AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207132900
Éditeur : Denoël (25/08/2016)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 52 notes)
Résumé :
« Je t’aime, je te déteste, je suis désolé. » Voilà l’éternelle litanie des disputes, gifles, cris et réconciliations qui a secoué l’enfance de Jackson et Lydia. Jusqu’au jour où Amy, leur mère, reçoit le coup de trop et leur demande de rassembler leurs affaires au plus vite. Cette fois, c’est sûr, ils s’en vont afin de fuir Gary, homme violent et froid. Premier arrêt au Starlight, motel crasseux qui va leur servir de refuge. Amy est décidée : plus jamais ses enfant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
celdadou
03 août 2016
Merci aux éditions DENOEL et D' ailleurs ainsi qu'à babelio pour m'avoir sélectionné dans cette masse critique .
Bon ce livre n'est pas un moment de plaisir car les themes évoqués n'ont rien de plaisant cependant... Ils sont bien vrais .. La violence,maltraitance physique et psychologique,peur .... Ce que le commun des mortels ne veux pas vivre.
Pourtant nos trois personnages principaux sont en plein dedans .....
La mère Amy , qui vit avec un pervers sadiques violent et manipulateur fera tout pour se sortir de cette vie où seule la violence fait partie du quotidien.
Le fils Jackson âgé de 18 ans ,un peu ambivalent et sous l'emprise d'un père castrateur .... N'osera pas dans un premier temps se sauver avec sa mère et sa soeur. Il se prostituera et essaiera d'accepter son homosexualité tant bien que mal.
La petite Lydia agée de 13 ans est très attachée à ce frère .
Tous les trois finiront à quitter ce quotidien violent ,
La mère et la fille ont une résilience exceptionnelle pour fuir et se sortir de cette existence sordide .
Ce roman relate la souffrance physique et les séquelles psychologiques qu'elle engendre.
Ce livre est bien rédigé,même si au debut j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire.
Je vous recommande ce livre ... Pour les âmes sensibles .. S'abstenir ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
KATE92
18 juillet 2016

MASSE CRITIQUE
Merci à BABELIO et à l'éditeur DENOEL.
**************************************************************
Je suis au supplice avec ce livre… je n'arrive pas à avancer dans cette noirceur.
Peut-être n'est-ce pas le bon moment ?
Désolée, je laisse « tomber » ce bouquin et y reviendrais peut-être… mais sans aucune certitude.
Commenter  J’apprécie          2810
sonfiljuliesuit
22 juillet 2016
"Pu... de chienne de vie" ! Oui prendre un chemin plus que l'autre peut parfois nous entraîner dans des pentes glissantes ...

Il est difficile de donner un avis sur cette histoire de vie, sans tomber dans le pathos ! C'est justement ce que l'auteur évite avec brio. J'ai pu lire certains commentaires qualifiant ce roman de déprimant et je dois dire que j'appréhendais cette lecture.

On est vite plongé dans ce drame familial que tout à chacun peut vivre ou rencontrer dans sa vie. J'ai été émue, par cette femme qui après 14 ans de maltraitance prend son courage à deux mains et décide de dire STOP ! Sa force sera ses enfants puisque c'est en les observant qu'elle prend Sa décision. Elle voit la peur dans les yeux de sa fille, elle voit son fils qui ne pourra jamais s'épanouir et assumer son homosexualité au contact de ce père tyrannique.
"A présent, ses enfants dormaient et elle tenta de dormir également, de leur insuffler ses rêves, de rêver encore une nouvelle vie, de faire par la force de sa volonté que cette vie leur vienne, malgré tout."

Ce fils qui malgré l'amour de sa mère et sa soeur, est à la recherche de l'amour et de l'approbation de son paternel, qui n'a que du mépris pour lui, ce père qui ne le regarde que pour le rabaisser..., va trahir cet amour inconditionnel...
"Elle voulait autre chose pour Jackson. Elle voulait toutes les promesses lumineuses que transmettaient ces voix d'espoir, les rues chaudes et accueillantes dans lesquelles tous et toutes défilaient. Elle voulait qu'il reçoive ce qui lui était dû, que le monde s'ouvre à lui. Elle voulait lui donner tout ça, le lui offrir sur un plateau. Elle ne voulait pas qu'il vive une minute de plus la pauvre vie étriquée qui le cernait déjà alors que tout cela l'attendait ici."

Les chapitres se suivent et ne se ressemblent pas, chaque personnage nous livre son ressenti, ses peurs et angoisses face aux évènements. Avec un retour quelques années en arrière pour la mère. Permettant d'en apprendre beaucoup plus sur leur personnalité. La psychologie des personnages est tellement fine que cela les rend réel et attachants.

L'affirmation des penchants sexuels de Jackson est très bien décrite, ses doutes et ses peurs, sa descente en enfer pour mieux remonter et s'assumer.
"Lydia, m'a dit mon frère, tu sais le truc que les filles, elles ressentent pour les garçons.? Eh bien moi, je ressens la même chose.Je me dis que je pourrais bien me marier avec un garçon un jour."

Par amour il faut parfois savoir laisser ses enfants voler de leurs propres ailes, quitte à y laisser des plumes. C'est dur, cru mais tellement vrai ! Pour s'en sortir et sauver ses enfants il faut parfois se sauver soi-même avant... Comment affronter la vie et aider ses enfants si toi en tant que mère tu acceptes d'être maltraiter et rabaisser.
"Tout ce qu'ils avaient fait à ce moment-là, c'était à cause de son père. S'il emmenait Lydia dans les bois, c'est parce que son père les y forçait, parce que son égoïsme et sa cruauté les contraignaient à sortir de la maison. Tous ces moments de jeux ne correspondaient qu'à une illusion de liberté. Les moments où ils pendaient qu'ils maîtrisaient leur destin, c'étaient en fait ceux-là même où son père avait vraiment gagné."
Chacun des personnages va trouver sa place, trouver son chemin. La mère en s'enfuyant sait qu'elle se sauvera d'une violence de plus en plus présente, et sauvera sa fille. Jackson ne pouvant que fuir, ce père présent que pour faire peur, trouvera sa route et Lydia n'aura plus peur...
"Il en eut la certitude et il se promit en cet instants, dans la cabine du semi-remorque, au plus profond de son coeur, qu'il ne reverrait jamais son père."
Après la pluie le beau temps c'est ce que ce livre nous crie !
"On fait des choses parce qu'on croit y être obligé. Je savais que ce qu'avait dit ma grand-mère était faux. Ce n'est pas vrai qu'on reste soi-même. On n'est jamais plus soi-même. Votre coeur va se briser encore et encore et vous serez peut-être coupée de vos enfants à jamais, mais quoi qu'il arrive, une mère reste une mère"
De beaux jours à venir est un bon et beau roman, hymne à la vie, hymne à l'amour, au don de soi à l'amour familial et au refus de la violence même par amour. Un cri de rage et d'espoir.
"Mon Jack, mon Jack, mon Jackson ", et à chaque fois qu'elle prononçait son nom c'était comme une prune de la fin d'été, c'était comme de s'endormir au soleil au beau milieu de l'après midi. Debout dans la lumière, il m'a regardée. J'avais cru que ma vie était finie, mais voilà, qu'elle recommençait. Ma mère disait son nom, et il s'approchait de moi, et j'étais sa soeur.
Megan Kruse a une très belle plume et la traduction est tellement bien faite que le texte est fluide et beau.
Je n'aurais sûrement pu découvrir ce roman, si je n'avais pas posé ma candidature pour rencontrer l'auteur. Je suis encore plus impatiente d'entendre Megan Kruse parler de son livre.

Une belle leçon de vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
thegoodgirl
27 juillet 2016
Alors, oui ce n'est pas un sujet gai et léger, oui c'est triste mais malgré cela j'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman.
L'écriture est fluide et agréable, les personnages attachants et le récit soutient l'intérêt porté à cette famille maltraitée. J'ai eu envie de savoir jusqu'au bout ce qu'ils allaient devenir.
Megan Kruse raconte l'enfer familial vécu par une mère et ses enfants et aussi l'Amérique pauvre et isolée, privée d'avenir.
L'histoire est structurée par des chapitres datés et consacrés à un personnage, le narrateur change à chaque chapitre. C'est parfois déroutant et inégal car les personnages n'ont pas la même trajectoire. En même temps cela accentue la sensation de séparation des membres de cette famille, face à l'obligation de fuir ce père et mari violent.
Merci à Babelio et aux éditions Denoël pour cette découverte.
Commenter  J’apprécie          180
Beliwei
02 août 2016
"De beaux jours à venir" c'est ce que l'on espère lire pour les trois personnages qui composent la narration de cette histoire. le récit se passe en 2010 et nous remontons dans le passé à travers les souvenirs des personnages sur leur vie passée pour comprendre pourquoi ils en sont arrivés à être où ils sont. Si j'ai trouvé le début un peu long à démarrer, se perdant dans des longs paragraphes de descriptions qui nous rendent l'ensemble un peu lourd à lire, la suite prend plus de vie et on apprend à mieux connaitre les personnages et cela redonne un peu de peps à l'ensemble. Que va-t-il advenir d'eux ? C'est la question qui nous pousse à vouloir poursuivre la lecture, en se demandant toutefois s'ils finiront par être heureux car jusque là, ils n'ont pas réussi à jouir de la vie.
Il y a Amy, la mère de Jackson et Lydia, tous trois vivent avec Gary, un mari violent et un mauvais père. Amy tentera de s'enfuir plusieurs fois mais n'y parviendra pas, il les rattrape tout le temps jusqu'à cette fois où ils réussirent mais Jackson rentre retrouver son père et lui dit où elles se trouvent. A la suite de ce retour, Amy décide de partir uniquement avec Lydia. Jackson a alors 18 ans, il va pouvoir commencer sa vie et le risque qu'il les dénonce encore est trop important, elle se doit de mettre sa fille à l'abris. Chacun part de leur côté et nous suivrons alors Amy et Lydia d'un côté et Jackson de l'autre, on chemine à travers leur présent où ils tentent de s'en sortir comme ils peuvent, guider par des sentiments divers : la peur, la culpabilité, les incertitudes, la tristesse... et leur passé, ce qui nous permet de bien mieux les connaitre et de comprendre bien des choses sur ce qu'ils ressentent aujourd'hui.
Jackson se retrouve seul mais à 18 ans, il se sent capable de pouvoir vivre ainsi, de petits boulots en passant par une période sombre où faire le tapin était son seul moyen de survivre. On touche avec lui au sujet de l'acceptation de l'homosexualité dans une société et un pays où des inégalités sur le sujet varient d'un état à un autre. Jackson n'a jamais caché qu'il était gay mais ne l'a jamais annoncé haut et fort, sa situation familiale n'aidant en rien, les sentiments y étant très peu abordés.
Il a toujours été très proche de sa petite soeur Lydia, alors âgée de 13 ans, lorsque son père s'en prenait à sa mère, le mot d'ordre de cette dernière était de ne pas intervenir et de fuir pour se protéger. Il a toujours obéis mais au delà de détester son père, il en voulait à sa mère de faire perdurer cette situation qui les rendait tous malheureux.
Amy a quitté sa famille au Texas pour suivre Gary à 18 ans, tout semblait aller bien, mais à la naissance de Lydia, son mari a changé et plus rien n'est allé comme il fallait. Ils commencèrent alors à vivre avec cette peur de tous les jours qu'il soit en colère et ils apprirent à gérer son tempérament changeant entre la colère et les mots doux.
Alors est-ce que Amy a été lâche de mettre tant de temps à partir ? non elle a essayé bien des fois mais être dans sa situation n'a rien d'évident car il n'était pas tout le temps ainsi et la peur qui la tiraille dicte ses actes, son but étant de protéger ses enfants. J'ai trouvé cette femme pleine de courage et son attitude pour tenter d'épargner ses enfants des coups portés par son mari nous la rend admirable, même si le mal occasionné sur eux était tout autre.
Lydia est une jeune fille dont on apprend peu mais on la découvre à travers ses rapports avec les autres, et elle semble être plutôt intelligente, sensible et elle aime son frère plus que tout. Ses rapports avec sa mère sont étranges, une certaine distance s'est instaurée mais Amy a agit ainsi de façon à ce qu'ils se tiennent le plus éloignés possible de leur père. La colère guide une partie de ses actes, elle se refuse à être heureuse mais comment pourrait-on l'être dans ces conditions de vie ? Elle est constamment triste et cela inquiète sa mère qui s'en veut d'autant plus d'avoir du la séparer de son frère.
Avec Lydia et Amy, on se retrouve au nouveau Mexique, dans un foyer pour femmes, fuyants souvent la maltraitance, elles y resteront deux mois avant de rejoindre le Texas, chez la mère d'Amy tandis que Jackson travaille sur un chantier dans l'Idaho où il rencontre Don.
Chacun tente de refaire sa vie mais la culpabilité est le sentiment qui prédomine en chacun d'eux : Amy se reproche par exemple de n'avoir pas pu protéger ses enfants comme il se doit, Jackson s'en veut d'avoir dénoncer sa mère et sa soeur à son père et Lydia s'en veut d'être née, le moment où tout a changé. La culpabilité de ne plus être ensemble, de ne plus avoir de contact, les liens qui les unissent sont forts et fidèles et ils semblent ne pas réellement trouver le bonheur dans une vie pauvre et solitaire.
Le récit a un côté sombre car ils semblent courir après une normalité qu'ils ont du mal à atteindre, c'est désarmant de voir dans quelle tristesse ils évoluent. On découvre une Amérique profonde et loin de celle qui brille, on se retrouve dans des villes enterrées dans le fin fond de ce pays où la pauvreté régit et où les gens se contentent de peu ou alors rêvent d'évasions et de richesses.
C'est un roman qui évoque un drame familial où la maltraitance physique et mentale régissent leur vie, rien ne semble leur sourire et même loin de Gary, son ombre plane sur eux car le mal est fait et leur vie familiale a façonné leur état d'esprit. La structure du roman est fondée sur un chapitre qui concerne un des narrateurs, à une époque et dans un lieu, on passe du passé au présent, d'un personnage à un autre et à aucun moment on se dit que l'on a n'a pas envie de quitter tel ou tel moment, chaque chapitre apporte des précisions qui nous permet de mieux connaitre ces trois personnages. L'écriture de Megan Kruse est fluide et on sent bien l'implication qu'elle a mis dans ses personnages, tous sont évoqués en détails de leur enfance au moment présent.
Si j'ai eu du mal au tout début, je me suis attachée à ces personnages et j'ai aimé les accompagner vers de beaux jours dans la découverte de qui ils sont, loin de ce père despotique car on ne souhaite pas que les moments qu'ils ont vécu jusque là puissent régir le reste de leur vie. Il serait difficile de classer ce roman, qui évoque une tranche de vie d'une famille soudée dans l'adversité et qui sera se retrouver pour ce qu'il y a à venir.
Lien : http://www.livresavie.com/de..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Les critiques presse (1)
Telerama23 novembre 2016
Megan Kruse brosse le portrait intime d'une Amérique qui n'évolue guère. Proche encore de la brutalité de ses paysages.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
celdadouceldadou30 juin 2016
Et à present dans la pénombre du Starlight,Amy pensait à toutes les choses qu'à dix- huit ans elle avait abandonnées,toutes ces années auparavant - sa mère ,avec sa gentillesse et don inquiétude ; son père ,qui était rentré du Vietnam quand elle n'était qu'une toute petite fille ,mais qui n'était jamais rentré tout à fait ,en réalité ; sa meilleure amie,Jennifer ,et son vieux chien ,Sam
Commenter  J’apprécie          120
celdadouceldadou26 juillet 2016
Nous nous entraînions à la survie .Nous arrachions les feuilles d'épilobe et les mâchions jusqu'à ce qu'il ne reste dans la bouche qu'une boulette d'herbe amère .Nous trouvions des buissons de mûres et buvions à même le ruisseau.
Nous nous installions dans une vieille barque abandonnée dans les bois.
Commenter  J’apprécie          123
AudreyPoupoupidouAudreyPoupoupidou15 juillet 2016
"Mon Jack, mon Jack, mon Jackson ", et à chaque fois qu'elle prononçait son nom c'était comme une prune de la fin d'été, c'était comme de s'endormir au soleil au beau milieu de l'après midi. Debout dans la lumière, il m'a regardée. J'avais cru que ma vie était finie, mais voilà, qu'elle recommençait. Ma mère disait son nom, et il s'approchait de moi, et j'étais sa soeur.
Commenter  J’apprécie          40
sonfiljuliesuitsonfiljuliesuit22 juillet 2016
« Tout ce qu’ils avaient fait à ce moment-là, c’était à cause de son père. S’il emmenait Lydia dans les bois, c’est parce que son père les y forçait, parce que son égoïsme et sa cruauté les contraignaient à sortir de la maison. Tous ces moments de jeux ne correspondaient qu’à une illusion de liberté. Les moments où ils pendaient qu’ils maîtrisaient leur destin, c’étaient en fait ceux-là même où son père avait vraiment gagné. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sonfiljuliesuitsonfiljuliesuit22 juillet 2016
"Elle voulait autre chose pour Jackson. Elle voulait toutes les promesses lumineuses que transmettaient ces voix d'espoir, les rues chaudes et accueillantes dans lesquelles tous et toutes défilaient. Elle voulait qu'il reçoive ce qui lui était dû, que le monde s'ouvre à lui. Elle voulait lui donner tout ça, le lui offrir sur un plateau. Elle ne voulait pas qu'il vive une minute de plus la pauvre vie étriquée qui le cernait déjà alors que tout cela l'attendait ici."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Megan Kruse (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Megan Kruse
De beaux jours à venir de Megan Kruse et Héloïse Esquié aux éditions Denoël
« Je t?aime, je te déteste, je suis désolé. » Voilà l?éternelle litanie des disputes, gifles, cris et réconciliations qui a secoué l?enfance de Jackson et Lydia. Jusqu?au jour où Amy, leur mère, reçoit le coup de trop et leur demande de rassembler leurs affaires au plus vite. Cette fois, c?est sûr, ils s?en vont afin de fuir Gary, homme violent et froid. Premier arrêt au Starlight, motel crasseux qui va leur servir de refuge. Amy est décidée : plus jamais ses enfants ne verront leur père lever la main sur elle. La petite Lydia, 13 ans, affiche déjà une expression d?inquiétude constante. Son frère, Jackson, 18 ans, est un beau jeune homme, fragile et délicat. Tous les trois s?endorment sereins et soulagés, mais au petit matin, Jackson a disparu. Croyant gagner l?amour d?un père qui le rejette, il est retourné chez eux et a trahi sa mère et sa soeur en indiquant à Gary l?adresse du motel. Amy se rend alors à l?évidence : si elle veut assurer sa sécurité et celle de Lydia, elle va devoir abandonner son fils. Cette séparation brise le coeur de la petite fille, très attachée à ce frère doux et différent. Jackson, de son côté, doit désormais se débrouiller seul, tiraillé entre la recherche désespérée de l?amour paternel, sa culpabilité et sa difficulté à gérer son homosexualité naissante. de beaux jours à venir est un roman terriblement juste, touchant et sans complaisance sur la famille, les sacrifices que l?on peut faire en son nom, et leurs conséquences. Amy, Lydia et Jackson sont trois écorchés vifs, trois personnages inoubliables qui tentent de survivre, malgré les souffrances et l?abandon. Un chef-d?oeuvre où l?émotion prend à la gorge à chaque page.
Vous pouvez commander de beaux jours à venir sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
862 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .