AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Lori Saint-Martin (Traducteur)Paul Gagné (Traducteur)
ISBN : 2742755632
Éditeur : Actes Sud (08/06/2005)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Depuis la publication de No Logo, best-seller traduit en une vingtaine de langues, Naomi Klein contribue sans relâche au débat contemporain sur la mondialisation, son impact, son avenir.

Ce journal d'une combattante réunit deux années de chroniques publiées dans le Globe and Mail et le New York Times à l'occasion de manifestations ou de sommets tenus aux quatre coins du monde.

Radioscopie de la société actuelle, entreprise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Apoapo
  08 février 2016
Sur la vague de l'actualité des contestations politiques en Turquie et au Brésil, qui m'ont beaucoup interpellé et même fortement affecté, j'ai essayé de trouver dans cet ouvrage les archétypes des manifestations post-modernes, dont la première fut l'opposition à la conférence de l'Organisation mondiale du commerce de Seattle en 1999. Je n'y suis pas véritablement parvenu. En effet le livre se compose d'articles publiés à l'occasion de ces "premières" manifestations ayant eu lieu entre 1999 et 2001 (Seattle, Washington, Prague, Toronto, Gênes, Mexico) et, bien qu'ils ne se limitent pas à en relater le déroulement, ils conservent en large mesure un caractère circonstanciel. Cela empêche grandement la prise de distance et la généralisation qui permettrait la mise en exergue des éléments, pourtant bien réels, qui sont encore ou d'autant plus en présence une décennie et demi après.
Cependant, la structure de l'ouvrage innerve une problématique très actuelle : à la rhétorique de l'ouverture et de la suppression des barrières (commerciales et financières), promotrice de démocratie, s'oppose la réalité de l'érection de clôtures d'enfermement de ladite démocratie - murs au sens propre, d'acier et de barbelé, empêchant à la majorité d'accéder aux ressources et à la prospérité, ou métaphoriques, l'exclusion sociale interdisant l'accès aux biens et services publics par ailleurs paupérisés ou privatisés. Face à "la démocratie emmurée", la dissidence ouvre "des fenêtres", bien qu'elle soit mise "en cage" par "l'exploitation de la terreur". Ainsi, passim mais surtout dans les pages sur la criminalisation de la dissidence ainsi que sur les formes et contenus hétéroclites des revendications et sur la contestation des partis politiques traditionnels (voire du concept même de la représentativité), l'on trouve effectivement ces éléments archétypaux et de forte actualité.
Autre bénéfice retiré en surplus de cette lecture : une série de réflexions sur la mondialisation et sa contestation - les traducteurs ont systématiquement utilisé le terme d' "antimondialisme", radicalement rejeté par l'auteure, peut-être avec un peu de retard sur l'emploi du terme "altermondialisme" (datant pourtant de 2002) créé justement de ce rejet -, dont voici en vrac quelques unes.
- "Comme Internet lui-même, les ONG et les "groupes d'affinités" constituent des réseaux capables de s'étendre à l'infini. [...] Nul n'est tenu de renoncer à sa spécificité pour entrer dans une structure plus vaste ; comme pour toutes les activités en ligne, on peut butiner à sa guise, prendre ce qu'on veut et, pour le reste, appuyer sur la touche "effacer". On dirait parfois un militantisme de "navigateur", reflet d'ailleurs de la culture paradoxale d'Internet, qui allie à un narcissisme exacerbé un ardent désir d'appartenance et de proximité." (p. 34).
- "S'il règne une grande confusion autour du mot "mondialisation", c'est entre autres parce que le modèle économique néolibéral fait du commerce l'infrastructure suprême de l'internationalisme, plutôt qu'un simple élément de celui-ci. Peu à peu, ce modèle récupère tout le reste - la culture, les droits de l'homme, l'environnement, la démocratie même - et le subordonne au seul commerce." (p. 81-82).
- "Avec la fin de la Guerre froide et la disparition subite de cette toile de fond idéologique, la consommation a été dépouillée de sa grande signification symbolique. Sans idéologie, le shopping n'était plus que... du shopping. En réaction, les grandes sociétés ont créé l'image de marque "mode de vie", tentative de stimuler la consommation en tant qu'activité politique ou philosophique par la vente d'idées-forces plutôt que de simples produits. Ainsi, des campagnes publicitaires ont lié les pulls Benetton à la lutte contre le racisme, les meubles Ikea à la démocratie et les ordinateurs à la révolution." (p. 161-162)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fx1
  04 avril 2014
No logo a était trés caricaturé , passant pour ce qu'il n'est pas. No logo n'attaquait pas la mondialisation , mais les valeurs qui la régissaient . Il y avait là une charge contre l'irruption obscéne de considérations purement matérialistes dans les débats de ce monde . L'humanité au service de quelques multinationales , l'acroissement exponentiel des inégalités planétaires . C'est cela et également la mouvance contestaire que Naomi Klein a choisie de suivre dans cette série d'articles . Elle a suivie pendant deux ans l'expansion des mouvements de contestation . Cette chronique saute d'un sujet à l'autre sans perdre en cohérence , sans perdre le fil d'un récit réaliste. Elle garde ces distances pour rendre compte avec objectivité de l'évolution de ces mouvements . Il apparait impossible de résumer ici les divers articles , 40 , qui occupent l'espace de ce livre . Naomi Klein dénonce également les violences intolérables de certains de ces groupes , éléments qui pour elle est inacceptable .Cette somme qu'elle fait remonter au travers de ces articles s'avére  trés pertinente pour mieux comprendre le monde contemporain .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Naomi Klein (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Klein
JOHANN HARI est un écrivain et essayiste britannique qui a lui-même souffert de dépression et expérimenté des antidépresseurs. ?? Lire un extrait du livre ?? https://www.actes-sud.fr/catalogue/sciences/chaque-depression-un-sens
????? NAOMI KLEIN : « Johann Hari nous a concocté un livre explosif sur l?épidémie de désespoir qui sévit de nos jours. Oui, cet ouvrage traite de la dépression, mais il dit aussi beaucoup de notre façon de vivre ? et des ravages que l?isolement perpétuel dans lequel nous nous trouvons produit sur la santé mentale collective et le bien-être en général. Je suis convaincue que plus ce livre trouvera de lecteurs, mieux le monde se portera. »
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Economie internationaleVoir plus
>Sciences sociales>Economie>Economie internationale (50)
autres livres classés : mondialisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Baudelaire

Dans quelle ville est né Charles Baudelaire ?

Bordeaux
Paris
Lille
Lyon

12 questions
247 lecteurs ont répondu
Thème : Charles BaudelaireCréer un quiz sur ce livre