AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070197644
368 pages
Gallimard (03/10/2016)
4.19/5   8 notes
Résumé :
Occupy Wall Street, Indignés, Nuit Debout - plus que jamais la question est posée de définir la vie que nous souhaitons choisir et vivre. Une vie vécue est inséparable de ses formes, de ses modalités, de ses régimes, de ses gestes, de ses façons, de ses allures... qui sont déjà des idées. Le monde, tel que nous le partageons et lui donnons sens, ne se découpe pas seulement en individus, en classes ou en groupes, mais aussi en "styles", qui sont autant de phrasés du ... >Voir plus
Que lire après Styles: Critique de nos formes de vieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Essai surprenant qui croise l'analyse littéraire avec la recherche en science sociale. On passe donc d'Henri Michaux à Pierre Bourdieu, de Charles Baudelaire à Michel Foucault, de Pier Paolo Pasolini à Roland Barthes. Enfin une universitaire qui décloisonne, qui confronte les disciplines, pour le meilleur. Même si l'ensemble à de quoi terrifier le simple lecteur, la posture intellectuelle de Marielle Macé est tellement belle qu'elle engage celui qui la suit à vouloir la comprendre. Car nous n'assistons pas à une leçon, un cours magistral sur ce qu'est le monde, sur ce que nous sommes, mais à une véritable recherche, à une confrontation des connaissances, à une mise en doute des certitudes, pour observer le "comment".
Marielle Macé observe, observe vraiment, avec attention, c'est la seule leçon qu'elle nous donne, de manière involontaire. C'est aussi une forme de vie.

Commenter  J’apprécie          80
Difficile d'oser une critique de cet essai tellement il est dense...La question du style sort du champ de l'esthétique et des études littéraires pour se confronter aux sciences sociales...le style sans la distinction c'est-à-dire sans le jugement et le classement qui vont avec, c'est une des pistes intéressantes de ce livre...une remise en cause de la thèse bourdieusienne toute puissante...Je retiens aussi l'idée de styles qui se côtoient tout au long d'une vie...
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LaViedesIdees
21 mars 2017
Traditionnellement associé aux études littéraires, le style devient une référence indispensable pour parler des pratiques contemporaines de communication. Marielle Macé propose ici d’appeler « style » certaines formes d’expérience de vie. Aux dépens de la stylistique ?
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Ce livre se penche sur cette multitude, celles des enjeux si épars du "comment". Je suis une spécialiste de littérature mais la littérature ne sera pas ici mon objet; elle sera plutôt mon allié, mon guide même, à chaque fois qu'elle s'interroge sur le sens de telle ou telle forme du vivre (elle est très bonne à cela : c'est son souci, sa vertu). Et je veux sur ces sujets la faire, d'emblée dialoguer avec les sciences sociales - la sociologie, l'anthropologie-, qui explorent justement ce terrain des "façons-de", des "manières-de", des allures et des gestes où nous nous engageons quotidiennement; car je suis convaincue que la tâche consistant à qualifier ces formes, à les décrire avec justesse et à les traiter avec justice (à les traiter avec égards, mais aussi avec colère lorsque l'on veut y changer quelque chose), cette tâche est la responsabilité véritablement commune à la littérature et aux sciences sociales (qui en ce sens sont, les unes comme es autres, des "sciences du style"*)
Commenter  J’apprécie          21
Le mouvement de la lecture ne va pas « seulement » ici de l’art à la vie, comme s’il fallait dissocier deux régions de l’être et de l’expressivité, mais, dans la vie, d’une dynamique d’individuation (celle d’une œuvre) à une autre (celle du sujet qui la reçoit), autrement dit d’un style à un autre style, entre lesquelles surviennent des inventions de l’être et des puissances formelles

(...) nous sommes violemment conduits, comme pris en cordée, à éprouver les formes, les directions, les contradictions de notre propre élancement, notre conscience de tendre une corde dans les choses, à notre façon, à notre rythme, et parfois de protester aussi vivement (...)

Ce que je lis, alors, n’est pas ce qui m’exprime, mais ce qui me ressemble, ce qui m’appelle vers moi et requiert de moi un effort contre moi.

Les livres ne s’appliquent pas à la vie, mais les lecteurs, dans la vie, s’approprient les formes qui les touchent pour en faire, ou pas, leurs formes propres.
Commenter  J’apprécie          20
C'est dans un grand tourment de formes que se disent des décennies de trouble politique, que s'accumulent les pertes et les espérances, que donc se vivent, se démènent et prennent tournure les déchirements culturels. L'apparaître n'y est pas la marque d'une place, ou d'un moi, c'est le plan mouvementé d'un travail.
Commenter  J’apprécie          60
[Une stylistique de l'existence] ne traite pas forcément de vies éclatantes, triomphantes, d'apparences prisées ou de corps élégants; elle dit que toute vie s'engage dans des formes, toutes sortes de formes, que l'on ne peut pas préjuger de leur sens, et qu'il faut donc s'y rendre vraiment attentif, sans savoir d'emblée ce qui s'y joue ni ce qu'elles voudront dire. Une stylistique de l'existence prend en charge [...] la question foncièrement ouverte, requérante, et toujours réengagée, du "comment" de la vie.
Commenter  J’apprécie          31
« Belle pensée en effet que celle qui veut voir dans la pudeur ou la discrétion non des refus de la parure ou des effets de sourdine mais simplement une autre valence de l’apparaître, une autre force de rayonnement, un autre réglage des distances et d’éclats dans le plan du visible. » P 139
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Marielle Macé (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marielle Macé
Marielle Macé est venue présenter son nouvel ouvrage Respire aux éditions verdier. Ce livre parle d'aujourd'hui, de nos asphyxies et de nos grands besoins d'air. Parce qu'une atmosphère assez irrespirable est en train de devenir notre milieu ordinaire. Et l'on rêve plus que jamais de respirer: détoxiquer les sols, les ciels, les relations, le quotidien, souffler, respirer tout court. Peut-être d'ailleurs qu'on ne parle que pour respirer, pour que ce soit respirable ou que ça le devienne. Il suffit de prononcer ce mot, «respirer», et déjà le dehors accourt, attiré, aspiré, espéré à l'appel de la langue.
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
436 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}