AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782226229830
Éditeur : Albin Michel (01/09/2011)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Entre souvenirs, anecdotes, réflexions légères ou profondes, L. Jerphagnon revient sur son parcours qui l'a mené de Jankélévitch à Saint Augustin. Le livre d’un sage qui, tels les anges loués par Chesterton, ne vole pas parce qu’il se prend à la légère.

Allègre et profond, Lucien Jerphagnon, philosophe et historien, alterne souvenirs, anecdotes, réflexions piquantes ou sérieuses, dans le récit d'un étonnant parcours, qui l'a mené de Jankélévitch à sai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mimipinson
  11 novembre 2011
Comme souvent, je découvre un auteur au moment où il s'en va. Paru quelques semaines avant le décès de Lucien Jerphagnon, ce livre serait me probablement passé inaperçu. Il aura donc suffi que l'on parle de son auteur, pour aiguiser ma curiosité, et l'opportunité offerte par News Book pour le lire ; je l'en remercie ainsi que les éditions Albin Michel. J'aime de temps à autre délaisser le roman pour les choses de l'esprit.
Dans cet ultime ouvrage, le philosophe s'est entretenu avec Christiane Rancé, journalistes chef de service « enquête » au Figaro, essayiste, et romancière. Il y a autant de chapitres que de thèmes abordés, qu'ils soient sérieux ou plus légers, d'où les autres bagatelles du titre. J'ai trouvé la conduite de l'entretien très vivante, avec une grande variété de type de question.
Si les grandes questions philosophiques me restent encore et toujours de l'ordre de l'inaccessible, j'ai apprécié la volonté de l'auteur d'être compréhensible. J'ai diversement goûté aux sujets abordés, mais, ce genre d'ouvrage me réconcilie avec la philo.
Lucien Jerphagnon revient sur toute une vie dédiée non pas à la philosophie, mais à l'histoire de la pensée, comme il l'explique modestement : « En tant que philosophe, je ne me voyais pas créer un étage supplémentaire à la tour de Babel. » Mais c'est sur toute une vie qu'il revient en distillant tout au long de sa réflexion, sagesse et bon sens.
« Nul ne souffle plus haut qu'il n'a l'esprit »
En effet, au-delà de la consistance du propos, j'ai trouvé ce livre reposant, amusant par moment. Et ceci sans céder à la facilité de langage, semant, ici où là ses entretiens de locutions latines, et grecques.
Commenter un essai, philosophique, est délicat… à vrai dire un peu angoissant. Je ne sais pas trop si j'ai réussi à me faire comprendre. Si certains peuvent appréhender l'abord d'un tel ouvrage, il peut facilement se picorer, se lire dans le désordre, par petits morceaux, au milieu d'autres lectures. Il n'a rien de pompeux, ni d'intello tout en étant intellectuellement relevé, et abordable. Parole de quelqu'un qui n'a pas encore les clés de la "maison philosophie".


Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
JeanLouisBOIS
  16 novembre 2012
Testament d'un philosophe indépendant.
Lucien Jerphagnon, dans de l'amour, de la mort, de Dieu et autres bagatelles, cherche à transmettre au lecteur ce qu'il a retenu de sa pratique philosophique. Ce livre, bien à l'image de l'auteur, ne saurait être didactique ou ennuyeux. Au contraire, souvent joyeux, léger et sans prétentions, l'élève de Jankélévitch met en avant ce que la (sa) philosophie apporte à la fois d'original et de particulier. Il s'agit bien ici de transmission car tous les thèmes possibles sont abordés : amour, liberté, mort, Dieu, mythes, Histoire, souffrances, progrès... Tous ces sujets après lesquels jamais on ne mettra de point final, des problèmes sans solutions objectives prévisibles. Pour ce spécialiste de l'histoire grecque et romaine et des idées de l'Antiquité, le dialogue entre les différents époques demeure fondamental et toujours éclairant. Une superbe oeuvre de vulgarisation!
Lire aussi l'excellente critique de Paul Valadier sur ce site:
Lien : http://www.revue-etudes.com/..
Commenter  J’apprécie          50
Hapax
  28 mars 2012
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (3)
NonFiction   07 juin 2012
Le titre de l’ouvrage donne déjà une idée de l’humour et de la modestie de l’auteur. […] Le livre n’est pas pensé comme une leçon véhiculant un savoir, mais comme l’expression d’une pensée personnelle […].
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeFigaro   03 octobre 2011
L'intérêt de ce récit provient de son ton de sincérité désarmée. Comme si la proximité de la mort nous rapprochait de la vérité. Jerphagnon, qui a vécu la guerre, et l'Occupation, livre ici quelques clés de son itinéraire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   29 septembre 2011
On y trouve, sous forme de courts récits, les grands thèmes qui furent au centre de sa vie ainsi que les éternelles questions qu'il aimait formuler de sa belle voix chevrotante et chaude, où perçait toujours une pointe d'humour et d'accent bordelais.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   17 novembre 2012
S’il me fallait absolument définir le malheur de l'époque présente, je serai tenté de dire: c'est de croire que le bonheur lui est dû. Le bonheur au sens où on l'entend: l'argent, le... sexe puisqu'on localise l'amour, le maximum de loisir. Bref, le malheur de notre temps est de s’être fait une trop courte idée du bonheur. (p.225).
Commenter  J’apprécie          190
PilingPiling   31 janvier 2012
Il n'y a d'amour vrai que dans la rencontre de deux êtres qui découvrent que l'autre est seul à être lui, dans l'éternité. À partir de ce moment, on n'est plus libre de soi ! L'amour nous fait craindre la mort de l'autre à chaque instant. Quand on fait un mariage d'amour, on promène une angoisse pour toujours. Mais si c'était à refaire, je le referais avec la même.
Commenter  J’apprécie          170
kathykathy   19 septembre 2011
«Depuis les origines jusqu’à nos jours, la vocation première de la philosophie a toujours été de promouvoir en l’homme la conscience de lui-même et du monde, afin de réaliser, en lui et autour de lui, ce que les Grecs appelaient eudaimonia et les Romains beata vita, autrement dit une vie harmonieuse parce que conforme à sa destinée, et heureuse parce qu’harmonieuse… »
Commenter  J’apprécie          110
PilingPiling   31 janvier 2012
Il n'y a pas à sortir de là : si vous avez l'amour, vous avez l'angoisse ; si vous êtes sans angoisse, vous êtes sans amour. Bref, pour nous mortels, il n'y a pas d'amour heureux, tout simplement parce que le bonheur est une idée abstraite, cristallisant tous nos désirs, à commencer par le désir d'éternité. "Toute joie veut l'éternité, disait Nietzsche, la profonde éternité." Mais voilà, l'amour ne l'aura pas. Sinon en espérance, et c'est là une toute autre histoire. Mais quoi qu'il en soit, commettez le crime d'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mcheronmcheron   18 février 2012
L'air du temps s'engouffre dans les esprits proportionnellement au vide qu'il y trouve, la culture constituant le seul filtre efficace.
Commenter  J’apprécie          141
Videos de Lucien Jerphagnon (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Jerphagnon
Lucien Jerphagnon / Raphaël Enthoven - Rencontre avec un érudit généreux
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre