AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Monique Benesvy (Traducteur)
EAN : 9782878582512
309 pages
Éditeur : Viviane Hamy (30/11/-1)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Née esclave en 1813 à Edenton en Caroline du Nord, H. Jacobs, dès son plus jeune âge, refuse d'être considérée comme du bétail et de tomber sous le joug d'un maître pervers. Emancipée en 1852, après s'être cachée pendant sept ans et avoir fui dans le Nord des Etats-Unis, elle commence la rédaction d'un récit-confession.

Source : Viviane Hamy (Editions)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MissFantomette
  17 janvier 2021
Etre mère et esclave, esclave et mère : voici la double condition dont Harriet A. Jacobs témoigne dans cet ouvrage.
L'auteure est née vers 1813 en Caroline du Nord, où elle vivra la première partie de sa vie, en esclavage puis cachée. Elle s'évadera ensuite vers Philadelphie, puis New York et différentes villes du Nord où elle deviendra militante abolitionniste.
Les nouveaux-nés héritent de la condition d'esclave de la mère, quelle que soit celle du père. L'auteure subira donc, en plus de l'esclavage, la douleur de voir ses enfants en souffrir.
Non seulement elle va tenter de s'enfuir, mais elle n'aura de cesse de libérer ses enfants... La peur d'en être définitivement séparée -comme cela arrivait fréquemment- traverse le récit.
« Mais pour une mère en esclavage, le Nouvel An arrive chargé de chagrins particuliers » : cette mère de famille narre par exemple la tradition selon laquelle les esclaves se voyaient attribués un nouveau propriétaire chaque année au Nouvel An (dans cette région du moins). D'où le spectre d'un éparpillement définitif de chaque famille d'esclaves à cette date terriblement redoutée !! Une image en dit long : « Elle est assise sur le sol froid de sa cabane, regardant les enfants qui peuvent tout aussi bien lui être enlevés le lendemain matin ».
Il est aussi précisé que « si une mère réussissait à racheter son enfant, la loi l'obligeait à en devenir propriétaire. En effet un esclave affranchi ne devait en aucun cas occasionner de dépenses à l'Etat ou à la communauté. »
Ainsi n'est-ce pas un destin individuel qui, comme dans d'autres Mémoires d'esclaves, nous est conté, mais une perspective habitée par l'amour maternel et le permanent souci du devenir des enfants-esclaves.
Underground Railroad, de Colson Whitehead, m'est venu à l'esprit lors de cette lecture. J'ai été frappée, entre autres choses, par la correspondance entre la situation réelle de la jeune esclave Harriet A. Jacob, dissimulée dans une soupente, et celle, imaginaire, de Cora, l'héroïne du roman. Pour toutes les deux : la fuite, l'étroite cachette sous les toits, la chaleur intenable en été, et l'observation des poursuivants par un minuscule judas...
Les deux textes entrent donc en résonnance de manière très instructive.
L'histoire d'Harriet Jacobs peut également se lire parallèlement aux « Mémoires d'un esclave » de son contemporain Frederick Douglass, né, lui, dans le Maryland cinq ans après elle.
Cet ouvrage est le plus riche en matière de conditions de vie des communautés d'esclaves, parmi les Mémoires d'esclave que j'ai pu consulter.
Cette lecture adopte quelques codes d'une lecture «romanesque », car l'auteure s'y rebaptise d'un autre prénom, et de multiples dialogues animent le récit, très détaillé.
Si bien que, tout en tirant énormément d'enseignements précis et édifiants de cet émouvant témoignage historique, on vibre aussi à l'unisson de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lecturesdamerique
  29 avril 2016
Le titre original, Incidents in the Life of a Slave Woman, précisait : Written by Herself. C'est de son vivant qu'Harriet Jacobs (1813-1897) a souhaité témoigner de sa vie d'esclave.
Son récit est autobiographique mais l'auteur a changé tous les noms, y compris le sien, puisqu'elle y devient Linda. le style est très factuel, avec parfois quelques petites touches d'ironie.
C'est l'histoire d'une famille d'esclaves qui, sur plusieurs générations, n'a eu de cesse d'accéder à la liberté. Mais l'affranchissement ou le changement de propriétaire, quelque soit la somme d'argent proposée, dépend du bon vouloir des maîtres.
Harriet Jacobs insiste sur le sort particulier des femmes esclaves. Dès leur puberté, elles sont non seulement soumises aux traitements inhumains infligés par le système mais doivent en plus subir le harcèlement et les agressions sexuelles de leur maître ou de leur contremaître. Il n'est pas rare que ces femmes aient plusieurs enfants du maître, soit autant d'esclaves supplémentaires pour lui, dont il disposera et qu'il pourra vendre plus tard, au mépris des sentiments de la mère.
Linda veut sa liberté et celle de ses enfants. Son père était un homme libre. Sa grand-mère a été affranchie. Mais son maître, décidé coûte que coûte à briser cette esclave, refuse qu'elle soit rachetée, peu importe le prix. Idem pour ses enfants.
Le livre dénonce la cruauté et l'hypocrisie de l'esclavage ainsi que la perversité de la majorité des détenteurs d'esclave. Linda (Harriet) et ses enfants finiront pourtant par gagner leur liberté, non sans traverser de multiples épreuves. Harriet Jacobs a ensuite activement milité contre l'esclavage et contre la ségrégation.
Incidents dans la vie d'une jeune esclave est un livre touchant et facile à lire que je vous conseille. Bonne lecture !
Lien : https://lectures-d-amerique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
malainycoly
  06 janvier 2015
Cette ouvrage intitulee Incidents in the life of a slave girl nest pas tres populaire a cause de beaucoup de raison,notament le debut dede la guerre civile de lepoque.c est.apres la guerre que l ouvrage s etait ecris par Harriet Beecher Stowe,Lydia Maria childs,or Harriet Jacobs.depuis ce livre est utilise avc une fausse identite.c'etait une fiction.
Commenter  J’apprécie          30


Dans la catégorie : EsclavageVoir plus
>Comportements économiques>Travail (Sociologie)>Esclavage (24)
autres livres classés : NoiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1114 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre