AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Louise Navarro (Traducteur)
ISBN : 2264041714
Éditeur : 10-18 (15/09/2005)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Dans la bonne ville de Pickax, " à six cents kilomètres au nord de partout ", célèbre cadre des aventures du chroniqueur Jim Qwilleran et de ses sagaces siamois, Koko et Yom-Yom, le mystère est de nouveau au rendez-vous.
Le club théâtral donne depuis peu De l'importance d'être constant, la pièce d'Oscar Wilde, lorsque les représentations sont brutalement interrompues par la mort d'un des membres de la troupe dans un accident de voiture. Koko ne tarde pas à y ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ladesiderienne
  08 août 2015
CHALLENGE ATOUT PRIX 2015/2016 (9/10)
Prix Fondation 30 Millions d'amis 2005
C'est le titre original et la couverture amusante de ce livre qui ont attiré mon attention dans les rayons de la médiathèque communale. Quand la bibliothécaire m'a précisé que c'était un polar, j'ai pensé qu'il était pour moi, sans rien connaitre de l'auteure et de sa longue série des aventures du "Chat". En plus, un prix littéraire qui ira parfaitement dans mon challenge Atout Prix...
On retrouve donc ici, comme dans tous les autres romans de Lilian Jackson Braun, Jim Qwilleran, chroniqueur pour le journal de Pickax, charmante bourgade que l'auteure situe avec humour "à 600 kms au nord de partout". Riche par héritage mais philanthrope, ce journaliste ne serait rien sans la présence des deux siamois qui lui tiennent compagnie. Koko, le mâle dispose même de pouvoirs occultes qui aident son propriétaire à démêler les énigmes auxquelles il est souvent mêlé. Voilà que la petite commune mobilisée pour l’inauguration prochaine de la nouvelle librairie connait un événement dramatique : la suspension des représentations théâtrales (une pièce d'Oscar Wilde tout de même) suite au décès d'un des acteurs dans un accident de la route. Un autre membre de la troupe sème la zizanie parmi les dames (il est plutôt attiré par les femmes plus âgées) de Pickax. Tout cela sous l’œil des chats, animal emblème de la ville puisque bon nombre d'habitants en possède un.
La littérature et la gente féline sont deux sujets qui se marient bien et de nombreux d'écrivains en ont d'ailleurs tiré parti mais encore faut-il qu'il y ait une trame porteuse. Dans un polar, l'enquête aurait dû être le fil conducteur mais je la cherche encore. De dîners au restaurant en invitations, de tasses de thé en verres d'eau de Squunk, on parlote, on parlote, de tout et de rien. Une multitude de personnages, que rien ne distingue les uns des autres, paraissent sortis d'une autre époque. Le cadre, l'ambiance, les dialogues y sont tellement désuets que j'ai été étonnée d'y entendre parler de téléphones portables, objets qui prouveraient que c'est une histoire relativement actuelle. Pour sa défense, l'auteure avait 89 ans lors de l' écriture de ce roman mais tout de même, pour lui décerner un prix, il fallait vraiment que les autres nominés soient nuls ! ! !
Pour résumer, je me permettrai de reprendre intégralement la critique de zabeth55 : "bof ! ! !". Aucune envie de poursuivre les aventures du "Chat" et j'attribue un 6/20 à celle-là uniquement par amour pour nos amis à quatre pattes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Jangelis
  11 octobre 2017
Il me semble qu'au fil des tomes, c'est de moins en moins policier, et de plus en plus une chronique de la vie dans le comté de Moose. Assez peu de suspens ici, si l'on connait la série, on se doute assez vite de ce qui va se passer. Et de restau en petits bouffes, j'ai parfois pensé au Clan des Sept qui passent leur temps à manger !!
Mais j'ai toujours du plaisir à lire cette série, j'ai peu à peu l'impression de faire partie de cette petite communauté, et j'aime les retrouver. Dans un volume où il est encore question de théâtre. (Et d'intempéries, mais c'est bien normal quand on est à 600 km au nord de partout !)
Si vous n'avez jamais lu cette série, je pense que vous risquez d'être un peu déçu : de nombreux personnages qu'il est difficile de distinguer si on ne les pratique pas depuis de nombreuses pages. Un roman où le côté policier n'apparaît que vers la fin. (et une fin qui nous laisse un peu sur notre faim !!)
Mais si comme moi vous avez l'impression d'être un citoyen de Pickax, vous retrouverez avec plaisir tous vos amis, et les chats bien entendu.
Sans oublier que dans cet opus, on assiste à un événement important et attendu : l'ouverture, enfin, d'une librairie, qui sera tenue par Polly, elle abandonne pour cela la direction de la bibliothèque.
Et dans cette librairie, un "bibliochat" très conscient de son importance !
J'ai dans cet opus découvert le mot Limerick, que j'ignorais totalement.
(Définition, au cas où je ne serais pas là seule !):
Poème burlesque composé de cinq vers, en littérature britannique.
Un grand merci à Rose Marie qui a bien alimenté mon début de collection de tous ces chats !
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bina
  25 septembre 2014
Qui est Alden Wade, nouveau venu dans la troupe de Pickax?
C'est un beau ténébreux, qui ne laisse pas les femmes indifférentes, y compris Poly.
Un acteur de la troupe meurt dans un accident, une célibataire de longue date saute le pas, un nouveau commissionnaire chevelu apparait au Quelque Chose...
Quel est le lien entre toutes ces anecdotes?
Poly est survoltée par l'ouverture de la nouvelle librairie qui a mobilisé toute son énergie ces derniers temps. Mais ces événements sont ternis par les catastrophes qui se déroulent autour d'eux.
Alors Koko et la moustache de Qwill entrent en action, et sa plume sait rendre hommage aux grands disparus.
Commenter  J’apprécie          50
Bunee
  30 mai 2008
On retrouve ici le chroniqueur haut en couleurs, philantrope, amateur de beaux livres et de belle musique dénommé Qwill, flanqué de ses deux siamois, Koko et YomYom. Dans leur bonne ville de Pickax, perdue à environ 600 Km au nord de partout, le club théâtre voit disparaître un de ses acteurs. de l'accident supposé on ne tarde pas à imaginer un affreux meurtre, d'autant plus qu'un nouvel individu arrivé dans le comté suscite la curiosité (et, accessoirement, semble convoiter la bonne amie de notre chroniqueur susvisé). Qwill se voit embarqué dans l'écriture d'un livre dédié à une étrange bâtisse dont l'incendie semble inéluctable et un livre d'Hemingway dédicacé d'une valeur de 5000 dollars disparait sous les yeux vert flashy du bibliochat.
De multiples intrigues naissent, la vie suit son cours et la rumeur court. le stock de bananes de Qwill disparait peu à peu et, au final, ça fait beaucoup de mini-mystères pour un seul petit bouquin...
Le dit bouquin ne se prend d'ailleurs pas au sérieux, et c'est tant mieux. Vif, ludique, drôle mais jamais enfantin, l'auteur nous emmène comme on emmène les enfants au théâtre; c'est d'ailleurs ce qui nous attend: une mise en scène vive et tendre, des personnages tantôt amusants, tantôt émouvants, parfois même ténébreux.
(...)
http://lelabo.blogspot.com/2005/11/lilian-jackson-braun-le-chat-qui.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bermondsey
  09 juin 2013
C'est toujours un grand plaisir de retrouver Koko, Yom-Yom et Qwill dans leurs aventures "plan-plan" du pays au nord de partout ! Cette fois-ci, les peaux de banane ont la vedette... Cette série est une valeur sûre pour passer un bon moment en compagnie de personnages fort sympathiques : on se sent intégré à ce petit cercle d'amis, on voudrait même vivre là-bas, si ce n'étaient les hivers trop rigoureux... Snif, bientôt la fin de la série pour moi ! Pour ceux qui veulent se lancer dans la série, essayez de la lire dans l'ordre, ça n'en est que plus savoureux...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   07 août 2015
Ce soir-là, après le dîner, les trois habitants de la grange se rassemblèrent pour une séance de lecture. Qwilleran n'avait qu'à crier "Lecture !" et les siamois arrivaient en courant : Yom Yom pour prendre possession de ses genous, Koko pour sélectionner un tire. Il semblait être le bibliochat désigné et prenait ses responsabilités au sérieux.
Tous les murs disponibles étaient couverts d'étagères, et jusqu'à récemment elles avaient été remplies de livres d'occasion achetés chez Eddington Smith. Pour choisir un titre, Koko se promenait de long en large, puis il s'arrêtait, levait les yeux vers les étagères, prenait sa décision, s'aplatissait et sautait. Ses puissantes pattes arrière le catapultaient à la bonne hauteur, à deux mètres du sol, il ne manquait jamais son but et son instinct spatial était étonnant pour Qwilleran, qui était toujours l'esclave des mesures.
Ensuite, Koko fouillait derrière les livres, reniflait les pages jusqu'à ce qu'il ait découvert le titre qu'il voulait (il était inutile de le lire sur le dos). Il le poussait du nez pour le faire tomber de l'étagère. Dans l'idéal, Qwilleran était là pour l'attraper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ladesiderienneladesiderienne   07 août 2015
- Avez-vous jamais écrit des sonnets, Qwill ?
- Non, mais je me considère comme un connaisseur en la matière. Je maintiens qu'un bon sonnet ne doit pas seulement peindre un tableau, exprimer une émotion ou exposer une philosophie ; les mots doivent sembler agréables dans votre bouche quand vous lisez à haute voix. Les consonnes et les voyelles doivent s'entendre entre elles avec douceur. Je ne citerai pas de nom, mais examinez ce vers : "La terre n'aura jamais rien montré de plus doux", et comparez-le avec le sifflement de : "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?" qu'il est difficile de prononcer sans cracher. En fait, quand je lis cette phrase à mon chat, il se met lui-même à cracher comme devant un serpent venimeux... mais je me laisse entraîner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AgatheDAgatheD   22 février 2017
...d'où Dundee tire-t-il son nom ?
-En bref , les chats oranges sont appelés" marmelades", et Dundee est une ville d'Ecosse célèbre pour sa marmelade d'oranges. Savez-vous pourquoi c'est une vieille tradition pour les libraires d'avoir des chats? Réfléchissez.
-Je suppose que c'est pour la même raison que nous avions des chats à la ferme : pour nous débarrasser des rongeurs.
Commenter  J’apprécie          80
JangelisJangelis   11 octobre 2017
Il avait entendu dire que cette maison était historique, unique, impressionnante, originale ou juste GRANDE. Personne ne lui avait dit qu'elle était belle ou même simplement plaisante. Maintenant, il comprenait pourquoi. La célèbre maison Hibbard était affreuse.
Avec diplomatie, il déclara :
- Je ne suis pas vraiment un expert en styles architecturaux. Savez-vous duquel elle relève ?
Commenter  J’apprécie          30
hellza24hellza24   28 juin 2016
Koko et Yom Yom regardaient par la fenêtre de la cuisine, mais se dispersèrent. Qwilleran aimait dire que seuls deux siamois savaient se disperser dans trois directions à la fois.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lilian Jackson Braun (1) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15067 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre