AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253009180
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1975)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 1016 notes)
Résumé :
On retrouve dans Le Parfum de la dame en noir tous les personnages du fameux Mystère de la chambre jaune. Grâce à Rouletabille, le mariage de Robert Darzac et de Mathilde Stangerson a enfin eu lieu et la mort de leur ennemi est officiellement constatée. A peine partie en voyage de noces, cependant, la belle Mathilde appelle Rouletabille à son secours. Leur impitoyable ennemi est réapparu ! La situation devient alors angoissante : disparition, crime... Le mystère s'é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
sevm57
  24 août 2016
Je me souviens encore comme si c'était hier des conditions dans lesquelles j'ai lu le parfum de la dame en noir pour la première fois.
Je venais de finir le mystère de la chambre jaune, et je ne pouvais pas attendre, je voulais lire la suite. Alors j'ai pris de l'argent dans ma tirelire et je me suis mise en route pour la librairie Meyer, qui à cette époque existait encore dans la petite ville où habitent mes parents. Ensuite, la libraire est partie le chercher dans sa réserve, et heureusement elle l'avait en stock et j'ai pu revenir à la maison munie du précieux ouvrage tout en m'arrêtant en route pour lire les premières pages.
Je l'ai relu depuis car je l'avais conseillé à ma fille (qui a beaucoup aimé également), et je suis retombée sous le charme délicieusement suranné de cet excellent roman policier.
Commenter  J’apprécie          401
araucaria
  29 mai 2012
Mon erreur aura été de commencer par ce titre, alors que ce roman est la suite du "Mystère de la chambre jaune". Malgré les références nombreuses à ce livre, il est très facile de suivre l'intrigue du "Parfum de la dame en noir". Un livre alerte dont l'énigme ne peut être résolue que par un Rouletabille très perspicace, même si le lecteur se donne beaucoup de mal pour découvrir l'escroc manipulateur qui oeuvre dans ce texte. Beaucoup de suspens. Un parfum très rétro pour ce policier très vivant et parfois amusant. Une bonne récréation que cette lecture.
Lien : http://araucaria.20six.fr/
Commenter  J’apprécie          453
BrunoA
  18 juillet 2013
Le parfum de la dame en noir, déjà évoqué par Rouletabille alors qu'il cherchait à résoudre le fameux mystère de la chambre jaune, en constitue la suite.
Ainsi, alors que M. Et Mme Robert Darzac s'apprêtent à partir en voyage de noces, réapparaît l'infâme Larsan !
Mathilde Stangerson n'a que le temps d'adresser une dépêche à Rouletabille contenant ces mots : au secours !
C'est ainsi que le couple Darzac, le professeur Stangerson, Rouletabille et son fidèle Sainclair se retrouvent dans le huis-clos angoissant du fort d'Hercule, au bord de la méditerranée.
Là, on retrouve les protagonistes de la chambre jaune : le couple Bernier, le père Jacques, et de nouveaux hôtes que sont Mr et Mrs Arthur Rance.
Sainclair, comme précédemment, nous narre cette intrigue angoissante où l'auteur nous apprend à la toute fin la clef de l'énigme.
Au fil de cette aventure, on apprend aussi beaucoup de choses sur ce qui lie Mathilde Stangerson à Joseph Rouletabille.
Moins palpitant que la chambre jaune, ce roman est un plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Davalian
  27 août 2016
Le parfum de la dame en noir achève ce qui a été commencé avec le mystère de la chambre jaune. Il est donc impératif de lire ces deux grand classiques dans le bon ordre pour les apprécier tous les deux.
Nous retrouvons ici tous les personnages (protagoniste, secondaires et figurants) que nous avons déjà croisés. A cette galerie viennent se greffer quelques nouvelles têtes.
L'ambiance est différente. Nous assistons ici à une sorte d'huis-clos, qui pourrait presque s'apparenter à une pièce de théâtre. La tension est latente, mais l'attractivité que suscite le roman suit une courbe subissant un pic d'intérêt (au démarrage), une lente chute pour assister à un regain d'intérêt vers la fin (à l'heure des révélations), suivi d'une nouvelle dégringolade.
Le style de l'auteur nous fait tenir tenir jusqu'à la fin, ainsi que son imagination pour le moins fertile. Les moins convaincus lui reprocheront peut-être une intrigue par trop tarabiscotée. le dénouement - théâtral - est assez décevant.
Soit l'on a adopté Rouletabille soit il celui-ci nous laisse indifférent. En fonction de la catégorie dans laquelle vous allez vous ranger, vous aurez envie de continuer l'aventure ou d'en rester là. Certaines pistes sont laissées pour suivre les pérégrinations du héros sous d'autres latitudes...
Difficile de passer à côté du célèbre le Parfum de la dame en noir, l'impasse étant d'autant moins vraisemblable après avoir lu la première partie que constitue le mystère de la chambre jaune. Une lecture indispensable, immersive mais pas forcément transcendantale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Beatson
  09 septembre 2017
Dans le parfum de la dame en noirGaston Leroux dévoile pas mal de choses sur le passé de Rouletabille, de Mathilde Stangerson (pardon, de Melle Mathilde Stangerson) et du fourbe Larzan. L'intrigue tourne autour du mariage de Mathilde et de Robert Darzac et de leur voyage de noces. Voyage qui va plus ressembler à un siège qu'à un voyage d'agrément, même si l'action se passe en majeure partie sur la côte d'azur à la frontière du côté italien; mais …. je ne vous en dirai pas plus.
De fait même si on retrouve les méthodes de Gaston Leroux pour décrire des faits tout en sachant qu'ils ne reflètent pas la réalité, ce récit m'a paru plus concis que celui du Mystère de la chambre jaune car il n'y a finalement qu'un seul épisode d'agression caractérisée qui a lieu, malgré toutes les précautions prises par Rouletabille, à peu près au deux tiers du roman.
Comme pour le premier ouvrage, il faut, pour apprécier sa lecture, un peu dépasser l'aspect suranné de ce style de roman et supporter la complexité des déductions du sus-nommé Rouletabille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
lanardlanard   17 décembre 2010
P 126 J'ai déjà dit que Mathilde Stangerson avait été très religieusement élevée, non point par son père qui était assez indifférent sur ce chapitre, mais les femmes et surtout sa vieille tante de Cincinnati. Les études auxquelles elle s'était livrée par la suite, aux côtés du professeur, n'avaient en rien ébranlé sa foi et le professeur s'était bien gardé d'influencer en quoi que ce fût, à ce propos, l'esprit de sa fille. Celle-ci avait conservé, même au moment le plus redoutable de la création du néant, théorie sortie du cerveau de son père, ainsi que celle de la dissociation de la matière, la foi des Pasteurs et des Newton. Et elle disait couramment que, s'il était prouvé que tout venait de rien, c'est à dire de l'éther impondérable, et retournait à ce rien, pour en ressortir éternellement, grâce à un système qui se rapprocherait d'une façon singulière des fameux atomes crochus des anciens, il resterait à prouver que ce rien, origine de tout, n'avait pas été créé par Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
FlorelliaFlorellia   02 février 2017
Il y avait dans ces cris: "Maman! Maman! Maman!" une telle fureur de désespoir, un appel ou plutôt une annonce de secours tellement au-dessus des forces humaines que je pouvais craindre qu'il n'oubliât qu'il n'était qu'un homme, c'est à dire incapable de voler directement de cette fenêtre à cette tour, de traverser comme un oiseau ou une flèche cet espace noir qui le séparait du crime et qu'il remplissait de son effrayante clameur. Tout à coup, il se retourna, me renversa, se précipita, dévala, dégringola, roula, se rua à travers couloirs, chambres, escaliers, cour, jusqu'à cette tour maudite qui venait de jeter dans la nuit le cri de mort de la galerie inexplicable!
Et moi, je n'avais encore eu que le temps de rester à la fenêtre, cloué sur place par l'horreur de ce cri. J'y étais encore quand la porte de la Tour Carrée s'ouvrit et quand, dans son cadre de lumière, apparut la forme de la Dame en noir! Elle était toute droite et bien vivante, malgré le cri de la mort, mais son pâle et spectral visage reflétait une terreur indicible. Elle tendit les bras vers la nuit, et la nuit lui jeta Rouletabille, et les bras de la Dame en noir se refermèrent et je n'entendis plus que des soupirs et des gémissements, et encore ces deux syllabes que la nuit répétait indéfiniment: "Maman! Maman!".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
balooobalooo   13 décembre 2010
Le mariage de M. Robert Darzac et de Mlle Mathilde Stangerson eut lieu à Paris, à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, le 6 avril 1895, dans la plus stricte intimité. Un peu plus de deux années s’étaient donc écoulées depuis les événements que j’ai rapportés dans un précédent ouvrage, événements si sensationnels qu’il n’est point téméraire d’affirmer ici qu’un aussi court laps de temps n’avait pu faire oublier le fameux Mystère de la chambre jaune... Celui-ci était encore si bien présent à tous les esprits que la petite église eût été certainement envahie par une foule avide de contempler les héros d’un drame qui avait passionné le monde, si la cérémonie nuptiale n’avait été tenue tout à fait secrète, ce qui avait été assez facile dans cette paroisse éloignée du quartier des écoles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BiblioMaricloBiblioMariclo   11 février 2017
Un vieux chien, sans couleur, sur le seuil du libraire, allongeait son museau paresseux sur ses pattes gelées.
- C'est Cham ! fit Rouletabille. Oh ! je le reconnais bien !... C'est Cham ! C'est mon bon Cham !
Et il 'appela :
- Cham ! Cham !...
Le chien se souleva, tourné vers nous, écoutant cette voix qui l'appelait. Il fit quelques pas difficiles, nous frôla, et retourna s'allonger sur son seuil, indifférent.
- Oh ! dit Rouletabille, c'est lui !... mais il ne me reconnait plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mamzellelizamamzelleliza   17 mai 2011
Mais enfin ! Qu’a donc cette femme de si étonnant ? Pour avoir inspiré des sentiments aussi chevaleresques, aussi criminels à des cœurs d’hommes, pendant de si longues années ! La voilà donc cette femme pour laquelle ; policier, on tue ; pour laquelle sobre, on s’enivre ; et pour laquelle on se fait condamner innocent ? Qu’a-t-elle de plus que moi ? Qui n’a su que me faire platement épouser par un mari que je n’aurais jamais eu si elle ne l’avait pas repoussé…Oui, qu’a-t-elle ? Elle n’a même plus la jeunesse ! Et cependant, mon mari m’oubli pour la regarder encore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Gaston Leroux (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaston Leroux
Rencontre avec Nicolas Sorel de la compagnie Amavada, à l'origine du projet Belle époque ! Ce projet nous replonge dans l'oeuvre de trois auteurs normands 1900 : Gustave Lerouge, Maurice Leblanc et Gaston Leroux.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Le parfum de la dame en noir" de Gaston Leroux.

Avec quel événement commence l'histoire ?

un baptème
un enterrement
un mariage

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le Parfum de la dame en noir de Gaston LerouxCréer un quiz sur ce livre
.. ..