AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253019657
Le Livre de Poche (31/01/1996)
3.48/5   91 notes
Résumé :
"Je ne veux pas mourir sans avoir fait l'amour et la Résistance" voilà ce qui obsède le jeune Jacques au moment où la Seconde Guerre mondiale éclate. Tandis que son frère aîné et son père s'enrôlent dans les maquis communistes, l'adolescent se débat entre un passé douloureux, un présent décevant et un futur incertain. Lui, le petit Juif, le "rouquin" veut sa part de bonheur... Dans ce texte, Jacques Lanzmann - célèbre comme romancier et comme parolier (notamment de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
1967fleurs
  13 mai 2017
Que dire de cette lecture achetée dans une foire aux livres, j'ai hésité pourtant bien mis en évidence sur un présentoir. Il était comme neuf, je n'avais pas l'impression qu'il avait déjà été lu….
Dans le doute, il faut choisir d'être fidèle, alors je l'ai pris afin qu'il ne se retrouve pas abandonné « le tétard »…
J'ai aimé cette couverture, Jacques Lanzmann cela me parlait et puis les premiers mots du livre m'ont fait sourire « j'avais quinze ans et je ne voulais pas mourir sans avoir fait l'amour et la Résistance, mais c'était bien plus facile de tuer un soldat allemand qu'une obsession sexuelle ».
L'auteur nous raconte pourtant avec humour et gravité son enfance, son adolescence, où il va trinquer et on se demande comme il va pouvoir vivre comme cela avec ce cortège de brutalités, de vices, de rejets, sans se fracasser, comme un verre brisé.
Je commence à lire et ses premiers mots me frappent, me percutent, me font sourire, ah une larme coule… mince je m'y attendais pas… Il a été aimé avec les coups, les humiliations, la cruauté, on se croit chez les Tenardier… "enfin chez les Tavernier, j'avais souffert de quoi au juste ? d'un peu de tout et de tout à fond : poil, coeur, sexe, religion, terreur vitale et péché mortel. "
Dès le ventre de sa mère, son père s'emploie à le dorloter en utilisant tous les moyens de l'époque pour arrêter cette grossesse.. un enfant de trop… Jacquot nait rouquin et de surcroit juif…
Il sera témoin avec son frère Claude, sa soeur Evelyne de la folie de ses parents, de leurs violences conjugales qui ressurgissent sur eux, mais surtout sur lui. On est aux abords de la guerre, la tension monte. Sa mère les abandonne. Il sera séparé de la fratrie, ira dans plusieurs pensions où il sera particulièrement maltraité, puis chez ses grands-parents, où il ne sera pas non plus choyé, il finira vacher, loué par son père… une vie de paysan, de misère, rude, âpre…
Pourtant Jacquot, il aspire au bonheur et ne quitte pas cette idée, il l'a mis dans sa poche en réserve...Il donnerait cher pour être aimé des siens. Il a une profonde affection pour son frère Claude et sa soeur Evelyne et quand il le peut, les retrouvailles sont toujours pleines d'émotions. Il a toujours au fond de lui cette envie irrépressible de connaitre l'amour charnel et de rentrer en Résistance.
Alors à travers toutes ces années, il va faire des bonnes et mauvaises rencontres, observer le monde des adultes par le trou de la serrure et il nous le partage avec beaucoup de tendresse, d'images, de drôlerie ces premiers émois d'adolescent. Il découvre aussi les moeurs de l'époque où on ne se prive pas de batifoler sans retenue, sans moralité….
Il rentre en résistance avec son père et son frère, mais il ne trouve pas sa place. Pour s'échapper du joug familial , il les quitte, pour construire et sauver sa vie.... avec beaucoup de courage et de ténacité, il échappera seul à la fusillade.
« Moi mon vaccin c'est de penser au bonheur de mes vingt ans, je voyais toujours la même image devant mes yeux extasiés : un homme, moi, une femme, la mienne….(…) grâce à cette vision de ma vie en matériau simple, ô combien… je me suis sans cesse reconstruit quand j'étais écroulé. »
Jacquot, libre, « il avait pris le soleil à travers la passoire », ce soleil là il l'a jamais perdu et il nous le transmet encore de là haut….ce « Chevalier de la Légion d'honneur », parolier, humoriste, auteur, poète…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5112
lecassin
  12 juillet 2012
Fils d'immigrés juifs ashkénazes , Jacques Lanzmann aura fait un peu tous les métiers : valet de ferme, soudeur, peintre en bâtiment… Créateur le la revue « Lui », parolier des plus grands succès de Jacques Dutronc, il entre en littérature en 1954 avec « La glace est rompue », publié grâce à l'appui de Simone de Beauvoir qu'il avait rencontrée dans le sillage de son frère , Claude Lanzmann, réalisateur du film « Shoah »...

« le têtard », c'est Jacques Lanzmann, bien sûr...
Au début de l'histoire – difficile d'appeler ça un roman tant on reconnaît l'auteur lui-même – le narrateur semble avoir six sept ans. Une histoire qui finira alors qu'il a en gros quatorze quinze ans…En fait, l'enfance de Jacques Lanzmann vue par l'auteur lui-même à l'entrée de l'âge mûr, à peine romancée…
Et quelle enfance : parents divorcés, sa belle mère le déteste, il est roux, un vrai Poil de Carotte à la Jules Renard, il est juif… Et la guerre approche… avec son cortège d'infamies.
Certes, le thème n'est pas neuf. Mais sous la plume alerte et tellement imagée de Jacques Lanzmann… un régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
zabeth55
  05 février 2012
Une tendresse toute particulière pour Lanzmann et tous ses livres.
Commenter  J’apprécie          60
remygrenier
  13 janvier 2019
Mes dix mots inspirés par cette lecture : Terroir - Humour - Ironie - Obsession - Fratrie - Violence familiale - Résistance - Enfance - Sexualité - Destin
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
1967fleurs1967fleurs   12 mai 2017
Comme il me fallait rattraper tout ce temps perdu où j'avais souffert de ma naïveté et de la certitude des grands, je me suis mis à courir après le bonheur pour me fourrer le coeur dans la poche. Ce bonheur, je me le suis gardé sous la main et je l'ai senti bouger et je l'ai serré jusqu'à l'étouffer pour qu'il ne s' en aille pas.
Commenter  J’apprécie          354
lecassinlecassin   12 juillet 2012
On l'appelait le Têtard
Car il était dans la vie
Comme un têtard dans une mare
Il nageait et plongeait
Coups de queue coups de tête
Coups du sort coups du cœur

Mais surtout mais surtout
Il ne voulait pas mourir
Sans avoir fait l'amour
Mais surtout mais surtout
Il avait pour l'amour
L'intention d'en mourir
Commenter  J’apprécie          90
1967fleurs1967fleurs   12 mai 2017
J'aurais donné dix ans de ma vie pour un peu d'amour et dans ce train qui m'amenait une fois par mois vers les miens, il, m'arrivait de provoquer le sourire d'un étranger et d'en être inondé de bonheur.
Commenter  J’apprécie          120
1967fleurs1967fleurs   12 mai 2017
Des insultes pour les rouquins, il y en a des tas...Etre rouquin c'est pas normal, c'est comme être juif moi j'étais les deux [....]

Pour tout le monde, "j'avais pris le soleil à travers la passoire" et c'était déjà pas mal.
Commenter  J’apprécie          90
remygrenierremygrenier   13 janvier 2019
" Dis donc, mon gars, j'espère que t'as pas engrossé la Duchesse. " Je crois même avoir ri de cette pensée mais, quelques temps plus tard, la pensée s'était mise à me déborder : " Dis donc, mon gars, si la Duchesse est grosse, le veau il va te ressembler. " Alors j'ai vu le veau sortir. C'était un Salers comme sa mère, il avait bien quatre pattes, le veau, mais il avait aussi ma tête, avec mes yeux, mon nez, mes cheveux rouges et mes taches de rousseur.
C'était sûrement écrit quelque part dans le ciel que le bonheur et moi on ne pouvait pas rester longtemps ensemble, parce que l'angoisse d'avoir un veau pour fils m'empêchait à nouveau de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Jacques Lanzmann (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Lanzmann
Thierry Ardisson débute l'interview en évoquant la carrière de peintre de Jacques Lanzmann (peu de gens le savent).Très vite il a été reconnu en tant que bon jeune peintre, mais il n'arrivait pas à s'exprimer. Finalement, il a préféré arrêter à cause d'envies suicidaires.Ensuite, Jacques Lanzmann parle de son dernier livre "Les guerillons". Il évoque sa judaïté et le problème palestinien.Au cours de "l'interview up and down", Jacques Lanzmann parle de la télévision (ses émissions préférées et détestées) , du plus grand moment et du plus mauvais moment de sa vie, et ce qu'il préfère et déteste en lui.
+ Lire la suite
autres livres classés : antisémitismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1317 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre