AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253191000
Éditeur : Préludes (06/05/2015)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 98 notes)
Résumé :
Maggie, 34 ans, vient d’être licenciée de la start-up branchée de la Silicon Valley où elle travaillait. Que faire sinon traîner au Dragonfly, la pittoresque librairie de livres d’occasion ? Lassé de la voir végéter, Dizzy, son meilleur ami, lui propose de participer à un club de lecture. Au programme : L’Amant de Lady Chatterley. Dans l’édition ancienne qu’elle déniche, Maggie découvre une mystérieuse correspondance amoureuse… Cette découverte va bouleverser la vie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
Northanger
20 octobre 2015
Une trentenaire déboussolée, un club de lecture, un chat noir hargneux, mascotte d'une librairie d'occasions, une correspondance amoureuse remontant aux années 60... Il n'en fallait pas plus pour que je plonge moi-même entre les pages de ce roman !
Le coeur entre les pages
De nos jours, dans la Silicon Valley. Maggie, geek de 34 ans, a été licenciée de la start-up qu'elle avait elle-même contribué à lancer avec son meilleur ami Dizzy. Depuis, elle hante les rayons de la librairie Dragonfly, tenue par son colocataire Hugo, passant d'une romance historique à l'autre. Un jour, Dizzy lui propose de participer à un club de lecture qui réunit le gratin de la Silicon Valley, dans l'espoir qu'elle puisse se faire remarquer et ainsi, retrouver un emploi. Au menu : L'Amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence. Hugo s'empresse de lui trouver un exemplaire d'occasion, dans les marges duquel Maggie ne tarde pas à découvrir des échanges entre un certain Henry et une dénommée Catherine, d'abord commentaires généraux sur l'oeuvre - que Maggie utilise généreusement pour sa séance au club ! - puis échanges de plus en plus passionnés... En même temps, Maggie se propose de remettre le Dragonfly sur pied et utilise ses compétences informatiques pour créer un site...
Je suis toujours charmée par les écrits qui évoquent une passion pour la lecture, les livres et les librairies, d'autant plus quand il s'agit d'une fiction. Ici, l'atout supplémentaire est le cadre : la Silicon Valley, un lieu devenu mythique, dont on utilise les ressources au quotidien, mais qui n'avait pas de réalité tangible pour moi. Il est d'ailleurs intéressant qu'une geek comme Maggie goûte au plaisir des livres anciens quand elle pourrait tout simplement lire sur sa tablette ou une liseuse numérique.
Le personnage de Maggie en lui-même est particulièrement sympathique ; elle fait montre d'auto-dérision, que ce soit sur son physique ou sa carrière. "une fille de trente-quatre ans qui a grand besoin de refaire ses racines et porte le tee-shirt Rush troué d'un ex-petit ami sur un jean qui désormais la boudine à cause des kilos accumulés depuis qu'elle est au chômage." Elle pourrait avoir la vie facile en profitant de la situation financière confortable de ses parents mais met un point d'honneur à s'en sortir seule et à vivre de ce qui lui plaît.
Enfin, derrière Maggie on aperçoit toute une galerie de personnages, souvent attachants malgré - ou grâce ? - à leurs défauts : Jason, l'employé revêche de la librairie, passionné de fantasy, le seul rayon qu'il s'attache à classer correctement, Dizzy, l'ami branché de Maggie, Hugo bien sûr, le propriétaire au grand coeur de la librairie, Avi, la business woman à la vie sentimentale complexe et Grendel, le chat psychopathe qui s'attaque aux clients.
Les tonalités vont et viennent, et chacun pourra s'y retrouver. Complexité des sentiments humains, humour, émotion intense à la fin... Je suis enchantée de cette lecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Carolivra
17 mai 2015
C'est en tombant sur la couverture de ce roman que j'ai eu envie de le découvrir. Un chat au milieu des livres d'une librairie ne pouvait que me faire craquer. J'ai en effet une grande tendresse pour tous les romans qui se déroulent dans une librairie ou une bibliothèque.
Dans ce livre, nous découvrons Maggie. Elle a été virée de son boulot, une start-up branchée de la Silicon Valley. Elle passe ses journées au Dragonfly, une librairie d'occasion. Là-bas, elle se love dans de vieux fauteuils pour lire des romans d'amour à l'eau de rose et pour s'évader de son morne quotidien. Un jour, son ami Dizzy lui propose de participer à un club de lecture dans lequel elle pourra faire la connaissance d'Avi et pourquoi pas, revenir dans le monde branché des geeks de la Silicon Valley. Maggie doit lire Lady Chatterley. Hugo, son ami libraire, lui offre une vieille édition. A son grand étonnement, Maggie y découvre une correspondance amoureuse entre un certain Henry et une Catherine. Qui sont ces deux amoureux? Pourquoi se sont-ils écrits à travers les pages de ce livre? C'est ce que va tenter de découvrir Maggie.
Au-delà de l'enquête amoureuse, qui se termine d'une étrange manière, j'ai surtout adoré l'ambiance développée par l'auteur. Elle nous fait vivre dans cette petite librairie d'occasion. On peut sentir l'odeur des livres, voir les piles de romans s'entassant un peu partout, humer l'odeur de thé et de café qui baigne l'atmosphère des lieux. J'ai vraiment aimé les moments où Maggie se plonge dans un de ses romans fétiches. On voit le pouvoir de la lecture qui lui fait oublier tous ses tracas.
Le contraste est d'autant plus saisissant qu'en face du Dragonfly, existe la librairie Apollo, sorte de grande surface du livre sans âme. On ressent d'autant plus l'amour que porte Maggie à sa petite librairie d'occasion et à ses livres qui possèdent tous un passé.
J'ai également beaucoup aimé le personnage d'Hugo, le libraire du Dragonfly. C'est un homme qui a eu mille vies et au détour d'une conversation, il révèle des choses très étranges mais aussi très drôles sur son passé. Ce Don Juan collectionne les femmes et passé 60 ans, il a toujours autant de succès! le second libraire s'appelle Jason. S'il apparaît au départ antipathique, l'auteur va peu à peu révéler ses bons côtés. Il fait la gueguerre à Maggie en lui mélangeant tous ses titres de romans à l'eau de rose qu'elle a classés avec passion, et elle, se venge allégrement en mettant en avant les « précieux » de Jason, à savoir les livres dérivés de la guerre des étoiles qu'il ne vend d'habitude qu'aux lecteurs ayant passé son test de connaissances!
Plus l'intrigue avance, plus on se doute que les choses ne vont pas se dérouler comme Maggie le souhaite. Elle s'attache de plus en plus au Dragonfly au point de vouloir remettre sur pied cette librairie en perte de vitesse. Elle va mettre ses compétences d'analyste au service de la librairie. C'est assez bien vu de la part de l'auteur car on voit Maggie évoluer et envisager la vie d'une autre manière que par la carrière professionnelle et le fric. Elle se rend compte que gagner beaucoup d'argent ne rend pas forcément heureux et elle va tenter de faire de sa passion son métier.
Il n'y a que le personnage de Dizzy qui m'a vraiment dérangée. C'est le meilleur ami gay de Maggie. J'ai trouvé qu'il faisait trop cliché. Il est plein de manières et surtout très vulgaire. L'auteur aurait pu se passer de ce dernier trait de personnalité qui fait tache dans l'univers cosy du Dragonfly.
Le Coeur entre les pages est une belle découverte pour moi. On a envie, à notre tour, de se lover dans les fauteuils du Dragonfly et de fureter à travers les rayons afin d'y trouver le livre qui nous fera rêver.
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LeaTouchBook
18 mai 2015
Après La Bibliothèque des coeurs cabossés, L'Histoire épatante de Mr Fikry et autres trésors, voici la troisième sortie de l'année que je lis qui porte sur l'univers du livre et des librairies. Est-ce que ce roman est à la hauteur de ces prédécesseurs ? Je dis un grand OUI !
Le lecteur ne pourra que tomber amoureux de cet univers qui crée une véritable antithèse entre la Silicon Valley lieu des nouvelles découvertes et technologies et cette librairie regorgeant de mystérieux et poussiéreux livres : un univers magique qui ne me donne qu'une envie : devenir libraire ! Certes comme le met si bien en exergue ce livre, ce métier n'est pas de tout repos, c'est le métier rêvé pour les lecteurs mais qui est celui de tous les paris et de tous les périls : dans un monde où l'amour du livre, du papier est décrescendo, où les grandes surfaces et chaînes font de la concurrences aux indépendants, est-il réellement possible de faire de ce commerce une affaire florissante tout en gardant l'âme de cette passion des mots ?
C'est ce que pose comme questions ce roman mais pas que... En effet l'héroïne Maggie est une jeune femme au chômage qui ne sait pas ce qu'elle veut ni où elle va : j'ai vraiment adoré son humour même si parfois j'ai trouvé dommage son caractère si pragmatique, un aspect qui va peu à peu laisser la place à une nouvelle femme : amoureuse, courageuse et aventureuse ! A ses côtés j'ai beaucoup aimé le personnage de Jason : un être bougon, antisocial mais réellement attachant, un geek fidèle au poste ! J'aurais d'ailleurs aimé une autre fin pour ce protagoniste.
Pour moi cette lecture a été un vrai régal parce que l'histoire est touchante, l'amour du livre est mis en avant mais il y aussi un petit mystère au travers d'une correspondance entretenue dans un roman. Qui sont les auteurs de ces lettres, ce sont-ils retrouvés ? A vous de le lire et découvrir...
En définitive, avec un humour ravageur Shelly King signe un premier roman touchant et plein de vie autour du monde livresque et de la thématique de l'amour naissant !

Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
prune42
21 juin 2015
En premier lieu, un grand merci à Babelio à travers l'opération Masse Critique de m'avoir permis de découvrir ce roman autour des livres ! Maggie vient d'être licenciée de ArGoNet, une start up qu'elle a contribué à créer avec son meilleur ami Dizzy. Elle passe ses journées au Dragonfly Used Books une librairie de livres d'occasion, tenue par Hugo et Jason, avec qui elle ne s'entend pas. Dizzy lui propose de participer à un club de lecture autour de "L'amant de Lady Chatterley" pour essayer d'avoir l'appui d'une personne influente à ArGoNet et se faire réembaucher. Elle découvre dans l'exemplaire du roman une correspondance amoureuse mystérieuse entre "Henry" et "Catherine". Parallèlement Maggie participe de plus en plus à la librairie, réorganise des rayons, redécouvre Jason ; le Dragonfly retrouve un nouvel essor. Maggie rencontre Rajhit mais même s'ils entament une relation amoureuse, la jeune femme ne lui avoue pas ses sentiments et au contraire fuit devant ce qui pourrait ressembler à une relation sérieuse. Maggie recherche qui sont les auteurs de cette correspondance. Hugo, victime de malaises cardiaques, meurt en léguant la librairie à Maggie et Jason alors qu'on vient de proposer à la jeune femme de reprendre la grande librairie d'en face et que le Dragonfly est vendu. Maggie refuse et rachète avec Jason le magasin. Rajhit qui était parti en Europe, est de retour. Elle découvre enfin les auteurs des messages d'amour dans "L'amant de Lady Chatterley".
J'avais hâte de découvrir ce roman que j'avais repéré en librairie et qui figurait dans mes souhaits de lecture ! J'avoue avoir été attirée par le couverture du roman, comme certaines lectrices féminines. Je pensais retrouver des accents de "Vous avez un message" dans ce roman... Malheureusement au final, j'ai été un peu déçue car il ne se passe pas bien grand-chose et il faut attendre le dernier quart pour que pour moi l'intrigue prenne vraiment de l'ampleur et du suspense. de plus il y a un certain nombre de références américaines qui ne sont pas toujours faciles à comprendre et qui rendent la lecture plus difficile. le chat que je pensais être un élément important ici finalement est très peu présent dans ce roman. L'idée de départ reste intéressante autour de cette correspondance mystérieuse au coeur du roman mais le style de l'auteur est peut être ce qui m'a rebutée, ou alors la traduction en français n'est pas à la hauteur. Je reste sur ma faim...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SerialBookineuse
12 juillet 2016
La première chose qui m'a attirée et donnée envie de lire ce roman, c'est sa couverture ! Avec le chat qui apparaît derrière une rangée de livres, comment ne pas craquer ? Dur dur me direz-vous, surtout pour l'adoratrice de félins et de livres que je suis. Je remercie les éditions Préludes qui m'ont accordé leur confiance en m'envoyant ce roman et m'ont ainsi permis de le découvrir.
C'est donc au côtés de Maggie que nous entraine Shelly King. Cette jeune trentenaire qui a été licenciée d'une start-up qu'elle a contribué à lancer, traîne désormais au Dragon Fly, une librairie d'occasions de la Silicon Valley, tenue par le non moins original, Hugo. Maggie passe ainsi toute la journée à lire des romans à l'eau de rose peuplés d'héroïnes aux formes plantureuses et de pirates sanguinaires.
Un jour, son meilleur ami Dizzy lui propose de participant à un club de lecture dans l'espoir qu'elle pourra briller aux yeux des membres du club et ainsi, avoir une chance de retrouver un travail semblable à celui qu'elle a perdu. Il a d'ailleurs été décidé que pour la prochaine réunion du club, tous les participants devaient se munir de la dernière édition de L'Amant de Lady Chatterley de D. H. Lawrence mais c'est sans compter sur Hugo, qui offre à Maggie un exemplaire tout défraîchi qu'il a déniché dans sa librairie.
En le feuilletant, la jeune femme y découvre une correspondance datant des années 60 entre un certain Henry et une femme du nom de Catherine. Leurs échanges, plutôt centrés sur le roman au début, deviennent au fil des pages, de plus en plus intimes et passionnés. Maggie, intriguée par cette découverte va, suite à la survenue de certains éléments, utiliser ces messages pour faire remettre sur pied le Dragon Fly. Cette initiative va alors changer sa vie par bien des aspects !
Tout d'abord, j'ai particulièrement aimer l'environnement dans lequel se déroule l'intrigue. Je n'ai eu aucun mal à m'imaginer lovée dans un des fauteuils du Dragon Fly, entourée par des amas de livres ça et là et où l'atmosphère est imprégnée de l'odeur qui caractérise les vieux bouquins d'occasion. Dans un monde où la technologie et le numérique sont de plus en plus imposants, l'auteur a su mettre en avant l'importance des livres papiers, et en particulier ceux qui ont un passé, une histoire à raconter et dont l'aspect atteste de leurs nombreux passages de main en main. Il est, bien sur, plaisant d'acheter des livres tout beaux tout neufs mais j'aurai toujours une affection toute particulière pour les vieux livres dont les pages ont jauni avec le temps et qui semblent porteurs de souvenirs et de nostalgie.
Au delà du mystère qui entoure Henry et Catherine, Shelly King, traite de sujets qui peuvent toucher chacun de nous et elle le fait avec justesse et réalisme. L'auteur a su me convaincre avec une plume fluide et un style tout en simplicité. Ici, il est question d'amitié, d'amour, de quête identitaire, de reconversion professionnelle mais surtout de livres et du pouvoir qu'ont ces derniers de nous faire voyager entre leurs pages et nous permettre, le temps d'une lecture, d'oublier nos soucis.
De manière générale, les personnages sont attachants et j'ai passé un bon moment en leur compagnie. J'ai principalement apprécié Maggie, à laquelle il est facile de s'identifier. c'est une jeune femme qui ne manque pas d'humour et d'autodérision mais possède un côté pragmatique et ne perd pas de vue le sens des réalités. Toutefois, son évolution tout au long du récit lui fera comprendre que les choix qui nous semblent les plus judicieux ne sont pas forcément ceux qui nous conviennent le mieux.
Deux autres personnages ont également retenu mon attention, à savoir : Hugo, le propriétaire du Dragon Fly et Jason, son employé. A plus de 50 ans, le premier demeure un vrai Don Juan et ne manque pas d'anecdotes, toutes liées à ses innombrables conquêtes. Sa relation avec Maggie est touchante et je me suis amusée des réactions de la jeune femme face aux histoires de coeur d'Hugo. le second est, quant à lui, l'archétype du geek mordu de science fiction. D'un caractère taciturne et ronchon, Jason ne rate pas une occasion de critiquer les moindres faits et gestes de Maggie dont il ne supporte pas la présence au Dragonfly. Bien qu'il semble, de prime abord, tout à fait détestable, il possède des bons côtés qui se révèlent petit à petit et j'ai fini par l'apprécier.
Par contre, j'ai eu un peu de mal à ressentir de la sympathie pour Dizzy, qui incarne le meilleur ami gay de façon très caricaturée. Dans une atmosphère cosy et qui fait penser à un cocon, Dizzy fait tache avec ses manières extravagantes et ses propos à la limite du vulgaire. D'autres personnages gravitent autour de Maggie mais je ne vous gâche pas la surprise de les découvrir par vous-mêmes.
En bref, le coeur entre les pages a été une agréable lecture. Ce roman, à la fois drôle et touchant, se lit sans prétention et nous fait nous interroger sur nos propres choix de vie. Tous les amoureux des livres y trouveront leur compte, avec les nombreuses références littéraires dont il fait mention. de plus, si vous voulez connaitre le fin mot de l'histoire d'Henry et Catherine, je vous invite à le lire !
Lien : https://serialbookineuse.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
emma34emma3428 septembre 2015
Au départ, le visionnaire crée quelque chose qui répond à un besoin.
Les chefs de produits étudient comment ça marchera sur le marché, définissent les paramètres commerciaux et les critères requis.
Ensuite un architecte logiciel conçoit le fonctionnement, puis des ingénieurs logiciels écrivent le code.
Après les réunions de conception, les passages en revue du code et les énormes factures de pizza livrées, des testeurs testent.
Ils font alors remarquer que le logiciel ne correspond pas aux critères requis , ce à quoi les ingénieurs répondent qu'il marche comme prévu.
On dresse la liste des bugs .
D'autres réunions bouffent du temps à tout le monde.
Les rédacteurs techniques disent qu'ils se moquent de savoir comment ça marche pourvu que quelqu'un prenne une décision.
Chacun repart en pensant avoir accepté quelque chose de différent.
Les concepteurs de l'interface utilisateur calculent combien de clics sont nécessaires pour accéder au centre de Tootsie pop.
Les types du marketing s'étripent pour savoir où iront les dollars de la pub.
Et si tout va bien, que les planètes s'alignent et que tout le monde mange bien des épinards, la déception qui suivra le lancement du produit sera brève.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
karaokepdakaraokepda28 octobre 2015
Une chose est sure : Ne jamais se fier UNIQUEMENT a la premiere impression que l'on a d'un bouquin. L'objet est agréable, la couverture du bouquin est attendrissante... le chat entre les livres... Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ai ressenti l'univers d'un roman assez Girly... (ce rose bonbon, les premières pages, les descriptions ... oui c'est un point de vue féminin certes... mais j'avais peur que cela tombe dans le gnan gnan ultra féminin... et puis non ... En fait... le mélange "geek", "amoureuse des livres", "curieuse" m'a tenu en haleine.

Maggie va donc dégoter cette édition 'annotée' de "l'amant de lady Chatterley' et va etre happée par la correspondance entre Henry et Catherine qu'elle va découvrir..., elle va etre intriguée, au point de s'interesser a leur histoire, mystérieuse. et qui va nous aussi nous servir de fil rouge... Le Dragon Fly, cette libraire d'occasion... en perdition. "Cet endroit n'est pas seulement une librairie, c'est un mystère".... va t'elle dire dans la première partie du roman. et elle a bien raison. Etant au chomage, elle va se servir de cette correspondance pour faire connaitre la librairie en passe de fermer. Elle va dévoiler cette correspondance au grand jour sur internet... et "partir" a la recherche d'Henry et Catherine de cette manière la... .Elle va faire remonter la cote de la librairie, et la librairie va changer sa vie.... Elle va elle aussi changer la vie de cette librairie.... Peut etre s'identifie t'elle a l'un des deux personnages ... Elle s'y refuse... .Mais pourtant ... Elle est persuadée de l'existence de ces deux personnages Qui sont ils ? Pourquoi l'intriguent-ils vraiment ? Elle est amoureuse des livres, certes mais est ce un jeu ? Le livre nous le dira... La fin du livre est-elle celle que l'on attend vraiment?

Une jolie lecture, agréable, pas prise de tete, entre deux gros livres, bien que l'ouvrage fasse 370 pages. Ne pas se laisser comme moi influencer par ce coté girly, mais plutot se laisser porter par cette histoire, ce fil rouge... dans lequel l'auteur aurait pu ... un peu plus pousser dans le jeu de piste je trouve... parce que l'angle est interessant... avec de bien jolies citations sur l'objet livre et sur l'amour qu'on lui porte mais aussi la distance qui sépare deux etres dans l'amour et le mystère ? Vérité, renaissance ? ou gigantesque farce ??? J'avoue, a trop m'etre laissé emporter, m'etre fait avoir comme un bleu ! La fin est-elle vraiment celle que l'on attend ???
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissFoxandMrbirdMissFoxandMrbird28 mars 2016
…je sentais toutes les histoires autour de moi. Pas seulement celles que racontaient les auteurs, ni même les mots qu’avaient écrits des inconnus, mais les histoires des livres mêmes. Quelqu’un avait acheté chacun de ces livres flambant neuf, sorti d’un carton. Quelque chose – la couverture, une page lue au hasard ou le résumé en quatrième de couverture – avait poussé une personne à acheter tel ou tel livre. Et quel que soit ce voyage, le Dragonfly n’était qu’une épate sur son chemin. Si bien que là, tous ces livres qui m’entouraient étaient porteurs d’espoir, celui de n’être pas seuls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emma34emma3426 septembre 2015
Mais surtout nous croyons en toi. Et nous voulons qu'Apollo soit bien davantage qu'un magasin qui vend des livres et de la musique. On veut entrer dans les nouveaux médias, dans une nouvelle ère, avec des salles de méditation et des lieux de rencontre où les gens viennent brasser des idées, débattre et philosopher. La culture de l'amour des livres que tu as créée au Dragonfly peut progresser encore et encore. Les éditeurs te supplieront de promouvoir leurs livres. Et pour ça, ils te paieront grassement.
Tu pourras mettre en avant les auteurs que d'après toi les gens devraient connaître... Tu influeras sur la pensée et le raisonnement de tous nos clients...
Tu seras l'une des femmes les plus influentes de la côte Ouest !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
karaokepdakaraokepda28 octobre 2015
Le problème avec les livres d’occasion, expliqua Hugo, c’est qu’il apportent leur passé avec eux. Ils ne sont pas tout juste sortis de la presse d’un imprimeur et emballés dans un carton, prêts a etre expédiés. Ils sont abandonnés ici par des gens qui n’en veulent plus. Comme des orphelins dans un roman de Dickens. Ils sont rejetés a mesure que leurs propriétaires avancent dans leur vie. Parce qu’ils sont trop lourds a déplacer ou prennent trop de place. C’’est comme ca qu’ils finissent ici. Par conséquent, il faut qu’on les libère de leur ancienne vie pour qu’ils puissent passer a autre chose et appartenir a ceux qui veulent bien d’eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : librairieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2445 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .