AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791092159196
Éditeur : Tusitala (17/01/2020)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Maire d’une petite ville éclaboussé par un scandale, Stewart Rome se rappelle le sordide fait divers qui a bouleversé sa vie alors qu’il n’était encore que le jeune Stewie, timide et empoté. En 1967, on retrouvait Masha, la fille dont il était fou amoureux, sauvagement agressée dans le sous-sol de son lycée. Un adolescent noir était rapidement arrêté. Était-il coupable ? De quoi se souvient réellement Stewart, narrateur trouble et manipulateur ?

Pari... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Litteraflure
  02 juin 2020
Pure coïncidence, j'ai lu ce livre alors que les émeutes commençaient à gagner Minneapolis. du coup, j'y ai cherché des indices qui me permettraient de comprendre pourquoi ce pays maltraite ses citoyens d'origine africaine de manière récurrente. La réponse est dans le titre du roman, elle est malheureusement universelle : chaque peuple a besoin d'un paria contre lequel il dirige ses peurs et ses frustrations. Venu d'Inde, le mot désigne l'intouchable, la lie de l'humanité. Tout prétexte est valable, le métier, la race, la couleur… L'Amérique a fait de la communauté noire son paria et rien ne semble pourvoir la changer. C'est quelque chose d'inconscient, de profondément ancré, de culturel si j'osais… Richard Krawiec le montre bien en exposant l'engrenage qui conduit au meurtre de Masha, blanche et blonde, et à l'arrestation de son assassin présumé Emmett, noir évidemment. Nous sommes en 1967. Il n'y aura pas d'Henri Fonda pour le sauver, comme dans 12 hommes en colère. le nègre fait toujours un coupable idéal.
Si l'auteur met parfaitement à nu les mécanismes de la haine raciale, énumérant ces mythes et légendes qui font du noir un sujet d'inquiétude et de jalousie, j'ai trouvé ses procédés simplistes, sa narration bourrée de clichés et son histoire, hélas, banale dans son horreur.
En revanche, la responsabilité de l'homme blanc (le narrateur, Stewart), qui peut décider d'intervenir (ou pas) est bien analysée. Elle fait écho aux évènements actuels et pose à chaque américain blanc la question suivante : « what will you do about all this ? »
Bilan : 🌹
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Marchal____
  07 février 2021
La préface nous prévient : Richard Krawiec est un gros morceau de la littérature contemporaine américaine, avec déjà deux titres traduits et accueillis par les éditions Tusitala.
Stewart Rome est notre narrateur - fait important à signaler car rapidement dans la lecture, une relation entre le lecteur et lui se noue. Partie prenante d'un drame qu'il choisit de raconter, embellira-t-il le rôle qu'il y a joué ? Qu'est-ce que qui le motive réellement à donner sa version des faits ?
Fin des années 60, dans le sous-sol de son lycée, on retrouve le corps de Masha, immigrée polonaise et petite amie du narrateur, qui a été brutalement agressée. Il s'agit de remonter le temps et le fil des souvenirs de Stewart Rome pour lever le voile sur une affaire probablement trop vite résolue par l'arrestation d'un jeune homme noir.
Roman sur l'ambiguité de l'adolescence, Paria est aussi (surtout ?) un roman de violences qui pose notamment la question du déterminisme, tant social que racial, dans l'Amérique du nord des années 60. L'impitoyable dynamique de groupe est dépeinte à plusieurs reprises, que ce soit à l'échelle de la bande, celle du quartier ou même celle de la ville entière. Tel un rouleau compresseur, ces mouvements de fonds semblent réduire à néant toute possibilité d'émancipation morale individuelle.
Tord-boyaux, la lecture de Paria constitue une expérience intense, sous-tendue par l'attente de la terrible Résolution : que s'est-il réellement passé ce 14 octobre 1967 ? Comme dans un polar, le lecteur va cristalliser son attention sur le retour à l'ordre que nous promet la confession. Espérant peut-être un peu trop fort, il se retrouve d'ailleurs à plusieurs reprises à croire le moment venu, tant la pente vers le drame annoncé s'avère glissante.
Après le vertige Francis Rissin, Paria sur une autre corde fait vibrer le lecteur. La production maîtrisée et exigeante des éditions Tusitala nous laisse encore une fois le souffle court et on ne boude pas son plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mathildecotton38
  24 août 2020
Paria est un roman américain très très sombre qui montre l'implacable déterminisme de la société américaine. Stewie Rome, ancien maire d'une petite ville américaine, revient sur le fait divers terrible de l'année 1967 qui a marqué son adolescence et sa vie. Cette année-là, Masha, sa petite amie et le grand amour de sa vie, une adolescente récemment arrivée de Pologne sera sauvagement agressée. Stewart revient sur quelques événements significatifs de son enfance et de son adolescence qui éclaireront, en partie seulement, pour le lecteur cet événement sordide. Ce qui importe ici n'est pas de découvrir qui est coupable, on est loin du mécanisme rassurant du polar, mais de décortiquer le fonctionnement d'une société nationaliste et raciste complètement pourrie. Ce n'est pas drôle, évidemment mais c'est brillant et malheureusement très actuel.
Commenter  J’apprécie          10
puchkina
  22 juillet 2020
Où est la vérité ? Stewart, ancien maire d'une petite ville des Etats-Unis, se souvient douloureusement de son enfance. Mais lui-même ne sait pas ou dissimule le vrai du faux. A onze ans, fin des années 1960, il vit entre son père raciste et jaloux et sa mère qui a la tête ailleurs. Il est un temps ami avec Emmett, un noir de son école mais va le dénoncer pour avoir apporté un couteau en classe. Quatre ans plus tard, Masha, une immigré polonaise débarque au collège et c'est le coup de foudre. Mais Stewie apprend qu'elle est sortie un temps avec Emmett et la jalousie le ronge. Poussé par Doyle et Murphy, deux petites frappes qui l'entraînent sur les sentiers de la délinquance et qui finiront mal, il nourrit de mauvaises pensées envers Masha et Emmett. Il sauve Emmett d'un lynchage de la part de ses camarades mais Masha est retrouvée un jour morte dans le sous-sol du collège, violée et lardée de coups de couteau. Qui a commis le crime ? Doyle et Murphy ? Stewart ? Emmett ?
Deuxième livre lu de Richard Krawiec après Vulnérables, Paria est tout aussi poisseux et désespérant. Mais l'auteur sait raconter une histoire, décrire la triste réalité du modèle américain, le racisme suintant et la violence rampante. Il représente l'être humain sous toutes ses facettes du plus abject au plus estimable (même s'il penche nettement du côté obscur). Stewart nous raconte son histoire mais il nous manipule car il n'arrive pas à (s')avouer la vérité et s'il a tenté de se racheter en réalisant des avancées pour sa ville en tant que maire, ses efforts et sa personne auront rapidement été oubliés par ses concitoyens. Désespérant, vous-dis-je.
Lien : https://puchkinalit.tumblr.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
adda33
  27 septembre 2020
Très bon roman sur le racisme, l'adolescence, sur la difficulté de faire des choix et de les assumer. le narrateur nous raconte ses souvenirs d'adolescent en 1967 dans une petite ville américaine et notamment l'agression de la fille dont il était amoureux. le fil de l'histoire peut parfois être déconcertant mais il est lié au fait que les souvenirs se mêlent, que rien n'est tout noir ou tout blanc, que la conscience est mise à mal. Description des peurs de notre société avec les conséquences que l'on connaît (violence, racisme, rejet des autres).
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
bobfuturbobfutur   18 janvier 2021
Même si l’auteur s’adresse à vous comme à un vieil ami, vous restez tout de même à sa merci. Vous devez penser ce qu’il vous dit de penser, suivre les pistes qu’il dessine, soupeser les indices qu’il vous présente, sans savoir quels indices, quelles pistes, quels points de vue sont peut-être cachés, effacés, niés. Vous devez croire en l’honnêteté de l’auteur. Vous devez croire qu’il est aussi bien intentionné que vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
adda33adda33   23 septembre 2020
On raconte que les Parias d'Inde traitaient leurs inférieurs avec une violence égale à celle qu'ils recevaient des castes qui leur étaient supérieures. Qu'ils haïssaient les membres des castes inférieures qui essayaient de s'accrocher à un autre groupe méprisé.
Dans ma ville, on se disputait pour savoir quelle "caste" était la pire, la plus basse, les définitions étant bien sûr établies par ceux qui avaient le pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
WiniFREDWiniFRED   06 février 2020
     La décision concernant mon avenir a été prise par un inconnu à côté de qui j'étais assis dans un bar, alors que nous regardions les Red Sox prendre une volée tout en buvant des pressions à 50 cents. Quand il m'a demandé ce que je faisais dans la vie, j'ai répondu, « Rien.
     — Rien ? » Il rentrait du Vietnam et ses cheveux commençaient tout juste à repousser. Il portait encore son treillis. « T'as quand même bien dû faire quelque chose pendant que j'esquivais les balles pour ta gueule. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WiniFREDWiniFRED   07 février 2020
     La montée a été instantanée. Avant que j'aie fini de prendre la première ligne, sur la couverture d'un numéro de Sports Illustrated, avec un billet d'un dollar, une pointe de douleur a explosé derrière mes yeux. Une seconde plus tard elle a été remplacée par une chaleur liquide qui s'est propagée rapidement dans mes yeux, a traversé mon front et vibré dans mon crâne. La sensation que mon sang se répandait dans mon cerveau. Une sensation à la fois honteuse et rassurante, une couche sur un enfant de quatre ans. La chaleur moite a gagné ma poitrine et mes membres.
     Et puis ma peau s'est resserrée, tendue, et j'ai eu des fourmis dans tout le corps. Un sourire incontrôlable étirait mes lèvres. Je n'avais jamais rien ressenti de pareil. « Ouah », j'ai soufflé. Et Murphy avait raison. Je bandais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WiniFREDWiniFRED   07 février 2020
     Qu'est-ce qu'un adolescent ? Une créature égocentrique qui passe pourtant sa vie à analyser les autres. Une personne qui cherche à se libérer de tous les carcans mais désire secrètement être cadrée. Un adulte-enfant. Un individu qui ne désire rien de plus que rentrer dans le moule tout en cherchant à se distinguer, même s'il redoute de se faire remarquer.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Richard Krawiec (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Krawiec
L'écrivain américain Richard Krawiec lit un extrait de son roman "Paria", paru en 2020 aux éditions Tusitala, et traduit de l'anglais par Charles Recoursé.
http://www.editions-tusitala.org/
autres livres classés : luttes socialesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox