AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2220058387
Éditeur : Desclée de Brouwer (08/06/2007)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 22 notes)
Résumé :

Le charisme franciscain n'est pas situé dans le passé : lorsqu’il existe c'est toujours au présent, dans une époque donnée, hier ou aujourd'hui.

Dans la collection PRÉSENCE DE SAINT FRANCOIS, des auteurs, français ou étrangers, se proposent de montrer comment le message de François d'Assise est présent aujourd'hui.

Dans son développement, la Fraternité qui s'était groupée autour de François tendait à prendre la forme d'un ord... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Biquette
  03 juin 2012
Sous forme d'histoires, les fioretti de St François d'Assise, ce livre est plein de fraîcheur et de grâce. Il est rare qu'un livre ait une telle longévité, ce titre se vend en librairie depuis plus de trente ans. le message spirituel franciscain est donné, ici, en condensé. L'auteur, rescapé des camps, a su transmettre le meilleur de l'esprit de Saint François.
Commenter  J’apprécie          40
Etoilesonore
  30 octobre 2013
Un livre magnifique, à mettre entre toutes les mains. Lu pour la première fois il y a 20 ans, j'y reviens sans cesse.
Il met bien en valeur la vie franciscaine des origines, les expériences de François et de ses premiers compagnons, en des fiorettis qui ne prennent pas de rides.
Commenter  J’apprécie          40
Arthore
  17 février 2018
Croyant ou non croyant, un texte magnifique à faire partager (même si le trouver n'est pas toujours simple)
Commenter  J’apprécie          40
opera64
  13 mai 2019
Ce livre nous fait aller à la rencontre de Saint François d'Assise. Un écologiste avant l'heure avec son cantique des créatures.
Sa vie simple sans chichi.
Ce livre l'est aussi sans chichi, sans grands mots. Simple. La meilleure façon d'approcher un homme qui fit don de sa vie pour les autres avec simplicité.
Commenter  J’apprécie          00
charlottelit
  25 mars 2016
je joins ma voix aux louanges,
Commenter  J’apprécie          42
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
BjornoyaBjornoya   07 décembre 2014
— Sais tu, frère, ce qu'est la pureté du cœur ?
— C'est ne pas avoir de faute à se reprocher, répondit Léon sans hésiter.
— Alors, je comprends ta tristesse, dit François. Car on a toujours quelque chose à se reprocher.
— Oui, dit Léon, et cela précisément me fait désespérer d'arriver un jour à la pureté du cœur.
— Ah ! frère Léon, crois moi, repartit François, ne te préoccupe pas tant de la pureté de ton âme. Tourne ton regard vers Dieu. Admire le. Réjouis toi de ce qu’il est, lui, toute sainteté. Rends lui grâces à cause de lui même. C'est celà même, petit frère, avoir le cœur pur.
Et quand tu es ainsi tourné vers Dieu, ne fais surtout aucun retour sur toi même. Ne te demande pas où tu en es avec Dieu. La tristesse de ne pas être parfait et de se découvrir pécheur, est encore un sentiment humain, trop humain. Il faut élever ton regard plus haut, beaucoup plus haut. Il y a Dieu, I'immensité de Dieu et son inaltérable splendeur. Le cœur pur est celui qui ne cesse d'adorer le Seigneur vivant et vrai. Il prend un intérêt profond à la vie même de Dieu et i1 est capable, au milieu de toutes ses misères, de vibrer à l'éternelle innocence et à I’éternelle joie de Dieu.
Un tel cœur est à la fois dépouillé et comblé. Il lui suffit que Dieu soit Dieu. En cela même, il trouve toute sa paix, tout son plaisir. Et Dieu lui même est alors toute sa sainteté.
— Dieu, cependant, réclame notre effort et notre fidélité, fit observer Léon.
— Oui, sans doute, répondit François. Mais la sainteté n’est pas un accomplissement de soi ni une plénitude que l'on se donne. Elle est d'abord un vide que l'on se découvre et que l'on accepte, et que Dieu vient remplir dans la mesure où l'on s'ouvre à sa plénitude.
Notre néant, vois tu, s'il est accepté, devient l'espace libre où Dieu peut encore créer. Le Seigneur ne laisse ravir sa gloire par personne. Il est le Seigneur, l'Unique, le Saint. Mais il prend le pauvre par la main, il le tire de sa boue et le fait asseoir parmi les princes de son peuple afin qu'il voie sa gloire. Dieu devient alors l'azur de son âme.
Contempler la gloire de Dieu, frère Léon, découvrir que Dieu est Dieu, éternellement Dieu, au delà de ce que nous sommes ou pouvons être, se réjouir à plein de ce qu'il est, s'extasier devant son éternelle jeunesse et lui rendre grâces à cause de lui même, à cause de son indéfectible miséricorde, telle est l'exigence la plus profonde de cet amour que l'esprit du Seigneur ne cesse de répandre en nos cœurs. C'est cela avoir le cœur pur.
Mais cette pureté ne s'obtient pas à la force des poignets et en se tendant.
— Comment faire ? demanda Léon.
— Il faut simplement ne rien garder de soi même. Tout balayer. Même ce sentiment aigu de notre détresse. Faire place nette. Accepter d'être pauvre. Renoncer à tout ce qui est pesant, même au poids de nos fautes. Ne plus voir que la gloire du Seigneur et s'en laisser irradier. Dieu est, cela suffit. Le cœur devient alors léger. Il ne se sent plus lui même, comme l’alouette enivrée d'espace et d'azur. Il a abandonné tout souci, toute inquiétude. Son désir de perfection s'est changé en un simple et pur vouloir de Dieu.
Léon écoutait gravement, tout en marchant devant son Père. Mais, à mesure qu'il avançait, il sentait son cœur devenir léger, et une grande paix l’envahir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
EtoilesonoreEtoilesonore   31 mai 2015
Le Seigneur nous a envoyés évangéliser les hommes. Mais as-tu déjà réfléchi à ce
que c’est qu’évangéliser les hommes ? Evangéliser un homme, vois-tu, c’est lui
dire : Toi aussi, tu es aimé de Dieu dans le Seigneur Jésus. Et pas seulement le lui
dire, mais le penser réellement. Et pas seulement le penser, mais se comporter
avec cet homme de telle manière qu’il sente et découvre qu’il y a en lui quelque
chose de sauvé, quelque chose de plus grand et de plus noble que ce qu’il pensait,
et qu’il s’éveille ainsi à une nouvelle conscience de soi.
C’est cela, lui annoncer la Bonne Nouvelle.
Tu ne peux le faire qu’en lui offrant ton amitié. Une amitié réelle, désintéressée,
sans condescendance, faite de confiance et d’estime profondes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
beatrixbeatrix   17 mars 2013
Le mot le plus terrible qui ait été prononcé contre notre temps est peut etre celui-ci:"nous avons perdu la naiveté" En perdant cette "naiveté",l'homme a aussi perdu le secret du bonheur.Toutes ses sciences et ses techniques le laissent inquiet et seul.Seul devant la mort;Seul devant ses infidélités et celles des autres,au milieu du grand troupeau humain.
Seul aux prises avec ses démons qui ne l'ont pas déserté.A certaines heures de lucidité,l'homme comprend que rien,absolument rien ne pourra lui rendre une joyeuse et profonde confiance dans la vie,à moins d' un recours à une source qui soit en meme temps un retour à l'esprit d'enfance.
Sur ce chemin qui conduit à l'esprit d'enfance,un homme aussi simple et aussi pacifié que Saint François d'Assise a quelque chose à nous dire.Ce saint du Moyen-Age nous est étonnamment proche.
Ah!nous ne le sentons que trop,il ne peut y avoir de sagesse pour nous qui sommes si riches de science sans un retour à la pure simplicité.
Mais qui donc,mieux que le Pauvre d'Assise,peut nous apprendre ce qu'est la pure simplicité?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
beatrixbeatrix   17 mars 2013
Ils traversèrent une clairière.A l'orée du bois,une harde de cerfs qui gitait là se leva.Immobiles,la tete dressée,les betes regardèrent passer cet homme libre qui chantait.Elles ne paraissaient nullement effrayées.(...)Oui,c'était bien vrai que ce soir la foret attendait quelqu'un. Tous ces arbres et ces animaux et toutes ces étoiles aussi attendaient le passage de l'homme fraternel.Il y avait sans doute longtemps que la nature attendait ainsi.Depuis des millénaires peut-etre.Mais ce soir,par un mystérieux instinct,elle savait qu'il devait venir.Et voilà qu'il était là au milieu d'elle et qu'il la délivrait de son chant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
stephaniemstephaniem   21 août 2017
- C'est vrai ; nous n'avons pas le droit de demeurer indifférents devant le mal et la faute, reprit François. Mais nous ne devons pas non plus nous irriter ni nous troubler. Notre trouble et notre irritation ne peuvent que gêner la charité en nous-même et dans les autres. Il nous faut apprendre à voir le mal et la faute comme Dieu les voit. Cela précisément est difficile. Car, là où nous voyons naturellement une faute à condamner et à punir, Dieu, lui, voit tout d'abord une détresse à secourir. Le Tout-Puissant est aussi le plus doux des êtres, le plus patient. En Dieu, il n'y a pas la moindre trace de ressentiment. Quand sa créature se révolte contre lui et l'offense, elle reste toujours à ses yeux sa créature. Il pourrait la détruire, bien sûre. Mais quel plaisir Dieu peut-il trouver à détruire ce qu'il a fait avec tant d'amour? Tout ce qu'il a créé a des racines si profondes en lui. Il est le plus désarmé de tous les être en face de ses créatures. Comme une mère devant son enfant. Là est le secret de cette patience énorme qui parfois nous scandalise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Chefs et penseurs religieux. Religieux (220)
autres livres classés : st françois d'assiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1181 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre