AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danièle Darneau (Traducteur)
ISBN : 2258073936
Éditeur : Les Presses De La Cite (09/06/2011)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 119 notes)
Résumé :
Un soir de juillet 2008, Amy Mills, étudiante dans une ville côtière du Yorkshire, est sauvagement assassinée, le crâne fracassé contre un mur.
Quelques mois plus tard, non loin de là, on retrouve dans un ravin le corps d'une septuagénaire, Fiona Barnes, dont la tête a été écrasée à coups de pierre. Le mode opératoire similaire laisse penser que les deux affaires sont liées. Si l'enquête piétine, des zones d'ombre dans le passé de la vieille dame ne tardent p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  30 juillet 2016
De plus en plus, j'apprécie l'univers romanesque de Charlotte Link. Comme personne, elle sait planter le décor, le plus souvent dans le Yorkshire, sa région d'adoption littéraire. Dans l'Enfant de personne, le périmètre de l'intrigue est resserré autour de Staintondale, Ravenscar, Scarborough, avec quelques incursions vers Robin Hood's Bay. L'auteur décrit longuement les paysages verdoyants qui descendent en pente douce vers les plages ou surplombent d'abruptes falaises. Les moutons et chevaux paissent paisiblement. Seules quelques fermes isolées ponctuent l'horizon et signalent la présence humaine. Elle restitue avec minutie les infinies nuances du climat, la couleur unique du ciel en décembre, l'épais brouillard en octobre, les chaudes journées d'août, et les averses soudaines toute l'année.

Jouant brillamment sur les contrastes, Charlotte Link a choisi ce splendide écrin serein pour raconter une tragédie familiale, violente, haineuse qui prend sa source dans la seconde guerre mondiale.

1940, Londres est enseveli sous les bombes hitlériennes. Des quartiers entiers sont rayés de la carte, des familles sont décimées. Le gouvernement décide en toute hâte d'évacuer les enfants londoniens à la campagne où ils seront accueillis par des familles rémunérées par l'Etat. Fiona est une enfant de 11 ans qui se sépare douloureusement de sa mère pour aller vivre provisoirement dans la ferme des Beckett à Staintondale. Dans le chaos qui règne à la gare, un petit garçon égaré, Brian Somerville, voisin de Fiona, s'attache à ses pas et arrive avec elle, et surtout malgré elle, chez les Beckett sans qu'il soit “prévu”. Souffrant d'une déficience, mutique, Brian est passé à travers toutes les mailles du dispositif mis en place par le gouvernement. Il va devenir “l'autre enfant”, surnommé Nobody dont personne ne sait que faire ni à qui le confier.

L'intrigue se déroule en 2008. En alternance, Charlotte Link propose au lecteur des extraits du journal de Fiona, âgée de 80 ans, qui souhaite se mettre en paix avec sa conscience avant sa mort.

C'est volontairement, bien que mes doigts trépignent sur le clavier, que je ne dis pas un mot de plus. Grande fresque familiale en version haineuse et sanglante, belle évocation historique de la vie quotidienne londonnienne durant la guerre, roman émouvant, que l'on pourrait classer si l'on souhaite classer, dans le genre suspense psychologique, il s'agit également d'un roman policier puisque deux meurtres sont commis.

De la belle et solide ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          561
Fifrildi
  26 octobre 2016
Je n'aime pas trop lire ce genre de livre car cela m'ennuie (mes 2 étoiles ne sont donc probablement pas très objectives). Je l'ai lu pour faire plaisir à une copine qui l'avait adoré et qui a beaucoup insisté.
L'histoire de l'enfant dont il est question est difficilement supportable. J'ai eu du mal à trouver le sommeil. Oui je sais ce n'est qu'une histoire... mais c'est ainsi. Qu'ils appellent cela "la faute" m'a laissée perplexe. Le mot est bien trop faible.

Cet aspect de l'intrigue mis de côté je n'ai pas trop aimé l'histoire autour. Je crois que c'est à cause des personnages : aucun ne sort du lot. Celui que j'ai le moins aimé est Valerie Almond. Je ne l'ai pas trouvée très crédible comme enquêtrice.
Bref, je vais rester sur mon avis : les romans policiers/thrillers ce n'est pas pour moi.
Challenge pavés 2016-2017
(version poche 601 p.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
coquinnette1974
  20 janvier 2017
L'enfant de personne est un très bon roman, que j'ai dévoré en une journée, malgré ses 691 pages. Difficile de le lâcher une fois commencé car c'est un policier sacrément bien ficelé.
Il y a pas mal de personnages différents mais ils sont bien présentés donc il est facile de s'y retrouver surtout qu'une fois qu'on les connaît ils reviennent régulièrement.
On découvre notamment Fiona, une vieille dame qui est assassinée dès le début du roman, mais aussi son meilleur ami, Chad.
L' auteur nous entraîne au coeur d'un secret de famille qui nous ramène par moment au milieu de la seconde guerre mondiale, dans les souvenirs de Fiona.
Enfant, au début des années 1940, elle est venue se réfugier dans une famille dans la campagne du Yorkshire pendant que sa maman restait à Londres.
Fiona est arrivé avec un autre gamin, enfant attardé qui a refusé de la lâcher de tout le voyage. Résultat il l'accompagne dans sa famille d'accueil.
Avec Chad, le fils de la famille qui l'accueille, Fiona tissera une amitié et les deux jeunes gens ne seront pas toujours facile avec le petit Brian, qu'ils surnomment Nobody (personne) car il est orphelin, et attardé.
Qu'est devenu ce jeune garçon ? Quel est donc le secret que peuvent bien cacher Chad et Fiona ?
Est-ce à cause de ça que Fiona est morte ?
Ou alors à cause de ce qui s'est passé le soir de son meurtre ?
Et est ce la même personne qui a tué Fiona et Amy ?
Beaucoup de questions se posent, et j'ai été surprise par la fin.
C'est un très bon thriller, et je mets avec plaisir 5 étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
emi13
  18 décembre 2015
Juillet 2008, Amy Mills étudiante du Yorkshire est sauvagement assassinée. Quelques mois plus tard ,on retrouve Fiona Barnes septuagénaire dans un ravin la tête écrasée à coups de pierre. les deux meurtres sont similaire, les deux affaires serait- elle liées. La police va devoir remonté dans les années 1940.Une histoire policière bien menée dans le secret de la guerre mondiale.
Commenter  J’apprécie          90
elematt44
  24 juin 2012
Encore un très bon suspense psychologique, sujet que Charlotte Link maîtrise parfaitement. Dès le début du roman, j'ai été happée par l'intrigue et j'ai ressenti les émotions des divers personnages. Histoire vraiment prenante qui tient en haleine jusqu'à la fin. Petit bémol cependant (sans en dire trop pour ceux qui ne l'ont pas lu), je n'ai pas compris l'acharnement de l'auteur à vouloir à tout prix condamner les personnages de Fiona et de Chad pour leur passé. Ils n'étaient que des enfants au moment des faits qui leur sont reprochés or l'auteur les accable de mon point de vue. En fait, la première fois où ces faits sont mentionnés dans l'histoire, il est fait allusion à quelque chose d'insoutenable. Je pense que je m'attendais alors à beaucoup beaucoup plus grave et répréhensible.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   26 juillet 2016
On ne pouvait pas modifier sa vie après coup simplement en l'analysant, en essayant de la mettre dans un moule destiné à relativiser les événements. Les erreurs restaient les erreurs, les fautes restaient les fautes. On était forcé de vivre avec, on serait forcé de mourir avec.

Page 40
Commenter  J’apprécie          250
namelessnameless   28 juillet 2016
C'était tout à fait lui. Plein d'égards, prévenant. Met au second plan ses propres désirs, mais instille subtilement un sentiment de culpabilité chez l'autre. Devant lui, on se sent toujours le plus méchant des deux.

Page 367
Commenter  J’apprécie          170
FifrildiFifrildi   25 octobre 2016
On ne pouvait pas modifier sa vie après coup simplement en l'analysant, en essayant de la mettre dans un moule destiné à relativiser les événements. Les erreurs restaient les erreurs, les fautes restaient les fautes. On était forcé de vivre avec, on serait forcé de mourir avec.
Commenter  J’apprécie          80
catherinemassoncatherinemasson   27 février 2014
Les pensées s'interrompent, s'envolent, se perdent, ne sont pas menées à leur terme. Par contre, en écrivant, il n'y a de porte de sortie. L'écriture vous contraint à vous concentrer et à formuler avec précision l'indicible. On ne fait pas de demi phrases. On termine les phrases même si le cerveau se défend et si les doigts préfèreraient ne pas toucher les touches. On voudrait s'échapper en courant, mais on écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FifrildiFifrildi   25 octobre 2016
Il est des moments dont le charme continue à opérer des années plus tard quand on se les remémore, quel que soit le nombre d'années écoulées, quel que soit le cours ultérieur de sa vie.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
225 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
. .