AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782368126172
384 pages
Charleston (14/04/2021)
4.45/5   217 notes
Résumé :
"« Là où s’épanouit le jasmin se trouve la première clé. »

Tel est le dernier message laissé à Taline par Nona, sa grand-mère, qui l’a élevée, guidée, accompagnée à chaque étape de sa vie. Celle qui lui a appris à reconnaître tout un univers subtil d’odeurs – chèvrefeuille, amande, terre mouillée... – et à les associer pour créer de nouvelles fragrances. Maintenant que Nona est morte, Taline, terrassée par le chagrin, est seule à la tête de l’entrepri... >Voir plus
Que lire après Le parfum de l'exilVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
4,45

sur 217 notes
5
56 avis
4
16 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Alerte coup de coeur
Taline vient de perdre sa grand-mère, un vrai déchirement pour elle car Nona était la personne la plus importante de sa vie. Cette femme dont elle était très proche et qu'elle pensait bien connaitre lui avait transmis son talent. Toute petite, elle la faisait jouer au « jeu des odeurs ». C'est donc tout naturellement que Taline reçoit en héritage l'entreprise familiale de parfum et son domaine de Bandol. Elle lui a également laissé une grande enveloppe avec des instructions. A l'intérieur un message bien mystérieux où elle espère qu'elle lui pardonnera. Dans une deuxième enveloppe, elle lui propose de jouer ensemble au jeu des odeurs en lui proposant 3 parcours olfactifs sur les traces de ses racines. Taline se prend au jeu et découvre un 1er carnet en cuir avec pour titre « La petite poétesse de Marache » avec en dessous un nom : Louise Kerkorian. Elle ne se doute pas que ce jeu qui lui permet de décider librement de découvrir ou pas son histoire familiale va bouleverser à jamais sa vie en acceptant d'y participer…
En 2021, nous fêtons le 20ème anniversaire de la loi française reconnaissant le génocide arménien. Un évènement marquant pour l'auteure au vue de ses origines (française aux origines arméniennes et libanaises). Elle a donc décidé de s'inspirer de son histoire familiale pour écrire ce livre. Son histoire et sa profession (thérapeute) lui ont permis d'écrire un roman puissant et poétique à la fois en trouvant les mots justes et la bonne distance. J'ai découvert cette auteure par ce livre et je suis tombée sous le charme de sa plume. En plus de parler du génocide arménien, ce roman évoque les liens mères/filles, le poids des secrets et la transmission des traumatismes d'une génération à une autre et met en avant cette capacité de résilience que peut avoir un être humain.
Un roman marquant, inoubliable qui va apparaitre forcement dans mon top 10 des meilleures lectures de cette année 2021
Disponible prochainement en librairie (14 avril 2021)



Commenter  J’apprécie          360
« Elle avait cent deux ans et j'étais certaine qu'elle ne mourrait jamais ». Taline vient de perdre sa grand-mère, qui était comme sa mère et qui l'a élevée. Après les obsèques, elle apprend que Nona lui a légué sa maison de Bandol, dans laquelle elle a des souvenirs heureux. de son vivant, Nona a toujours guidé Taline. Elle lui a enseigné le jeu des odeurs quand elle était petite, car elle avait détecté que la petite avait un odorat exceptionnel. Elle lui a appris à inventer et c'est tout naturellement qu'elle lui a légué son entreprise de parfums. Cependant, elle ne lui a pas dit comment vivre sans elle.


« Là où s'épanouit le jasmin se trouve la première clé. » Par ce message, Nona entraîne sa petite fille dans un jeu de piste. Sous le massif de jasmin, se trouve un petit carnet, le premier de trois. Ils ont été rédigés par Louise, la mère de la défunte. Il relate l'histoire familiale que Taline ne connaît qu'à travers ses cauchemars. Son inconscient porte le poids des souffrances des générations passées. Nona lui offre la possibilité d'affronter le passé familial, mais elle lui laisse la liberté de le refuser. Elle lui met entre les mains ce qu'elle ne lui a jamais confié.


Le premier carnet décrit l'enfance heureuse de Louise, à Marache, en Turquie, auprès de ses parents, de son frère, de sa soeur, et de son grand-père. Ce dernier est un personnage qui m'a énormément touchée. Il est bienveillant. Il a été le guide qui a permis à Louise de se révéler, qui l'a initiée à la réflexion, qui lui a montré la beauté du monde, etc. C'est un être d'amour et de sagesse, il m'a fait pleurer d'attendrissement, puis de chagrin. Ce cahier est également celui qui dévoile le talent de Louise : c'est une magicienne des mots, elle est la « poétesse de Marache », elle pose des mots sur les émotions des autres, elle console et elle rassure avec ses textes, elle aime avec ses vers. Mais les mots ne peuvent pas lutter contre la barbarie.


Le deuxième carnet débute le 24 avril 1915. Six cents intellectuels arméniens ont été arrêtés à Istanbul. Louise a quatorze ans et sa vie plonge en enfer, comme celle de milliers de familles. le brasier, les marches de la mort, la faim, la soif, le froid, la peur, la barbarie, la destruction des corps et des âmes, des scènes sanglantes : Louise écrit le génocide arménien, qui lui a pris tout ce qu'elle était. Tout, sauf les mots. Ce sont eux qui décrivent et qui rentrent dans notre chair, pour dépeindre l'indescriptible et l'innommable. Ce sont eux qui bouleversent et révoltent. Pourtant, malgré les horreurs, nous entendons leur poésie. Je me suis arrêtée pour contempler la beauté du texte qui exprime la cruauté ; comme une opposition. J'ai été bouleversée par le courage, le dévouement de Louise et par ses sacrifices.


Le troisième carnet est celui des tentatives de reconstruction[…]


La suite sur mon blog...


Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
Commenter  J’apprécie          140
Ondine Kayat commence son roman par un jeu de pistes sur les racines du passé. La grand-mère de Taline lui a laissé des indices sous forme d'énigmes pour permettre à sa petite fille de trouver 3 carnets. Tous les 3 écrits par Louise.
Qui est-elle par rapport à Taline ?
Qu'est-ce que l'héroïne va découvrir sur la femme qu'elle aime plus que tout au monde, qu'elle idolâtre ?
Est-elle prête à découvrir ses failles ?
Pourquoi sa grand-mère lui a-t-elle laissé ce témoignage bouleversant
Quels secrets va-t-elle découvrir ?

Arrivera-t-elle grâce à eux à faire son deuil ?
À continuer sa vie, à reprendre l'entreprise créée par son aïeule
Elle est à la fois effrayée et impatiente de les lire.

Un parcours olfactif de 3 odeurs différentes.
Taline et Nona, sa grand-mère, jouaient à ce jeu depuis sa plus tendre enfance.
Se plonger dans une odeur est un réconfort pour la femme de 37 ans qu'elle est.
Ce parcours lui offrira des réponses, mais lui rapportera aussi des parfums associés à son enfance, à la vie passée à côté de sa grand-mère, qu'elle a tant aimée.

J'ai préféré retourner sur les traces du passé même si le présent est très intéressant.
On y apprend la fabrication d'un parfum.
Du début jusqu'à sa commercialisation.
Les différentes traditions, comment développer son odorat.
Les 7 familles olfactives, les grands noms de la parfumerie, les pionniers de cette industrie.
Je me suis surprise plus d'une fois à être enveloppée d'une fragrance que Taline évoque, qu'un souvenir lui provoque et qu'elle te transmet.

Taline c'est une femme qui a le sentiment d'être dans une vie qui n'est pas la sienne.
Elle sent qu'il lui manque une pièce du puzzle de sa vie.
Elle perd parfois pied débordée par ses perceptions.
Elle ressent tout intensément.
Une femme qui n'arrive pas à démêler l'écheveau de ses émotions.
Pourtant, elle en a besoin pour créer ses parfums.
Les carnets lui donneront peut-être réponse à ses cauchemars récurrents.

Le premier carnet te raconte les événements à travers les souvenirs d'une dame âgée alors qu'elle n'avait que 8 ans.
C'est Louise qui écrit.
Un carnet des jours heureux.
Celui de l'innocence de l'enfance qui met un terme définitif à la tristesse et empoigne la vie en la rendant belle.
L'insouciance dénuée d'écorchures.

Le premier carnet est le printemps et l'été. Joyeux, heureux.
Ce premier carnet c'est la rosée du matin dans le jardin de son grand-père, le second est de la boue surgie du désert qui anéantit son enfance.
Le second bascule dans l'hiver.
Le sombre.
Il débute lorsque Louise est âgée de 14 ans
Une enfance qui s'achève brutalement dans le sang et les larmes.
Plus aucune fleur ne pousse dans le jardin des émotions de Louise.

Le 3e est différent des deux premiers. Il aborde encore une autre souffrance, je ne te dévoile rien de ce dernier ni des 2 autres ? Tous ont leur nécessité dans la vie de l'héroïne, Taline, et une place dans le récit, dans la chronologie des faits présents et passés.

Ondine Kayat te donne les dates clés qui ont mené à cet épisode terrible de l'histoire.
Les rafles, les arrestations d'environ 600 intellectuels arméniens, une marche de l'anéantissement, des scènes de désolations, d'horreur.

Malgré toutes les horreurs que j'ai lues, ce roman est poétique grâce à la passion de Louise pour les mots et philosophique par les questions qu'elle pose à son grand-père avec les réponses qu'il lui donne.
La vie, la mort, l'apparence, le souvenir sont quelques-unes des pistes de réflexion.
J'ai accueilli et aimé chacune des facettes de la plume de Ondine Kayat.

Je me suis laissé bercer par les souvenirs retournant à Marache à partir de 1909.
J'ai adoré qu'elle te fasse ces rappels :

– Célébrer la vie et ne pas laisser gagner les bourreaux
— Créer la lumière pour lutter contre l'obscurantisme

– Briser la chaîne génétique du malheur, de tant de souffrances accumulées au fil du temps.
Les nommées et celles qui détruisent beaucoup plus : celles qui sont tues.
Jamais prononcées, mais dévastatrices.

Ondine Kayat te rappelle aussi de protéger ton jardin intérieur et de ne jamais oublier tes racines.
Si l'on ne veille pas sur son innocence, la réalité l'anéantit.
Il faut donc toujours conserver les yeux de la jeunesse, car on ne devient un être complet que lorsqu'on est capable de ressentir comme un enfant tout en prenant son envol et en s'ancrant dans la réalité.

Tu vas visiter La Syrie et le Liban, Alep et Beyrouth, le mont Taurus, Damas, Paris, Londres, Bandol, Athènes.
Tu assimileras quantité d'informations sur certaines de ces villes.
Tu liras les dégâts des hommes au nom de différentes croyances.

Lavande, citron, pin d'Alep, embruns de la mer, cuir, fraise, jasmin, curry, cannelle, sésame, rose, tu sentiras chacune des notes que l'auteure fait susciter dans ta mémoire olfactive. Certain que je ne connaissais pas, je me suis étonnée à les imaginer.



Ce roman parle d'un génocide qui a fait plus d'un million de morts et de ses conséquences sur des générations entières.
Ce roman parle de mères incapables d'aimer, de leurs raisons.
D'une mère qui a failli et qui répare.
Elle recoud leur vie au fil du pardon.

4 générations se tiennent debout face à l'histoire et face à l'histoire de leur famille.

Des mots emprunt de douleur et d'espoir.
Des mots à opposer à la laideur du monde.
Pour que l'émotion renaisse dans les décombres et que les fleurs de la vie ne soient pas totalement ensevelies
C'est un long voyage dans les grottes de la mémoire. Long, car Louise peine à revenir au présent et je me doute que l'auteure a ressenti ça elle aussi.
On sent qu'elle a laissé des morceaux de son coeur sur les mots posés sur ces maux.

Ce n'est pas un coup de coeur, car je n'ai pas réussi à m'attacher réellement à Taline ni à sa vie personnelle, mais c'est un très beau, et dur, roman sur l'Arménie.

Ce n'est pas le premier roman que je lis sur ce génocide, mais Ondine Kayat l'aborde avec beaucoup de poésie, c'est très lyrique et doux comme c'est très violent quand cela doit l'être. Elle n'édulcore pas les faits, mais leur donne une puissance, une résonnance particulière grâce à sa plume que l'on doit certainement entendre en écho sur le mont Taurus.
Louise est une héroïne incroyable, son histoire est une leçon de force et de résilience, d'espoir et d'amour, de dévouement.

Lien : https://unesourisetdeslivres..
Commenter  J’apprécie          20
💛 Un roman bouleversant 💛

Une histoire évoquant une période sombre de l'histoire, le génocide arménien.

C'est un sujet trop peu évoqué en littérature et pourtant si important pour lequel nous avons un devoir de mémoire.

Ondine nous partage l'histoire de Taline et de ses ancêtres (le génocide, l'exil, la reconstruction ...) ainsi que les racines de l'héritage familial dans le milieu du parfum et le cheminement de celui-ci à travers les générations.

Elle y évoque ainsi un peu de son histoire familiale personnelle à travers ces lignes.

Dans ce récit alternant passé et présent, Taline va découvrir les cahiers de sa grand-mère décédée qui évoque la vie de Louise (son arrière-grand-mère). Elle se plonge alors dans la lecture de ces cahiers. Taline y découvrira les horreurs vécues lors du génocide, les secrets de famille, les traumatismes ... Cette lecture laissera une trace impérissable dans la vie de Taline et aura des conséquences sur les choix de sa vie actuelle.

Ondine nous livre ici un récit captivant porteur d'espoir et de courage.

Un roman puissant qui vous marquera sans aucun doute . Une écriture aussi éloquente que poétique.

Lien : https://www.instagram.com/le..
Commenter  J’apprécie          131
Un presque coup de coeur, il s'en est fallu de très peu (en fait il s'en est fallu de 20 pages très exactement). Cependant, à défaut d'un coup de coeur il s'agit d'une superbe lecture, nécessaire en plus d'être passionnante et très émouvante.

Pour approfondir et aller plus loin, j'ai adoré. J'ai très vite été subjuguée par l'histoire de Louise, son témoignage empreint de pudeur et de poésie qui met des mots si doux et imagés sur des débris de vies piétinées. J'ai appris beaucoup de choses, car bien qu'ayant vécu des années à proximité d'une grosse communauté arménienne du 93 je n'avais pas eu accès à des témoignages ni pris le temps de me renseigner vraiment. Je connaissais "le génocide arménien" mais je ne savais même pas les dates, ni le nombre de morts ni qui avait opéré cet acte atroce et "pourquoi".

Les passages sur le présent et Taline m'ont moins emportée et pour tout dire assez souvent agacée. J'ai du mal à compatir avec ce genre de femme et d'histoire et elle semblait si fade par rapport aux parties sur Louise qu'elles m'ennuyaient. Même si Anton a rapidement apporté une touche de couleur et m'a redonné plaisir à ces instants, j'avais hâte de les finir pour en revenir aux carnets du passé.

Un ressenti donc très similaire à celui ressenti au cours de ma lecture de Soufi mon amour: une puissance, une magie, une vague splendide sur les passages du passé et un présent fade un peu de trop sans être déplaisant non plus.

Pour ce qui est de ma légère déception, les 10 pages qui correspondent au chapitre 33, ont terni un peu ma lecture et m'empêche de parler de coup de coeur et me pousse à "juste" parler de magnifique lecture. Ce passage est un peu mélodramatique pour pas grand chose et de trop à mon sens...

Mais 20 pages sur la totalité du livre, c'est presque négligeable!
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Actualitte
29 mars 2021
Inspirée de son histoire familiale, Ondine Khayat livre un roman puissant, de Beyrouth à Paris, et empli de poésie, qui évoque les liens mères/filles, la transmission des traumatismes et rend hommage à la capacité de résilience de l’être humain.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
« Pia ne t’appartenait pas. Nul ne doit mettre de barreaux dans son cœur, car il est vaste, et l’amour que l’on y sème se cultive chaque jour » (page56)
« Tu as la chance de posséder un don, qui a jusqu’ici jailli de toi comme une source fraîche, mais il te faudra le mériter, et l’alimenter, afin qu’il ne se tarisse pas. Les mots ont leur vie propre. Ils sont peut-être très loin d’ici, aussi, tu dois te tenir prête à les accueillir lorsqu’ils reviendront. » (page 87)
« J’étais presque étonnée que la vie ait continué normalement, pendant que nous arpentions le désert. Ainsi, la terre ne s’était pas arrêtée de tourner ? On nous avait simplement fait descendre du manège, avant de nous ordonner d’y remonter, dérobant en chemin tous nos éclats de rire. » (page 247)
Commenter  J’apprécie          20
- Pourquoi n'es-tu pas venu à l'enterrement ?
- Parce que je ne l'ai pas enterrée. Je suis un très vieux monsieur. Je vais bientôt fêter mes quatre-vingt-douze ans. Crois-tu qu'à mon âge, je devrais encore m'encombrer de choses auxquelles je ne crois pas ?
- À quoi tu ne crois pas ?
- À la mort.
- Mais Nona est morte, pourtant.
- Morte pour qui ? Ta grand-mère n'est morte que pour l'état civil. Chaque jour, chaque seconde, je perçois sa présence. Tout ce que nous avons vécu, partagé, découvert ensemble... Elle est plus présente dans ma vie que nombre de vivants. Alors qui peut prétendre qu'elle est morte ?
Commenter  J’apprécie          20
𝑰𝒍𝒔 𝒐𝒏𝒕 𝒄𝒉𝒂𝒔𝒔𝒆́ 𝒍𝒆𝒔 𝒏𝒖𝒂𝒈𝒆𝒔, 𝒅𝒆́𝒕𝒓𝒖𝒊𝒕 𝒍𝒆𝒔 𝒆́𝒕𝒐𝒊𝒍𝒆𝒔, 𝒑𝒆𝒓𝒇𝒐𝒓𝒆́ 𝒏𝒐𝒔 𝒆𝒔𝒑𝒐𝒊𝒓𝒔 𝒇𝒊𝒍𝒂𝒏𝒕𝒔... 𝑰𝒍𝒔 𝒂𝒃𝒂𝒕𝒕𝒆𝒏𝒕 𝒏𝒐𝒔 𝒓𝒆̂𝒗𝒆𝒔 𝒆𝒕 𝒍𝒆𝒔 𝒊𝒏𝒐𝒏𝒅𝒆𝒏𝒕 𝒅𝒆 𝒃𝒐𝒖𝒆... 𝑰𝒍𝒔 𝒔’𝒂𝒃𝒓𝒆𝒖𝒗𝒆𝒏𝒕 𝒂̀ 𝒍’𝒐𝒓𝒆́𝒆 𝒅𝒆 𝒏𝒐𝒔 𝒓𝒆̂𝒗𝒆𝒔 𝒎𝒖𝒕𝒊𝒍𝒆́𝒔, 𝒉𝒖𝒓𝒍𝒂𝒏𝒕 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒍𝒆 𝒔𝒊𝒍𝒆𝒏𝒄𝒆 𝒈𝒍𝒂𝒄𝒆́...
Commenter  J’apprécie          00
J'étais troublée par ce qui brûlait si fort lorsqu'il me regardait, car cela arrivait soudainement, après qu'il se fut comporté comme le petit garçon qu'il était. Il n'y avait alors plus rien d'enfantin en lui, plus rien de léger ou de frivole. Son regard, pour moi, devenait une certitude, même si je ne comprenais pas encore vraiment ce qu'elle signifiait. Où allaient les pensées que nous avions les uns pour les autres ? S'inscrivaient-elles dans le grand livre de l'humanité, ou disparaissaient-elles au fond des galaxies ?
Commenter  J’apprécie          10
Chaque couleur, en se mariant à une autre, forme une harmonie. Imagine ce jardin, peint d'une seule couleur. Ne serait-il pas triste à en mourir ? Il en est de même pour les croyances des hommes. Elles forment une immense chaîne, donc chaque graine donne une fleur nouvelle dans le jardin de Dieu
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ondine Khayat (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ondine Khayat
"Le parfum de l'exil", le nouveau roman d'Ondine Khayat sera disponible en librairie et en ebook le 14 avril 2021 !
Plus d'informations http://bit.ly/leparfumdelexil
Pour vous procurer le livre : - Notre site : https://www.editionsleduc.com/produit/2481/9782368125816 - Fnac : https://livre.fnac.com/a15514006 - Amazon : https://www.amazon.fr/dp/2368126171
Retrouvez-nous sur et sur les réseaux sociaux : - Instagram : https://www.instagram.com/lillycharleston/ - Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston - Twitter : https://twitter.com/LillyCharleston - LinkedIn : https://www.linkedin.com/showcase/editions-charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : ParfumsVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (633) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3244 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..