AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757857366
422 pages
Éditeur : Points (12/05/2016)

Note moyenne : 2.68/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Les capitaines Schmidt et Cousin le savent : Valles, leur ancien collègue, à pété les plombs. Tragédie personnelle et fragilité psychologique.
Pourtant qui mieux que lui pourrait résoudre le meurtre de cette jeune bordelaise ?
Infiltré pour la bonne cause au coeur d'une secte, Valles marché sur des oeufs et des cadavres. Manipulation, paranoïa, la danse risque d'être corsé.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  28 septembre 2016
A Bordeaux, Henri Vallès végète dans son studio minable, rendu fou par un drame personnel. L'ancien flic tente pourtant de remonter la pente avec l'aide de son psychothérapeute, le docteur Frude. Mais les séquelles sont graves et Vallès a encore du mal à démêler le vrai du faux dans ses cauchemars, hallucinations et autres pensées néfastes. Son précaire équilibre est mis à mal le jour où il est contacté par les services secrets qui lui demandent d'infiltrer une secte pour y démasquer le tueur de la jeune Elise Dulac. Peu enclin à reprendre du service, Vallès se ravise lorsqu'il trouve le corps de Frude, froidement abattu. Son médecin s'intéressait de près à la secte...Et la belle Edmonde, étudiante en lettres et secrétaire du psy n'est pas étrangère à sa décision. Inexorablement attiré par la jeune fille, Vallès se jette à corps perdu dans son enquête, pour le plaisir de la revoir.
Mon Dieu qu'il faut du courage pour venir à bout de ce roman qui tient plus du pastiche que du polar véritable. le début est pourtant prometteur. Très vite, on se plaît en la compagnie de cet Henri Vallès, qualifié de fou par sa hiérarhie et par le corps médical. Totalement déjanté, la libido exacerbée, il manie, en plus, la langue française avec brio dans un parler totalement anachronique mais fort divertissant. Malheureusement, on finit par se lasser de ses envolées lyriques et de son sexe constamment en alerte, tout comme de l'intrigue policière alambiquée au possible. Une secte machiavélique, des flics qui le sont tout autant, un complot ''politico-économico-médico'' et tant d'autres choses encore et un héros fêlé et paranoïaque, toujours sur une corde aussi raide que son membre qui reste vaillant même dans les situations les plus périlleuses.
A lire comme une parodie, bien écrite mais épuisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
JIEMDE
  17 juillet 2016
"Non merci pas pour moi !" comme disait Dalida...
Je referme avec soulagement ce polar-pavé loufoque qui ravira sans doute - et tant mieux - d'autres lecteurs et notamment mes co-jurés du Prix du meilleur polar Points 2016, mais ma lecture fut fastidieuse.
Pas tant pour l'histoire de cet ex-flic paumé, dérangé et libidineux, Henri Vallès, embarqué dans un coup monté qui le dépasse sur fond de complot politico-sectaire. L'ensemble est une succession d'incohérences mais si l'on adopte le parti-pris du second (ou 3e, 4e, voire au-delà) degré et que l'on considère que Tango Parano est une forme de pastiche de polar où les caricatures s'enfilent, alors pourquoi pas. Il y a même plusieurs passages assez drôles et où la langue est bien maniée.
Mais en fait, ce qui m'a le plus dérangé tient dans la longueur et dans le style.
"C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases". Après Dalida, j'ose le grand écart et en appelle à Audiard. Que c'est long ! Tirant parfois - souvent - à la ligne avec un nombre de passages "de transition" n'apportant rien à l'intrigue et très peu à l'atmosphère ou à la compréhension de la personnalité de Vallès. Certaines phrases font des lignes et des lignes, comme autant d'exercices de styles, qui finissent par devenir lassants.
Idem côté style. le Corre nous dit (page 112) : "On me pardonnera sans doute l'abus de métaphores". Oui, bien sûr, je pardonne. Sauf qu'elles sont omniprésentes. Drôles parfois, intrigantes au début, elles deviennent vite rébarbatives et on a envie de crier à l'auteur "Pitié, une phrase toute simple SVP...". de même, l'usage systématique du passé simple et de l'imparfait du subjonctif ne rend pas la lecture agréable, loin s'en faut.
J'avais gardé un meilleur souvenir d'Hervé le Corre lors de ma lecture d'Après la guerre, même si déjà, quelques longueurs inutiles m'avaient gênées. Tango Parano est une oeuvre plus ancienne de l'auteur, écrite en 2005, initialement publiée chez un éditeur régional aquitain et rééditée chez Points ce qui lui permettra, n'en doutons pas, de toucher un public plus large.
Un dernier point positif pour finir : l'amour de Bordeaux que l'on sent chez l'auteur tout au long du livre. Hervé le Corre ne tombe pas dans le piège des longues descriptions quasi-touristiques de sa ville de coeur, mais nous en distille l'atmosphère petit à petit, nous la rendant particulièrement attachante. Bravo pour cela !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Kirsikka
  29 octobre 2018
Où Hervé Le Corre démontre qu'il peut aussi être très drôle. J'ai pensé à Cadres noirs de Pierre Lemaître, pour l'absurde obstination d'Henri Vallès, cette façon d'être à côté de la plaque mais lucide, et puis cette rébellion contre tous ceux qui le prennent pour un pion gênant. Une sorte de Journal d'un fou convaincant, perdant magnifique entre désespoir, autodérision, entêtement malgré tout, et enfin un début de guérison.

Commenter  J’apprécie          150
chriskorchi
  03 octobre 2016
L'HISTOIRE
" le tango ? Sait-on jamais avec qui on le danse ? Qui a écrit la partition ? Qui la joue ? Méfiance... Tango, parano. Ça rime à quoi ? " Vallès, un ex-flic mis au vert après avoir pété les plombs, est contacté par les services spéciaux pour tirer au clair le meurtre d'une jeune Bordelaise de bonne famille. Il infiltre une secte richissime, dont les rapports avec l'État s'avèrent complexes. Peu à peu, il se rend compte qu'il est utilisé bien malgré lui dans des joutes de pouvoir au sommet. Une série de situations rocambolesques commence alors pour Vallès, qui cherche tant bien que mal à préserver son indépendance d'esprit.
MON RESSENTI
C'est un polar, mais pas seulement, j'ai bien aimé ce personnage d'ex-flic en reconstruction, paumé, tout du moins au début du roman. C'est intéressant de ne pas nous mettre un super flic et de travailler ce personnage qui est plus humain. Sa vie n'est pas au top quand les services secrets l'appellent afin qu'il infiltre une secte. le début est très bien, on rentre dedans facilement, malheureusement après ça vire un peu à la parodie, à la pastiche et ça surprend le lecteur qui doit s'habituer à ce changement. Beaucoup de caricatures, le flic qui ne pense qu'avec son pénis c'est du vu et du re-revu et ça n'apporte rien à l'histoire. C'est trop dommage, car il y a un style dans l'écriture, l'auteur sait même bien manier la langue à coups de métaphores et autres figures de styles que les passionnés de langue française apprécieront. Les phrases sont très longues, trop longues et on voudrait plus de simplicité, ce qui commençait comme une lecture sympa dans le premier tiers du polar s'est avérée au final plutôt pénible.
Par contre, la ville de Bordeaux est bien représentée et on a envie d'aller y faire un tour. Je suis un peu dubitative, je ne comprends pas bien pourquoi l'auteur s'est engouffré dans ce méli-mélo. J'ai eu bien du mal à le finir et vu tout ce que j'ai à lire , ce n'est que par acquit de conscience que je l'ai terminé. Je ne connaissais l'auteur que de nom et là c'est clair que ça ne m'a pas donné envie d'en lire davantage et de découvrir son oeuvre.
VERDICT
Je suis passée à côté pourtant je n'ai rien contre les pastiches et la parodie, mais là c'est mal fait ! À lire si vous n'avez vraiment pas d'autres choix, sinon passez votre chemin il y a tant de livres sympas actuellement.

Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
SophieLesBasBleus
  16 juillet 2016
Quel régal ce roman ! Une intrigue tellement emberlificotée que je renonce à la résumer. Des personnages déjantés dont la folie masque (bien mal) des fêlures profondes et qui en deviennent très émouvants. Une construction façon engrenage machiavélique qui balade le lecteur sans jamais le perdre. Un humour qui joue avec bonheur sur tous les registres. Et une écriture, ah !!! Une écriture jouissive, jubilatoire qui manie l'imparfait du subjonctif, l'accumulation de propositions et le vocabulaire le plus précieux aussi bien que le style familier et l'argot avec une cohérence narrative absolument impressionnante !
Ancien flic devenu "fou comme trente-six lapins" depuis la mort de sa femme et de sa fille, Henri Vallès est mis à contribution par d'étranges services secrets afin de démasquer les dérives financières d'une secte. Voilà le point de départ... mais entre les fausses morts, les vraies trahisons, les délires hallucinatoires et les obsessions sexuelles du héros-narrateur, on abandonne vite l'idée d'anticiper sur les possibles rebondissements de l'intrigue ! le roman, c'est Henri Vallès et ses sublimes envolées langagières ! Henri Vallès qui ne comprend pas plus que le lecteur (plutôt moins même) le sens des évènements et qui les interprète au filtre de sa folie, parfois trouée d'éclats de lucidité. Sa manière imagée de rendre compte du monde, de la réalité et de ses désirs libidineux est pleine de trouvailles lyriques, poétiques, emphatiques, libertines... Un festival !!
Ce roman c'est de la très haute voltige ! Une acrobatie pétillante qui m'a laissée le souffle coupé, avec du rire mais aussi de la tendresse pour ces personnages cabossés, malmenés qu' Hervé le Corre traite sans aucune désinvolture ni condescendance. Un Tango endiablé ! Éblouissant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LutvicLutvic   28 décembre 2019
Il est dans l'existence des moments où l'on se met à douter de la réalité des événements, des êtres, des choses. Des moments qui flottent dans l'incertitude, qui, funambules légers, courent sur le fil instable qu'est notre âme, menaçant tout à tour de s'abîmer dans les gouffres visqueux de la folie, du haut de leur petit vélo sans pneu lancé à vive allure alors que les yeux du cycliste sont bandés de noir (p. 111).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
KirsikkaKirsikka   28 octobre 2018
De nouveau, comme un peu plus tôt à propos du capitaine, j'entrevis durant quelques instants l'éventualité de la fabrication par les services spéciaux d'androïdes mus par des régiments de puces électroniques et de microprocesseurs biologiquement compatibles, prototypes biocybernétiques qui ne pouvaient en aucun cas être pris au dépourvu ni déstabilisés. J'éprouvai ma certitude presque inébranlable, et leur système de self-control infaillible, en poussant dans l'habitacle ce cri primal qu'un thérapeute soixante-huitard m'avais enseigné quelques années plus tôt, alors que je me trouvais enchaîné dans les cryptes sordides de la psychose maniaco-dépressive. J'accompagnai mon cri d'un bond convulsif qui me transporta sur les genoux du capitaine. Hélas, Cassignol, dont les batteries devaient donner des signes de faiblesse, sursauta vivement, braqua le volant à droite, ainsi que son revolver sur mon oeil droit, alors qu'au même moment une camionnette de livraison percutait notre véhicule et le projetait contre un arbre du cours Victor-Hugo, où nous étions rendus sans que je m'en fusse aperçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JIEMDEJIEMDE   13 juillet 2016
Cousin était le paradigme de l'ignominie policière. Capable, comme beaucoup, de prendre sans malaise la ligne 42-44 de la RATP qui mène directement du Vel' d'Hiv à la Préfecture de police. L'alpha et l'oméga de la lâcheté et de la traîtrise.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Hervé Le Corre (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Le Corre
Retrouvez la rencontre avec Hervé le Corre au cinéma Utopia (Bordeaux) le samedi 10 octobre 2020 dans le cadre de Lire en Poche 2020. L'une des grandes voix du roman noir français contemporain, Hervé le Corre a remporté tous les grands prix de littérature policière. Ses romans "Prendre les loups pour des chiens" et Après la guerre" ont connu un grand succès public et critique. Médiation : Bertrand Mirande-Irriberry
autres livres classés : Bordeaux (Gironde)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..