AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Baptiste Coursaud (Traducteur)
EAN : 9782264047168
256 pages
10-18 (21/01/2010)
3.61/5   28 notes
Résumé :

Dans un coin paumé de la campagne suédoise, Maj Britt, condamnée en justice pour avoir mutilé le bec de ses perruches, noie sa rage dans les vapeurs de haschich et les rengaines de Bob Marley. Face à elle, von Borring, vieux donneur de leçons, spécialiste des noeuds inutiles et fondu d'oiseaux. Pour Maj, l'heure de la vengeance semble avoir sonné, le jour où Doppler, un original déjanté en quête ... >Voir plus
Que lire après Volvo trucksVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

C'est un roman agréable à lire, au style inimitable, qui nous fait rentrer dans l'intimité de ses trois protagonistes : Maj Britt, von Borring et Doppler. Âgée de 92 ans, "Maj Britt soupçonne fortement l'existence d'être, dans son essence, injuste." D'ailleurs ne lui a-t-on pas interdit de posséder des perruches? Et que dire des cueilleurs de thé qui se tuent à la tâche pour qu'on puisse le déguster confortablement installé dans son salon? Elle dénonce toutes ces injustices sur son site internet. Dans son village du Värmland, on la considère comme "une enquiquineuse de première." Mais avec von Borring *, son voisin, "n'importe quoi peut se produire n'importe quand". Nous voilà prévenu : dans ce roman tout peut arriver. Mais von Borring, pour le moment, se livre à son passe temps favori : observer et répertorier les différentes espèces d'oiseaux qui peuplent son parc.
.
Et puis apparait Doppler, accompagné de son élan et de son fils, qui parti d'Oslo arpente la Suède et atterrit chez Maj Britt. Et à partir de ce moment, sous l'effet du haschich tout se mélange : la grande cabine du Volvo Globetrotter *, un vieux morceau de Bob Marley, le mari décédé de Maj Britt injustement méconnu, la neutralité de la Suède durant la seconde guerre mondiale et surtout la rencontre de Doppler et de von Borring.
.
C'est l'auteur qui l'annonce : "il ne sert à rien de filer à la dernière page pour connaître le dénouement parce que, et c'est presque dommage de l'annoncer, il n'est pas important de le savoir". Il explique aussi que : "la voie menant à cette fin est importante alors que la fin ne l'est pas." Drôle de texte, constitué de nombreux apartés et renvois. Volontairement facile à suivre, parce que l'auteur veut être également compris des critiques littéraires qui "doivent lire, en l'espace de quelques mois, des piles hénaurmes de bouquins … Ça leur fait une tonne de noms, une masse d'intrigues à devoir se caler dans la tête." Mais au delà de l'aspect loufoque de l'histoire, on a là une réflexion profonde sur ce que l'on veut faire de sa vie, des choix qui se présentent à nous, même s'ils ne nous apparaissent pas au premier abord. L'auteur nous rappelle que chacun peut trouver son bonheur dans des environnements très différents et qu'on devient certainement plus sage en vieillissant .

* concernant von Borring : je souhaite spécifier (moi qui écris ceci) que von Borring a été scout et malgré son grand âge a gardé l'esprit scout. Scout toujours! (1)
* concernant le Volvo Globetrotter : the most comfortable truck in the world!

(1) Notes de bas de page librement inspirées du style d'Erlend Loe
Commenter  J’apprécie          10
J'avais envie de connaître la suite.
Notre Norvégien, partageant ce style alerte, drôle, humain avec ses comparses du froid, le Finlandais Arto Paasilinna et le Suédois Jonas Jonasson, nous livre là les suites picaresques de Doppler le citadin osloète devenu homme des bois.
Mais avant qu'il n'entre en jeu dans cette suite, nous faisons la connaissance, en Suède, d'une vieille fumeuse de pétards, Maj, et d'un ornithologue scout toujours, von Boren. Elle est fumasse, fille du peuple, désordonnée, il est straight, monomaniaque, propret. Elle lui en veut, suçote ses envies de vengeance comme un mafieux corse, hargneuse. Lui, vieil ado de bonne famille, solitaire, n'en veut à personne. Il aime regarder les oiseaux, les répertorier, et ne demande rien d'autre.
Arrive Doppler qui a bien marché depuis la Norvège, avec son fils et son petit élan.
Il va rencontrer la mamie défoncée, avant d'entrer dans la vie du vieux garçon.
L'auteur se la joue un peu paresseux. D'accord il a promis une suite à Doppler, alors allons-y, essayons de bâtir une histoire avec ces deux nouveaux personnages. Mais c'est parce que c'est vous, hein. Comme s'il n'en mourait pas d'envie, au fond. Il a hâte d'en finir, Erlend, alors sans bâcler son histoire ou ses personnages, il ne force pas non plus son talent pour en faire un bel objet bien ficelé qui rime à quelque chose. On suit ces péripéties barrées, on s'amuse, ça n'a ni queue ni tête, c'est gratuit. On ne sait pas où on va, on s'en fout un peu d'ailleurs, on se laisse bercer dans les volutes des gros joints roulés par la mamie hargneuse. On n'adore pas nos trois personnages, on les aime bien quand même, et le tout se lit avec plaisir, comme un plateau de pâtisseries orientales dans lequel on picore. Ce n'est pas une saison 2, c'est un épisode qui ne mène à rien sauf au plaisir de le parcourir. Doppler a-t-il encore des choses à nous dire suite à cette aventure suédoise ? Une réflexion philosophique acquise à l'ombre ? Une saison 3 en un peu de sud avec le Danemark ? Un peu d'est avec la Finlande ? Un retour au pays à Oslo avant de repartir sur des bonnes bases ? Tout est permis, et si Erlend nous gratifiait d'une nouvelle suite, ma foi je la lirais aussi avec plaisir. C'est que lui, et ses confrères sus-cités, sont vraiment bons à créer des personnages dans une aimable déjante. Alors ça se mange sans faim, en petite récréation. Faites-vous plaiz !
Commenter  J’apprécie          00
Deux vieux solitaires vivent dans l'ouest de la Suède vers Karlstad, région de bois et de lacs
À moins d'un kilomètre l'un de l'autre... mais ils se détestent.
L'une est une retraitée portée sur la fumette, l'autre passe son temps à observer les oiseaux et à dormir dehors.
Leur petite vie tranquille est bousculée par l'arrivée de Doppler, déjà rencontré dans le roman éponyme. Un norvégien donc, qui débarque avec son fils et son élan apprivoisé. Bref, un original et son orignal...
Dans un style comique et loufoque, cela donne des scènes savoureuses où les vices et les vertus respectives de la Norvège et de la Suède sont comparées.
Peu de dialogue, beaucoup de tendresse envers ses deux ermites solitaires. Erlend Loe ne se moque pas du tout de ses personnages, mais plutôt du milieu de l'édition et de lui même. En effet, le livre est rythmé par des digressions ironiques, sur le métier de l'auteur, les incohérences qu'il a pu laisser par inattention, et ses chamailleries avec son éditeur. Exemple: "ce livre à été publié en Norvège en 2004, et dans le même temps il a été choisi par deux clubs de lecture norvégiens pour figurer dans leur liste des livres de la rentrée littéraire, en tant qu'ouvrage principal. [...] C'était sans précédent: pour la première fois la législation et la réglementation autorisaient un livre à paraître simultanément dans deux clubs de livre"
Commenter  J’apprécie          10
Plus de dix ans que j'ai lu Dopler.
Et voilà que je le retrouve, avec grand plaisir, dans Volvo Trucks.
J'ai oublié beaucoup de choses, mais il m'en reste aussi pas mal.
Continuant son voyage en forêt avec Bongo son élan.
Il réussit enfin à quitter le Danemark et à atteindre la suède.
Et là, il fera la rencontre de deux personnages complètement atypiques.
Maj Britt, vieille femme procédurière qui fume des joints en permanence.
Et von Borring, vieux scout sur le retour.
Avec eux il continue à se remettre en question.
C'est gai, enlevé, amusant, complètement déjanté.
L'auteur s'adresse directement au lecteur.
J'ai juste trouvé agaçant ces beaucoup trop nombreux « moi qui écris ceci » et « Vous qui lisez ceci »
ces répétitions permanentes gâchent un peu l'écriture, qui est à part ça des plus agréables.
Un bon livre détente où l'on sourit beaucoup.
Commenter  J’apprécie          20
La 4ème de couverture m'a bien plu. L'histoire me paraissait originale.
Et finalement, j'ai lutté pour finir le livre. Je n'ai pas accroché au style d'écriture avec son côté descriptif et ses passages où l'auteur écrit sur lui-même.
En ce qui concerne l'histoire en elle-même, j'ai été un peu déçu, je m'attendais à plus explosif.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Tel aurait été le scénario du film. Sauf que ceci est un livre. Pour le meilleur et pour le pire, cela va de soi. Aussi échapperez-vous (qui lisez ceci) à ce moment barbant qui consiste à vous lever de votre fauteuil, à vous habiller, à aller au cinéma et ainsi de suite, et, plus que tout: vous échapperez au calvaire que vous ne manquez pas de vivre lorsque vous sortez de la salle de cinéma aux côtés d'amis désireux de parler du film à tort et à travers alors que vous êtes toujours en plein dedans. Au lieu de quoi vous pouvez rester tranquillement dans votre fauteuil et continuer de lire avec la rassurante certitude que celui qui écrit ceci (moi) a tout prévu dans les moindres détails de la meilleure manière pour que vous puissiez avancer à votre propre rythme, intercaler des pauses, aller chercher boisson et nourriture et tout le toutim.
Commenter  J’apprécie          00
Hasse, pharmacien à la retraite, souffre de prosopagnosie, autrement dit de trouble de la reconnaissance des visages, une pathologie qui a rendu sa vie un peu plus ennuyeuse que ne l'est en général une vie ordinaire. […]
Ceux d'entre vous qui considèreraient que leur connaissance de la prosopagnosie mérite d'être approfondie peuvent se connecter sur http://www.choisser.com/faceblind/ et lire à leur rythme les conséquences générées par cette affection. Ceux qui ne le désirent pas peuvent s'attaquer à une autre lecture ou peut-être aller faire une petite promenade si le beau temps le permet.
Commenter  J’apprécie          00
Maj Britt va dans le salon chercher un livre qu'elle pose sur la table, sous le nez de Doppler. L'Art de la Guerre figure en titre sur la couverture. […]
Tiens, au hasard. Écoute, intime-t-elle : "La guerre repose sur le mensonge. Capable, passez pour incapable; prêt au combat, ne le laissez pas voir." C'est pas joliment dit, ça? C'est pas la vérité, ça?
Commenter  J’apprécie          00

Video de Erlend Loe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erlend Loe
Kurt kurér av Erlend Loe
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (55) Voir plus



Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
147 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre

{* *}