AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Éliane Kaufholz-Messmer (Autre)
ISBN : 2070700054
Éditeur : Gallimard (03/11/1983)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Les auteurs partent d'une constatation : au XXe siècle le progrès scientifique et technique était suffisamment avancé pour qu'un monde sans famine, sans guerre et sans oppression cessât d'appartenir au domaine de l'utopie. S'il en fut rien, c'est, selon les auteurs, parce que les grandes innovations de l'ère moderne ont été payées "d'un déclin croissant de la conscience théorique". Le progrès a porté à un degré jamais atteint la domination de la société sur la natur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Francois91
  04 janvier 2012
Claire et irrévocable, voilà la pensée de l'école de Francfort exprimée dans sa quintessence et tout en clairvoyance.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   14 décembre 2010
S'amuser signifie toujours: ne penser à rien, oublier la soufrance même là où elle est montrée. Il s'agit, au fond, d'une forme d'impuissance. C'est effectivement une fuite mais, pas comme on le prétend, une fuite devant la triste réalité; c'est au contraire une fuite devant la dernière volonté de résistance que cette réalité peut encore avoir laissé subsister en chacun. La libération promise par l'amusement est la libération du penser en tant que négation
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
hupomnematahupomnemata   15 mars 2012
Dans une société concurrentielle, la publicité avait pour fonction sociale d'orienter le consommateur sur le marché, elle facilitait le choix et aidait le fournisseur inconnu et moins habile à écouler sa marchandise. Au lieu de coûter du temps, elle en faisait gagner. Aujourd'hui, le marché libre est en train de disparaitre et la publicité sert de refuge à ceux qui organisent le système et le contrôlent. Elle resserre les liens qui lient les consommateurs aux grands trusts. Seul celui qui peut payer les droits exorbitants que réclament les agences de publicité, en tête de toutes la radio elle-même, c'est-à-dire ceux qui font déjà partie du système où sont cooptés par les décisions du capitalisme bancaire et industriel, peuvent pénétrer comme vendeurs sur ce qui n'est qu'un pseudo-marché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
hupomnematahupomnemata   14 décembre 2010
Même si l'effort exigé est devenu presque automatique,il n'y a plus de place pour l'imagination. Celui qui est absorbé par l'univers du film, par les gestes, les images et les mots au point d'être incapable d'y ajouter ce qui en ferait réellement un univers, n'a pas nécessairement besoin de s'appesantir durant la représentation sur les effets particuliers de ses mécanismes. Tous les autres films et produits culturels qu'il doit obligatoirement connaître l'ont tellement entraîné à fournir l'effort d'attention requis qu'il le fait automatiquement. La violence de la société industrielle s'est installée dans l'esprit des hommes. Les producteurs de l'industrie culturelle peuvent compter sur le fait que même le consommateur distrait, absorbera alertement tout ce qui lui est proposé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
hupomnematahupomnemata   14 décembre 2010
Jadis les artistes signaient comme Kant et Hume chacune de leurs lettres par cette formule "humble serviteur", tout en sapant les assises du trône et de l'autel. Aujourd'hui, ils appellent des chefs de gouvernement par leur prénom et sont soumis, dans chacune de leurs activités artistiques, au jugement de leurs maîtres ignorants.
Commenter  J’apprécie          90
hupomnematahupomnemata   14 décembre 2010
Médiatisés par la société totale qui a investi toutes les relations et tous les sentiments, les hommes redeviennent ce contre quoi s'était retourné la loi de l'évolution de la société, le principe du moi: les simples représentants d'une espèce que l'isolement dans une société gouvernée par la coercition rend tous semblables. Les rameurs qui ne peuvent se parler obéissent tous au même rythme, comme le travailleur moderne à l'usine, au cinema et dans la vie collective.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Max Horkheimer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Max Horkheimer
Max Horkheimer parle de Mars (en allemand)
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre