AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Vulliamy (Traducteur)
ISBN : 2723445798
Éditeur : Glénat (04/02/2004)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 92 notes)
Résumé :

Joe Simpson et Simon Yates, deux jeunes alpinistes britanniques, tentent la première et ambitieuse ascension de la face ouest du Siula Grande dans les Andes du Pérou. Ils atteignent le sommet, mais c'est à la descente que se produit le drame. Dans la tempête, Joe tombe à travers une corniche de neige et se blesse gravement à la jambe. A 6000 mètres, sur cette montagne isolée du monde, il n'a aucune chance de s'en sortir. Il le sent. Et Simon sait qu'en voula... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  22 décembre 2016
Il y en a qui aiment les films d'horreur. Moi, je vous l'avoue, quand j'ai une vraie envie de me filer les chocottes, c'est le film de montagne. Irrésistible. Je flippe à donf'...
Eiger, Everest, Méru, K2, tout me va.
Mais le livre de montagne, à part Premier de cordée, lu à seize ans, je n'avais pas essayé. le Grand Jeu de Celine Minard avait été une initiation, mais la montagne y était un décor plus qu'un propos. Nastie92 a été mon guide de haute montagne littéraire :qu'elle en soit ici remerciée !
Ce roman n'en est pas un:Joe Simpson est le narrateur, l'auteur et le héros de cette terrible et catastrophique descente du Siula Grande, dans les Andes! Heureusement: on se dit que pour le raconter si bien, il a forcément dû en rechapper!
La première partie, très technique, m'a demandé un énorme effort d'imagination, mais sur ce chapitre, je ne crains personne. J'ai donc pris mon pied à imaginer les contorsions les plus acrobatiques, les manoeuves les plus tordues, les positions les plus audacieuses dans les plus insondables crevasses, les plus vertigineuses corniches et les rochers les plus abrupts!
La seconde est épuisante à lire: la souffrance physique, le courage et l'instinct de survie vous pompent littéralement toute énergie. ..et pourtant on continue à lire, fasciné.
Le compagnonnage de cordée m'a aussi paru une rude épreuve : confiance, lucidité et rudesse. Pas question de faire du sentiment, de l'empathie, de l'apitoiement. Pas un mot de trop, un sens du danger et une évaluation permanente du risque et du temps.
Et quand cette mâle camaraderie est rompue comme la corde qui relie les grimpeurs, la solitude n'est jamais totale: un surmoi puissant, vigilant, intransigeant escorte, guide et ordonne. Pas le temps de rêver, geindre ou se prendre en pitié : chaque minute compte!
Moi qui redoute les ascenseurs et ai le vertige sur le moindre escabeau, j'ai été servie....
Enfermé dans une crevasse immense avec une jambe cassée, Joe Simpson a le choix entre la perspective d'y mourir de froid et d'angoisse- ça c'est pour la claustrophobie- ..ou l'obligation kantienne d'en sortir coûte que coûte, en glissant et rampant à travers névés, glaces, moraines, neiges en tempête, pourvu qu'il se lance dans une "petite" descente de 6000 mètres -ça c'est pour le vertige!-
Une course contre la montre, la souffrance et la peur. Haletante!
Ce baptême de grimpette m'a donné plus de frissons qu'un Lovecraft de derrière les fagots...
N'hésitez pas à partir en cordée sous le piolet vigilant de Nastie. ..elle est de très bon conseil et aura sûrement plein de titres à vous proposer.
Pour moi je fais un break au camp de base...Un peu de plancher des vaches ne me fera pas de mal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
Nastie92
  06 février 2014
La mort suspendue est le récit d'une aventure exceptionnelle.
Joe Simpson et Simon Yates font une ascension de très haut niveau dans les Andes péruviennes, une première d'une face ardue. Une réussite malgré les conditions difficiles : ils atteignent le sommet. Mais à la descente, c'est l'accident ; Joe se casse la jambe, et ce qui ne serait qu'un banal incident dans d'autres circonstances prend à six milles mètres d'altitude une toute autre allure. Les deux amis prennent instantanément conscience du drame qui se joue. Seul, Joe est condamné. Mais si Simon reste avec lui, ils risquent très probablement d'y rester tous les deux.
Quand on commence cette lecture, on sait que Joe s'en sortira, puisqu'il est l'auteur du livre. Mais tout au long du récit, on doit se pincer pour se dire qu'on ne rêve pas, que toutes les péripéties relatées sont bien réelles. Franchement, on croirait l'histoire sortie de l'imagination débordante d'un scénariste hollywoodien tant elle est incroyable.
Le livre est composé de deux parties distinctes. Dans la première, on suit l'ascension : un récit classique d'alpinisme, bien écrit et très détaillé. Les descriptions sont très intéressantes, car les Andes offrent des paysages uniques que l'on ne retrouve dans aucune autre montagne au monde. La seconde partie est le récit du retour au camp de base, après l'accident. Récit à deux voix croisées : celles de Joe et de Simon. La culpabilité de l'un, l'alternance de périodes d'euphorie et d'abattement pour l'autre. Joe Simpson, en plus d'être un excellent alpiniste, montre un beau talent d'écrivain. Il réussit à puiser au plus profond de lui-même pour retrouver et nous faire partager toutes les émotions qui l'ont traversé pendant cette aventure. Les heures et les jours passant, on suit son affaiblissement physique et mental, c'est saisissant de réalisme.
Le caractère exceptionnel de cette aventure et la qualité du récit font de ce livre un des grands classiques de la littérature de montagne.
Les efforts surhumains de Joe pour redescendre au camp de base montrent à quel point l'instinct de survie peut être fort. Cela m'a fait penser au récit de Saint-Exupéry dans Terre des hommes, quand il raconte la lutte de Guillaumet pour avancer et ne pas se laisser mourir après son accident (dans les Andes également, autre point commun), et qu'il lui fait dire : "Ce que j'ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l'aurait fait."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
pdemweb1
  18 janvier 2015
L'état d'esprit des grimpeurs de Joe Simpson et Simon Yates est semblable à celui Jon Krakauer, dans "into the wild " lorsqu'il ouvre une nouvelle voie sur la Devils Thumb. Ils n'ont pas besoin de logistique, de support médiatique pour partir à l'aventure, pour vérifier l'idée qu'ils ont du parcours possible à partir d'ue photo.
Comme pour Jon Krakauer, les événements sont si forts que Joe Simpson est arrivé à me faire vivre sa course. Il a su me communiquer ses angoisses alors que j'étais assis dans le métro ( au chaud).
Le style du livre est très vivant, car malgré l'issue heureuse de l'accident annoncé dés le départ, Joe Simpson a su recréer l'intérêt du lecteur en lui faisant partager toutes ses pensées et ses actes.
En intégrant les pensées de Simon Yates, Joe Simpson a pu donner un témoignage de force à son aventure.
Le récit va à l'essentiel : la course , l'accident et le retour dramatique. (contrairement aux récits d e Jon Krakauer). du coup ma curiosité est frustrée : comment Joe Simpson et Simon Yates s'étaient-ils connus, ont-ils refait des courses ensembles, comment ont-ils pu obtenir le support de la Porchester Group Insurances Services…. J'espère avoir des indices dans des livres suivants....
Il y a des remerciements pour les croquis de Tom Richardson, mais il n'y a pas de croquis dans l'édition de poche. Dommage...
A La lecture du livre, j'ai une pensée pour Nicolas Bonhomme, connu comme moniteur de montagne UPCA, disparu en 1998 dans le GASHERBRUM VI
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          196
YvesParis
  02 février 2013
Deux alpinistes dans les Andes à plus de 6000 mètres.
L'un chute, se brise la jambe. Son compagnon est confronté à un terrible dilemme : tenter de le sauver au risque d'y perdre la vie ou l'abandonner pour sauver la sienne.
J'avais été enthousiasmé par le film-documentaire de Kevin McDonald sorti début 2004.
J'ai donc lu le témoignage dont il était l'adaptation (dont le titre original "Touching the Void" est plus élégiaque que sa traduction française).
Je n'ai pas ressenti à sa lecture la même émotion.
Le problème avec la littérature de montagne est la technicité de son vocabulaire qui rend le récit bien obscur aux non initiés.
Du coup, tout en recommandant chaleureusement le documentaire, je réserverai aux seuls fanas d'alpinisme la lecture de ce livre.
Commenter  J’apprécie          190
brigittelascombe
  02 juin 2011
1985.Cordillère de Huayhuash. Andes péruviennes. Cirques de parois glaciaires. Grondement régulier des avanlanches.4500 mètres d'altitude.Joe Simpson et Simon Yates alpinistes chevronnés décident d'entreprendre l'ascension du Rosario Norte mais le temps est incertain. Isolement. Liberté. Sérénité. Arête sud du Siéra Norte. Quatre ou cinq jours tout au plus pour atteindre le sommet.Verticalité. Septième ciel. Neige. Bivouac. 5800 mètres d'altitude.Barre rocheuse face ouest. Dérapage. Angoisse. Calme.Manoeuvres de cordes. Troisième jour. Moins vingt degrés. Vent glacial. Quatrième jour.600 mètres d'altitude.Tempête.Accident. Chute. le genou de Joe est écrasé. Douleur.Larmes.Peur.Il est suspendu au bout de la corde de son ami.Silence de Simon.Pitié. Pas de temps pour la compassion.Simon tranche la corde. Mort? Abandon?Hallucinations. Découragement.Instinct de survie. Que va t il se passer dans la tête de Joe et comment va t il prendre sur lui pour s'en sortir malgré TOUT.Une sacrée leçon de vie et de courage, un livre d'aventure qui interroge sur ses propres limites,le dépassement de soi et montre comment une telle expérience traumatisante peut changer le cours d'une vie.
On s'y croirait! Même si l'on préfère lire que vivre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
michfredmichfred   22 décembre 2016
Le clair faisceau lumineux traversa les ténèbres, allumant de brillants reflets d'aigue-marine. Les murs de glace s'enfonçaient de tous côtés jusqu'à des profondeurs que ma lampe ne pouvait percer. Le pinceau lumineux se promenait sur les douces ondulations, arrachant parfois un éclat métallique à quelque rocher enchâssé dans la glace. La gorge sèche, je scrutais les alentours. La crevasse faisait bien six mètres de large et elle n'avait pas l'air d'aller en se rétrécissant. Vers le bas, ma vue s'étendait sur trente mètres tout au plus, mais j'imaginais sans peine les profondeurs abyssales que le rayon de ma lampe ne pouvait atteindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Nastie92Nastie92   06 février 2014
J'imaginais le froid comme une chose vivante, il se frayait un chemin à travers mon corps, remontait inexorablement le long des veines et des artères, paralysant peu à peu tous mes organes, prenant possession de mon être. (...) Cette idée m'amusa. Mais par-dessus tout, la fatigue s'emparait de moi, et une infinie lassitude. Je n'avais jamais ressenti une telle faiblesse, un tel besoin de m'engloutir dans le sommeil. J'avais l'impression que mon corps se diluait dans l'espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
pdemweb1pdemweb1   18 janvier 2015
- Au bout de trois jours, tu vas sans doute commencer à imaginer toutes sortes de choses. Tâche de ne pas trop t'inquiéter. Nous savons ce que nous faisons, et de toute façon, si quelque chose arrive, tu ne peux strictement rien faire pour nous.
page 33
Commenter  J’apprécie          100
brigittelascombebrigittelascombe   02 juin 2011
A l'époque,j'étais un alpiniste sans le sou,anarchiste,caustique et ambitieux.Cet accident m'a ouvert les portes d'un univers qui m'était complètement étranger, jamais je ne me serais découvert des talents d'écrivain et de conférencier. Même si j'ai beaucoup travaillé pour réussir,je me demande parfois si je n'ai tout simplement pas eu de la chance.
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombebrigittelascombe   02 juin 2011
En revanche, j'avais un but,et je préférais partir à la rencontre de la mort plutôt que de baisser les bras et de l'attendre ici sans bouger. Dans la crevasse la peur de la mort avait été intolérable. Plus maintenant.Je me sentais prêt à combattre la mort,à l'affronter.
Commenter  J’apprécie          50
Video de Joe Simpson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Simpson
La Mort Suspendue, film de Kevin Macdonald sorti en 2004.
Dans la catégorie : Biographie des artistesVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs>Biographie des artistes (292)
autres livres classés : alpinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
430 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .