AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253111074
Éditeur : Le Livre de Poche (14/09/2006)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Sebastian Chrest-Jones, historien des migrations à Santa-Barbara, disparaît mystérieusement de son domicile et de son labo. Est-il sur les traces d'un ancêtre présumé, parti en 1045 de Vézelay ou du Puy-en-Velay avec la Première Croisade et qui se serait peut-être égaré à Byzance ? Pendant ce temps, Santa-Barbara, une ville imaginaire, est en pleine crise, en proie aux sectes, aux mafias, aux man... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Apoapo
  16 mai 2016
Le lecteur ignorant le travail de Julia Kristeva – sémiologue et psychanalyste, biographe du « Génie féminin » (Hannah Arendt, Melanie Klein, Colette), universitaire de grand renom – qui s'attendrait à avoir entre les mains un banal polar historique, du genre Da Vinci Code, trouverait cette lecture repoussante. Moi aussi, qui avais pourtant d'autres perspectives, ai longtemps été rebuté par un style rêche et « post-moderne » auquel j'ai quelques difficultés à m'habituer. Et puis le moment est venu, sans doute une décennie trop tard, mais avec assez de satisfaction, tout compte fait.
Thriller ? Oui, vague pastiche du genre. Avec quelques meurtres bien sanguinolents au début et pas vraiment à la fin, avec un tueur en série et un autre assassin en épiphénomène, avec un commissaire principal dont nous n'apprendrons guère qu'un tic langagier et quelques qualités d'amant mais absolument aucune contribution à l'enquête. Si enquête il y a.
Byzance ? Ce n'est pas un lieu, pas une époque. Byzance est un état d'esprit : c'est l'Europe du début des années 2000, entre l'attaque aux Tours jumelles et le moment où elle devient elle-même victime d'attentats djihadistes, c'est la France où Jospin ne se qualifie pas au second tour de la présidentielle et qui refuse d'intégrer la coalition guerrière contre l'Irak. Byzance est la troisième voie, c'est une résistance par le logos à Santa-Barbara qui avance partout et aux nouvelles Croisades, une alternative à une pourriture politico-mafieuso-porno-sectaire, mais aussi, elle-même, un insupportable bavardage de société du spectacle, héritière de querelles théologiques absconses et de complots d'arracheurs d'yeux et d'empoisonneuses.
De quoi parle donc ce livre ? de migrations. Il dit que le migrant ne peut qu'être malheureux parce qu'il a perdu sa mère. Pour l'avoir perdue, parfois il se met à rechercher ses ancêtres. S'il est historien des migrations et enfant illégitime, comme Sebastian Chrest-Jones, le personnage principal du roman, il peut réinventer L Histoire en la façonnant à l'usage de sa propre généalogie. le livre contient alors un autre récit, bien plus essentiel, qui consiste dans la biographie d'Anne Comnène, née en 1083 et peut-être la première femme intellectuelle de l'Histoire, et dans celle d'Ebrard Pagan – dit aussi de Payns, neveu d'Adhémar de Monteil évêque envoyé par Urban II – qui, parti croisé du Puy-en-Velay, se serait fait dispenser, aurait peut-être été en contact avec l'hérésie bogomile et aurait fait souche à Philippopolis, actuelle Plovdiv en Bulgarie. Biographies imaginaires, généalogie fantasmée, narration romanesque d'un amour impossible et d'une alternative personnelle aux Croisades. Deux images d'une Europe-Byzance unie par et dans les (questionnements sur les) migrations et les guerres de religion.
Qui se laisse prendre à ce deuxième niveau narratif (à part le lecteur) ? La journaliste française Stéphanie Delacour, maîtresse du commissaire Rilsky, intellectuelle parisienne prolixe, prétentieuse, au style affecté, opinions catégoriques sur tout, une vraie chipie [je dis ça mais il y a sûrement des hommes et des femmes qui la trouveraient irrésistible, hein ?!] – qui se croît ironiste et cite parfois Kristeva. En fait, en tant que deuxième narratrice, c'est l'auteure à qui appartient l'authentique ironie, là où elle s'est fait un alter-ego si caricatural et presque odieux ! Mais il se trouve que Stéphanie aussi est descendante de migrants et en deuil de sa mère. Donc elle va aimer le roman byzantin et essayer de le comprendre un peu, avec son prisme bobo-parisien-lacanien. Elle comprend d'autant moins qu'elle divague énormément.
Et qui donc ne l'aime ni le comprend pas du tout ? Qui se refuse à cette quête des origines et à cette interrogation sur les douleurs de la migration ? Les deux autres personnages, qui sont dans la déni parce que trop impliqués : le commissaire et le serial killer, « étranger parmi les étrangers », naturellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Bchara
  13 octobre 2014
Le titre dit : "meurtre à Byzance". Donc, "meurtre" et "Byzance". Cependant:
Coté meurtre, après une entrée en matière intéressante, nous devons attendre une bonne centaine de pages avant de découvrir le meurtrier, mais entretemps, ce n'est pas une intrigue, loin de là, mais des divagations et introspections diverses sur tout et rien. La découverte du meurtrier, cependant, n'arrête pas ces réflexions, qui continuent pour 40 dernières pages.
Côté Byzance, c'est une byzance trop subjective qu'expose l'auteure.
Le roman m'a semblé tellement subjectif, qu'il en a été tellement ennuyant. C'est une soupe confuse de diatribes personnelles sur la migration, la politique, la religion, le mondialisme, le sexe, les genres, surtout la psychanalyse et la psychologie (l'auteure étant professionnelle dans ces domaines. A noter les références que l'auteure fait à ses propres théories!). bref tout ce qu'on espère éviter en lisant un roman intitulé "meurtre à byzance"
Le style lui-même n'a rien de byzantin: si Byzance est le classicisme, les canons et la beauté, le style du livre m'a semblé extrémement pénible, sans aucune beauté, prétentieux, que les "'nutile de le dire" parsemés ici et là ne rendent aucunement plus sympathique.
C'était une déception, du moins pour quelqu'un qui n'a lu le livre que pour l'espoir d'y trouver une byzance historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
miriam
  05 juin 2012
Une déception : j'attendais trop de ce livre. Un sujet passionnant, un auteur originaire de la région. Une sommité littéraire. Pourtant c'est bâclé, écrit à la va-vite, avec des tics verbaux à la mode, des anglicismes, un thriller historique conventionnel, une sorte de Da Vinci code...
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
Commenter  J’apprécie          31
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   16 mai 2016
Car si ce n'est pas moi, ou quelqu'un qui me ressemble, qui pourrait le faire, sans complaisance pour les banlieues "difficiles" et sans les livrer non plus aux skinheads ? J'ai même la faiblesse de croire que c'est précisément de ces humains en transit que nous sommes, vulnérables Byzantins, éphémères passeurs des Croisades modernes, que sortira non pas l'avenir, mais la question elle-même. Poser les problèmes, dégager des questions byzantines : y a-t-il autre chose à faire pendant que les autochtones se replient au ras de leurs pâquerettes corporatistes, égoïstes et machistes, pâquerettes françaises, russes, américaines, tziganes, palestiniennes, féministes, catholiques, musulmanes, juives, coréennes, allez-y, complétez la liste, et que les immigrés en colère, inassimilables, shahidas, explosent d'humiliation en attendant d'éventrer vos buildings, de mettre à sac vos banques, d'écraser vos gueules et de cramer vos résidences, secondaires ou non ! Avant que le G8 n'ait réussi à créer la prospérité dans tous les pays émergents, cela va de soi... - p. 114-115
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ApoapoApoapo   16 mai 2016
Un être tel quel et sans arrière-pensée, ni pour devenir, ni pour réussir, ni pour déchoir, ni pour séduire. Aucun "pour". Rien qu'exister délicieusement jusqu'au bout, le bout y compris, dans l'intensité incommensurable, la délicatesse excessive. Le vivant dans toute sa gamme, sans prétention aucune, la musique même dans chacune de ses fibres, chaque particule élémentaire, jusqu'à l'intervalle dans lequel vient le cogner l'insupportable. - p. 352
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Julia Kristeva (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Kristeva
Troisième édition du salon du livre de l'île de Ré, Joschi Guitton et Stéphane Guillot accueillent une centaine d'auteurs dont Bernard Giraudeau, Alain Mabanckou ou encore Julia Kristeva.
autres livres classés : MigrationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1761 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre