AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Maillet (Traducteur)
EAN : 9782743609221
512 pages
Éditeur : Payot et Rivages (02/03/2002)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 803 notes)
Résumé :
Une nuit, la psychiatre Diandra Warren reçoit un appel anonyme et menaçant qu'elle croit lié à l'une de ses patientes. Quand arrive au courrier une photo de son fils Jason sans mention de l'expéditeur, elle prend peur et demande de l'aide à Patrick Kenzie et Angela Gennaro. C'est pour les deux détectives le début d'une affaire bouleversante qui va les confronter à l'inacceptable, jusqu'à l'imprévisible dénouement.
La peur, la compassion, la répulsion, l’amour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
Junie
  23 août 2013
Pourquoi je préfère les polars anglais aux polars américains:
le héros américain est un beau gosse qui plait aux gonzesses
le héros anglais mène son enquête sans se soucier de son apparence ni de son sex-appeal
le héros américain se sert toujours de son flingue
le héros anglais le laisse dans la boite à gants
le héros américain prend des cuites
le héros anglais apprécie une pinte ou un verre de bourgogne
le héros américain traque des serial killers
le héros anglais soupçonne tout le monde, même les vieilles dames
le héros américain a de gros sabots
le héros anglais met des mocassins
le héros américain trouve le coupable quand il vient frapper à sa porte pour le zigouiller
le héros anglais identifie le coupable par ses puissantes déductions
le héros américain évolue dans la jungle urbaine
le héros anglais sillonne les banlieues pavillonnaires et les les landes désolées du Yorkshire
le héros américain fréquente des stéréotypes: la grosse brute, le milliardaire, l'avocat véreux, la vamp, le flic sympa, l'ancien du viet-nam....
le héros anglais navigue dans tous les milieux, du paumé à l'aristo, du chômeur au trader, de la ménagère à la call-girl...
le héros américain lance des vannes
le héros anglais fait de l'humour un art martial
Cette critique vous permettra de distinguer quel est votre héros préféré et si vous devez lire "Ténèbres, prenez-moi la main".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7629
CasusBelli
  22 décembre 2019
Les romans noirs "made in USA" sont vraiment un genre à part, je referme ce livre avec une sensation de contentement qui traduit parfaitement le plaisir que j'ai pris à cette lecture.
On retrouve dans ce deuxième volume Patrick Kenzie et Angela Gennaro, un tandem qui fonctionne parfaitement et qui à lui seul nous promet déjà un bon moment de lecture.
Si l'on ajoute les quelques personnages particulièrement réussis qui gravitent auteur d'eux et en prime un bon scénario alors que demander de plus ?
Le rythme du récit est idéal, les dialogues sont diablement vivants et captivants, nos deux héros sont avant tout des êtres humains et cela nous permet de rester en permanence dans le crédible mais surtout de ressentir une forme d'empathie sur des émotions que nous sommes en mesure de partager et comprendre.
Plus je lis de thrillers américains qui nous décrivent un certain quotidien et plus je me dis que les américains évoluent sur une autre planète que la nôtre, je me demande même simplement comment on pourrait y vivre ou même envisager un avenir au delà de demain...
Une enquête qui débute de façon "classique" et qui va très vite se révéler d'une complexité extrême, si vous aimez les scénarios machiavéliques et les rebondissements, si vous aimez les ambiances sombres alors vous devriez y trouver votre compte.
Pour conclure je dirais que souvent dans cette lecture j'ai eu la sensation d'être un peu comme dans un film avec certaines scènes particulièrement "vivantes", des situations familières, comme déjà vues ou entendues, un petit peu de "Silence des agneaux" parfois, mais je n'en dirai pas plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          718
belette2911
  07 août 2013
C'est avec fébrilité que j'ai enfilé ma tenue de détective privé et que je me suis attachée à suivre les pas de Patrick Kenzie et Angela Genaro, bien déterminée à découvrir ce qui se tramait dans ce livre qui, d'après un certain Babelien, était tellement bien qu'il en a fait son avatar.
P. Kenzie : Vous êtes bien sûre de vouloir nous suivre, madame la Belette ?
Moi : Bien sûr ! Je vais mettre en application les principes du Maître à tous, Sherlock Holmes, et résoudre votre affaire.
Kenzie : Heu, vous savez, nous ne sommes pas chez un quelconque auteur de polar à deux balles, ici. Nous sommes chez Lehane, tout de même.
Moi : Et alors ? Je vais suivre toutes les pistes et mettre le doigt sur LE détail qui me fera résoudre cette affaire fissa.
Kenzie : Et vous êtes assez naïve pour penser que le Grand Lehane va laisser traîner un détail énorme, une piste tellement facile à suivre que Rantanplan y arriverait ou une affaire tellement bête et téléphonée que même Nabilla arriverait à la résoudre ? Non, mais allo, quoi ? Suivez-nous, mais ne croyez pas que vous allez solutionner aussi vite et facilement les méandres de notre créateur...
Moi (toute fière) : Hé, j'avais compris bien avant vous à quoi avait pu servir le fa... (No spoil !)
Kenzie : Chut ! Ok, sur ce coup là, vous marquez des points, mais pour le nom du coupable, vous repasserez !
Moi (bougonne) : Gruummmblll. Vous y avez pensé, vous ? Hein ? Non.
Voilà, c'est armée de ma loupe que j'ai suivi les pas de nos deux détectives qui ont repris le collier et se sont retrouvé "engagés" par une certaine Diandra Warren car elle a été menacée par téléphone et a reçu une photo de son fils Jason par courrier.
Et c'est partit pour une filature ! Là, j'ai jouée les voyeuse en compagnie d'Angie, Jason étant un chaud lapin affligé d'un sexe de la taille d'un python... et ses trois petites amies aiment lui tutoyer la clarinette pythonesque.
Quelques temps après ces filatures et ces fellations, le meurtre d'une connaissance à nos détectives va les impliquer directement dans une enquête des plus sordides.
Y'auraiti pas un sérial killer qui officierait dans le coin ? La jouant à la Jésus-Christ en raison de quelques crucifixions...
Toujours plus complexe qu'il n'y paraît, Lehane sait vous dérouter, vous surprendre et vous faire rire avec les réparties de Kenzie et l'humour trash de Bubba.
Et si oui, j'ai bien découvert une chose avant eux, pour le reste, je me suis ramassée !
Non, on ne devine pas chez Lehane ! J'avais mon suspect, j'y croyais dur comme fer et bien, j'ai repris mes billes et j'ai opté pour un autre, qui s'est révélé un tout aussi mauvais choix. Raté ! Lehane aime surprendre.
Les moments entre Kenzie et un prisonnier font froid dans le dos, pareil avec le final, manquait plus que la musique d'Ennio Morricone.
Bien que l'on entrevoit une partie de tout l'iceberg bien avant le mot "Fin", on en a pour son argent parce que le final est long, rempli de suspense, de questions, de rebondissements, de balles dans tous les sens.
Bref, comme les produits Durex©, Lehane fait durer le plaisir et le multiplie, nous collant quelques torgnoles au passage, pour se terminer dans un orgasme littéraire.
Voilà pourquoi, entre autre, j'aime cet auteur. Pour les surprises qu'il réserve à ses lecteurs, pour les enquêtes qui nous mènent là où on ne s'y attend pas, pour les frissons, pour la profondeur de ses personnages, pour les questions qu'il soulève dans notre tête, pour le climat du livre (Boston, on est en plein dedans, et pas les beaux quartiers), pour son style d'écriture des plus agréable à lire, pour l'humour qu'il mélange à son noir, ou son noir mélangé d'humour.
Si le livre était un café, il serait noir de chez noir, additionné de sucre (humour). Mais croyez-moi, on ne verrait pas le clocher de l'église au fond de sa tasse ! (1) Même pas les célèbres piques de l'Hôtel de Ville de Bruxelles ! Non, il faisait très sombre...
Lehane, une valeur sûre dans le polar bien noir, un auteur qui gagne à être lu et connu. Ce livre était magistral et m'a donné bien du plaisir. Merci Jeranjou !

(1) "Voir le clocher de l'église Untel dans le fond de sa tasse" est valable pour les cafés trop léger dont on voit le fond de la tasse.
(1) A contrario, si on dit qu'on ne verrait pas le clocher de l'église Untel dans le fond de sa tasse, c'est que le café est tellement noir que même le sucre n'ose pas aller dedans.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          526
jeranjou
  10 janvier 2013
"Ténèbres, prenez-moi la main", quel titre et quel livre surtout!
Après avoir lu « Un dernier verre après la guerre », comment ne pas résister à ce titre et à cette couverture, si envoutants? Entre jaune et noir...
A vrai dire, j'en ai même fait mon logo d'accueil !
Pour les chanceux qui ne l'ont pas lu, c'est le deuxième épisode du duo favori de Lehane, Kenzie et Gennaro, mis à mal par un serial killer. Si vous êtes un (ou une) adepte des polars, comme je l'ai dit dans ma critique du premier tome, il y a un avant et un après Lehane. Beaucoup de romans vous paraitront très fades par la suite, sachant qu'ils sont pourtant primés à tel palmarès X ou prix littéraire Y. Certains lecteurs en savent quelquechose avec l'affaire Harry Quebert !
Dans "Ténèbres, prenez-moi la main", Diandra Warren fait appel aux services de Pat et Angie car elle a été menacée par téléphone et a reçu une photo de son fils Jason par courrier. Quelque temps après, le meurtre d'une connaissance Kara Rider va les impliquer plus encore dans une enquête des plus sordides.
Lehane va alors nous prendre par la main, souvent à reculons, vers un monde des plus glauques, inconnus pour la plupart d'entre nous (heureusement !). le monde de l'enfance, de l'adolescence difficile, du passage à la vie d'adulte est également traité de façon tragique. La violence, sous toutes ses formes est également abordée et le lecteur ne peut pas rester insensible à la fin ce roman plutôt traumatisant.
Par moments, on a l'impression d'être à la place des deux protagonistes, d'être pétrifié par la peur, l'inconnu, l'atrocité et quasiment de jouer sa vie à tout instant.
Bref, un grand polar, bouleversant et drôle à la fois, noir et marquant pour longtemps. Dennis Lehane écrit peu comparativement à d'autres mais touche dans le mille presque qu'à chaque fois, excepté Moonlight Mile peut-être.
J'arrête là et vous souhaite une lecture des plus passionnantes en compagnie du maitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
gouelan
  02 janvier 2015
Ce thriller nous prend la main et nous entraine en enfer, dans les profondeurs du mal, incarné par un serial killer et d'autres psychopates.
On entre dans l'intimité de Patrick et d'Angie. L'enfance d'une bande de potes des quartiers de Boston, souvent livrés à eux-mêmes, entourés d'adultes violents, alcooliques...
Chacun s'en sort comme il peut , soit en sombrant eux aussi dans la violence implacable, dans le milieu mafieux, soit en la combattant, comme Patrick et Angie.
L'intrigue est sombre et bien ficelée, elle nous accapare, nous submerge. Dans cette deuxième enquête, on découvre un peu plus les personnages, leurs failles, leurs faiblesses, on s'y attache. le scénario me parait plus proche de la réalité et plus poignant que dans le premier thriller : " Un dernier verre avant la guerre". Celui-ci est plus en nuances, plus émouvant.
Il parle davantage d'amour, d'amitié, sous fond de souffrance et de ténèbres.
On retrouve tout à fait l'ambiance de " Mystic river", qui nous plonge dans la noirceur de la nature humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   26 juin 2012
[...] ... Le propriétaire du bar connaissait mon père et, dix minutes plus tard, celui-ci entrait au Bulldog où Phil et moi, assis au comptoir, buvions nos sodas au gingembre en prétendant que c'était du whiskey.

Mon père ne se comportait pas toujours comme une brute. Il avait ses bons jours et, pour quelque obscure raison, celui-là faisait partie des meilleurs. Il ne me reprocha pas d'avoir traîné dehors après l'heure du dîner, alors que j'avais reçu une bonne raclée pour ce même crime la semaine précédente. Généralement indifférent envers mes copains, il alla jusqu'à ébouriffer les cheveux de Phil, nous payer plusieurs autres sodas plus deux énormes sandwiches au corned-beef, et nous restâmes au bar avec lui un bon moment, alors que la nuit tombait de l'autre côté de la porte, à notre gauche, et que la salle se remplissait peu à peu.

Quand je lui racontai d'une voix tremblante ce qui s'était passé [= les deux jeunes garçons ont mis en déroute deux clowns inquiétants qui tentaient de les convaincre de monter dans leur camionnette], son expression refléta une bienveillance et une gentillesse inconnues jusque là, et il me dévisagea d'un air tendrement inquiet, repoussa d'un doigt épais mais doux quelques mèches humides collées à mon front, puis essuya avec une serviette les miettes de sandwich au coin de mes lèvres.

- "Rude journée pour vous deux, hein ?" conclut-il.

Il émit un sifflement et adressa un sourire à Phil, qui le lui renvoya largement.

Le sourire paternel, si rare, constituait une source d'émerveillement.

- "Je voulais pas casser le pare-brise", dis-je. "Je t'assure, Pa.

- C'est pas grave.

- T'es pas en colère ?"

Mon père fit non de la tête.

- "Je ...

- Tu t'en es très bien sorti, Patrick. Vraiment très bien", murmura-t-il.

M'ayant attiré contre sa large poitrine, il m'embrassa sur la joue et aplatit mon épi de sa paume.

- "Je suis fier de toi."

Ce fut la seule fois où j'entendis ces mots dans la bouche de mon père. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
marina53marina53   11 septembre 2012
On ne peut pas sauver les gens, en particulier ceux qui ne demandent pas à être sauvés. Chacun va sa vie en multipliant les embardées, les accrochages, les accidents, et la plupart du temps, les affronte seul.
Commenter  J’apprécie          641
belette2911belette2911   05 août 2013
Le mercredi, Jason sortit du lit de Jade, puis tous deux se rendirent dans un bar appelé le Harper's Ferry, où ils retrouvèrent Gabrielle. Jade resta attablée pendant que Jason et Gabrielle allaient faire un petit tour dans la BMW de Gabrielle pour une séance bucco-génitaux à laquelle j'eus le triste privilège d'assister.

À peine étaient-ils revenus que Gabrielle et Jade filaient aux toilettes pour, me raconta Angie, s'échanger quelques joyeuses comparaisons.
- Grosse comme un python, paraît-il, me confia Angie.
- C'est pas la taille qui est impor...
- À force de te le répéter, Patrick, tu finiras peut-être par y croire un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
marina53marina53   20 juillet 2012
Je sais que la société nous incite à parler des drames que nous vivons, à en discuter avec des amis ou des inconnus compétents, et c'est peut-être réellement efficace. Mais je reste persuadé qu'on a tendance à trop en dire dans cette même société, qu'on attribue à la parole des vertus qui lui font souvent défaut, et qu'à force, on ne se rend plus compte de l'état de complaisance morbide dans lequel elle nous plonge forcément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
belette2911belette2911   05 août 2013
[...] Grace me clouait contre le mur et m'embrassait à pleine bouche. De sa main gauche, elle m'agrippa la nuque; la droite explorait déjà mon corps comme un petit animal affamé.

Je suis plutôt du genre porté sur la chose, mais si je n'avais pas arrêté de fumer depuis des années, Grace m'aurait envoyé directement aux soins intensifs.
- Apparemment, la dame a décidé de diriger les opérations, ce soir.
- La dame, chuchota-t-elle en me mordillant l'épaule sans retenue excessive, a tellement le feu au cul qu'il va falloir sortir la lance d'incendie.
- Je le répète, le gentleman que je suis ne demande qu'à rendre service.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134

Videos de Dennis Lehane (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dennis Lehane
Découvrez le troisième épisode des Conversation dans le noir, le tout nouveau podcast des éditions du Masque. Une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans ce dernier épisode de la trilogie, Gabrielle Massat nous parle - depuis sa maison en pierres perdue au milieu des bois - de son rapport à l'écriture et à la littérature noire, ainsi que des raisons qui l'ont poussée à choisir un héros aveugle. C'est déjà la fin des épisodes liés au confinement, nous tenions vraiment à tous vous remercier pour le merveilleux accueil réservé à cette première "saison" du podcast et pour vos encouragements ! Nous revenons bientôt avec une nouvelle formule, STAY TUNED Nous vous souhaitons une bonne écoute ! Extrait lu : https://www.liseuse-hachette.fr/file/139455?fullscreen=1#epubcfi(/6/12[pre2]!/4/2/2[pre-001]/4/22/1:0) Oeuvres citées : Conversations de Francis Bacon Le camp des morts - Craig Johnson Tolkien Mystic river - Dennis Lehane James Ellroy CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez ces titres des romans de Dennis Lehane

"Un dernier verre avant ...

la fermeture'
de s'endormir'
la guerre'
le prochain'

8 questions
176 lecteurs ont répondu
Thème : Dennis LehaneCréer un quiz sur ce livre