AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Le Gal (Autre)Pierre Michaut (Autre)
ISBN : 2020086166
Éditeur : Seuil (01/01/1985)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Tout sur Groucho :
A quelques années près, je suis né au tournant du siècle. Je ne dirai pas de quel siècle. Vous n'avez droit qu'à une seule réponse.
Groucho écrivain ?
J'aurais pu écrire un classique si je l'avais voulu, mais je préfère écrire pour le menu peuple. Dans la rue, je ne cherche pas qu'on me montre du doigt en disant : "Hé, regardez ! C'est le type qui a écrit un classique !"
Alors, pourquoi, une autobiographie ?
La t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mfrance
  04 février 2016
Afin de donner le ton de cette autobiographie plutôt décoiffante, je ne résiste pas à vous en donner l'incipit : "L'ennui avec une autobiographie, c'est que l'on ne peut pas s'écarter de la vérité. Quand on écrit sur un autre, on peut se permettre des retouches, voire carrément de la broderie anglaise. Mais, dès qu'il s'agit de soi-même, le plus petit mensonge vous fait prendre conscience que, s'il peut y avoir une certaine forme d'honneur dans l'arnaque, vous, vous ne serez jamais qu'un tricheur de bas étage.
Bien que ce soit de notoriété publique, j'estime que l'heure est venue de proclamer qu'à ma naissance j'étais très jeune. Avant d'avoir eu le temps de le regretter, j'avais déjà quatre ans et demi. Puisque nous parlons d'âge, n'en parlons plus !" .......
Voilà, vous avez tout compris et Groucho Marx de nous embarquer dans ses délires où tout passe à la moulinette de son irrévérence !
De l'enfance aux premiers pas dans le show business, des périodes de vache enragée jusqu'à la consécration sur les planches de Broadway, pour finir par Hollywood où, dès 1929, début du cinéma parlant, il déroule les vingt années fastes de ses aventures cinématographiques en compagnie de ses frères Chico et Harpo, voilà quarante ans de spectacle rondement évoqués, avec humour, avec tendresse aussi.
Au cours d'une quinzaine de films irracontables, tant l'intrigue quasiment inexistante fait la part belle au non-sense et à l'abracadabrant, les frères Marx peaufinèrent leurs personnages décalés et improbables, de Harpo le muet facétieux chez qui tout passe par le sourire et le regard, à Chico la crapule séduisante, pour finir par Groucho le professeur, beau parleur et profiteur qui enfume joyeusement les femmes qui passent à sa portée ! (la pauvre Margaret Dumont, complice de ces délires, en fera plusieurs fois les frais).
Capitales, ces mémoires, je ne sais pas mais constamment drôles et dépourvues de méchanceté gratuite.
De quoi vous faire frémir les zygomatiques !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
bdelhausse
  09 mars 2016
Un très grand moment. Rires, pleurs, doutes, dérision, Groucho Marx, le frère à la fausse moustache, revient sur leur parcours.
C'est sans concession. Sans doute réécrit-il un peu les choses. Mais il ne se donne pas le beau rôle. Il se livre.
C'est caustique. C'est tendre. OK, c'est parfois un peu long, un peu nombriliste. Une bonne occasion de se replonger dans l'univers cinématographique des Marx Brothers.
Commenter  J’apprécie          50
Chrisland
  15 janvier 2017
L'autobiographie de Groucho Marx est, à ma connaissance, une oeuvre unique dans le paysage littéraire mondial : il s'agit de la seule autobiographie véritable qui soit en même temps un texte humoristique.
Car, si vous vous attaquez à ce récit, vous n'échapperez pas aux fous rires. L'humour non-sens et tous azimuts de Groucho Marx ne s'arrête jamais : il fait partie véritablement de son ADN !
Alors, si vous vous attaquez à ce récit copieux (280 pages en poche avec une typo ultra serrée), vous aurez deux livres pour le prix d'un.
Lire la suite de ma critique sur le site le Tourne Page
Lien : http://www.letournepage.com/..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
mfrancemfrance   04 février 2016
Lafe buvait un demi-litre de bourbon par jour. Pas de celui que l'on vend dans le commerce, mais une panacée de sa fabrication à base de déchets provenant d'une petite distillerie qui était bien contente de se débarrasser de ses rognures. Lafe avait le regard d'aigle de Davy Crockett et ne porta jamais de lunettes avant l'âge de quatre-vingt-quinze ans. Il se tenait droit comme un poteau télégraphique, dont il avait d'ailleurs presque la taille.
Comme mon grand-père et ma grand-mère ne parlaient pas l'anglais, ils ne trouvèrent aucun engagement dans les théâtres américains. Aussi curieux que cela puisse paraître, il n'y avait pratiquement jamais d'offre de travail pour un ventriloque germaniste et une harpiste chantant la tyrolienne dans une langue étrangère.
Lafe, déçu par l'accueil des théâtres du Nouveau Monde se résolut malgré lui à abandonner la scène. Pour une raison demeurée inexpliquée, il choisit un métier aussi éloigné du spectacle que possible. Après mûres réflexions, il décida, sans rien y connaître, de devenir réparateur de parapluies. Vu le nombre de parapluies qu'il répara il ne fait aucun doute que cette année là fut la plus sèche de toute l'histoire des services météo de New-York. Il répara en tout et pour tout en une année civile, sept parapluies pour la mirifique somme de douze dollars et cinquante cents. Somme non négligeable, mais insuffisante pour faire vivre un ménage dans le luxe. Pansant ses blessures d'amour-propre, Lafe décida d'abandonner le métier et d'embrasser une nouvelle carrière : il choisit de ne plus jamais rien faire jusqu'à sa mort, quarante neuf ans plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mfrancemfrance   04 février 2016
J'estime qu'il n'y a pas plus d'une centaine de comiques professionnels de grande valeur, hommes et femmes confondus, dans le monde entier. Mais ces cent-là valent beaucoup plus que tous les joyaux ou tout l'or du monde. Parce que notre métier est de faire rire, je ne sais pas si les gens comprennent bien comme nous sommes essentiels à leur santé mentale. Si nous n'apportions pas au monde, de temps en temps, un souffle de folie, il y aurait une vague de suicides comparable à l'extermination des bébés phoques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bdelhaussebdelhausse   09 mars 2016
Une de mes tantes avait eu une fille de son époux légitime. Après avoir jeté un coup d'oeil à l'enfant, le bonhomme s'enfuit au Canada et ne revint plus jamais. (p.19)
Commenter  J’apprécie          10
Video de Groucho Marx (1) Voir plusAjouter une vidéo

Groucho Marx puis Alfred Hitchcock au festival de Cannes
Groucho MARX puis Alfred HITCHCOCK au festival de Cannes : Groucho MARX descendant la passerelle d'un avion, avant de se prêter à une conférence de pressse au cours de laquelle une décoration lui est remise. Il dit quelques mots en anglais. Alfred HITCHCOCK est sur un bateau et s'exprime en français, il joue un enquêteur (bref).
Dans la catégorie : Biographie des artistesVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs>Biographie des artistes (292)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15058 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre