AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cornélius Heim (Traducteur)Marie Moscovici (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070327416
256 pages
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Avec L'homme Moïse et la religion monothéiste, Freud signe en 1939 son dernier livre. Après Totem et Tabou(1913) et l'hypothèse du meurtre originel, il est aux prises une fois de plus avec une figure paternelle qui cette fois porte un nom, Moïse, et qui s'inscrit dans la lignée de ses propres origines juives. L'ouvrage se présente comme une enquête historique sur la véritable identité du père du judaïsme et sur l'éventualité de sa fin tragique, mis à mort par son pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
akhesa
  14 février 2013
Moise et le monotheisme est le dernier ouvrage de Freud.son histoire et sa composition le particularise parmi les plus importants ouvrages de Freud.
Moise etail-il un pretre egyptien du culte d'Aton,que les juifs assassinerent lors de l'exode avant d'epouser sa conception de dieu unique.Freud deplore frequemment ne pouvoir formuler que des suppositions inverifiables mais il semble tres fortement convaincu par le bien-fonde de ses hypotheses.Outre les arguments historiques et linguistiques qu'il emprunte a d'autres,Freud etablit una analogie entre Moise tel que decrit dans les textes religieux et le pere fantasme par les enfants abandonnes
A lire attentivement
Commenter  J’apprécie          111
vincentf
  20 janvier 2012
Quête historique de l'origine d'une religion? Quête intérieure d'un sens à la croyance? Ce livre ouvre des hypothèses incertaines et des analogies sans doute partielles, qui interpellent. Première affirmation : Moïse était égyptien, et il a imposé à des étrangers, les Juifs, une religion alors interdite en Egypte, celle d'Akhenaton, première manifestation du monothéisme. Bien sûr, l'historien est perplexe. Admettons. Qu'est-ce que ça change? Ensuite, les Juifs se révoltent et ils tuent Moïse. L'évènement, ainsi que la religion du chef assassiné, sont refoulés pendant un certain temps pour réapparaître, modifiés, sous l'identité de Yahvé, un autre dieu, cruel, qui devient le protecteur et le punisseur du peuple juif. Freud, pour expliquer tout cela, invoque bien sûr la psychanalyse, faisant sans cesse le va-et-vient discutable entre l'individu et la masse, et voit dans la vénération et la crainte d'un dieu unique le retour de celles du père primitif, pourtant assassiné, comme Moïse. Il voit aussi dans le Christianisme le sacrifice du fils assassin qui prend la place du père. Convainquant ? Impression de flottement, comme si tout cela pouvait en effet avoir quelque vraisemblance, mais comme si aussi tout cela errait dans le flou, théorie, à l'instar de la psychanalyse à la fois difficile à comprendre et sans autre base que les sables mouvants de l'inconscient, de l'histoire ancienne et des croyances religieuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
frandj
  20 août 2015
C'est le dernier ouvrage de Sigmund Freud, paru l'année de sa mort. L'auteur y reprend d'abord une thèse défendue par un certain nombre d'historiens: Moïse aurait été un prince égyptien, adepte de la religion (monothéiste) d'Aton, et aurait converti les "travailleurs immigrés" qu'étaient alors les Hébreux en Egypte, avant de conduire leur Exode. Par ailleurs, Freud cherche à démontrer que Moïse - un tyran pour son peuple - aurait été finalement assassiné par les Hébreux: un crime assumé collectivement, qui aurait fortement contribué à la cohésion des Juifs dans l'immédiat et sur le long terme. On retrouve ici le type d'interprétation que Freud avait développé antérieurement dans "Totem et tabou".
Le projet de Freud, très porté sur la critique des religions à la fin de sa vie (voir aussi "L'avenir d'une illusion"), est ambitieux. Mais, pour ma part, je suis assez sceptique au sujet de la validité de l'analyse. La première thèse (historique) a été critiquée sérieusement par d'autres que moi, et la seconde thèse (psychanalytique) semble mal étayée. Je dirais donc que l'ouvrage est essentiellement spéculatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
frandj
  03 juin 2016
Cet ouvrage est le dernier qu'a publié Sigmund Freud, alors qu'il était très malade, exilé, désespéré par la situation désastreuse de l'Europe. Continuant à explorer une piste initiée avec "Totem et tabou", il choisit d'étudier le personnage de Moïse, qui l'a interpellé pendant une très grande partie de sa vie d'adulte. Lui, qui est d'origine juive (ce qui lui a valu d'être vilipendé par les nazis), remet en question le personnage central du judaïsme.
S'appuyant sur d'autres travaux et sur des indices (ténus) qu'il analyse, il veut d'abord démontrer que Moïse était d'origine égyptienne et qu'il était adepte du culte d'Aton, un dieu que Akhenaton a proclamé comme unique. Donc le monothéisme aurait été inventé par un pharaon égyptien, et non par peuple juif. On sait bien que l'initiative d'Akhenaton ne lui a pas survécu. Par contre, Freud fait l'hypothèse que Moïse l'égyptien aurait imposé cette conception révolutionnaire de la religion aux tribus juives établies en Egypte (ou à une partie d'entre elles). Toutefois, celles-ci auraient finalement rejeté cette nouveauté et… auraient mis à mort leur chef. le meurtre originel du "père" aurait été complètement occulté par la suite. Leur sentiment de culpabilité aurait poussé les Juifs à garder la mémoire de Moïse dans un rôle de grand prophète et de meneur d'hommes révéré. On reconnait là l'idée presque obsessionnelle de Freud vieillissant, au sujet du meurtre du père fondateur.
L'idée est séduisante. Mais, à présent, tout le monde s'accorde à penser que les thèses défendues dans ce livre ne sont pas défendables sur le plan historique et scientifique. On peut quand même lire cet ouvrage: si non e vero, e ben trovato...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
DanielGauthier
  10 mars 2010
Il s'agit d'une suite de trois essais (certes parfois répétitifs, mais tellement brillants...) écrits par Freud à la fin de sa vie, d'une écriture totalement libérée.
L'hypothèse (fortement argumentée) du génial Sigmund : Moïse était un noble égyptien, membre de la cour d'Akhénaton (le premier tenant du monothéisme), devenu leader d'une tribu juive en exil, qui lui imposera cette nouvelle religion et la ramenera en Israël - pour finir assassiné par des membres de la communauté lassés de ses excès.
Communauté qui refondera le monothéisme sur la base de la religion originelle de Moïse - avec un fort sentiment de culpabilité.
J'ai adoré ce petit livre, très éloigné des écrits habituels de Freud, qui m'a rappelé l'excellentissime "Malaise dans la culture".
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
colimassoncolimasson   21 mai 2016
Cette analogie [entre psychologie individuelle et sociale] se rencontre en psychopathologie à l’occasion de la genèse des névroses humaines autrement dit dans un domaine qui relève de la psychologie individuelle, tandis que les phénomènes religieux (comme phénomènes sociaux) doivent bien entendu être mis au compte de la psychologie des masses. Il apparaîtra que cette analogie n’est pas si surprenante qu’on pourrait le penser de prime abord, qu’elle correspond même plutôt à un postulat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JacopoJacopo   26 janvier 2020
Ce qui, dans la personnalité de Moïse, attire d'abord notre attention, c'est son nom qui, en hébreu, se prononce Mosche. Quelles sont donc l'origine et la signification de ce nom ? On sait que, le récit de l'Exode nous apporte dès le Chapitre Il une réponse. On y raconte qu'une princesse égyptienne, après avoir sorti l'enfant du Nil, l'appela Moïse en motivant étymologiquement le choix de ce nom par le fait qu'il avait été « sauvé des eaux ». Toutefois cette explication est manifestement erronée. Selon l'un des auteurs du Lexique Juif, l'interprétation biblique du nom « Celui qui a été retiré des eaux » est une étymologie populaire, déjà incompatible avec la forme hébraïque active : Mosche qui peut tout au plus signifier « le retireur ». Cet argument s'appuie encore sur deux autres faits : 1º il est insensé d'attribuer à une princesse égyptienne quelque connaissance de l'étymologie hébraïque ; 2º il est presque certain que les eaux d'où fut retiré l'enfant n'étaient pas celles du Nil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   26 janvier 2020
Une des particularités de l'histoire de Moïse explique pourquoi elle diffère de toutes les autres légendes du même genre. Tandis qu'en général les héros, au cours de leur existence, s'élèvent au-dessus de leur médiocre condition initiale, Moïse, lui, débute dans sa vie héroïque en daignant se mettre au niveau des enfants d'Israël.
Commenter  J’apprécie          10
CatchMeCatchMe   14 août 2018
Contester n'est pas nécessairement réfuter et innover ne signifie pas toujours progresser.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Sigmund Freud (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sigmund Freud
Les Gilets jaunes, les ronds-points et la parole, autour d'une lecture psychanalytique... C'est la démarche de notre invité : Gérard Pommier, psychanalyste et ancien médecin chef adjoint à Etampes. Gérard Pommier y répond dans son essai "Occupons le Rond-point Marx et Freud" (Editions le Retrait, novembre 2019).
La Grande table Idées de Raphaël Bourgois – émission du 3 janvier 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤13DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Chefs et penseurs religieux. Religieux (220)
autres livres classés : monothéismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1278 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre