AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812610026
Éditeur : Editions du Rouergue (04/11/2015)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Katrine Hedstrand, journaliste, vit à Londres. Lorsqu’elle est rappelée à Stockholm au chevet de sa mère qui n’a plus toute sa raison, elle découvre dans les papiers personnels de celle-ci les courriers insistants d’une agence immobilière qui propose des sommes considérables pour une maison située au nord de la Suède, à la frontière avec la Finlande. Katrine, qui n’a jamais entendu parler de cette maison et ne connaît pas même la région natale de sa mère, décide de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
nelly76
  07 août 2018
1er prix aux Ancres Noires du Havre, auteure inconnue pour moi,ce fut une découverte et une très bonne surprise car j'ai beaucoup aimé, bien que j'ai dû le relire deux fois :je m'explique:l'ayant commencé il y a une quinzaine de jours,je l'avais arrêté car rôle de mamie oblige ,j'ai eu mon petit fils de 8ans 15 jours chez moi donc lecture jeunesse durant ces 15 jours et journées bien remplies!!
Et hier ,je l'ai repris du début car il est vrai qu'il y a une multitude de personnages,à tel point que je me suis fait un petit récapitulatif pour ne pas perdre le fil de l'histoire c'est le seul bémol. En fait une fois commencé, il ne faut pas le lâcher de part l'histoire très instructive de la Suède et de la Finlande qui vit nombre de ses habitants adhérer au communisme vers 1930 et émigrer vers L'U.R.S.S.( Dans la region de Tornėdalie)et je pense que ce roman doit être lu en faisant un petit détour historique de ces deux pays.
Puis une atmosphère tout aussi glaciale que dépaysante, un suspense bien traduit nous transportent dans cette histoire peu banale.J'ai aimé cette tension qui monte progressivement, la recherche ,par notre héroïne journaliste de ses origines,un côté initiatique plus un côté polar en font somme toute un bon petit roman,qui pour moi n'a pas démérité sa 1ère place aux Ancres Noires du Havre.
La fin par contre souléve un énorme point d'interrogation?je ne vous dévoile rien mais vous le recommande chaleureusement. 🌟🌟🌟🌟
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nathavh
  20 décembre 2015
Je vous invite à enfiler votre doudoune, des moufles et un bonnet car je vous emmène dans le froid polaire à Kivikangas, un petit village au Nord de la Suède en bordure de la Finlande.

Un ancien champion de ski, Lars-Erik Svanberg vivant reclus en ermite est découvert mort assassiné, la tête fendue en deux à la hache. Cela commence très fort.

Katrine Hedstrand est journaliste, elle vit à Londres. Elle est appelée au chevet de sa maman à Stockholm car celle-ci perd la raison. Elle découvre en rangeant des documents un courrier d'une agence immobilière proposant une somme astronomique pour une maison à Kivikangas. Katrine est intriguée, elle n'a jamais entendu parler de ce village. Elle commence alors un voyage initiatique.

Elle part là-bas voir cette maison dont elle ignore tout et mène l'enquête à la recherche de ses racines.

Peu à peu, elle découvrira l'histoire de sa grand-mère Siri et de son grand-père accompagnés d'autres jeunes de l'époque attirés par le rêve du communisme. Idéalistes, ils espéraient y trouver une vie nouvelle. Nous sommes dans les années trente, ces jeunes vont tout quitter pour la Russie convaincus d'un monde meilleur.

En cours de lecture, je n'ai pu m'empêcher de penser à "Purge" de Sofi Oksanen originaire de Finlande.

J'ai trouvé passionnant de se replonger dans l'Histoire du pays, de voir quelle fut l'attitude des suédois face à ces rêveurs partis en quête du communisme et face à ceux qui sont rentrés au pays, bannis, emprisonnés comme espions durant la seconde guerre.

On voyage à Petrozavodsk, Saint Petersbourg, on côtoie les services secrets, la mafia russe et on vit de multiples péripéties dans ce récit au rythme scandinave passionnant où le froid est un des acteurs principaux figeant les gens, enterrant l'histoire comme nous le suggère le titre.

Un excellent moment, une belle découverte que je vous recommande.

Ma note : 8.5/10
Lien : http://nathavh49.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
christinebeausson
  01 août 2018
"Femmes sur la plage" m'avait laissé un très bon souvenir.
Une nouveauté chez Babel noir m'a permis de continuer la découverte de cette auteur.
Ébouriffant... surprenant.... passionnant.... renversant....
Instructif.... sensible... inventif...
roman dense mais jamais ennuyeux ni poussif.
Un très bon retour sur l'histoire de cette contrée la Tornédalie, un lieu situé au Nord aux limites Suède, Norvège, Finlande avec toujours cette proximité avec l'ogre soviétique et cette fascination qui a porté l'espoir de tous ceux qui voulaient découvrir le nouveau monde.
Des notes en fin du livre renvoient vers un volet personnel de l'histoire de la famille de Tove ... hommage à Nils Bucht qui lui aussi a certainement laissé ses restes quelque part dans les fosses de Staline et n'est donc jamais revenu.
Ce livre est une façon comme une autre de laisser trace pour l'histoire de la désillusion dont ont été victimes tant de personnes qui ont voulu croire en ce qui reste encore pour certains, une utopie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Bouquineuse64
  25 septembre 2018
A Pau, chaque premier week-end d'octobre, a lieu le festival du Polar "Un aller-retour dans le Noir".
Dès que la liste des auteurs invités paraît, j'essaie de lire les ouvrages . C'est un plaisir en amont de celui de la rencontre.
C'est dans ce contexte de lecture bienveillante que j'ai acheté "Dans le silence enterré" .
Tout ce qui a été précédemment écrit par les Babéliotes est vrai , je ne peux le nier .
Cependant ...
Je n'ai pas vraiment apprécié ce livre.
Ce qui m'a dérangé , c'est qu'il m'a semblé que le cadre avait plus d'importance que l'intrigue, qu'il l'écrasait. C'est comme si l'auteur avait fait la liste de toutes les informations qu'elle souhaitait transmettre (historiques, géographiques, religieuses, économiques, politiques, météorologiques ) et qu'ensuite elle avait forgé son récit pour pouvoir les insérer une à une. Le cadre ne se fond pas dans l'intrigue ou dans les agissements des personnages, c'est l'inverse.
Du coup, cette intrigue qui prend source trois générations avant les crimes ne m'a pas fascinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lunabiax
  09 janvier 2019
Appelée au chevet de sa mère démente, Katrine Hedstrand, journaliste suédoise établie à Londres, découvre l'existence d'une maison familiale située tout près de la frontière finlandaise, à Kivikangas. La maison est en vente, un acheteur s'est manifesté qui en propose un prix démesuré. Katrine se rend sur place et s'installe dans la maison délabrée de sa grand-mère. Elle se lie avec les habitants, sous le choc depuis l'assassinat d'Erik Svandberg, le voisin, qui aurait pu lui parler de cette grand-mère qu'elle n'a pas connue.
Le récit se passe dans les conditions qu'on imagine - milieu rural et fermé, froid extrême, neige – et fait revivre les années 30 et la montée du communisme dans cette région septentrionale pas loin de la Russie. Lucie découvre un pan de l'histoire familiale qu'elle ignorait, tandis que, en Russie, des mafieux règlent leurs comptes. Ca fait beaucoup, même si, évidemment, tout est lié. le roman se lit avec plaisir, mais laisse une impression de confusion et d'inachevé.

Lien : http://www.usine-a-paroles.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
nelly76nelly76   07 août 2018
Ce n'était finalement pas si silencieux que ça. Elle distinguait des aboiements dans le lointain et des craquements dans les murs.Le bois se réveillait.Le froid et le chaud ,pensa-t-elle en écoutant son coeur battre de plus en plus fort,des changements de température, le bois prend du volume puis se rétracte, où l'inverse,elle ne s'en souvenait plus.Pour une raison inconnue,elle se mit à penser à l'immeuble d'Ulitsa Voronezhkaya et à l'homme qui avait gelé à même le sol.Sur le plancher que les enfants avaient démonté pour faire du feu avec le bois.Elle se dit qu'elle n'avait aucune idée de la vitesse à laquelle une bûche se consume. Le poêle allait-il s'eteindre dans la nuit?
Elle s'allongea en position foetale et se mit les mains entre les jambes ,pour les réchauffer. Elle distinguait le crépitement du poêle, le chant sourd des flammes.
Ce sera ma maison,pensa-t-elle. L'endroit où je pourrai toujours me réfugier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nelly76nelly76   07 août 2018
Puis elle se mit à raconter.
Elle fut attentive à la réaction d'Ingrid quand elle lui confia qu'elle avait une soeur.Fronçait-elle les sourcils, y avait-il une lueur dans ses yeux?Est-ce qu'elle se souviendrait de l'histoire ,le lendemain si on la lui racontait de nouveau? Katrine avait le sentiment que l'histoire de la soeur avait quelque chose du conte,qu'il s'en dégageait une forme mélodieuse. Elle ne savait pas si sa mère comprenait vraiment où si elle prenait juste plaisir à écouter sa voix,ses mots,profitant que sa fille soit à ses côtés.
-Et elle te ressemble,à part qu'elle a les cheveux plus longs et une fossette au menton.Et le parc où elle habite appartenait aux tsars russes. Mais à vrai dire ,tout à commencé avec ton père....
C'est seulement au moment où l'infirmière auxiliaire entra dans la pièce, pour annoncer qu'il était l'heure de dîner, que Katrine se releva,.
Elle embrassa sa mère en lui chuchotant à l'oreille :
-Mais ne le dis à personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nelly76nelly76   26 juillet 2018
Un lėger brouillard flottait sur la ville.Tout a disparu,pensa t-elle,la boue et les baraquements ,les toilettes en plein air où les excréments tombaient dans une fosse,en même temps que les rêves de grandeur .En sortant de la gare,elle contempla une immense place où tournaient les voitures et les trolleybus dans une sorte de ballet au ralenti.Une large avenue traversait la ville ,rectiligne de la gare jusqu'au lac Onega .L'avenue portait toujours le nom de perspective Lénine.
Elle tira sa valise tandis que le vent lui mordait les joues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   29 juillet 2018
On est en Russie, dit il. Nous tenons nous à ce que nous avons, la famille, les traditions, tout ce que Staline a essayé de détruire, les filiations, la religion. Le peuple russe tient à tout ce qu'il possède. Nous ne changeons pas de maison comme vous autres. Les appartements se transmettent de génération en génération. J'habite chez mes beaux parents avec ma femme et mes enfants, dans leur trois pièces et quand viendra l'heure, nous leur succèderons. Nous n'avons pas l'habitude de vivre seuls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
crapahutevidacrapahutevida   01 juin 2017
« Kivikangas l'été : Katrine essayait de se l'imaginer. Avec les bouleaux dans leur robe vert clair et les membres de sa famille, sur lesquels elle était incapable de mettre un visage.

Carl Pelttari avait géré l'agence pour l'emploi et la Caisse Agricole. Il était de droite comme la plupart des agriculteurs, mais bientôt la terre appartiendrait au peuple. C'était ce que Gunnar avait dit à son père. Et c'était la raison pour laquelle il avait été mis à la porte, « parce qu'un putain de bolchevique n'avait rien à faire dans la maison d'un Pelttari ». Et il avait, du même coup, perdu le petit emploi qu'il occupait, comme assistant à la Caisse Agricole. Carl Pelttari avait engagé le fiancé de sa fille à la place. Le pieu Hilding Svanberg. Il ne pouvait quand même pas confier l'argent des paysans à un traître de bolchevique.

En août, un train partait vers Petrozavodsk en Carélie soviétique. Oskar en serait. Empo et Gunnar étaient dépités de savoir que des mineurs au chômage, pas même membres du Parti, avaient la possibilité de partir, grâce à leur savoir-faire, tandis qu'eux devaient rester au pays, dans la misère et le désespoir. Il se réunissaient la nuit, en cachette, échafaudaient des projets. Après avoir été mis à la porte de chez lui, Gunnar avait pu investir le grenier de la grange des Björnfot. Il cherchait comment offrir mieux à Siri. Il devait lui offrir un vrai foyer, un foyer à elle, avec le chauffage et un lit douillet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Tove Alsterdal (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tove Alsterdal
Dissimulée dans un bosquet, une femme espionne l'homme avec lequel elle a vécu de longues années et qui vient de s'installer avec sa jeune compagne dans un élégant quartier d'habitation aménagé sur le site d'un ancien hôpital psychiatrique, Beckomberga. Si cet homme est assassiné, si c'est justement elle qui découvre le corps, qui croira qu'elle n'est pas la coupable ?
"Chant des âmes sans repos" de Tove Alsterdal © Éditions du Rouergue, avril 2019
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr