balisée par un règlement intérieur dont on a qu'une envie : en franchir les limites.
C'est ce que fait Anaïs à la fin : s'éloigner, se défaire de ce carcan qu'elle a cru protecteur mais qui en réalité l'a enfermée pendant de nombreuses années.
Finalement l'écriture de cette constitution, qu'on soit d'accord ou pas avec ce principe va donner lieu à une fin inattendue quoique pressentie avec le départ d'Anaïs qui n'est peut-être pas un « au revoir » définitif , ce qui donne à penser que cette constitution, malgré tous ses défauts, a été le déclencheur d'un nouvelle ère du couple.
Roman à réfléchir et à apprécier par son écriture libre et incisive.

Lui (Ashra) : Dès le départ, voilà un texte qui ne manque pas d'ambition : décortiquer les ingrédients qui font qu'un couple résiste à l'épreuve du temps. Et cela par le biais de 10 articles de nature constitutionnelle.
Ma curiosité ne pouvait qu'être agréablement interpelée par une telle gageure....
Autant l'écrire d'amblée, après avoir tourné la dernière page du livre : je ne suis que partiellement convaincu.
Je m'interroge ainsi sur le fait qu'un hiatus se soit glissé dès le départ dans la présentation de ce livre : avons-nous entre les mains un recueil de recettes sur les raisons qui facilitent la solidité du couple, ou le roman fantasmé d'une vie à deux présentée comme réussie ?
En règle générale, les articles ayant trait à l'organisation au quotidien de ce couple 'idéal' m'ont séduit. Comme l'auteur, je pense qu'une démarche volontariste est un plus indéniable vers une plus grande solidité. "Je veux que notre couple réussisse face aux défis qui l'attendent : l'usure du temps, l'aspect consumériste de la société moderne, qui privilégie le paraître sur l'être, le court terme sur le long terme, etc."
Faire front ensemble contre les menaces, connues ou inconnues, vous prépare à la résistance. Surtout avec l'aide d'une petite pointe d'orgueil "Nous ne sommes pas comme eux"....
J'aurais néanmoins apprécié que certaines questions matérielles, telles que la part de l'argent dans le couple (qui le gagne, qui le dépense et comment ?) soient évoquées. Elles ne fûrent qu'à peine effleurées..... Or, il est connu qu'une bonne part des conflits nait des questions pécuniaires....
La position vis à vis de la belle famille me semble également trop tranchée. Il est légitime que chaque membre du couple 'gère' en priorité les relations vis à vis de sa propre famille. Mais cela ne peut se concevoir sans coordination préalable avec son conjoint. Là encore, l'aspect communication est essentiel. Il est à souligner que cet article n'a pas résisté à l'épreuve des faits ultérieurs, tels qu'ils nous sont présentés.
Pour en terminer sur ce point, je trouve un peu curieuse cette idée d'institutionaliser le dialogue dans le couple par des mesures rigides sur la fréquence et le contenu des réunions. Cela manque par trop de spontanéité à mon goût. La question devrait, à mon sens, être traitée quand elle se présente : attendre la prochaine réunion pour se faire me gêne quelque part.....
Je suis encore plus dubitatif concernant les questions relatives à l'intime. J'avoue avoir été gêné par les grands déballages de secrets d'alcôves (Ne pas tout se dire ?), frôlant parfois l'impudeur. Non que ce qui est rapporté ici soit choquant. Mais j'estime que chaque individu a droit à sa part de mystère. Une petite part de territoire où il pourra se réfugier pour panser ses plaies à l'abri du Monde.
La thérapie de choc qui est décrite ici peut, peut-être, améliorer certaines situations. Mais combien, dans l'incapacité de gérer le rush émotionnel d'un tel échange, vont exploser en vol..... "Quand la peine est trop lourde, quand le monde est trop laid, quand la chance est trop sourde, la vérité trop vraie" disait Goldman.... Il y a des boîtes de Pandore que la prudence retient d'ouvrir trop grand.... Ecrire ceci est sans doute manquer de confiance et d'ambition, mais il faut être sacrément joueur pour tenter un quitte ou double tellement incertain que les héros eux-mêmes doutent, à un moment, de la pertinence de leur démarche....
En la matière, je préfère utiliser les voies de la confiance et du respect. "J'ai confiance dans le regard que tu portes sur notre couple et sur sa capacité à progresser. Je te respecte comme étant le partenaire que j'ai choisi, avec ta part d'ombre et de lumière, qui fait de toi, à mes yeux, un individu unique au monde, qui m'est tellement précieux que j'ai un jour décidé de lier ma vie à la tienne."
J'aurais aimé lire cela de façon plus explicite, à la place du catalogue des faiblesses humaines, que chacun de nous connait trop bien.
Dernier point : j'ai été surpris par la fin, à laquelle je ne m'attendais pas... Je ne la trouve pas cohérente avec les propos tenus jusque là. En tous cas, elle est étrangère à l'expérience que j'ai de la vie.
En résumé, j'ai lu ce livre avec attention. Il est bien écrit et plein de petites observations pertinentes. Il m'a séduit à certains moments, irrité à d'autres. Je le considère surtout comme une base de départ, une incitation au dialogue au sein du couple. le prendre pour un Graal serait, à mon sens, une erreur, car il en va des couples comme des individus : ils sont tous différents. A chacun de prendre des éléments, d'en laisser d'autres, et d'inventer sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
meghanepied
  09 novembre 2017
Mon avis :     15/20
Je dois d'abord mettre en garde, car je pense que le résumé m'a trompé: je m'attendais à ce que l'auteur partage une réelle expérience de vie, qu'il fasse une sorte de bilan sur sa vie de couple et nous montre quelles leçons en retenir. Mais il n'en est rien. Tout est romancé, les personnages qui s'échangent des lettres n'ont donc jamais existé. Et ce fut là ma première déception. Ils vont revenir sur leur vie de couple et leur vie de famille, sur les articles qui ont fondé leur Constitution. Les articles sont une très bonne idée: le couple va s'appuyer dessus pour éduquer leurs filles et survivre. Mais en revanche, de très nombreux choix de vie m'ont dérangée: en effet, le couple cloisonne les tâches à une seule et même personne, l'autre n'ayant plus le droit de donner son avis: par exemple, il y a le ministère du tourisme géré par Anaïs, Franck n'a donc plus son mot à dire là dessus. Et pour moi, il s'agit là d'une conduite d'évitement: en effet il est certain que si le sujet n'est pas abordé, ils ne risquent pas d'avoir de dispute. Mais est-ce bien sain pour un couple que l'autre ne puisse pas exprimer ses envies sur un sujet ? Je ne pense pas. L'auteur ne met, à mon goût, pas assez l'accent sur la communication, qui est pour moi le point le plus important pour la réussite d'un couple. S'il existe une formule magique pour la durabilité d'un couple, l'auteur ne m'a pas donné la réponse.
Au niveau de la forme, l'échange de lettres rend le roman dynamique, ce qui permet de le lire très vite. La plume est fluide et il y a de très jolies réflexions sur la vie de couple et la vie de famille. Et même si l'on n'est pas d'accord avec ce que raconte l'auteur, c'est un livre qui amène à réfléchir et à débattre.
L'avis de mon mari:
Existe-t-il une formule magique pour qu'un couple résiste au temps qui passe ? C'est donc la question que se pose l'auteur dans cet ouvrage. Question rhétorique s'il en est puisque posée selon un plurium interrogationum du plus bel effet : si les couples résistent, la raison sera de l'ordre du surnaturel, du magique. Soit, acceptons, du moins temporairement, ce prémisse et les autres égrenés tout au long du résumé, et plongeons nous dans l'histoire. L'histoire, oui, puisqu'il s'agit d'un roman, et non d'un essai philosophique, ni de la retranscription fidèle d'un témoignage de couple.
Le sujet reste néanmoins intéressant et la présentation de l'histoire sous forme d'un dialogue par articles de blog interposés, à la manière d'un match de ping-pong, donne au roman un rythme agréable à lire. Nous voyons d'emblée ce couple à l'existence aisée, au terme de plusieurs années de vie commune avec tout ce que cela implique comme évènements positifs et négatifs. L'utilisation d'un support informatique par les deux protagonistes pour communiquer et faire leurs rétrospectives est une bonne idée, déjà éprouvée d'ailleurs dans certaines psychothérapies pour sa capacité à permettre la prise de recul sur une situation ou un état émotionnel donné. La contrepartie est un discours parfois trop mécanique, trop dichotomique, bref pas assez humain. Mais après tout, rappelons-le, il ne s'agit pas d'un vrai témoignage mais de la vision d'un auteur, partagé en deux personnages.
L'analogie du couple et de la vie d'un État ou d'une Nation est au coeur de ce roman. Cette approche a son originalité pour mettre en exergue les idées fortes de l'auteur sur les raisons pouvant mener un couple à durer. Comparer le couple à un microcosme, une sorte de micro-état insulaire est une bonne idée, qui mériterait d'être approfondie au-delà du simple aspect constitutionnel.
Étonnamment, puisque loin du sujet de ce roman, on sent poindre par moments une certaine aversion du système médical français. le point d'orgue étant le diagnostic médical posé par une des filles, non médecin, sous couvert d'esprit scientifique. Mais est-ce vraiment çà, la science ? Et d'ailleurs, est-ce vraiment utile à l'histoire ? S'agit-il d'une critique masquée mais néanmoins volontaire de la part de l'auteur ? Impossible à dire à la simple lecture.
Pour conclure, « un amour au long cours » est à prendre pour ce qu'il est vraiment, et non pour ce que le résumé voudrait nous faire croire. C'est-à-dire un roman, et non « un livre dans lequel tout le monde pourra se reconnaître (…) et qui pourrait s'avérer utile » telle une fresque de la société et de l'amour du XXIe siècle. Oui, j'ai apprécié la lecture de ce vrai-faux témoignage de couple, parfois touchant, mais toujours rythmée et bien écrit. Non, je ne me reconnais pas dans cette histoire, car il ne s'agit pas là de l'expérience d'un homme et d'une femme qui est contée et analysée rétrospectivement, mais surtout objectivement ou philosophiquement pour en tirer des règles, une Constitution. Mais au contraire de deux personnages, décrits par un seul auteur, et dont les actions sont expliquées avec un parti pris sur l'amour, la société, la vie de couple. le lecteur doit donc doit accepter les prémisses pour pouvoir s'inclure dans l'histoire.
Lien : https://littlemeggy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fandol
  12 novembre 2017
Cela commence avec un ordinateur posé sur le lit d'Anaïs. C'est son mari, Franck, qui a commencé à écrire à propos de cette Constitution mise au point il y a vingt ans pour tenter de sauver leur couple.
Depuis quelque temps, Anaïs a demandé à faire chambre séparée à cause d'une maladie mystérieuse qui la ronge. Ils se sont connus chez Marmiton où Franck est rédacteur après une carrière de publicitaire. Anaïs dessine et travaille toujours pour ce même site. Lucie et Sarah, leurs deux filles sont adultes maintenant et leurs parents se lancent dans un exercice qui peut se révéler passionnant mais périlleux aussi car il faut : « Tenter de durer pour écrire une histoire unique, à contre-courant de l'esprit de consommation qui salit toute chose sur terre. Oui, tenter de durer pour être beaux malgré l'imperfection et pour rester unis malgré les tentations et l'esprit de facilité. »
Les 10 articles placardés sur le frigo ont été élaborés peu à peu et vont servir de trame au troisième roman de Jean-Sébastien Hongre.
Article 1 : Ne jamais critiquer l'autre lorsqu'il s'occupe du bébé.
Devenu vite essentiel après les naissances rapprochées de leurs filles, il voit poindre la première critique d'Anaïs : « Tu mens par omission », un reproche qui reviendra plus tard. « Je gérais et tu critiquais. » mais Franck l'affirme : « Cet article 1 nous a sauvés. »
Article 2 : S'organiser pour se répartir les tâches.
C'est là que l'on commence à parler de ministères, de conseil des ministres, de Premier ministre, de ministre des finances. Cela devient vite fastidieux et un rien prétentieux et nous n'avons pas aimé ces définitions alambiquées.
Article 3 : N'avoir aucun devoir envers sa belle-famille.
C'est sûr que, si c'est un problème, c'est une bonne solution mais il a fallu que l'auteur invente pour chacun des couples de parents déchirés, aux moyens peu ordinaires. Cela relève plutôt du roman-photo mais comme l'histoire se passe à Paris… Pourtant, les grands-parents ont un rôle important à jouer comme le montrera l'histoire un peu plus loin avec l'aide des mamies.
Article 4 : Refuser que l'enfant soit roi.
Franck raconte sa vie de débauche avant le mariage et cela permet de romancer, de sortir de la routine du récit mais cela devient très intéressant lorsqu'ils parlent de l'éducation de leurs filles. Plus tard, c'est avec un principal de collège très laxiste que Franck se confronte et les arguments développés sont très justes. Cela concerne l'article 8 touchant à l'environnement, à l'évolution de la société et à l'éducation de leurs filles.
Article 5 : Ne pas tout se dire.
Lui ne veut pas tout dire pour les protéger alors qu'elle veut : « Laisser la vérité déferler et voir si nous tenons debout. » Elle est sûre que Franck a une relation avec une autre femme.
Article 6 : Résister aux tentations.
Franck parle d'Hélène, une femme redoutée et désirée et revient l'omission reprochée par Anaïs : « L'amour, le véritable amour sait dépasser les mirages du romantisme, assume ses erreurs, les sublimer pour construire un parcours cabossé mais sincère. »
Se retrouver seuls et sortir (article 7), demeurer solidaires dans les décisions face aux enfants (article 9) et accepter les faiblesses de l'autre, le soutenir en tout (article 10) poursuivent le débat, poussent aux révélations. Ils parlent de jalousie, du besoin de plaire.
Elle propose d'ajouter un nouvel article : « Pardonner et se pardonner à soi-même », sûrement essentiel dans Un amour au long cours. Jean-Sébastien Hongre termine son roman qui, au début, nous a paru un peu mièvre, par un événement surprenant mais la vie à deux continue et c'est l'essentiel !
Merci à Babelio et aux éditions Anne Carrière pour cette lecture et cette occasion d'une critique commune sur un même livre intéressant, original qui, au final, nous (43 ans de mariage) a conquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   19 novembre 2017
Les médias photoshopent des corps parfaits, attisent la convoitise et invoquent des excuses hypocrites à l'intérieur de nos crânes pour nous ôter toute culpabilité.
Commenter  J’apprécie          40
christinebeaussonchristinebeausson   20 novembre 2017
Tenter de durer .... pour que notre amour ne soit pas un hasard mais une construction. Tenter de durer pour écrire une histoire unique, à contre courant de l'esprit de consommation qui salit toute chose sur terre.
Commenter  J’apprécie          20
VarahaVaraha   22 novembre 2017
Au cours des années suivantes, je me suis toujours réjouie d'avoir été rigide les premiers temps, car les réglages initiaux pèsent énormément sur la suite d'une éducation.
Commenter  J’apprécie          20
meghanepiedmeghanepied   06 novembre 2017
Nos esprits se sont concentrés sur les difficultés, alors qu'il serait juste d'écrire à un moment ou un autre que, somme toute, nous avons été heureux. Oui, heureux.
Commenter  J’apprécie          10
meghanepiedmeghanepied   06 novembre 2017
Ce n'était pas la passion qui nous animait mais un sentiment bien moins éphémère: l'envie de construire notre destin, de mener un long et unique voyage.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Sébastien Hongre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Sébastien Hongre
Jean-Sébastien Hongre, Un amour au long cours.
Existe-t-il une formule magique pour qu’un couple résiste au temps qui passe, à la pression du quotidien ? Anaïs et Franck y croient, ils ont décidé de tenir bon contre vents et marées.
Au fil des années, ils ont forgé des règles de vie qu’ils ont écrites et affichées sur leur frigidaire. Ainsi est née la « Constitution du couple » qu’ils ont établie pour tenter de traverser ensemble les grandes étapes de toute vie conjugale : l’éducation des enfants, la pression au travail, l’érosion du désir et des sentiments, la tentation de l’infidélité… Leurs filles devenues grandes, Anaïs et Franck engagent un dialogue risqué. Ont-ils réussi leur pari ? Dix articles d’une « constitution » suffisent-ils pour qu’une vie de couple perdure ? L’amour peut-il réellement se décider ?
Un livre dans lequel tout le monde pourra se reconnaître, une histoire touchante qui pourrait aussi s’avérer utile !
+ Lire la suite
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : infidélitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1557 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .