AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782277301325
122 pages
J'ai lu (28/11/2007)
3.7/5   54 notes
Résumé :

La foire aux cancres » est sans conteste le livre le plus drôle de l’année. En collaboration avec les cancres de nos écoles et de nos lycées, Jean-Charles vient en effet de réécrire l’histoire, la littérature et les sciences comme personne ne les avait imaginées.
La foire aux cancres » est aussi un pamphlet contre les programmas scolaires. Jean-Charles ne se contente pas d’attaquer ; il propose, pour résoudre la crise de l’enseignement, des soluti... >Voir plus
Que lire après La foire aux cancresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 54 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un prégnant souvenir de mes lectures ado, que cette joyeuse et succulente Foire aux cancres lue dans sa première édition dédicacée que conservaient mes parents dans la grande bibliothèque familiale!
Il y a parfois des fulgurences d'imagination, chez les cancres! Une certaine forme de poésie, de même, agrémentait ces cahiers ou copies du fond de la classe.
Heureuse époque, que celle de ces années cinquante et soixante lors desquelles l'état de cancre ne constituait pas forcément un drame ou une calamité... Cette rébellion, contre l'éteignoir que pouvait représenter l'école, Jean-Charles en a récolté de très beaux morceaux. Grâce lui en soit rendu.
Commenter  J’apprécie          505
"La foire aux cancres", paru en 1962, s'annonce, sans conteste, comme le livre le plus drôle de l'année. C'est pourtant une oeuvre ambitieuse car Jean-Charles, aidé des meilleurs cancres de nos écoles les plus réputées, prétend y redécouvrir l'Histoire de France, y réécrire la littérature et réinventer les sciences.
L'auteur prévient : "Si les lycées avaient des clochers, ils sonneraient sans cesse le tocsin" et si les proviseurs, les professeurs et les parents invoquent de graves raisons à cela, Jean-Charles, lui, sait que la véritable cause en est, en fait, un changement récent survenu dans la mentalité des cancres.
Depuis peu, d'oisifs ravis de ne rien faire, ils sont devenus des révoltés furieux de leur ignorance.
Et il propose quelques solutions à ce grave problème...qui feront monter peut-être, un jour, un député à la tribune de l'Assemblée Nationale pour crier dans un moment de fol enthousiasme :
- Jean-Charles avait raison !
En attendant ce moment hypothétique et mémorable, il nous fait rire depuis plus de cinquante ans.
Déjà, il apparaît coiffé d'un bonnet d'âne sur la couverture du 227° numéro du journal "Pilote" paru en février 1964 et y rédige sa première lettre.
Déjà à l'époque, l'élève Chaprot et le grand Duduche aurait pu s'écrier "Mâtin, quel livre drôle et malicieux !"
Commenter  J’apprécie          252
« La foire aux cancres ». Outre un recueil de perles d'élèves de l'époque, c'est aussi, et on a trop souvent tendance à l'oublier, un essai sur l'enseignement tel qu'il était pratiqué au milieu des années soixante.
Pour ma part, je l'ai découvert vers 1970…

Une relecture partielle - pour argumenter ce modeste commentaire - m'a permis de constater que si certains errements d'alors n'ont plus cours, si certaines idées (transformation du bac en épreuve d'intelligence plutôt que de continuer à en faire une affaire de mémoire) sont maintenant appliquées, d'autres subsistent comme le coût des études supérieures qui bloque l'accès aux enfants de familles modestes…
Rien que pour ce témoignage et le recul qu'il nous apporte par rapport à l'Education Nationale actuelle, ce petit essai-recueil mérite d'être relu. Quand aux perles, beaucoup d'entre elles sont passées dans le langage courant et sont utilisées comme traits d'humour par beaucoup d'entre nous… Je me demande même si Coluche n'y aurait pas puisé une part de son inspiration notamment dans les calembours basés sur des homophonies approximatives : canicule-canule pour Jean-Charles, clavicule-canicule pour Coluche

On rit… Plus, on sourit de ce sourire plein d'indulgence qui n'appartient qu'à l'adulte quand il s'agit de se pencher sur les tentatives de nos têtes blondes de retranscrire, à leur manière et en se les appropriant, les « discours » qui leurs sont tenus en cours, par leurs professeurs…
Commenter  J’apprécie          160
Encore un souvenir scolaire. En seconde, j'ai trouvé dans mes affaires (tout à fait par hasard, je vous prie de le croire) un exemplaire de « La Foire aux cancres » de Jean-Charles. Inutile de vous dire que les bancs se gondolèrent, jusqu'au moment ou une main professorale s'abattit sur le bouquin et le confisqua dans un tiroir jusqu'à la fin du cours.
Chez les humoristes, c'est comme partout, on trouve un peu de tout : il y a des artistes, il y a des amateurs, il y a des « one shoot » et des marathoniens, il y en a devant le public, d'autres sur l'écran, d'autres en librairie… Chez ces derniers il y a des auteurs, et il y a des anthologistes, des collectionneurs des chasseurs de bêtises, et ce ne sont pas les plus tristes !
Jean-Charles (1922-2003) dans cette dernière catégorie, est la référence absolue. Pendant cinquante ans, il a traqué la bêtise des particuliers, la folie des administrations, le ridicule des institutions, quelque soit l'âge, le sexe … Dans sa moulinette, tout le monde y passe : les médecins, les juges, les gendarmes, les bidasses, les assureurs et les assurés, et surtout le monde des enseignants (professeurs, instituteurs…), et encore plus des élèves, écoliers, collégiens, lycéens étudiants et potaches en tous genre, dont il s'est fait un malin plaisir de recueillir les perles, bourdes, âneries, bêtises, énormités dans tous les domaines possibles.
Après un premier coup d'essai (réussi) en 1955 avec « Les perles du facteur », il s'impose en 1962 avec « La foire aux cancres ». Tout en nous donnant son avis sur les vicissitudes de l'Enseignement dans les années 60, il nous distille, matière par matière, des trésors immortels :
Cours d'histoire :
Les trois grandes périodes de l'humanités sont l'âge de la pierre, l'âge du bronze et l'âge de la retraite. L'âge de la pierre se subdivise en âge de la pierre taillée et âge de la pierre ponce.
En ce temps-là, nos ancêtres étaient vêtus de pauvres bêtes et vivaient dans des tavernes qui sont les nids de la civilisation. Par la suite ils habitèrent dans des huttes, ils n'avaient pas d'habits, pas de chemise, rien qu'un trou pour laisser passer la fumée. En outre, ils ne disposaient pour fonder une famille, que d'un outil très primitif.
Du temps des fanfarons, les vivants embaumaient les morts pour qu'ils ne s'ennuient pas. C'est ce qu'on appelait la modification. Les Egyptions avaient en outre l'habitude de tuer des gens pour en faoire des momies.
Cours de géographie :

Paris autrefois s'appelait Lucette, c'est la capitale de la France parce que beaucoup de personnes alitées s'y réunissent.
Principaux monuments : La tour Eiffel qui doit son nom à ce qu'elle est effilée. le Louvre est un musée pendant la nuit et un magasin pendant le jour. L'arc de Triomphe de Cadet Roussel construit par Napoléon. Les Tuileries qui sont une fabrique de tuiles. L'arc de Triomphe en dessous duquel brûle un petit soldat ; les militaires passent dessous quand ils sont vainqueurs et à côté quand ils sont vaincus.

Les cancres ne sont pas les seules vedettes de ce livre : on y trouve d'innombrables âneries venant d'un peu partout, et tiens, puisque nous sommes entre amateurs de littérature, quelques bourdes pondues par nos grands écrivains, dont celles-ci, oeuvres De Ponson du Terrail (l'auteur de Rocambole) :

La marquise allait enfin s'expliquer, quand la porte en s'ouvrant lui ferma la bouche.
L'homme avait quatre-vingt-quinze ans et il en paraissait le double.
D'une main, il leva son poignard et de l'autre, il lui dit…
Quand il se releva, il n'était plus qu'un cadavre.
Son coeur battait avec violence en faisant sonner le timbre de la porte.
Le comte était vêtu d'une élégante veste de velours et d'un pantalon de la même couleur.

On le voit la lecture de ce livre n'engendre ni la tristesse, ni la mélancolie. A recommander à toutes les âmes chagrines, ou chagrinées. Sourire, rire et fou-rire assurés !

Commenter  J’apprécie          60
Cet après midi je bavardais avec un voisin venu couper des branches cassées dans la prairie près de la mienne, il est conseiller municipal et m'a parlé des plaintes que reçoit la mairie pour l'entretien des paysages; j'ai surtout retenu la mention de ce courrier de protestation car les rochers sont glissants à marée basse: il faudrait tout de même que la commune fasse quelque chose!
Bref, l'anecdote m'a remis en mémoire ce best-seller de mes 11, 12 ans, qui me consolait de mes zéros en orthographe car je découvrais qu'il y avait bien pire que moi...
(Je me souviens de "l'homme s'enfuit nez en moins" - ça me fait encore rigoler-, d'un animal qui s'échappait "des cons lui avaient ouvert la porte", et de quelques courriers de parents d'élèves pour expliquer le retard ou l'absence de leur enfant.
Moi qui suis assez dépourvue de sens de l'humour, je me demande si je ne suis pas restée coincée à cette lointaine époque , les années 60, où j'étais bon public lorsqu'il s'agissait de rire de plus "cancre" que moi...
(Je me demande où est passé ce bouquin, si je le retrouve je me ferai un petit test.)
Commenter  J’apprécie          91

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
LE CONSULAT ET L’EMPIRE

Bonaparte était un grand stratégiste. Pendant la campagne d’Italie, il resta cinq ans sur le pot.
Ensuite ce fut la campagne d’Egypte, au cours de laquelle il poursuivit les Hébreux à travers la Mer Rouge. Il avait emmené avec lui Champollion qui eut un mal de chien à déchiffrer les escogriffes. Nelson ayant coulé la flotte française à Aboukir, Napoléon dut revenir d’Egypte à pied, suivi de ses savants.
Cependant, en France, Sieyès cherchait un général victorieux. L’un d’eux, Hoche, ne put pas accepter, car il était mort. Ce fut Bonaparte qui fit donc le coup d’éclat du 18 Brumaire.
Tout jeune il épousa Joséphine et lui donna une boite à bijoux sur laquelle ses entrailles étaient gravées. Mais bientôt, en bon stratège, il s’aperçut que n’ayant pas encore eu d’enfant, il devait se marier. Il répugna donc Joséphine et se remaria avec Sainte Hélène.
Napoléon avait la possibilité de dicter plusieurs lettres à la fois : c’était un dictateur. Il a été peint par Horace Vernet. C’est une toile magnifique. L’Empereur paraît y mesurer deux mètres, alors qu’à pied il était beaucoup plus petit.
Napoléon recrutait ses soldats par la circoncision. Il remporta grâce à eux de nombreuses victoires. La principale s’est gagnée à Paris, près du pont qui lui a donné son nom.
Il remporta aussi la bataille d’Australie, au soir de laquelle il vit le soleil se lever en plein jour pour saluer sa victoire.
Napoléon détestait les Anglais à qui il reprochait de l’avoir fait mourir à Sainte-Hélène. Il décréta contre eux le blocus sentimental. Puis il alla prendre sa retraite en Russie.
Napoléon fut envoyé à l’île d’Elbe dont il s’échappa en survolant la Méditerranée déguisé en aigle, mais l’Europe entière se rua contre lui et il fut battu à Waterpolo.
Tous les cavaliers, hussards, dragons, cuirassiers, ganaches, chargèrent au cri de « Vive l’Empereur ». Bientôt le champ de bataille fut couvert de cadavres. Certains étaient intacts, d’autres respiraient encore. A ce moment-là, si Grouchy était arrivé au lieu de Blücher, il aurait tiré une fière chandelle du pied de Napoléon. C’est alors que la vieille garde forma le carré et que Cambronne répondit aux sommations de se rendre par un mot qui traduisit toute l’horreur de la situation.
Napoléon mourut dans les bras de Sainte-Hélène. Il est enterré aux Invalides où il est couché, la tête d’un côté et les pieds de l’autre.
Commenter  J’apprécie          80
La civilisation au Moyen-âge
Les seigneurs se faisaient construire des châteaux forts sur une hauteur pour avoir le soleil toute la journée.
Dans son château, le seigneur s'ennuyait. Il était percé de toutes petites fenêtres.
Quand ils partaient à la guerre, les chevaliers étaient enceints de leurs armes et portaient une cotte d'émail. Ils étaient bardés de fer pour ne pas se déchirer aux épines dans les fossés des châteaux.
Ils ne connaissaient pas les avions et prenaient des bombardes pour faire les bombardements....
Commenter  J’apprécie          120
Principe d'Archimède : tout corps plongé dans un liquide, s'il n'est pas revenu à la surface au bout d'une demi-heure, doit être considéré comme perdu.
Commenter  J’apprécie          150
Le ciel était couleur d'encre. Les vagues déferlaient sur le pont du navire… On ne peut pas en dire plus long, car il n'y a pas eu de rescapés.
Commenter  J’apprécie          130
C'est une mode chez les écrivains ou les artistes que d'affirmer avoir été un cancre.
Commenter  J’apprécie          180

Video de Jean-Charles (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Jean-Charles
Acheter le livre «La politique québécoise: élections, scandales et réformes - 1950-1990»: https://www.septentrion.qc.ca/catalogue/la-politique-quebecoise-elections-scandales-et-reformes-1950-1990 https://www.leslibraires.ca/livres/la-politique-quebecoise-elections-scandales-et-jean-panneton-9782897912352.html https://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=3391326&def=Politique+qu%c3%a9b%c3%a9coise(La)%2cPANNETON%2c+JEAN-CHARLES%2c9782897912352 https://www.chapters.indigo.ca/fr-ca/livres/politique-qu%c3%a9b%c3%a9coise/9782897912352-article.html?ikwid=panneton&ikwsec=Home&ikwidx=2#algoliaQueryId=b77debb12cbc11ecc97633f744c7bec4
Les dix dernières années du règne de Maurice Duplessis et les trente qui suivent sa mort sont marquées par plusieurs réformes politiques importantes dont l'empreinte sur la société québécoise est toujours perceptible de nos jours (réforme de l'assurance-automobile, loi sur la protection et le zonage des terres agricoles, etc.).
Elles sont également marquées par plusieurs personnalités fortes qui joueront chacune, à leur manière, un rôle clé dans la Révolution tranquille et la lutte qui s'engage entre le Parti Québécois et le Parti libéral pour gagner le coeur des Québécois. Certaines sont toujours bien connues (Jean Lesage, Robert Bourassa, René Lévesque, etc.), d'autres, comme Georges-Émile Lapalme, gagneraient à l'être davantage.
L'historien et politologue Jean-Charles Panneton se propose donc de revenir sur ces quatre décennies cruciales de l'histoire du Québec en mettant au jour ses scandales qui ont fait le plus jaser, ses élections particulièrement significatives et les réformes majeures qui y sont mises en place.
+ Lire la suite
autres livres classés : perlesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (157) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
19942 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..