AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847349650
Éditeur : Tallandier (30/08/2012)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture:

Dans son petit traité contre le pessimisme, intitulé C'était mieux avant..., Lucien Jerphagnon s'amuse à collecter toutes ces réflexions négatives et défaitistes sur le bonheur, la politique, l'amour, etc., des philosophes grecs jusqu'à nos jours, soit trente siècles de ronchonnements et de regrets lancinants...
Véritable vade-mecum, Le Petit livre des citations latines permet de réviser nos classiques : à chaque page ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
JeanLouisBOIS
  18 septembre 2012
Nil nove sub sole.
Cette phrase latine tirée de l'Ecclésiaste pourrait résumer à elle seule ce livre de Lucien Jerphagnon regroupant 2 textes du philosophe français disparu en 2011.
En effet, rien de nouveau sous le soleil surtout pour le Petit Livre des citations latines, (légèrement) revues et corrigées et qui n'apportent que bien peu de nouveautés par rapport aux anciennes "pages roses" du bon vieux dictionnaire Larousse.
En ce qui concerne la partie "C'était mieux avant", le choix de citations provenant de textes d'Homère à Jean d'Ormesson ne renouvelle pas les classiques du genre, même si on découvre quelques perles. J'estime cependant qu'il a atteint son objectif en me donnant une certaine envie de relire "Le Roi se meurt " de Ionesco: Ce n'est déjà pas si mal!
Commenter  J’apprécie          40
flolunaire
  19 août 2014
Livre de citations qui permet de relativiser : en effet "c'était mieux avant" était déjà un leitmotiv des Grecs du VI° siècle avant notre ère....Je pense que d'ailleurs les civilisations plus anciennes devaient dire la même chose mais pas d'écrit disponible!
A travers de multiples thématiques, Jerphagnon fait une présentation diachronique de citations des Grecs aux Modernes et contemporains.
Bien sûr, vous l'aurez compris, le titre est plutôt ironique : il s'agit de passer en revue un pessimisme de bon ton qui a toujours eu cours. Malgré tout, l'auteur ne tombe pas dans l'angélisme : il aurait tout aussi bien pu faire une anthologie inverse...Les paroles sont faciles, les postures aisées mais quid d'une position ferme face à la réalité?
C'est donc au lecteur de poser sa propre vision du monde...en s'aidant ou en révoquant certains grands adages cités dans cet opus. N'en demeure pas moins que Jerphagnon convoque des voix et des hommes venus de bien loin afin d'éclairer, peut-être, notre propre vision du monde.
A lire d'une traite ou par petites touches...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CVolland
  11 septembre 2017
Un ouvrage dispensable.
Cette série de citations n'étant pas commentées, j'ai eut du mal parfois à trouver le rapport avec le thème . Ceci étant surement dû à un manque de culture classique dans le domine de la philosophie. La seconde partie sur les citations latines , commentées cette fois, m'as le plus intéressé. On y apprend le sens et l'origine de citations bien connu et d'autres moins.
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOIS
  16 septembre 2012
Petit traité contre le pessimisme
Lucien Jerphagnon s'est amusé à collecter, depuis les philosophes grecs jusqu'à la littérature moderne, toutes ces réflexions négatives et défaitistes, sur le bonheur, la famille, la politique, l'amour, etc. de quoi relativiser ces phrases radotées sur "De mon temps... de nos jours...".
Au fil, ça donne un petit recueil de citations sans grande surprise.
Par contre, je recommande la lecture des dernières pages, de Jerphagnon lui-même. Cette postface est un superbe morceau d'humanisme, une réflexion profonde sur l'existence humaine, un appel à la dignité et l'espérance.
[CritiquesLibres.com]
Lien : http://www.critiqueslibres.c..
Commenter  J’apprécie          30
Villebard
  23 novembre 2015
Un régal de causticité, bien nécessaire de nos tristes jours.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   18 septembre 2012
Athènes est morte parce qu'Athènes voulait mourir. Les classes qui meurent meurent de leur propre abandon et les nations qui meurent meurent d'abord de leur cancer intérieur.
(p.129, André Malraux, 17 avril 1948, cité par Claude Mauriac, Le Temps immobile).
Commenter  J’apprécie          20
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   18 septembre 2012
[Vox populi, vox Dei]
La formule, toutefois, sent le fagot car cela supposerait que Dieu change d'avis comme de chemise, et pire, qu'il se met souvent le doigt dans l'oeil.Ce qui, métaphysiquement, est impensable. (p.234)
Commenter  J’apprécie          20
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   18 septembre 2012
Redoute, Adso, les prophètes, et ceux qui sont disposés à mourir pour la vérité, car d’ordinaire ils font mourir des multitudes avec eux, souvent avant eux, parfois à leur place.
(p.99, Umberto Eco, Le nom de la rose).
Commenter  J’apprécie          21
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   18 septembre 2012
Rien de ce qui rejoint les hommes dans cette misère dont parlait Pascal n'est inutile. Rien non plus n'est superflu de ce qui les accompagne dans un instant de joie. A chacun d'y pourvoir, car nul n'est dispensé d'être soi, et rien n'y aide autant que l'espérance. (p.170).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   18 septembre 2012
Nous feignons d'oublier que chaque génération d'enfants porte en germe tous les goujats, toutes les crapules et tous les mufles de demain.
(p.37, François Mauriac, Bloc-Notes).
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Lucien Jerphagnon (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Jerphagnon
Lucien Jerphagnon / Raphaël Enthoven - Rencontre avec un érudit généreux
autres livres classés : latinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre