AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809827156
224 pages
Éditeur : L'Archipel (06/11/2019)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
On la connaissait peintre : ses recueils d'aquarelle félines, du "Chat zen" aux "Quatre Saisons du chat", agrémentées de pensées issues de la sagesse orientale, ont fait le tour du monde.

On l'a découverte écrivaine grâce à un texte touchant, "Le Chat qui m'aimait", mettant en scène Healey, le chat qui lui a fait aimer les chats.

Kuen-Shan dévoile dans ce récit combien les chats, dans leur grande sagesse, l'ont aidée dans sa vie de femm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
nadiouchka
  15 décembre 2019

# Rentrée littéraire 2019
🐱 💕🐱 💕🐱 💕🐱💕 🐱 💕
Ayant déjà un certain nombre de livres sur les chats (ils sont une si grande source d'informations et d'observations), j'ai hésité à participer à cette Masse Critique Babelio et je me suis, finalement, résolue à la tenter mais avec un seul livre car il concerne les chats : « Les 8 bonheurs du chat » de Kwong Kuen-Shan.🐱
Par chance, je l'ai reçu (un vendredi 13), et cela me remémore ma vie avec mon chat, qui a du « partir au Paradis », en juillet dernier. Toujours très touchée par cette disparition, cette absence, ce vide affectif, c'est la raison pour laquelle j'ai hésité. Et puis je me suis dit que je lui rendrais ainsi un autre hommage, comme je l'ai fait le 1er novembre dernier, avec « 20 ans avec mon chat » de Mayumi Ibana (écrivaine japonaise).
Je connaissais déjà Kwong Kuen-Shan, 😉 avec son livre « Le chat qui m'aimait » (un autre livre émouvant et pour lequel j'avais écrit une petite chronique- hommage) et elle y parlait surtout de son chat Healey qu'elle évoque ici aussi, de temps en temps.
L'auteure se présente ainsi  : «La grande question.
Beaucoup d'auteurs déclarent : « Ce livre ne parle pas de moi.
Pourtant, il est évident que tous les livres parlent de leur auteur, dans une certaine mesure. En ce qui me concerne, je déclare ouvertement que ce livre parle de moi, en grande partie. (…) Chinoise de naissance, j'ai grandi dans la ville capitaliste de Hong Kong, je viens d'une famille nombreuse. » (p.25/26). Puis :
« Vous lisez ce livre, n'est-ce-pas ? J'en déduis que vous êtes éduqué et cultivé. Avoir de l'éducation est déjà une bénédiction. » (p.10)
Donc, avec sa bénédiction, nous passons à l'histoire elle-même :
L'ouvrage est composé de plusieurs petites nouvelles (vingt-neuf), mais la trame est LE chat. Cela fait que le récit, malgré tout, concerne sa vie personnelle, avec son mari et des anecdotes, surtout pour le chat Joseph.
Le premier chapitre (ne vous inquiétez pas, je ne vais pas tous les citer), a pour titre « Les huit bénédictions«. 
« Dans la tradition chinoise, le chiffre 8 porte chance en raison de sa sonorité. En pinyin, 8 sonne comme le mot baa. Ces deux termes signifient prospérer, rapporter de l'argent, faire de bonnes affaires et vivre dans l'abondance.
En mettant deux 8 côte à côte, on obtient 88, qui ressemble au caractère chinois 重喜, lequel signifie « double joie ». (p.9)
Et pour elle, avoir un chat fait partie d'une bénédiction : « N'est-ce pas une bénédiction que d'avoir quelques chats comme amis fidèles ? Même si je ne serais pas contre avoir un peu d'or et d'argent, dont je ferais certainement bon usage ».
Durant sa vie, elle a eu de nombreuses occasions de rencontrer des chats, mais elle en a eu longtemps une phobie, dont, heureusement, elle a réussi à s'en débarrasser. de plus, ces huit bénédictions « se sont transformées en véritables leçons de vie. » Les chats lui ont appris tant de choses !
En évoquant Healey (le chat qui avait réussi à lui faire aimer ses congénères) et qui, malheureusement, était « parti », emporté par une maladie incurable, Kwong Kuen-Shan pense que ses bénédictions continuent à agir sur elle. Et pendant qu'elle écrit cet ouvrage, c'est Joseph (qui en est à sa vingt-et-une énième année), qui est à ses côtés.
Elle parle ainsi de tout ce qui la touche – ses souvenirs (gais ou tristes) – sa vie avec son époux Chris, qui a voulu changer de carrière, du tout au tout. C'est ainsi qu'ils sont partis au Pays de Galles, mais Hong Kong était toujours présente à son esprit : « Hong Kong coule dans mes veines, c'est là qu'habite mon coeur. J'y retourne chaque année pour la voir, la respirer, la vivre. Tel le visage d'une personne aimée, Hong Kong me rappelle d'heureux souvenirs. Je me souviendrai toujours de son beau visage. Je suis une fille de Hong Kong. Une grande part de mon identité a ses racines là-bas. Lors d'une de nos nombreuses visites sur place, je fis ma première rencontre avec les chats de Hong Kong. » (p.177)
L'ouvrage est parsemé de nombreux dessins ou aquarelles : la couverture est même une reproduction de l'une d'entre elles, effectuée par l'auteure, et quelle jolie couverture ! Elle m'avait vraiment attirée.
On trouve également de nombreux poèmes – de citations et de proverbes chinois – décidément un très beau livre, un petit bijou dans sa conception .
C'est un ouvrage vraiment très émouvant, surtout que je me suis un peu retrouvée dans la peau de l'auteure avec mon propre vécu pour mon petit « félin domestique », et qui est « parti », lui aussi, emporté brutalement par une maladie foudroyante et incurable.
J'ai aimé la « Lettre ouverte aux chats » (p.20), car l'auteure s'y adresse à eux en tant que personnes : « LETTRE OUVERTE
Chers chats,
Par cette lettre, je vous déclare à tous solennellement mon amour en tant que créatures amies sur cette planète. Nous marchons sur la même terre et respirons le même air. de là-haut, le soleil, la lune et les étoiles nous considèrent comme égaux »
Comment ne pas « craquer » devant cette démarche ?
Il est vrai qu'elle parle à Joseph et que celui-ci lui répond (à sa façon. Mais son mot préféré est « man-ger »….) et autres phrases que l'on trouvera dans des citations.
Malheureusement, et on ne peut pas y échapper, se pose la question douloureuse de la courte vie des animaux de nos petits compagnons : « Les amoureux des chats et des chiens sont confrontés à la souffrance du deuil. Ils savent qu'aimer signifie être capable de lâcher prise le moment venu. Un jour, leur ami s'en va et, comme moi, ils voudront en conserver le souvenir affectueux en imagination, avec quelques rêves en supplément ». (p.210) 💕
Pour ma part, mon joli matou est toujours présent dans mon coeur, dans mon esprit, et comme Healey, Joseph, il m'accompagnera toujours. C'est un gros point commun que j'ai donc avec l'écrivaine et c'est la raison pour laquelle j'ai été aussi sensible à son récit. Mais je ne suis pas la seule, heureusement, car si l'on aime les animaux, les perdre est une terrible expérience.
Je voudrais également signaler que Kwong-Kuen-Shan a écrit « Les 8 bonheurs du chat » avec une plume très sensible, poétique et son livre est une véritable « ode à ces félins. »
Je termine ma critique par ces phrases de l'auteure : « Une dernière chose. Permettez-moi de partager avec vous ces quelques vers :
La vie flotte comme un rêve ;
Qui n'est pas en transit ?
Là où vous trouvez paix et confort
Est votre maison. »
*****
Nota personnel : je n'ai pas raconté le livre, loin de là - je n'ai fait que donner certaines indications, car c'est un livre vraiment à découvrir et à admirer. 📚 👍
*****
Je remercie Babelio pour ce livre #Les8BonheursDuChat de #KwongKuen-Shan. Je remercie également, particulièrement, les #EditionsArchipel qui ont participé à l'envoi. Et un grand merci à #MylènePagnat pour sa gentille carte d'accompagnement avec le mignon petit agenda qui était joint. 😍 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          298
vrovro7
  29 décembre 2019
Par le biais de ce livre artistique, l'auteure signe une magnifique dédicace aux chats qui l'accompagnent ou qui l'ont accompagné. Plus largement, c'est la philosophie de vie transmise par les félins qui est mise à l'honneur et illustrée par les aquarelles de l'auteure elle-même.
Pour mettre en lumière les bénéfices de la compagnie de chats, Kwong KUEN-SHAN nous livre un récit autobiographique. Elle évoque les différents pans de sa vie en filtrant ses émotions à la manière de ses fidèles compagnons.
Plutôt qu'un fil conducteur, elle découpe son histoire en thèmes, qui lui permettent de faire ce travail d'introspection. Certes, un manque de dynamisme peut parfois se faire ressentir. Mais c'est reposant aussi !
Beaucoup de sérénité et de sagesse se dégagent de ce témoignage émouvant, qui présente également l'avantage d'être une mine d'informations sur la culture asiatique.
Commenter  J’apprécie          230
Bazart
  03 janvier 2020
On continue à parler chat et sérénité pour ce début d'année après quelques mots hier sur le beau roman graphique italien d'Eloisa Scichilone .
Ici, avec le recueil les 8 bonheurs du chatKwong Kuen Shan on est dans une approche moins réaliste et plus métaphysique des félidés.
Il faut savoir qu'en Chine, le chat est le symbole même du Tao; philosophie de vie très courante et le Tao confère aux chats une sagesse, un mystère insondable, et une âme intellectuelle proprement humaine.
On peut ne pas être totalement en accord avec cette approche du chat philosophe, on ne pourra, surtout si on adore les chats comme nous être touché par ce recueil de presque trente récits qui place le chat à chaque fois en son centre
Ce recueil de Kwong Kuen Shan, artiste complète, présente plusieurs récits autobiographiques, sur la vie personnelle de l'autrice. et l 'ouvrage est également parsemé de nombreux dessins ou aquarelles : la couverture est même une reproduction de l'une d'entre elles, effectuée par l'auteure, et elle est magnifique. ...suite sur le blog
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
luthien
  02 janvier 2020
Cela fait un moment que je regarde les livres de Kwong Kuen Shan en magasin, attirée par les jolies couvertures. Les belles illustrations et les messages simples de l'intérieur me plaisaient aussi sans que je ne franchisse le pas. J'ai finalement eu l'occasion de découvrir cette autrice hongkongaise avec ce livre qui est différent des autres puisque celui-ci présente plusieurs récits autobiographiques. le livre est composé de 29 récits mettant le chat au centre tout en parlant aussi de la vie personnelle de l'autrice. En effet, à travers ses récits, elle nous livre des anecdotes sur sa vie avec son mari, ses proches, et surtout ses chats. Elle nous raconte ses souvenirs, de jolies rencontres avec des chats sauvages ou domestiques, des amitiés fortes, tout en nous faisant part de ses leçons de vie. Ses textes sont accompagnés d'aquarelle réalisées spécialement pour ce livre. Elles peuvent prendre un petit morceau de la page comme une page pleine. Elles présentent des rendus différents mais elles sont toutes très jolies. J'ai une préférence pour l'image de couverture et les quatre aquarelles consécutives représentant les quatre saisons. Diverses citations de poèmes ou de proverbes chinois parsèment aussi ce livre, le lecteur sent son amour pour la littérature classique chinoise. Kwong Kuen Shan possède une très jolie plume pour nous conter quelques instants de sa vie et son amour pour les chats dans ce très beau livre. Je découvrirai ses autres écrits/peintures avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   21 décembre 2019
Quelque part entre le ciel et la terre, dans le silence et le vide,
Une vie est née.
Une boule de poils, aveugle et sourde, se tient à peine debout.
Elle tâtonne vers sa mère en quête de nourriture et de chaleur.
Bientôt elle voit, entend, joue, apprend et grandit.
Elle devient un guerrier, un tueur en maraude à travers champs.
Silencieuse, furtive et solitaire, elle ne trahit rien ;
Seuls ses grands yeux portent l’ombre de son illustre lignée et de son passé tumultueux.
Elle accepte avec sagesse les offrandes de la vie
Et répond aussi bien qu’elle le peut
A chaque tribulation que le sort jette sur son chemin.
(…)
Elle ignore la chance et la malchance.
Peut lui chaut d’avoir un nom.
Les gens l’appellent Chat.
Pur désir d’un monde meilleur, je l’appelle Cool.
Je l’appelle Cool Chat.
P.180/181
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
nadiouchkanadiouchka   22 décembre 2019
J’ai été transformée en fervente amoureuse des chats par deux chats et demi : Healey et Joseph, la moitié restante étant Rocco, frère de Joseph. Rocco m’a plaquée à deux ans – son âge, pas le mien. En partant, il a emporté avec lui un morceau de moi, et je ne vous dirai pas lequel. Mais c’était il y a bien longtemps déjà.
Ce curieux événement a été une énorme leçon pour moi. Il m’a appris que vous autres chats êtes capables d’amour. Oui, d’AMOUR !
P.21
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
nadiouchkanadiouchka   29 décembre 2019
Doté d’une stature parfaite, d’un physique robuste et d’un esprit vif, Joseph mena une longue vie insouciante à l’âge adulte.
Et puis, un jour, il devint vieux. Oh, pourquoi les chats doivent-ils vieillir ?
Le guerrier prit sa retraite. (…) Joseph le retraité est devenu plus serein, mais n’est pas soumis pour autant. (…)
- Je t’aime, Jojo.
- Tu me l’as déjà dit plusieurs fois ce matin, répond-il avec un grand point d’interrogation dans les yeux.
Je continuerai quand même de le lui dire, au cas où. P.202
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
BazartBazart   03 janvier 2020
Prendre une tasse de thé dans le jardin et regarder les chats jouer,
s’ébattre, humer les fleurs, poursuivre les papillons, ou juste s’étirer au soleil,
méditer ou somnoler. Ils savent instinctivement quand jouer, se reposer et se
détendre. À l’inverse de beaucoup d’entre nous, ils ne se laissent pas envahir
par la distraction.
J’adore les regarder jouer et se reposer. Cela me détend. J’ai appris que les
moments où nous avons le plus besoin de nous détendre sont justement
ceux où la pression monte sans nous laisser ce temps de répit. Se détendre,
c’est se mettre en harmonie avec le rythme naturel de son corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadiouchkanadiouchka   15 décembre 2019
J’aimerais aller plus loin (…) avec un passage du classique chinois Tao Te King, par Lao Tse. Voici ce qu’il dit :
J’applique trois principes chers à mon cœur.
Le premier est d’être gentil ; le deuxième ; d’être frugal ; le troisième, d’être humble.
La gentillesse me permet d’être courageux, la frugalité, d’être généreux, l’humilité, de prendre les rênes.
P.149
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : aquarelleVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1023 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre