AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2889152634
Éditeur : Quanto (07/03/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Il a été le génie le plus créatif de l'histoire quels secrets peut-il encore nous apprendre ?
Walter Isaacson, auteur best-seller de « Steve Jobs », tisse dans cet ouvrage unanimement salué par la critique un récit de la vie intime et publique de Léonard de Vinci, basé sur les milliers de pages des carnets qu’il a laissés et de nouvelles découvertes sur sa vie et son oeuvre. Il dépeint l’émergence de son génie, alimenté par une curiosité passionnée, une capac... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bazart
  01 mai 2019
Oui c'était un inventif endiablé, un curieux passioné et un créatif transdisciplinaire. C'était un génie. Mais le terme invite à la prudence. En affublant Léonard de ce titre, on donne l'impression qu'il aurait été touché par la grâce et on en oublie son travail."
À l'occasion du 500e anniversaire de la mort de de Vinci, en cette année 2019, plusieurs centaines de manifestations sont prévues en France pour célébrer ce grand maître de la Renaissance, comme une exposition thématique au Louvre, un sommet franco italien à Chambord ou des publications à revendre.
Parmi celles ci, les Éditions Quanto publient la traduction de l'ouvrage de référence de Walter Isaacson sur le génie italien, best-seller aux États-Unis.
À travers les milliers de pages de ses carnets et les plus récentes découvertes des historiens, Walter Isaacson , auteur du best seller Steve Jobs en 2012, tisse dans cet ouvrage traduit en 36 langues un récit de la vie intime et publique de Léonard de Vinci. qui apparait plus que jamais comme grand homme de science et d'un visionnaire.
ON apprend qu'il était végétarien et homosexuel : sa relation avec son amoureux ou le fait qu'il soit végétarien nous aident à le voir comme un être humain bien réel, le livre dépeint l'émergence de son génie, alimenté par une curiosité passionnée, une capacité d'observation de tous les instants et une imagination sans limites.Il a exploré une multitude d'arts : anatomie, l'art, les mathématiques, la musique, la zoologie et il avait une grande faculté à combiner l'art et la science reste, aujourd'hui encore, la recette ultime de l'innovation.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
beauscoop
  09 juillet 2019
Une biographie fascinante par un spécialiste qui a fait ses preuves avec des publications précédentes, en particulier Steve Jobs. Ce Léonard de Vinci est passionnant tant par l'écriture fluide, les sources de références et l'interprétation objective d'un personnage hors du commun pour qui le qualificatif de génie en est la représentation vivante. le terme latin genius définit bien ce créateur, novateur, inventeur, mais il faut ajouter que Léonard avait plus d'un don. Avant tout, un être curieux, qui veux tout comprendre avec une curiosité d'enfant qu'il gardera jusqu'à sa mort, et cela en étant autodidacte. L'ouvrage disecte avec précision les oeuvres principales nous permettant de mieux appréhender la lecture des tableaux du maître. Mais les créations de Léonard sont loin de se limiter à la peinture. L'auteur nous explique en détails les relations de l'artiste avec ses protecteurs d'un Medicis au François 1er pour lesquels il met à exécution ses talents d'ingénieur, d'imprésario et homme de spectacle, de chirurgien anatomiste. Cette biographie, un voyage dans le monde des humanités, des arts, des sciences et des états d'âme.
Je conseille de lire le texte sur sa liseuse mais pour profiter de la qualité des excellentes reproductions couleurs de visionner les illustrations sur ordinateur (28" idéalement) ou tablette via Calibre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
sorayabxl
  02 avril 2019
Cette année, nous fêtons le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci. À cette occasion, nombreuses sont les manifestations et initiatives culturelles qui, à travers l'Europe, rendent hommage à cet artiste et inventeur de génie, figure clé de la Renaissance italienne. C'est aussi l'occasion pour les éditions Quanto de publier la première traduction française de la biographie à succès de Walter Isaacson, parue deux ans plus tôt aux États-Unis : Léonard de Vinci. La biographie.
Par sa capacité à exceller dans le domaine artistique autant que dans les sciences et techniques, Léonard est un bon exemple de l'universalisme de l'homme de la Renaissance : un individu qui s'intéresse à toutes les dimensions du savoir et qui établit des ponts entre les différentes disciplines. Comme le remarque Isaacson, Léonard « se considère autant comme un artiste que comme un scientifique et un ingénieur ».
Sa curiosité insatiable est à la source de sa créativité. Autodidacte, ce n'est pas un génie doté d'une intelligence hors norme. Il ne fait pas d'études prestigieuses et peut à peine lire le latin ou résoudre des équations mathématiques. Paradoxalement, la force de Léonard réside dans ce manque d'éducation formelle. Pour compenser cette faiblesse, il apprend à aiguiser son sens de l'observation et à expérimenter en permanence. Son côté marginal (Léonard est un enfant illégitime, homosexuel, gaucher et végétarien) fait également sa force. Il assume sa différence et échappe à la carrière de notaire qui lui aurait été imposée s'il avait été le fils légitime de son père.
Pragmatique, il recherche la protection des puissants pour pouvoir exercer son art en toute liberté : Ludovic Sforza à Milan, César Borgia à Florence, puis François Ier en France, seront ses principaux mécènes.
Journaliste et professeur d'histoire, Isaacson se passionne pour les grands innovateurs de l'Histoire et a notamment publié des biographies d'Albert Einstein et de Steve Jobs. Pour sa biographie de Léonard de Vinci, il s'est plongé dans les plus de 7 000 pages de notes griffonnées dans divers carnets remarquablement conservés. Les nombreuses illustrations qui jalonnent l'ouvrage en sont d'ailleurs souvent extraites. Elles permettent de pénétrer de manière parfois presque « intime » dans les pensées du maître.
Outre les carnets et croquis, Isaacson présente une analyse détaillée de nombreuses peintures de Léonard. Il offre une interprétation très convaincante de plusieurs oeuvres majeures, y compris lorsqu'il tente de percer les nombreux mystères de la Joconde. Son analyse comparée de deux versions de la Vierge aux rochers est également très intéressante. Concernant la célèbre peinture murale de la Cène à Milan, Isaacson se distancie de l'interprétation de Kenneth Clark, auteur d'une autre biographie de référence sur Léonard de Vinci publiée en 1939. Il utilise cette oeuvre pour illustrer le lien entre les différents talents de Léonard :
La mise en scène artificielle de la Cène, avec ses mouvements outranciers, sa perspective astucieuse et la théâtralité des gestes de ses personnages, porte la marque de l'expérience de Léonard en tant qu'imprésario et organisateur de spectacles de la cour.
Isaacson accorde enfin une place importante aux oeuvres non achevées comme L'Adoration des Mages, Saint Jérôme et La Bataille d'Anghiari. La tendance de Léonard à la procrastination est vue comme un corollaire de sa curiosité permanente et de son perfectionnisme, plutôt que comme un signe de fainéantise.
Au final, cette nouvelle biographie très bien documentée peut paraître excessivement longue (plus de 650 pages !) à ceux qui souhaitent juste en savoir un peu plus sur Léonard de Vinci. Mais pour tous ceux que la Renaissance fascine, l'effort en vaut la peine. Grâce à une structure chronologique complétée par plusieurs regroupements thématiques au sein des chapitres, le livre contient très peu de répétitions et le style de l'auteur est très agréable. Une lecture exigeante mais extrêmement enrichissante !
J'AI AIMÉ…
* L'approche très didactique. Isaacson parvient à rendre compréhensibles des oeuvres très complexes grâce à un style clair qui limite les termes techniques au maximum. L'ouvrage offre par ailleurs des repères pratiques comme la liste des personnages principaux ayant côtoyé Léonard tout au long de sa vie.
* Les nombreuses illustrations accompagnées d'analyses détaillées. Si certains lecteurs risquent de se sentir submergés par la quantité de détails fournis par Isaacson sur chaque oeuvre majeure, j'ai personnellement beaucoup apprécié l'immersion dans les oeuvres et les notes du maître.
J'AI MOINS AIMÉ…
* le chapitre de conclusion. de façon assez inhabituelle pour une biographie, Isaacson conclue avec une liste de recommandations pour « devenir comme Léonard ». Si cette approche permet de récapituler les principaux traits de charactères du personnage, certains conseils (par exemple : « Faites des listes. Et assurez-vous d'y inscrire des choses bizarres ») semblent plus rhétoriques que véritablement utiles.
Merci aux éditions Quanto (Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne) de m'avoir permis de lire ce livre au moment de sa sortie officielle en mars 2019.
Lien : https://histfict.fr/leonard-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
michaelfenris
  27 juin 2019
Lorsqu'on évoque Léonard de Vinci, on pense automatiquement à la Joconde, tant l'oeuvre et son créateur son intimement lié. On pense aussi à l'homme de Vitruve, à la cène, mais aussi à ses incroyables créations parmi lesquelles les fameuses machines volantes qu'il s'ingéniera sa vie entière à vouloir faire voler.
Mais Léonard de Vinci est un homme infiniment plus complexe que cela, et Walter Isaacson, dans cette biographie fouillée de plus de six cents pages construite comme un vrai roman policier, s'attache à nous le démontrer brillamment. Fruit des amours illégitimes entre Piero , descendant de la famille de Vinci, et une jeune paysanne sans le sou, Léonard va se retrouver ballotté entre deux mondes. Il n'est pas « né », il ne pourra donc embrasser la carrière de notaire comme ses aïeux. Sa mère, vite mariée, a plus à faire à s'occuper de ses autres enfants légitimes, tout comme son père qui cherche un héritier pour lui succéder à Milan. Peu doué pour les études (il n'arrivera jamais à intégrer le latin et les équations mathématiques resteront un problème pour lui tout au long de sa vie), Léonard se découvre une passion par l'art, le dessin, l'architecture. Et surtout, ce gaucher, végétarien, homosexuel, distrait et procrastineur, et volontiers hérétique, se révèle être une observateur passionné de tout ce qui l'entoure. Tout au long de sa vie, il va puiser dans ses explorations de la nature les éléments qui le pousseront à se surpasser et à créer sans cesse. Il remplira ainsi des milliers de pages de carnets, en vue d'ouvrages sur des sujets aussi différents que le cheval, l'anatomie humaine, l'eau, les oiseaux, l'optique… À la lecture de ses notes, on se rend compte à quel point cet homme était un génie en avance pour son époque: certains de ses travaux ne seront repris que plusieurs centaines d'années plus tard, et, s'il s'en était donné la peine, porteraient aujourd'hui son nom. Perfectionniste à l'extrême, il ira jusqu'à abandonner plusieurs oeuvres parce qu'il s'estimera insatisfait du résultat. de son vivant on ne connait de lui moins d'une vingtaine de peintures, qu'il retouchait régulièrement, jamais satisfait. La Joconde à elle seule, comprend par endroits plus d'une trentaine de couches de vernis afin de lui donner du relief. Léonard dissèquera un nombre conséquent de cadavres, entre autre pour appréhender les muscles des lèvres et pourvoir dessiner le sourire de Mona Lisa. Il passe des heures à observer le vol des libellules afin de comprendre le mécanisme des ailes, observe l'effet des rayons lumineux lorsqu'ils frappent les yeux, explique le principe des mouvements de l'eau et de la pluie, dessine des villes entières avec une précision digne d'un GPS actuel. Surtout, il ne cessera jamais de s'émerveiller et de ne jamais hésiter à se remettre en cause: si par l'observation et l'enseignement, il comprend qu'il a pu se fourvoyer en énonçant certains principes, il n'hésite pas à revenir dessus et à avouer ses erreurs. Généreux, le maître partagera sa vie avec ses disciples et ses apprentis, dépensant sans compter. On le décrit volontiers fantasque dans ses tenues, portant les vêtements courts et de couleur vive, rose ou violet. L'argent lui fera plusieurs fois défaut, notamment parce qu'il produit peu, s'interessant à mille choses à la fois. La création de la cène est en un parfait exemple, où Léonard est capable de venir devant son oeuvre sans rien faire de la journée, juste pour évaluer la travail effectué la veille. entre temps, il aura trouvé matière à s'émerveiller sur d'autres sujets, remettant sans cesse au lendemain ce qu'il devrait faire aujourd'hui. Il le dira lui-même à plusieurs reprises, il ne se considèrera pas comme un peintre, mais comme un ingénieur, un architecte, un créateur. Les mathématiques en particulier la géométrie l'accompagneront tout au long de sa vie jusqu'à la fin, sur un des derniers feuillets qu'on lui connait, il dessine des triangles rectangles, et conclut de son écriture en miroir (étant gaucher, Léonard écrit systématiquement de droite à gauche) et caetera « parce que la soupe refroidit ». Une vie extraordinaire qui s'achève à 67 ans, le 2 mai 1519, après avoir traversé Milan et Florence à plusieurs reprises, Rome et enfin la France au gré de ses soutiens.
A travers cette biographie aux accents de roman d'aventures, Walter Isaacson cherche aussi à nous inculquer ce qui dirigera toujours Léonard: la curiosité. Ne jamais se contenter de ce que l'on voit de prime abord, mais aller plus loin. faire preuve d'ouverture d'esprit et d'imagination. de ce point de vue, l'héritage de Léonard est infiniment précieux.
Je remercie les éditions Quanto pour leur confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PPUR
  11 mars 2019
Excellente biographie, découvrez-la sur le site du livre
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
LaLibreBelgique   16 avril 2019
La biographie de Walter Isaacson se lit avec passion et explore tout l’art et la science de Léonard de Vinci.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeJournaldeQuebec   15 avril 2019
Après avoir connu énormément de succès avec les biographies d’Einstein et de Steve Jobs, l’Américain Walter Isaacson a étudié les milliers de pages des carnets de notes de Léonard de Vinci pour en tracer un portrait qui présente à la fois ses œuvres, sa vie publique et sa vie intime dans une biographie qui figure au sommet de tous les palmarès, Léonard de Vinci.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LesEchos   18 mars 2019
Une biographie à grand spectacle du créateur de la Joconde, qui est aussi une plongée dans les mystères de l'innovation.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   01 mai 2019
Oui c'était un inventif endiablé, un curieux passioné et un créatif transdisciplinaire. C'était un génie. Mais le terme invite à la prudence. En affublant Léonard de ce titre, on donne l'impression qu'il aurait été touché par la grâce et on en oublie son travail
Commenter  J’apprécie          110
beauscoopbeauscoop   01 juillet 2019
Pour se faire l’œil, il conseille également un jeu auquel il s’adonne avec ses amis. Une personne trace une ligne sur un mur ; les autres, installées à une certaine distance du mur, doivent couper un brin de paille de la même longueur que la ligne. « Celui qui s’approche au plus de la mesure du dessin l’emporte. »
Commenter  J’apprécie          80
beauscoopbeauscoop   09 juillet 2019
Parce qu’ils « pensent différemment », les génies créatifs sont parfois marginalisés. Ces mots ont été repris par Steve Jobs dans une publicité pour Apple. « Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent. »
Commenter  J’apprécie          70
beauscoopbeauscoop   29 juin 2019
Son imagination en effervescence constante le pousse à flirter avec les limites de la fantaisie. C’est une belle qualité que nous gagnerions à entretenir chez nous-mêmes et à encourager chez nos enfants.
Commenter  J’apprécie          60
JacopoJacopo   20 juin 2019
Au départ, je voyais sa tendance à la fantaisie comme un défaut révélateur d'un manque de discipline et d'application, reflété dans sa propension a ne pas achever certains travaux et traités. Dans une certaine mesure, c'est le cas. Une vision sans action n'est qu'hallucination. Mais j'ai fini par comprendre que sa capacité d'estomper les limites séparant rêve et réalité, comme son sfumato permet d'adoucir les traits sur une toile, était une clé de sa créativité. Sans imagination, le talent reste stérile. Léonard savait comment marier observation et imagination, et c'est ainsi qu'il en est venu incarner l'innovateur par excellence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Walter Isaacson (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Walter Isaacson
?? Comment la curiosité exacerbée de Léonard de Vinci en a fait le plus grand génie de tous les temps
Léonard de Vinci s?est éteint le 2 mai 1519 en France. À l?occasion du 500e anniversaire de sa mort, nous souhaitons vous présenter une facette essentielle de son génie : sa curiosité exacerbée. C?est par la plume agréable de Walter Isaacson que nous pouvons apprendre de fabuleux détails sur la vie et l?esprit de Léonard de Vinci. Auteur bien connu, il s?était déjà illustré dans les biographies d?autres génies légendaires comme Steve Jobs et Albert Einstein. Aujourd?hui, Isaacson revient avec un véritable travail de décryptage d?un génie sous tous ses angles. Et la curiosité est sans doute le fil conducteur de l?ensemble des réalisations du génie italien.
? Pour en savoir plus ?? https://www.editionsquanto.com/produit/14
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre