AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330080679
480 pages
Éditeur : Actes Sud (03/05/2017)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Monteperdido : un village de montagne acculé contre les plus hauts pics des Pyrénées. Des routes sinueuses, impraticables en hiver, des congères, des rivières qui débordent. Quelques familles, souvent coupées du monde, des sangliers et des chevreuils dans les forêts de peupliers et de pins noirs. C’est là que disparaissent un jour deux fillettes de onze ans qui, comme tous les soirs, traversaient la pinède de retour du collège. Malgré la mobilisation exemplaire du v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Pecosa
  22 août 2017
Deux mois pour terminer Monteperdido d'Agustín Martínez, thriller phénomène en Espagne, qui est à l'Aragon ce que la trilogie de Batzan de Dolores Redondo est à la Navarre...Peut-être ai-je traîné parce que le sujet est déjà vu et déjà traité. Deux fillettes originaires d'un village isolé de montagne, Monteperdido (imaginaire de par son orthographe mais à rapprocher de Monte Perdido, le mont Perdu, proche de la frontière, près des canyons d'Ordesa et de Pineta) disparaissent un jour à la sortie du collège. Comme tout le monde se connaît dans le village, les soupçons se tournent très vite vers l'extérieur mais sans succès. Jusqu'à ce que quelques années plus tard, l'une des jeunes filles, Ana, réapparaisse, victime d'un accident de la route près de Monteperdido. Où était-elle passée durant ces cinq années? Et surtout qu'est-il advenu de son amie Lucia?
Monteperdido est donc un thriller de facture classique: un microcosme planté en plein coeur de la nature sauvage, des secrets bien gardés à exhumer pour savoir qui a pu commettre l'irréparable, des familles éclatées et plongées à nouveau dans l'effroi lorsque l'une retrouve son enfant et l'autre pas…
L'auteur est scénariste et cela se sent dans la construction et l'écriture du roman. Ce n'est donc pas l'intrigue qui m'aura séduite mais les pages consacrées à la beauté des Pyrénées aragonaises, au charme hiératique des montagnes, à la force sauvage de ce parc national, l'un des plus anciens des Pyrénées. Ce Monteperdido est en effet le cadre idéal pour tresser une intrigue. L'entre-soi et l'isolement exacerbent toujours les passions et rendent mutiques devant les étrangers. L'atmosphère particulière créée par Agustín Martínez m'a rappelé celle tout aussi oppressante du thriller d'Isaki Lacuesta et d'Isa Campo, La propera Pell (La próxima piel). L'adaptation en série ne saurait tarder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          513
monromannoir
  31 août 2017

Je sais que parfois je rabâche un peu, mais je me vois, une fois de plus, contraint de vous recommander de faire un tour du côté de la production littéraire du polar espagnol dont j'ai fait l'éloge à de multiples reprises que ce soit avec Victor del Árbol, Carlos Zanòn ou tout dernièrement Andreu Martin qui nous entraînait dans les méandres d'une triade chinoise réglant ses comptes dans les rues de Barcelone. Dans un autre registre, il conviendra de s'intéresser à Monteperdido, premier roman d'Agustìn Martìn dont l'intrigue se déroule dans la promiscuité d'une bourgade nichée au creux d'une vallée perdue des Pyrénées espagnoles. Même s'il aborde le schéma classique de l'enlèvement d'enfants, Monteperdido déroutera le lecteur de par son rythme plutôt lent qui permet d'appréhender toutes les interactions entre les nombreux personnages qui peuplent cet ouvrage en surfant sur les codes du polar bien évidement, mais également sur ceux du thriller et du roman noir que l'auteur parvient à conjuguer avec un bel équilibre.
Monteperdido, village niché aux pieds des plus hauts sommets des Pyrénées, a défrayé la chronique judiciaire avec la disparition d'Ana et Lucia, deux fillettes de onze ans qui ont disparues sans laisser de trace. Toutes les recherches sont restées vaines et cinq ans se sont passés lorsque l'on retrouve une voiture accidentée au fond d'un ravin. Dans l'habitacle, le cadavre d'un homme et une jeune adolescente inconsciente que l'on identifie très rapidement. Il s'agit d'Ana. Dès lors, ce sont deux inspecteurs dépêchés de Madrid, Sara Campos et Santiago Baìn, qui reprennent l'affaire avec l'appui de la guardia civil. Et le temps presse pour localiser Lucia. Qui peut bien être ce mystérieux ravisseur ? Que s'est-il passé durant ces cinq années ? Et que craint Ana en se murant dans le silence ? Des questions qui restent sans réponse, d'autant plus que les policiers se heurtent rapidement à l'hostilité des habitants déterminés à régler leurs affaires entre eux pour conserver leurs plus vils secrets.
Pour les adeptes des rythmes trépidants et des rebondissements sans fin il faudra passer son tour avec Monteperdido qui se cale sur l'atmosphère majestueuse de cette région montagneuse dans laquelle se déroule un récit emprunt d'une certaine forme de spleen tout en distillant un climat oppressant au sein d'une localité où les habitants vivent en vase clos une bonne partie de l'hiver. Habile, précis, Agustìn Martìnez réussit à mettre en place une kyrielle de personnages évoluant dans un décor qu'il parvient à dépeindre avec une belle force poétique permettant au lecteur d'éprouver les sensations que procurent cette faune et cette flore qui prennent une part prépondérante dans le cours de l'intrigue. Ainsi, l'auteur parvient à tisser une espèce de toile complexe pour dépeindre les diverses interactions entre les différents membres de cette communauté s'ingéniant à dissimuler quelques fautes inavouables. Comme des cercles qui s'entrecroisent on suit les différents ensembles de protagonistes qui interagissent soit dans le cadre familial des fillettes disparues ou de l'enquête qui est en cours mais également dans le microcosme des autres membres du village qui interviennent parfois pour relancer le récit dans une succession de rebondissement savamment équilibrés. Loin des clichés de carte postale et sans jamais en abuser, Agustìn Martìnez parvient également à intégrer le folklore et les traditions, notamment liées à la chasse, de cette province de Huesca que ce soit par le biais des spécialités culinaires mais également des légendes locales qui prennent une dimension particulière au fur et à mesure de l'avancée de l'enquête.
Finalement assez éloigné des schémas classiques, malgré les apparences, l'intrigue tourne, pour une partie, autour du duo atypique que forme les deux inspecteurs chargés de l'enquête. Dans ce village replié sur lui-même, les deux policiers deviennent l'élément perturbateur qui met à mal l'apparente quiétude d'habitants tenaillés par leurs angoisses respectives et bouleversés par cette disparition inexplicable qui ne devenait plus qu'un lointain souvenir soudainement ravivé avec la réapparition de la jeune Ana. Les deux enquêteurs entretiennent une relation singulière puisque Santiago Baìn, vieux policier proche de la retraite endosse le rôle de pygmalion auprès de Sara Campos, jeune inspectrice tout en émotion et sensibilité qu'il a recueillie au terme d'une adolescence mouvementée où la jeune fugueuse se rendait compte que ses parents n'avaient même pas pris la peine de signaler sa disparition. On perçoit ainsi toute la vulnérabilité de cette enquêtrice déterminée dont la quête pour retrouver les deux jeunes filles prend subitement une tout autre forme avec cette allégorie sur l'existence de l'homme au travers du regard des autres. le roman emprunte ainsi des thèmes chers à Borges à qui l'auteur rend hommage par l'entremise de quelques vers du poète argentin qui émaillent le texte et quelques clins d'oeil, comme ces labyrinthes que l'inspectrice dessine dans la marge de ses notes.
Conte crépusculaire qui se décline sous la forme d'un huis clos tragique et oppressant Agustìn Martìnez intègre avec Monteperdido tous les archétypes du polar pour mieux les détourner afin de nous livrer une intrigue déroutante qui n'épargne aucun des protagonistes qui s'enlisent dans une tragédie noire et sordide sans concession et sans espoir. Poignant et dramatique.

Agustìn Martìnez : Monteperdido. Actes Sud/Actes Noirs 2017. Traduit de l'espagnol par Claude Bleton.
A lire en écoutant : What's A Girl To Do de Bat For Lashes. Album : Fur And Gold. The Echo Label Ltd 2011.

Lien : http://monromannoiretbienser..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
EvadezMoi
  28 juillet 2017
Ce roman policier est grandiose et ce, sur plusieurs points.
Evidemment, il y a l'histoire. Une disparition d'enfants et l'espoir qui renait dans des familles brisées par le chagrin. Une enquête très compliquée pour les enquêteurs, victimes de la loi du silence régnant dans cette vallée.
L'auteur nous trimbale de parts et d'autres, nous faisant soupçonner les uns puis les autres. Il disperse des rebondissements poignants qui font repartir l'enquête dans l'autre sens. C'est clairement un maestro des fausses pistes…
Il y a également les personnages. Ils ont chacun leurs secrets, leurs mensonges, leurs démons aussi.
Sara, la femme flic qui dirige l'enquête avec Santiago, un flic près de la retraite et qui l'a prise sous son aile des années auparavant et à qui elle doit tout.
Victor, membre de la « Guarda civil », enfant de ce village, qui a connu le pire avec la perte de son épouse, noyée dans la rivière en crue quelques années auparavant. Il vit seul avec Nieve, son chien.
Ana, jeune femme troublante qui, bien que sauvée de son ravisseur, garde cette peur en elle et prétend ne jamais avoir vu son tortionnaire.
Raquel, Montserrat, Joaquin et Alvaro, les parents.
Raquel et Alvaro sont les parents d'Ana. A la disparition des fillettes, Alvaro est désigné comme suspect et, bien qu'innocenté, leur couple n'y survivra pas. Ils se rapprocheront pour Ana, son équilibre, son bonheur.
Montserrat et Joaquin sont les parents de Lucia. D'abord jaloux que ça ne soit pas leur fille qui ait été retrouvée, ils ne cesseront d'espérer qu'Ana leur permettra de retrouver Lucia.
Enfin, il y a le décor de ce roman. Un décor magnifiquement mis en place et entretenu tout au long de l'histoire. Une vallée nichée au coeur du Monte Perdido. le Monte Perdido est une montagne qui se situe à peu près au centre de la chaîne Pyrénéenne, non loin de Gavarnie. Une région où l'on peut trouver des canyons et où les neiges peuvent être éternelles.
La nature y fait sa loi.
Ce roman c'est aussi un hommage à cette nature encore pure. Les animaux qui la peuplent, sa végétation autant que son climat nous assurent un dépaysement complet.
A l'image de ces hommes, vivant entre ces montagnes. Des hommes durs qui pratiquent la contrebande, qui aiment chasser et qui vivent de générations en générations dans le village. Un village qui forme une famille et qui ne révélera jamais ses secrets ni ne dénoncera l'un des siens.
En résumé, un roman passionnant dans un décor grandiose, une superbe découverte pour moi.

Lien : http://www.evadez-moi.com/ar..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Cormorobin
  07 mai 2019
Je rédige ma critique après avoir survolé quelques unes faites par les collègues. Pour ce qui me concerne, j'ai beaucoup apprécié. En quelques mots, deux fillettes ont disparu il y a 5 ans, une, Ana, reparaît. Quelle est son histoire? Et qu'est devenue la seconde, Lucia?
Très prenant, très bien écrit et certainement très bien traduit. C'est sombre, comme cette vallée pyrénéenne au bout du bout, et son tunnel vers la France inachevé.
De nombreux personnages, complexes, on s'attache à mieux les comprendre.
Et Sara qui mène l'enquête, toute en souffrance.
Effectivement, on retrouve un peu l'esprit de Dolorès Redondo, mais de mon point de vue, c'est tout de même très différent.
J'ai hâte de lire le deuxième opus dont la traduction ne devrait pas tarder.
Commenter  J’apprécie          141
Pirouette0001
  19 mai 2019
Les polars espagnols sont une bonne mine de trouvaille. Ce livre-ci le confirme. Quoique le sujet est plutôt rebattu et pourrait lasser : la disparition de fillettes qui immanquablement mène à la pédophilie. Toutefois, l'auteur nous décrit une atmosphère rurale crédible et a fait choix d'enquêteurs loin d'être monolithiques. Intéressante découverte sans être non plus la lecture de l'année.
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (1)
Lexpress   15 mai 2017
Un premier roman réussi, aux allures de huis clos, tant ce mont Perdu vit loin du reste du monde.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
— Laisse les petites jouer, lui dit Raquel.

Sa fille avait escaladé un petit monticule en plongeant les mains dans la neige. Les empreintes de son ascension étaient de minuscules trous noirs. Arrivée en haut, elle tendait les bras en croix pour garder l’équilibre, menaçait de tomber à tout moment, de dévaler la pente enneigée, et riait aux éclats.

Comme si on la chatouillait.

Ses bottes en caoutchouc s’enfoncèrent jusqu’aux chevilles ; plus stable, elle se baissa pour faire une boule de neige. Elle était excitée, comme par un matin de Noël, joyeuse et fébrile. L’émotion la rendait maladroite, la neige lui glissait des mains. Ana avait tout juste onze ans.

— Tu vas voir, elles vont finir par se faire mal, râla Montserrat en s’asseyant à côté de Raquel.

La fille de Montserrat était au pied du monticule. Accroupie, elle redoutait l’impact de la boule de neige qu’Ana préparait. Elles avaient le même âge. Des voisines inséparables.

— Il a beaucoup neigé, répondit Raquel. Si elles tombent, il ne leur arrivera rien. D’ailleurs, elles ont la tête dure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   13 janvier 2019
À quelques kilomètres de là, plus bas, au fond d’un ravin, les roues avant de la voiture tournaient encore. Elle était à l’envers, le pare-brise brisé dessinait une toile d’araignée au milieu d’un nuage de poussière et de fumée. Quelques centaines de mètres plus haut, le chemin de terre d’où elle était tombée s’accrochait au flanc de la montagne. La chute avait laissé un sillon d’arbres arrachés et de terre labourée.

Le vent balaya la fumée et révéla une flaque rouge à l’intérieur de la voiture, alimentée par un filet de sang, comme un robinet mal fermé, qui prenait sa source au front du chauffeur suspendu en l’air, retenu par la ceinture de sécurité. Le choc lui avait ouvert le crâne.

Malgré les sifflements du vent, on percevait un gémissement. Presque un sanglot. Une fille, les bras marqués par une fine pluie de coupures, les vêtements en lambeaux et les cheveux sur le visage, se traînait hors du véhicule par la lunette arrière, également brisée. Les éclats de verre s’enfonçaient dans ses cuisses. Elle avait à peine seize ans. Elle surmonta la douleur et, dans un dernier effort, parvint à s’extraire entièrement.

Elle se laissa tomber, épuisée. Sa respiration, encore irrégulière, la secouait tout entière chaque fois qu’elle cherchait à reprendre son souffle.

L’endroit où la voiture s’était écrasée était pour ainsi dire inaccessible. Un défilé abrupt, entre des montagnes dont les sommets étaient encore enneigés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pirouette0001Pirouette0001   04 mai 2019
Nous avons besoin de vivre au milieu d'une famille. Les animaux le font par protection, car en troupeau ils sont une proie moins facile. Notre principale différence avec eux, c'est que l'être humain peut raconter sa propre vie. Son histoire. Mais c'est impossible s'il est seul.
Commenter  J’apprécie          60
CormorobinCormorobin   26 avril 2019
Personne n'est pressé de donner des mauvaises nouvelles, et elle était persuadé qu'en ce qui concernait sa fille, elles ne seraient jamais bonnes.
Commenter  J’apprécie          90
missmolko1missmolko1   06 mai 2017
- Tu es mignon avec ces lunettes, dit-elle d'un ton moqueur.
- Quand la lumière baisse, je n'y vois plus rien... Comment veux-tu que je m'y prenne autrement ? Elles me vieillissent beaucoup ?
- Elles ne te font pas plus vieux que ton âge.
- Un jour, toi aussi tu auras mon âge, et tu trouveras pas drôle qu'une gamine se moque de ta presbytie, répliqua Santiago Baín en souriant.
Sara se tourna vers son "chef". Les rides modelaient son visage, mais ce n’était pas une question d'âge. Ou du moins pas seulement. Elles étaient là depuis que Sara le connaissait et, tout bien réfléchi, elle se rappela que la première image qui lui était venue en voyant l'inspecteur Baín pétri de rides, c’était celle d'un pois chiche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Agustin Martinez (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agustin Martinez
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Le Jeu du Chuchoteur" de Donato Carrisi, Éditions Calmann-Lévy - suite de "Le Chuchoteur " en Livre de Poche "À cache-cache" de M. J. Arlidge, Éditions Les escales - suite de "Oxygène" aux Éditions 10/18 poche "Victime 2117" de Jussi Adler-Olsen, Éditions Albin Michel "L'épidémie" de Åsa Ericsdotter, Éditions Actes Sud "Le Secret ottoman" de Raymond Khoury, Éditions Presses de la Cité "Fermer les yeux" de Antoine Renand, Éditions Robert Laffont - connu pour "L'Empathie" maintenant en poche aux Éditions Pocket "Au soleil redouté" de Michel Bussi, Éditions Presses de la Cité "La punition qu'elle mérite" de Elizabeth George, Éditions Pocket "La Mauvaise herbe" de Agustin Martinez, Éditions Actes Sud
+ Lire la suite
autres livres classés : pyrénéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Agustin Martinez (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre

.. ..