AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253076377
221 pages
Le Livre de Poche (01/11/1994)
3.53/5   15 notes
Résumé :

Le Havre, sa grisaille, ses quais abandonnés, son port de brume et de bruine qui pleure ses paquebots de naguère : tel est le décor où erre Gustave Masurier, dit Gus, journaliste localier. Un décor qu'il ne connaît que trop bien et dont il n'attend plus guère de surprise Jusqu'au jour où un type sans histoires, employé modèle et président d'un club de foot, vient s'écrouler devant lui en pleine ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LudivineBon
  03 juillet 2021
Années 80 au Havre. Auguste Masurier, dit Gus, est un journaliste reconnu par le milieu et par la police pour la qualité de son travail. En ce soir pluvieux il erre le long de la côte, déambule sans but précis. Au moment où il s'arrête dans sa marche, un homme est abattu. Attiré par le bruit, l'examen du corps confirme que la mort n'est pas accidentelle, pas besoin d'être médecin légiste pour s'en rendre compte. Son instinct de journaliste le pousse à enquêter sur cette mort plus que suspecte, d'une part par le mode opératoire démontrant un travail de professionnel, mais surtout par le profil de la victime, sans histoires… si ce n'est une maîtresse… Reconnu par son travail, la victime, Roger Prioul, n'a semble-t-il pas d'ennemis connus et son assassinat en surprend plus d'un. Gus rédige un article rapidement mais les indices sont minces et les suspects encore plus. Sa rédaction ne le suit pas et la police n'a pas identifié de pistes sérieuses non plus. Seul le commissaire Jouvenel tente de participer activement à l'enquête quand le contact habituel de Masurier au « Stalag », Cozzoli, est lui très vague sur ses explications quant au déroulé de l'enquête. Pire encore, quelques jours plus tard des policiers sont à leur tour la cible, semble-t-il du même tireur. Masurier rédige alors un article plus poussé et remet à mots couverts en cause la sécurité dans la ville du Havre. Grand mal lui prend car cette affaire et son article ne plaisent pas à tout le monde, notamment les hauts responsables de la ville. Gus est rapidement mis à pied mais ne se fait pas de grandes illusions quant à son prochain licenciement. Sa volonté de résoudre cette affaire atypique est plus grande encore que la volonté de ses responsables d'étouffer l'affaire. Avec l'aide du commissaire déchu Jouvenel ils vont entamer ensemble une vraie enquête de fond dont ils ne n'avaient pas envisagé l'issue, bien au-delà de tout ce qu'ils avaient pu imaginer. On se replonge avec plaisir dans cette histoire où le téléphone portable n'était pas roi et où les journalistes étaient les premiers garants de l'information et des faits divers, les vrais. Pas encore de Fake News ni de réseaux sociaux. Les faits rien que les faits. L'histoire est prenante de bout en bout. Des moments calmes et des instants plus rythmés qui donnent un vrai tempo à cette histoire bien tournée jusqu'à la dernière page. Quand la politique et les connivences prennent le pas sur l'intégrité, les hommes les plus honnêtes en payent le prix fort. L'auteur nous plonge dans une enquête réussie avec de multiples ramifications. Une excellente histoire !
Lien : https://cafenoiretpolarsgour..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fuelyod
  21 janvier 2017
Un auteur qui maîtrise parfaitement la langue française et dont le style n'a rien à envier aux plus grands.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
FuelyodFuelyod   21 janvier 2017
4ème de couverture :
C'était une ville grise et sans âme où rôdaient les fantômes d'avant-guerre, un port de brume et de bruine qui pleurait ses paquebots de naguère...
Le Havre désespérait Gustave Masurier chaque jour davantage, mais il ne pouvait s'en arracher. « Fait-diversier » du journal local, Gus broutait l'info dans le même enclos depuis plus de vingt ans. Plus rien ne pouvait le surprendre, pensait-il... jusqu'au jour où un requin de la presse, qui était au journalisme ce que le fast-food est à la gastronomie, vint avaler le canard ; jusqu'au jour où un petit monsieur bien propre et bien ordinaire vint atterrir sur ses pompes, une balle entre les deux yeux ; jusqu'au jour où Robert Jouvenel, grand flic déchu en exil dans la sous-préfecture, rejoignit Gus pour flairer la piste sanglante de ce Roger Prioul, employé modèle exécuté comme un vulgaire truand. Tant pis pour les dégâts...
Nouveau venu dans le polar français, Philippe Huet, qui fut longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie, prouve avec ce premier roman qu'il en est aussi une des révélations. Héritier de Georges Simenon et de Léo Malet, il mène avec un brio époustouflant et un ton irrésistible une affaire qui commence «quai de l'oubli» et finit port de l'angoisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   08 juin 2021
Dans ses moments de déprime, il ne pouvait tenir enfermé. Les murs retenaient, renvoyaient toutes ses amertumes. Il fallait qu’il s’évade. C’était une vieille recette adoptée dès l’enfance pour fuir les tempêtes familiales. Et plus encore à l’adolescence. Chagrins d’amour. Combien de peines inconsolables n’avait-il pas apaisées en errant pendant des heures, jusqu’à s’épuiser le corps et l’esprit…
Avec l’âge, la méthode avait forcément perdu de sa spontanéité. Et de sa force. Mais bon… il y croyait encore un peu, comme on croit au rebouteux. Vu le climat, il s’était infligé la balade comme une épreuve. Il avait laissé la voiture là-haut, du côté de la place Clemenceau, avait redescendu le boulevard Albert-Ier jusqu’à la digue. Il était à mi-chemin. Le retour se ferait par la plage, sur le sable et les galets. C’était le circuit du jogger… c’est là que la ville oubliait ses usines, ses acides et ses fumées. Dans la cohue de l’été, sous le soleil, les familles, leurs gosses et leurs chiens longeaient la mer d’un pas d’Italien. On a les Capri qu’on peut…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   08 juin 2021
Vingt ans de journalisme dans le même enclos avaient fait de Gustave Masurier une encyclopédie de la vie locale. Choix d’une ambition qui s’était toujours arrêtée aux limites de la cité. Gus avait résisté à toutes les propositions extérieures, tentations et appels d’offre. Qui n’avaient pas manqué dans son jeune temps… mais il se connaissait trop bien, lui et ses contradictions : il était un curieux qui redoutait l’inconnu… « Un Bodard de sous-préfecture », s’était moqué un jour l’un de ses copains qui, lui, avait choisi l’option journalistique planétaire… Il n’avait pas dit non.
Gustave Masurier était « fait-diversier ». Il ne lui avait pas fallu longtemps pour se rendre compte qu’il s’agissait de la seule rubrique vivable dans un journal où le métier consistait pour une grande part à naviguer habilement entre conseils, préjugés, relations, et silences : le silence était en fait la grande affaire des journalistes locaux. Ils en possédaient tous un stock considérable : les forcés, les choisis, ou les librement consentis…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   08 juin 2021
Dans le temps, ces moments de déprime le démolissaient physiquement, lui tordaient l’estomac dans d’épuisants et douloureux spasmes. Ce n’était plus le cas. L’âge, du moins, pouvait alléger les angoisses. Il quitta le sable doux pour escalader la colline de galets. Il peina, râlant après les cailloux qui roulaient sous ses pieds. Tout gosse, il courait pieds nus, voltigeait sur les pierres sans même les sentir. Gus se rappela les courses éperdues, les parties de ballon sous l’œil attendri des mamans alanguies, tricotant sur leurs chaises longues. Les galets de l’époque lui semblaient larges et plats comme des dalles de marbre. L’âge, cette fois, lui pesait dans les jambes…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   08 juin 2021
Sa jeunesse l’avait connu assez beau garçon, catégorie brun et peau mate… il en subsistait quelques vestiges. C’était, somme toute, un homme plutôt séduisant, mais qui s’étonnait sincèrement de pouvoir encore plaire. Il guettait avec anxiété et exagération les symptômes de la vieillesse, que d’autres se refusaient à voir.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Philippe Huet (II) (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Huet (II)
Rencontre à la librairie La Galerne avec Philippe Huet pour la parution de "Nuit d'encre".
autres livres classés : harry potterVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2367 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre