AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782370550804
157 pages
Éditeur : Le Tripode (18/02/2016)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 11 notes)
Résumé :
1926, Arepa, une île imaginaire des Caraïbes. Le président de la République, le maréchal Belaunzarán, arrive au terme de son quatrième mandat, maximum permis par la Constitution. Après avoir fait assassiner le candidat de l'opposition, il fait modifier le régime électoral et mobilise ses partisans du parti progressiste en vue de sa réélection. Les bourgeois du parti modéré croient se sauver en rappelant au pays Pepe Cussirat, un richissime jeune premier. Celui-ci te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
isabelleisapure
  15 mai 2016
Bienvenue à Arepa, république bananière fictive dirigée d'une main de fer par le Maréchal Manuel Belaunzarán qui semble tellement bien à la tête de l'état qu'il est prêt à tout pour se faire réélire, même à commettre un meurtre.
La riposte ne tardera pas et le sauveur du parti adverse va tomber du ciel, en quelque sorte, en la personne de Pepe Cussirat, 35 ans, beau gosse, il monte à cheval, joue au golf, parle trois langues, et pilote son avion privé.
« S'il arrive en avion, les élections sont dans la poche. A Arepa, personne n'avait jamais vu d'avion »
Face aux magouilles et malversations du pouvoir en place, le candidat providentiel semble bien inoffensif
Et si la seule solution était d'assassiner le tyran ?
Si le départ a des allures de polar avec la découverte d'un corps et donc d'un meurtre, la suite prend une toute autre direction.
Jorge Ibargüengoitia nous propose une fable politico-policière loufoque parfaitement construite, qui parvient sans peine à jouer sur tous les registres, entre épique et burlesque.
J'ai lu ce livre en quelques heures, bien souvent le sourire aux lèvres.
Une nouvelle fois « le tripode » propose un livre d'une grande qualité.
Avant de se plonger dans la lecture, avoir le livre en mains est un plaisir tant la présentation en est soigné.
J'ai aimé la couverture colorée et les illustrations intérieures de Samuel Pouvereau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Walden-88
  02 mars 2016
1926, île (imaginaire) d'Arepa dans la mer des Caraïbes. L'actuel président, le Maréchal Manuel Belaunzarán, héros des Guerres d'Indépendance et de la fameuse prise du Silex, arrive au terme de son quatrième mandat, maximum autorisé par la loi. de nouvelles élections se préparent, mais lorsque le maréchal fait assassiner le docteur Saldaña, son principal adversaire et s'arrange pour modifier la Constitution lui permettant ainsi d'accéder à la fonction présidentielle pour la cinquième fois, c'en est trop pour l'opposition.
Le Parti Modéré, contre-attaque et décide de faire appel à Pepe Cussirat, le "premier Arépain civilisé", qui vit à l'étranger depuis quinze et y étudie dans les meilleures universités. Il est jeune (35 ans), riche à en crever, monte à cheval, a un avion qu'il conduit lui-même, joue au golf, chasse le cerf et parle trois langues. "What else ?" comme dirait un certain George ! Il n'en faut pas plus pour qu'il soit désigné unanimement comme candidat par les bourgeois du Parti Modéré. Mais renverser le tyran, qui est en place depuis l'Indépendance de 1898, n'est pas chose aisée et Pepe Cussirat se retrouve au centre d'un complot qui a pour but d'éliminer une fois pour toutes le dictateur. le moins que l'on puisse dire c'est que Pepe n'est pas au bout de ses peines...
Ce court roman de Jorge Ibargüengoitia est une vraie bouffée d'air frais, un rayon de soleil ! D'abord attiré par la couverture et ma confiance presque aveugle envers les éditions le Tripode, j'ai passé un très bon moment de lecture. Ce roman cocasse, sur fond de satire sociale, ne manque pas de rebondissements et d'originalité. Inspiré des nombreuses dictatures sud-américaines, on y retrouve tous les éléments (armée, corruption, meurtres, censure, culte de la personnalité) qui font d'Arepa un modèle du genre. A noter, les belles trouvailles du Mexicain qui m'ont bien fait rire : la méthode d'interrogatoire pas banale de Galvazo (je vous laisse découvrir laquelle) et les Dupond et Dupont latinos, je veux bien sûr parler des "González de la Rolls" appelés ainsi pour les différencier des autres González, qui n'ont pas de Rolls.
Un bon roman en attendant le printemps !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PhilippeSAINTMARTIN
  13 février 2017
Ce deuxième roman de Jorge Ibargüengoitia, situé sur l'île imaginaire d'Arepa, évoque la dictature de don Manuel Belaunzaran, sorte de transposition caribéenne du général et président mexicain Alvaro Obregon, dont il a déjà évoqué le destin dans sa pièce El atentado. Narrant les tentatives d'assassinat successives qui sont autant de chasses métaphoriques (du safari à la chasse à courre, en passant par la fauconnerie), ce roman loufoque et sarcastique est caractéristique du traitement humoristique et parodique que l'auteur applique, dans toute son oeuvre, à l'histoire de son pays.
Commenter  J’apprécie          20
Nua
  29 avril 2016
C'est l'histoire d'un dictateur, le maréchal Bélaunzaran en place depuis 4 mandats sur l'île d'Arepa. Après la mort "accidentelle" du leader de l'opposition, il semble bien que Bélaunzaran va accéder au 5ème mandat qu'il désire. le parti de l'opposition décide de faire appel à Pepe Cussirat, un businessman exilé, pour venir se présenter contre le dictateur. Vont s'enchaîner alors plusieurs tentatives de coup d'états toutes aussi pitoyables les unes que les autres.

J'ai beaucoup aimé ce récit. le livre ressemble à une pièce de théâtre. On passe d'une scènette satirique à l'autre, les personnages sont caricaturaux et les situations loufoques.
Lien : http://biblinua.blogspot.com..
Commenter  J’apprécie          20
Madimado
  07 avril 2016
A la lecture de la 4°de couverture, je craignais un peu de ne pas trop apprécier ma lecture. Finalement j'ai bien aimé le style de ce roman plein d'humour. C'est assez prévisible mais ça fonctionne très bien. J'aurais aimé avoir une meilleure connaissance de l'Amérique latine pour mieux l'apprécier, il semble en effet riche en références et sous-entendus. Il n'en reste pas moins une lecture divertissante et agréable.
Lien : https://madimado.com/2016/04..
Commenter  J’apprécie          20


Video de Jorge Ibargüengoitia (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorge Ibargüengoitia
Le Tyran meurt au quatrième coup, roman de Jorge Ibargüengoitia traduit par François Minaudier, illustrations : Samuel Pouvereau.
http://www.le-tripode.net/livre/jorge-ibarguengoitia/le-tyran-meurt-au-quatrieme-coup
1926, Arepa, une île imaginaire des Caraïbes. le président de la République, le maréchal Belaunzarán, arrive au terme de son quatrième mandat, maximum permis par la Constitution. Après avoir fait assassiner le candidat de l?opposition, il fait modifier le régime électoral et mobilise ses partisans du parti progressiste en vue de sa réélection. Les bourgeois du parti modéré croient se sauver en rappelant au pays Pepe Cussirat, un richissime jeune premier. Celui-ci tente infructueusement, et par trois fois, d?assassiner le dictateur, causant à chaque fois des désastres autour de lui. Qui parviendra à « tuer le lion » ?
Avec sa trame satirique et rocambolesque, ses scènes épiques décrites comme des plans séquences dignes d?un «Django unchained» (Tarantino), «Le Tyran meurt au quatrième coup» fait rire du pire, et démontre que si celui qui ne tente rien n?a effectivement rien, le ridicule peut tuer. L?Auteur
Jorge Ibargüengoitia (Guanajuato, Mexique, 1928 - Madrid, 1983) est un écrivain mexicain, dramaturge, essayiste, nouvelliste et romancier. Il a d?abord écrit des pièces de théâtre, dont la plus célèbre, « L?Attentat », fut interdite pendant 13 ans. Pendant presque 20 ans, il a tenu une chronique hebdomadaire dans le quotidien « Excelsior », jusqu?à sa fermeture par le pouvoir en place. Il a passé une bonne partie de sa vie à l?étranger, notamment à New York où il a bénéficié d?une bourse de la fondation Rockefeller et à Londres et Paris, où il vivait au moment de sa mort tragique, dans un accident d?avion.
L?Indépendance et la Révolution mexicaine, toujours traitées sur le mode de la farce sont ses thèmes de prédilection. L?humour et l?ironie, y compris grinçante, irriguent le reste de ses romans, qui se passent tous au Mexique, à l?exception notable de « Maten al león » -« le Tyran, meurt au quatrième coup », situé dans une île imaginaire des Caraïbes.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
274 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre