AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757864408
Éditeur : Points (05/01/2017)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 64 notes)
Résumé :
Vivre sans pourquoi, quitter la dictature de l'après, se détacher du poids du qu'en-dira-t-on, oser un amour plus vrai, tout cela réclame un véritable art de vivre. Alexandre Jollien retrace ici l'itinéraire spirituel qui l'a conduit à tout quitter pour s'installer avec sa femme et ses trois enfants en Corée du Sud. Avec humour, il raconte comment il se met à l'école de Jésus et du Bouddha. Il confie ses doutes, ses désillusions, ses joies et ses péripéties. Il livr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  24 février 2017
L'histoire d'un philosophe qui un jour a vu la pancarte qui indique un des chemins. Adepte du christianisme, il n'hésite à partir en Corée avec sa famille pour suivre les enseignements d'un expert en zazen. Ce qui démontre déjà une belle ouverture d'esprit.
Mais le chemin est long, semé d'embuches, les premières marches sont glissantes, les suivantes aussi. Difficile au quotidien de mettre en pratique les enseignements reçus. Ce qui parait acquis ne l'est jamais vraiment. Dès que la situation échappe au contrôle, le naturel revient au galop.
Dans ce livre qui ressemble à un carnet de voyage, presque un journal intime, Alexandre Jollien nous livre ses réflexions, ses joies mais surtout ses doutes sur la question. Teinté d'humour et d'optimisme, d'humilité et de simplicité, ce livre est toujours très plaisant à lire.
Un bouquin qui rassurera tous ceux qui, dans leur pratique spirituelle, se prennent parfois (souvent ?) les pieds dans le tapis.
Merci à l'opération Masse critique de Babelio et aux éditions Points.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Tatooa
  21 octobre 2017
J'ai pas aimé. J'ai pas fini non plus. ça fait 5 ou 6 mois qu'il a son marque-page coincé vers la page 200.
J'aime beaucoup Alexandre, il est une belle personne. J'ai beaucoup aimé "l'éloge de la faiblesse". Mais là, j'ai vraiment pas accroché, et je ne sais même pas POURQUOI ! Je vais essayer de décortiquer ça...
Il est toujours aussi honnête mais je n'ai pas trouvé ce parcours très intéressant. Même si je crois toujours que le témoignage est la meilleure façon d'illuminer le chemin des autres, ici je n'ai rien ressenti. Il est "trop" dans le trop. Trop dans le "il faut je dois". Trop dans l'injonction et non le cheminement paisible et libre. Il est trop dans le vouloir je crois. Pas assez dans le lâcher-prise. Mon cheminement passe par l'inverse complet. J'ai cherché comme une fondue, voulu trouver un maître, me suis dit aussi "qu'il fallait que", "que je devais". Aujourd'hui, je me sens beaucoup plus libre, moins dans "l'arrache", je prends ce qui vient comme ça vient, je n'attends rien, je ne cours PLUS après quoi que ce soit... Je suis par contre très reconnaissante et pleine de gratitude pour tout ce que j'ai, sans en culpabiliser, sans plus me dire qu'il "ne faut rien avoir pour être heureux", putain, non. J'essaie pas de devenir gourou ou de convertir toute ma famille à ma spiritualité.
Chacun son chemin, mon gars, chacun son chemin... Mes enfants auront celui qu'ils veulent bien prendre et non celui que je leur aurais imposé en les forçant à me suivre... ça ne peut pas marcher, ça.
Bref j'ai pas ressenti de positif en lisant les 200 premières pages de ce livre... parce que se trouver un maître à l'autre bout du monde et pouvoir y aller, faire suivre toute la famille, n'est pas dans mon propre cheminement, que ça m'est totalement étranger et que je n'y trouve aucun écho en moi. Mon chemin est totalement différent, celui-là n'a rien qui éveille quoi que ce soit en moi, c'est ainsi. Il est trop dans le mental pour moi mais étant philosophe, je crois que c'est inévitable. J'ai eu été aussi, hein, mais j'en suis revenue. Je suis plus vieille que lui, aussi. mdr !
Ma note n'a rien d'un jugement de valeur sur le livre en lui-même, il parlera sans doute à d'autres qui y trouveront de quoi étancher leur soif. Mais elle reflète mon ressenti vis-à-vis de ce livre, c'est tout.
J'aurais du me méfier du titre, a posteriori... Vivre sans pourquoi, ce n'est pas être humain, à mon avis. Si plus de gens se posaient les bonnes questions au lieu d'accepter sans pourquoi ce qu'on leur sert pré-mâché, pré-digéré et pré-pensé, on ne régresserait pas "dans notre ensemble d'humanité", or, vu ce qu'on voit tous les jours, on est loin, très loin du "penser par soi-même", toujours "en général". Sans toutes les questions que je me suis posées dans ma vie, je n'en serais pas là où j'en suis. Et je suis sûre qu'Alexandre non plus n'en serait pas là où il en est... Je sais que ce n'est pas dans ce sens-là qu'il a choisi ce titre, mais il n'empêche...
Celui qui ne se pose plus de questions est mort vivant, de mon point de vue. Et celui qui croit avoir trouvé les réponses se plante. Ce qui maintient éveillé, ce sont les "pourquoi" !!!
Bon ben j'ai trouvé, merci Alexandre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Tezelsup
  25 mai 2017
J'ai terminé ce livre il y a quelques jours et c'est comme si je perdais un ami...
A travers les nombreuses citations que j'ai mises sur Babelio, ceux qui me suivent ont pu constater à quel point j'ai apprécié "Vivre sans pourquoi"!
Alexandre Jollien ose une démarche radicale: tout quitter et partir avec femme et enfants pour la Corée du Sud dans le but de descendre vers une sagesse et une joie plus profondes. Jollien livre ici les expériences vécues en Corée et ses propres difficultés à vivre sans pourquoi. Il nous parle du bouddhisme, de Dieu et de la méditation.
J'aime le ton bienveillant de Jollien. Il ose le dépouillement pour aller vers la simplicité et l'abandon.
Les chapitres sont courts et agréables à lire. La lecture de ce livre m'a fait un bien fou!
Commenter  J’apprécie          265
frconstant
  26 novembre 2017
« Vivre sans pourquoi ». Ce petit livre au titre intéressant reprend l'itinéraire spirituel du philosophe Alexandre JOLLIEN. Il est d'une écriture qui peut apparaître chaotique, semblent tenir davantage d'une chronique de blog que d'un essai philosophique orchestré autour d'une thèse à développer, illustrer ou étayer. Mais, si le lecteur accepte l'idée d'une proposition d'itinéraires à construire et non d'une méthode à suivre, il trouvera cet opus d'une écriture cohérente et bien adaptée au message voulu par Alexandre JOLLIEN.
En effet, ce récit d'une tranche de vie de l'auteur, illustrée par une série de flashs qui ouvrent les yeux à une réflexion souvent bardée d'humour, s'appuie sur un style qui colle à ses propos. A la fois A. JOLLIEN n'arrêtera pas de répéter les mêmes choses mais, en même temps, il y apportera des nuances, relativisera ses essais et erreurs, montrera, au jour le jour, combien il lui semble riche d'être à la fois chrétien et bouddhiste. Sa vie, ses choix, ses partis pris, essais, apprentissages et analyses d'expériences vécues sont présentés, non comme un programme, encore moins une programmation pour vivre Zen, pour entrer en Méditation ou pour se fondre dans un ésotérisme à quatre sous.
« Vivre sans pourquoi » est donc bien un livre intéressant qui invite l'être à se libérer des attentes inutiles dont il s'inonde et du qu'en dira-t-on qui le pousse en esclavage du jugement des autres et, plus souvent encore, de lui-même. En cohérence avec ce qu'il vit, Alexandre JOLLIEN nous invite à écouter sans trop en dire… Humblement, il nous affirme ne pas être encore habitué à écouter ni à se taire. « Il faut des années pour apprendre à parler, et plus encore pour arriver à se taire. » On peut donc, à sa suite, se mettre en marche vers « une vie sans pourquoi » sans avoir à subir la pression d'une « deadline », d'une date buttoir qui exigerait l'atteinte de l'objectif. le but, c'est le chemin, l'itinéraire à construire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
clairejeanne
  27 mars 2015
Encore une fois, le "philosophe handicapé" nous étonne et nous bouleverse, encore une fois il est là où on ne l'attendait pas. Un changement radical de vie pour aller encore plus loin, dans la connaissance de soi, dans la connaissance de l'autre.
" Ce qui me frappe lorsque je contemple la vie de Jésus, c'est sa liberté, sa puissance pleine de douceur et de vérité. Il soigne, il guérit, il console, il marche, il donne à manger aux démunis. Il me réveille.
Je dois confier ici une peine : quand je parle du bouddhisme, on trouve cela plutôt cool. Mais dès que je mets une image du pape François sur Facebook, quelques écorchés vifs me ressortent le couplet des croisades, de la Sainte Inquisition et du préservatif...
Je reste convaincu qu'un chrétien et un disciple du Bouddha Shakyamuni peuvent avancer main dans la main, marcher allègrement sur les mêmes sentiers. ..."
Voilà sans doute la première originalité de la démarche d'Alexandre Jollien ; il est croyant et cherche à concilier sa foi chrétienne avec la pratique zen. Il est parti avec femme et enfants en Corée du sud pour vivre auprès de son maître spirituel, un homme qui est prêtre et maître zen, et se retrouver ou se trouver enfin ; se libérer, s'abandonner, ce qu'il a tant de mal à faire, déposer ses angoisses et ses peurs quotidiennes, son stress, les compromis ...
Il a trois projets : d'abord ne plus être tenu à des objectifs, "Vivre sans pourquoi", s'extraire un peu de la dictature de l'après ; ensuite cesser d'être conditionné par le regard de l'autre et enfin habiter le présent, dire oui à l'instant qui se présente.
Si certaines notions sont facilement compréhensibles comme la grenouille attitude, d'autres sont plus difficiles à appréhender comme "mourir chaque jour à nous même" ; mais les livres d'Alexandre Jollien sont faciles à lire et nous font toujours un bien fou !
Prendre soin de soi et prendre soin de l'autre, c'est le merveilleux message que nous délivre l'auteur dans ce très beau livre.
Fin du prologue : " J'ai à coeur de livrer ici les grandes étapes de cet itinéraire spirituel qui ne m'a pas laissé indemne et m'a - heureusement - déboussolé."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   30 mars 2016
Je vis grâce à cette truite grillée, ce chou mariné, cette limonade et le sourire de ma femme.
Tout à l'heure, Junho va m'aider à me raser, puis mon bon professeur de coréen m'appellera sur Skype en réclamant, pour unique salaire, des progrès.
S'offrir des cures de gratitude, pour se rééduquer, redémarrer à tout âge. Non, ce n'est pas tenir compagnie à Monsieur Coué que de se concentrer sur le bien.
Je peste en face de ce plat immonde, mais j'oublie de me réjouir devant ce mets bien préparé chaque jour par mon épouse.
Non, ce n'est pas mièvre de s'émerveiller ! Se rapprocher du réel, bien ouvrir les yeux, être là. Orienter le regard sur tout ce qui va bien. Ce qui contrarie, et ça ne manque pas, se rappellera très vite à nous !
Dire merci, au fond, c'est sentir que tout circule, se partage, se donne et se reçoit. Un pas de plus et , certains jours, je peux même témoigner quelque reconnaissance envers l'épreuve et le handicap.
Maître Eckhart m'y aide : « Dieu donne à chacun ce qui vaut le mieux pour chacun et lui convient. Pour tailler un vêtement à quelqu'un, il faut le faire à sa mesure ; un vêtement qui irait à quelqu'un n'irait pas du tout à l'autre. Chacun reçoit selon ce qui lui convient. Ainsi, Dieu donne à chacun ce qui vaut le mieux pour lui, ce que Lui, qui sait, reconnaît pour le plus convenable ; »(1) Redoutable conversion du regard exigée par le mystique. Tout ce qui arrive est le meilleur pour moi, même cette immense tuile qui me tombe dessus.
La chance, c'est de faire avec sa malchance.
Si de mon cœur sortent des « merci », plus encore de ma bouche s'échappent des « bon sang », des « merde », des « j'en ai ras le bol ».
Tout est exercice, chemin de libération ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
domisylzendomisylzen   13 octobre 2017
Autour de moi, silence complet. Dix Coréennes dans une posture impeccable, de vraies statues à la respiration profonde et au visage impassible et doux. Même un tsunami n'aurait pas déplacé d'un pouce ces femmes rompues à une longue pratique ! Un sacré boulot m'attend.
Commenter  J’apprécie          250
TatooaTatooa   16 mars 2017
J'aime qu'il y ait quelque chose qui dépasse, et de loin, ce que nous voyons. J'aime un Dieu qui transcende tout, y compris sa transcendance, pour nous rejoindre dans le banal, le quotidien.
Le zen m'aide à dézinguer l'image d'un Dieu qui juge, scrute et condamne le moindre faux pas. Je prie ce Dieu de tout mon coeur et de toute mon âme. Prier, c'est vivre, se lever, aimer, aller aux toilettes. Ne jamais oublier que tout est en même temps vain, précaire, fragile, parfait et inouï.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
domisylzendomisylzen   10 mars 2017
A peine posé posées mes valises, j'ai accouru auprès de mon maître. Et tandis que nous étions parti pour une longue marche, j'ai voulu confier mes troubles. Ses paroles magistrales ont tout de suite donné le ton du périple : "Alexandre, parler vous fatigue. Gardez le silence. Ne le brisez que si c'est vital."
Commenter  J’apprécie          170
TatooaTatooa   07 mars 2017
A l'heure de commencer ce journal, j'ai à coeur de ne pas oublier tous les êtres qui souffrent à travers le monde. Des hommes et des femmes apprennent que leurs jours sont comptés, des enfants meurent de faim, des malades endurent mille et un tourments et des millions d'êtres humains se débattent dans d'immenses détresses. Entrer dans une vie "sans pourquoi", c'est avant tout se dédier à autrui, s'engager pour son prochain, essayer d'apporter un peu de joie et d'amour dans cet océan de souffrances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
Videos de Alexandre Jollien (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Jollien
Conversation avec Matthieu Ricard | Lecteurs.com .Moine bouddhiste, Matthieu Ricard prône la quête du bonheur et un mode de vie où la sagesse, l?importance et la qualité des relations humaines, la bienveillance et le regard porté sur l?autre sont des valeurs primordiales. A l'occasion de la sortie de son livre "Trois Amis en quête de sagesse" co-écrit avec Alexandre Jollien et Christophe Andre, publié chez Allary éditions, Céline, blogueuse et fidèle lectrice l'a rencontré. A votre tour de profiter de cette rencontre. à découvrir aussi sur lecteurs.com
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Alexandre Jollien

En quelle année est-il né?

1978
1988
1975
1974

12 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre JollienCréer un quiz sur ce livre
. .