AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Danièle Darneau (Traducteur)
EAN : 9782258073937
464 pages
Presses de la Cité (09/06/2011)
3.82/5   182 notes
Résumé :
Un soir de juillet 2008, Amy Mills, étudiante dans une ville côtière du Yorkshire, est sauvagement assassinée, le crâne fracassé contre un mur.
Quelques mois plus tard, non loin de là, on retrouve dans un ravin le corps d'une septuagénaire, Fiona Barnes, dont la tête a été écrasée à coups de pierre. Le mode opératoire similaire laisse penser que les deux affaires sont liées. Si l'enquête piétine, des zones d'ombre dans le passé de la vieille dame ne tardent p... >Voir plus
Que lire après L'enfant de personneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 182 notes
5
10 avis
4
14 avis
3
8 avis
2
3 avis
1
0 avis
Voilà un thriller passionnant et addictif où l'auteure au merveilleux talent de conteuse, construit son intrigue en allers et retours entre présent ——un soir de juillet 2008 et passé sous forme de flash- back—— Londres en 1940...où l'héroïne Fiona , alors âgée de onze ans est placée dans une ferme du Yorkshire pendant les graves bombardements par sa mère.
Elle se lie d'amitié avec Chad , l'un des fils de sa famille d'accueil.


J'ai préféré la partie historique plus prégnante, l'auteure s'attache aussi à décrire minutieusement les paysages colorés qui descendent doucement vers la mer, les sentiers que surplombent de hautes falaises..... les champs humides, les journées sans nuages, la mer bleu saphir, les soleils couchants ..

Le noeud de l'action se déroule autour de Staintondale, Ravenscar, Scarborough ....

La tragédie familiale prend naissance au coeur de la deuxième guerre mondiale.

Des années plus tard, en 2008, deux crimes odieux sont commis, celui de Fiona devenue une vieille dame , le crâne fracassé à coups de pierre et celui de Annie Mills , une étudiante qui vivait aux alentours de Scarborough, la tête fracassée contre un mur ...

Bien des personnages hantent ce pavé de 692 pages, Gwenn, trente- cinq ans , qui vit avec son père Chad, (l'ami de toujours de Fiona) , marquée par la solitude , l'asociabilité, la timidité et l'ignorance, Leslie , médecin , petite fille de Fiona, Brian Sommerville dit Nobody, Karen Ward , Ena Witty, Jennifer, Dave, le «  fiancé » de Gwenn, Valérie Almond , policière ....
Quel est le secret que cachent Fiona et Chad? La faute ?
Qu' est devenu le jeune garçon si particulier Nobody?
De nombreuses questions se posent , le suspense psychologique s'intensifie....
N'en disons pas plus...
L'auteure brouille les pistes à souhait : une tragédie familiale violente et haineuse, soupçons , vengeance effrayante et passionnante ,gros mensonges et apparences trompeuses, la guerre, les bombardements, alibis et mensonges , mobiles et histoires anciennes, camouflages, ressorts bien huilés ...vérité tronquée ...
Le lecteur bluffé, passe un bon moment.
Un récit trépidant fort bien mené , un ouvrage épais difficile à lâcher.
Mais ce n'est que mon avis , bien sûr .




,
Commenter  J’apprécie          625
Dans le Yorkshire, de nos jours, une jeune fille se fait massacrer en revenant d'une soirée de baby-sitter.
Quelques mois plus tard, Fiona Barnes, une dame qui allait atteindre ses 80 ans se fait aussi massacrer en rentrant d'une soirée familiale pendant laquelle elle avait été plus que désagréable.
Depuis quelques temps Fiona recevait des appels téléphoniques où elle n'entendait que la respiration.
Cela la tracassait et elle venait de le confier à Chad, un ami plus âgé qu'elle de quelques années.
Au début du livre, on lit que Fiona n'est pas en paix avec son passé mais on n'en sait pas plus.
On apprend vite qu'elle est arrivée dans cette région au moment des bombardements de Londres, accueillie par les parents de Chad. Un petit garçon perdu l'accompagnait. Elle ne l'acceptait pas. La vengeance vient-elle de ces faits?
Tous les personnages sont analysés à fond.
Je dois avouer que les faits du passé de Fiona m'ont particulièrement intéressée. J'y cherchais les clés du mystère.
Pour terminer, un très beau roman policier et je retiendrai surtout : "Méfiez-vous de l'eau qui dort" . Ce qui est le cas dans de nombreux romans à suspense mais ici c'est surprenant quand même.
J'aime beaucoup retrouver de temps en temps un roman de Charlotte Link. L'idée de celui-ci m'était venue d'Annette 55. Merci Annette.
Commenter  J’apprécie          530
Je n'aime pas trop lire ce genre de livre car cela m'ennuie (mes 2 étoiles ne sont donc probablement pas très objectives). Je l'ai lu pour faire plaisir à une copine qui l'avait adoré et qui a beaucoup insisté.

L'histoire de l'enfant dont il est question est difficilement supportable. J'ai eu du mal à trouver le sommeil. Oui je sais ce n'est qu'une histoire... mais c'est ainsi. Qu'ils appellent cela "la faute" m'a laissée perplexe. Le mot est bien trop faible.



Cet aspect de l'intrigue mis de côté je n'ai pas trop aimé l'histoire autour. Je crois que c'est à cause des personnages : aucun ne sort du lot. Celui que j'ai le moins aimé est Valerie Almond. Je ne l'ai pas trouvée très crédible comme enquêtrice.

Bref, je vais rester sur mon avis : les romans policiers/thrillers ce n'est pas pour moi.

Challenge pavés 2016-2017
(version poche 601 p.)
Commenter  J’apprécie          160
Les romans de Charlotte Link provoquent une addiction...sitôt le décor planté dès les premiers chapitres, impossible de les lâcher jusqu'à la fin, pour connaître le dénouement de l'intrigue. J'avais connu ce sentiment avec un autre auteur , William Colins, auteur victorien du siècle dernier.
Je vais tout lire de Charlotte Links !
Commenter  J’apprécie          153
Comme personne, Charlotte Link sait planter le décor, le plus souvent dans le Yorkshire, sa région d'adoption littéraire. L'auteure décrit longuement les paysages verdoyants qui descendent en pente douce vers les plages ou surplombent d'abruptes falaises. Les moutons et chevaux paissent paisiblement. Seules quelques fermes isolées ponctuent l'horizon et signalent la présence humaine. Elle restitue avec minutie les infinies nuances du climat, la couleur unique du ciel en décembre, l'épais brouillard en octobre, les chaudes journées d'août, et les averses soudaines toute l'année.


Jouant brillamment sur les contrastes, Charlotte Link a choisi ce splendide écrin serein pour raconter une tragédie familiale, violente, haineuse qui prend sa source dans la seconde guerre mondiale. 1940. Londres est enseveli sous les bombes hitlériennes. Des quartiers entiers sont rayés de la carte, des familles sont décimées. le gouvernement décide en toute hâte d'évacuer les enfants londoniens à la campagne où ils seront accueillis par des familles rémunérées par l'Etat. Parmi eux, Fiona est une enfant de 11 ans qui se sépare douloureusement de sa mère. Dans le chaos qui règne à la gare, un petit garçon égaré, Brian Somerville s'attache à ses pas et arrive avec elle, et surtout malgré elle dans sa famille d'accueil sans qu'il soit “prévu”. Souffrant d'une déficience, mutique, Brian est passé à travers toutes les mailles du dispositif mis en place par le gouvernement. Il va devenir “l'autre enfant”, surnommé Nobody , dont personne ne sait que faire ni à qui le confier.


L'intrigue se déroule en 2008. En alternance, Charlotte Link propose au lecteur des extraits du journal de Fiona, âgée de 80 ans, qui souhaite se mettre en paix avec sa conscience avant sa mort.


Grande fresque familiale en version haineuse et sanglante, belle évocation historique de la vie quotidienne londonnienne durant la guerre et notamment le blitz, roman émouvant, que l'on pourrait classer si l'on souhaite classer, dans le genre suspense psychologique, il s'agit également d'un roman policier puisque des meurtres sont commis.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
«  Et voilà que les gens auxquels on n’avait pas encore attribué d’enfant se dirigeaient vers nous, parcouraient les rangées , nous éclairaient avec des lampes de poche ou des lanternes , et choisissaient ceux qu’ils allaient emmener .
Nous fûmes examinés et jugés , refusés ou sélectionnés .
Aujourd’hui encore, au moment où j'écris ces lignes, je ressens combien je me suis sentie petite, humiliée , sans défense , De nos jours , ce genre de procédé serait impensable ... »
Commenter  J’apprécie          150
«  Les mauvaises herbes proliféraient jusque devant la porte. .....
Le banc n’existait plus, sans doute utilisé comme bois de chauffage...
Les fenêtres, noires de crasse, ne laissaient probablement plus rien passer du merveilleux paysage environnant .
Mais l’air,lui, sentait comme avant, et la mer serait toujours la même, et aussi la crique, et la lumière particulière qui régnait le soir,...
La mer était d’un bleu nuit impénétrable .... »
Commenter  J’apprécie          140
Ce garçon n'existait pas. Dans le chaos de la guerre, un enchaînement de circonstances malheureuses avait conduit les instances officielles à laisser tomber Brian Somerville. Il n'était plus personne. Il n'avait aucune protection. Avec son handicap, il n'était pas non plus en mesure de se protéger lui-même.
Commenter  J’apprécie          130
On ne pouvait pas modifier sa vie après coup simplement en l'analysant, en essayant de la mettre dans un moule destiné à relativiser les événements. Les erreurs restaient les erreurs, les fautes restaient les fautes. On était forcé de vivre avec, on serait forcé de mourir avec.
Commenter  J’apprécie          80
Les pensées s'interrompent, s'envolent, se perdent, ne sont pas menées à leur terme. Par contre, en écrivant, il n'y a de porte de sortie. L'écriture vous contraint à vous concentrer et à formuler avec précision l'indicible. On ne fait pas de demi phrases. On termine les phrases même si le cerveau se défend et si les doigts préfèreraient ne pas toucher les touches. On voudrait s'échapper en courant, mais on écrit.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (495) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
406 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..