AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081314986
267 pages
Éditeur : Flammarion (20/05/2015)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Les philosophes ne traitent jamais de la course à pied ; déjà les Grecs faisaient l’éloge de la tortue marcheuse, mais disqualifiaient le vaillant Achille, pris dans la folie de ses enjambées… L’auteur, coureur de fond lui-même, s’oppose ici à cette tradition : en autant de textes qu’il y a de kilomètres au marathon, il va à la rencontre des millions de joggers qui ignorent parfois leur propre sagesse. Il brosse pour cela de nombreux portraits, de Guy Drut aux fuyar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Kundun06
  14 janvier 2021
Le coureur que je suis devenu a observé un petit peu de l'énorme diversité du monde, son inépuisable variété : je sais que ce monde est un vaste réservoir d'opinions divergentes et qu'aucune n'est plus vraie qu'une autre, bien que toutes, probablement, prétendent l'être. Mais qu'importe, après tout !
Quand on a la chance de réaliser que la vie à d'autres couleurs que celle qu'on lui connaissait, on ne peut plus voir le monde de la même façon, la découverte de l'ailleurs peut donc constituer une révélation bouleversante pour celui qui à beaucoup couru, puisqu'il se sent plus libre que la moyenne des gens. Mais, c'est à l'étape que le travail commence. le coureur cherche à donner du poids et du sens au dialogue avec les autres, et dans le même état d'esprit, il lui faut entretenir aussi un dialogue avec lui-même, considéré comme un autre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2017
Dans le petit monde grec des premiers philosophes, l’Ami, l’Amoureux, le Concurrent, le Rival équivalent à de telles déterminations : ce ne sont pas des incarnations exemplaires de problèmes philosophiques, plutôt des personnages qui peuplent le théâtre philosophique, lui donnent une contenance propre. Aussi, quand Platon se demandera, dans le Politique, qui peut gouverner la cité, il fait surgir un monde de rivaux qui n’appartiennent qu’au théâtre de la pensée. Ils sont nombreux à vouloir se présenter ainsi au service des hommes : du fermier qui les nourrit au médecin qui les soigne, en passant par le soldat qui les protège, différentes personnes surgissent qui entendent affirmer, selon un point de vue bien particulier, ce qu’est le bien de la cité. Il reste que ces personnes sont, pour Deleuze et Guattari, des êtres de papier, tout un peuple de la pensée, explicitant les concepts que le philosophe formule à haute voix et qui n’ont pas forcément vocation à exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2017
En Amérique, tout le monde court ou presque. Vus de loin, les coureurs ressemblent à des êtres insensibles dont aucun sortilège extérieur ne pourra annuler les errances sur le bitume qu’ils ont programmées. Cela pourrait ressembler à une pensée de l’après-catastrophe. De nouveaux chevaliers parcourent les routes dans tous les sens et rien ne les arrête, ils sont pour ainsi dire invulnérables. C’est la vision du film Blade Runner ajustée par Baudrillard aux images de New York lors de son voyage américain : « Les milliers d’hommes seuls qui courent chacun pour soi, sans égard aux autres, avec dans leur tête le fluide stéréophonique qui s’écoule dans leur regard, ça, c’est l’univers de Blade Runner, c’est l’univers d’après la catastrophe. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2017
L’essentiel est de cheminer en soi. Et toutes les spiritualités l’affirment : pour vivre en soi, il faut vivre au-dehors. L’intériorité se conquiert par l’extériorité.
L’errant est un troisième genre de marcheur. Ce qui motive sa marche, c’est d’en finir avec un espace en rapport à des pratiques de société, de sociabilité. L’errant est quelqu’un qui n’en peut plus : il n’appartient jamais à la loi d’un milieu et régulièrement, le fait d’être ici lui apparaît comme insupportable. Il faut en finir avec ces compressions d’espaces, et viendra le moment où la déclaration de guerre contre l’étouffement dans les frontières sera furtivement prononcée par un raid forcené et souvent brutal pour se tirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2017
L’homme qui court en levant la main pour saluer le stade n’est plus vraiment quelqu’un, c’est une fantaisie mobile que d’aucuns chercheront à transformer en intensificateur national. Les mots d’ordre se multiplient. On entend un speaker : « Le rapprochement économique, politique et culturel de l’URSS et de la Tchécoslovaquie consolidera toujours le puissant camp du socialisme démocratique. Il sert la lutte commune de toute l’humanité progressiste pour la paix et la démocratie contre les Anglo-Américains responsables de cette nouvelle guerre mondiale. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2017
Ouvrir un livre de philosophie, c’est faire l’expérience de la lenteur, du surplace, du voyage immobile ou presque. On marche beaucoup chez les philosophes et, en tant que lecteur, on avance pas à pas. C’est comme si nous étions des explorateurs qui avions à nous frayer un chemin dans la forêt vierge, une machette à la main. Peu à peu, un chemin émerge, et si personne ne sait à l’avance où il va, il devient, à force de persévérance, un cap de bonne espérance. La philosophie a toujours été ressentie, analysée comme une épreuve de lenteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Guillaume Le Blanc (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Le Blanc
Guillaume le Blanc en conversation avec Joseph Cohen.
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
332 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre