AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782749306957
128 pages
Éditeur : Vents d'Ouest (12/03/2014)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Une ville. Trois destins.

Paris, mai 1869. Constance Desprez arrive de province à la gare Saint-Lazare. Décontenancée par la foule et l'agitation de la capitale, elle parvient à surmonter ses craintes, portée par un seul objectif : retrouver son fils, placé dès sa naissance dans un orphelinat. Pour l'aider dans sa quête, elle s'appuie sur Darius, gavroche espiègle, et sa parfaite connaissance du "Paris populaire", et André Gill, célèbre caricaturiste ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  01 avril 2020
Paris. Gare Saint-Lazare. Mai 1869.
Je m'appelle Constance Desprez. Je viens de débarquer à Paris en provenance de Normandie.
Mon Dieu, comme cette ville sent mauvais !
Mes parents sont morts du choléra. Je suis à Paris pour retrouver mon fils qui me fut enlevé à la naissance. J'étais jeune et follement amoureuse d'un jeune homme qui m'aimait lui aussi. Lorsque je me retrouvai enceinte, sa famille refusa le mariage. Il était noble et ma famille ne faisait partie que de la petite bourgeoisie. Un arrangement fut passé entre les chefs des deux familles. Mon père accepta l'argent et les terres qu'on lui offrait à condition de m'envoyer m'enfermer pour toujours chez les religieuses et que mon fils soit pris en charge par la famille du père.
Je n'ai qu'un rêve retrouver mon enfant…

Critique :
Tout m'a plu dans ce récit, n'en déplaise à tous ceux qui ont « généreusement » attribué trois étoiles.
L'histoire en elle-même semble tirée de cette littérature populaire et naturaliste du XIXe siècle où la misère était grande pour une très large majorité de la population pendant que des nobles et de grands bourgeois vivaient comme des rois, en étant le plus souvent rentiers. le livre évoque de nombreuses misères rencontrées par les habitants de l'époque : le choléra, les très nombreux orphelinats, les gamins des rues qui devaient « tirer leur plan plus ou moins honnêtement », les policiers qui n'étaient pas tendres avec la population pauvre, le sort des prostituées, la puanteur de Paris, et j'en passe et des plus belles.
C'est l'occasion de découvrir un Paris en plein changement sous la férule du Baron Haussman, préfet de la Seine jusqu'en 1870, qui va donner à Paris ses larges boulevards qui sont admirés dans le monde entier. Evidemment, le petit peuple de Paris ne voit pas les choses de la même manière. Et puis, des travaux, toujours des travaux, cela sature. Cette mission lui a été confiée par l'Empereur Napoléon III.
Ce récit, c'est aussi l'occasion de rencontrer des artistes majeurs de l'époque : Zola, Nadar, Cézane, Monet, Renoir, …
L'histoire est un drame. Elle se termine forcément mal. Amateurs de « feel good » passez votre tour.
Je voue une admiration sans bornes au travail de Marie Jaffredo. Les dessins de ses personnages, des bâtiments (petit rappel : Marie Jaffredo est architecte urbaniste même si elle a renoncé à ce travail pour se consacrer à la bande dessinée), le travail à l'aquarelle, font de chaque case un tableau. Malgré la dureté du propos, Marie Jaffredo apporte une certaine douceur par les tons de ses aquarelles.
Les auteurs ont mis un point d'honneur à dénicher pléthore de documents sur cette époque et Marie Jaffredo les a exploités au mieux, nous donnant à voir un Paris en pleine transformation. Elle a mis trois ans, oui, mesdames et messieurs, trois ans pour donner naissance à ce bijou, à ce chef-d'oeuvre de 120 pages que je souhaite à tout le monde de lire et de le garder précieusement dans sa bibliothèque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
diablotin0
  03 juillet 2020
Je le précise une fois de plus, je suis novice en bd et mon billet ne relève donc que de mon ressenti et n'est aucunement basé sur des compétences artistiques ! Ceci étant dit, je me lance, j'ai beaucoup apprécié les dessins que je trouve soignés. Les couleurs, les détails, les expressions sont extrêmement bien rendus. Je me suis attardée sur certaines planches que je trouve particulièrement réussies. Je suis toutefois étonnée qu'à aucun moment il ne soit fait référence à Gustave Caillebotte alors que son tableau le pont de l'Europe est quasiment reproduit dans les premières pages. (étrange, je suis peut-être passée à côté d'une référence).
Je suis moins séduite par le scénario que je trouve un peu léger. Je suis même déçue, je pensais que j'aurais plus d'informations sur la vie des peintres comme Manet, Courbet ou encore des écrivains comme zola, vallès...qui sont juste évoqués. Cette bd reste tout à fait agréable à lire et je ne bouderai pas un deuxième album.
Commenter  J’apprécie          350
tynn
  14 septembre 2014
Voici une agréable manière de faire un voyage dans le temps, dans le Paris de la fin du second Empire, au milieu de l'effervescence artistique portée par les écrivains, les peintres impressionnistes et la vision architecturale novatrice du Baron Haussmann.
En 1869, Constance Desprez "monte à la capitale" pour tenter de retrouver un fils arraché à la naissance. La jeune provinciale, longtemps séquestrée dans une institution religieuse où sa faute l'a contrainte, apprend peu à peu à faire son chemin, entre les quartiers de Paris en grand chantier et les faubourgs encore très proches de la campagne, où se côtoient les titis parisiens, les métiers des Halles, les journalistes et caricaturistes, les cocottes entretenues, les modèles et surtout les dangers des malfrats et resquilleurs.
Bien plus que la narration que j'ai trouvée assez peu crédible ( surtout dans sa chute plutôt surprenante), cette bande dessinée vaut pour le contexte historique, élégamment dessiné et colorisé de teintes douces aquarellées et de sépia. On reconnait l'inspiration de quelques oeuvres picturales majeures dans les planches, pour un clin d'oeil à Monet, Caillebotte... On y voit la truculence de Courbet, Zola écrire ses Rougon-Macquart, Gambetta électriser les foules aux Folies-Belleville.
En refermant l'album, j'ai été assez peu convainque par l'intérêt de la fiction mais j'ai parcourue avec plaisir ce roman graphique plutôt documentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
jamiK
  09 janvier 2019
Le dessin est doux, en lien avec la peinture naturaliste du XIXe siècle, avec des tons légers, aquarellés, des couleurs naturelles. L'histoire elle, se passe en 1869 à Paris, à la fin du second Empire, c'est l'occasion de rencontrer beaucoup de personnages de l'époque, Jules Vallès, Gambetta, les artistes Courbet, Manet, Monet, Renoir… et un des personnages principaux possède un petit air d'Honoré Daumier avec trente ans de moins et bien sûr (Daumier avait 51 ans à l'époque, pour la romance, ça ne pouvait pas le faire), le grand auteur naturaliste de l'époque Émile Zola est évoqué tout au long du récit.
Constance se rend à Paris à la recherche de son enfant naturel, placé en orphelinat. elle découvre la vie de Paris à l'époque, le récit se veut naturaliste, assez dur, comme l'époque l'était, elle va rencontrer Darius, un gavroche, débrouillard et André Gill, un caricaturiste en vogue, proche de Jules Vallès et du milieu culturel underground. L'ambiance est bien traitée au niveau du contexte historique, des moeurs. le récit a cependant manqué d'un peu de vigueur et de profondeur à mon goût, les personnages sont un peu trop dans les stéréotypes et l'intrigue, et cette histoire d'enfant perdu est cousue de fil blanc, la fin semble être une solution de facilité, on est loin d'Émile Zola, d'Eugène Sue, de Victor Hugo, l'ambition affichée par l'auteur n'est pas vraiment atteinte.
Cela reste une lecture agréable, mais qui ne m'a pas fait vraiment vibrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
tchouk-tchouk-nougat
  18 juillet 2014
Nous sommes au XIX ème siècle, à Paris. Dans cette ville en plein changement se cotoient écrivains et peintres célèbres. Et parmis eux d'autres personnes qui vivent leur drame personnel. telle que Constance qui recherche désespérement son fils dans cette jungle urbaine qu'est la capitale. Heureusement elle trouvera de l'aide en la personne de Darius un attachant orphelin aux allures d'un gavroche, ainsi que d'André Gill caricaturiste d'un grand journal.
L'histoire n'est pas désinteressante du tout malgré ses quelques ratés à mon avis. Des détours, des longueurs et des raccourcis. Par exemple j'aurais bien aimé que les auteurs se penchent un peu plus sur les "retrouvailles" entre Constance et son fils. Après tout c'est le fil conducteur. Ou c'est sensé en tout cas. On a en fait l'impression que ses recherches servent d'excuse pour suivre les évolutions de la jeune femme dans le Paris mondain ou dans le Paris des rues. Mais c'est dommage et un peu frustrant. Tout ce chemin pour ça...
Le scénario est beaucoup plus basé sur la psychologie des personnages. Ils sont assez bien rendu il faut avouer. Avec ma préférence pour le petit Darius!! Ce charmant galopin à la frimousse rousse!!
Les dessins sont un des points fort de cette bande dessinée. Des aquarelles toutes simples mais qui révêlent beaucoup d'élégance et de douceur. Les tons sont doux, apaisants. Une belle découverte sur le plan graphique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (3)
BDGest   04 avril 2014
Une déception. Du même duo, on préférera Les démons de Marie, diptyque qui alliait beauté des planches et inspiration du récit.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   24 mars 2014
Intrigues, coups de Trafalgar, trahisons, voilà une belle dramatique fort bien documentée et illustrée dans le Paris de Léon Gambetta et d'Emile Zola, d'Edouard Manet et de Paul Cézanne... que le scénariste Michaël Le Galli et la dessinatrice Marie Jaffredo nous ont concoctée !
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   12 mars 2014
Ce drame social et humain dans un cadre historique parfaitement documenté et restitué par ce grand conteur d'histoire qu'est Michael Le Galli et cette illustratrice de grand talent qu'est Marie Jaffredo est une très très belle découverte de ce début d'année.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
hannah851hannah851   16 décembre 2016
- Ah! Il en sort deux, il en rentre deux autres! Voilà Claude et Auguste qui arrivent!
- A droite, Auguste Renoir, et celui de gauche c'est Claude Monet. Ce dernier a eu moins de chance que Manet.
- Sa "pie" a été refusée au salon. On lui reproche d'être plus préoccupé de perception que de description. Sottises!
p. 56
Commenter  J’apprécie          10
ClioInoClioIno   01 septembre 2018
Tremblez, tyrans et vous perfides l'opprobre de tous les partis, tremblez ! Vos projets parricides vont enfin recevoir leurs prix !
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   21 mai 2017
Encore des travaux! Grand Dieu, mais cette ville n'est donc qu'un vaste chantier à ciel ouvert!
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   22 mai 2017
Je me demande toujours si le mariage n'est pas un état trop parfait pour l'homme imparfait que je suis...
Commenter  J’apprécie          00
mandrake17mandrake17   21 mai 2017
La caricature est l'arme des désarmés mon Gill... C'est tout ce qui nous reste...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Michaël Le Galli (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Le Galli

Dialogues, dédicace de Michaël le Galli et Gildas Java
http://www.librairiedialogues.fr/livre/6823778-alexandre-un-roi-vient-de-mourir-t-1-gildas-java-glenat-sa Dédicace du dessinateur Gildas Java et du scénariste Michaël le Galli à la librairie...
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3968 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..