AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080706508
349 pages
Éditeur : Flammarion (07/01/1993)
3.87/5   173 notes
Résumé :
Le roman raconte l'histoire d'une femme du monde, froide et sans coeur, frigide ou lesbienne peut-être, comme Maupassant en a connu, qui se livre ici plus que dans aucun de ses romans.
Le héros, face à cet être fascinant et redoutable, prend une autre maîtresse, qui ne lui suffit guère. Il est dévasté par une passion amoureuse, violente, mélancolique et cruelle. C'est un roman douloureux, écrit par un Maupassant déjà malade, et qui dit comme un adieu aux femm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 173 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

aouatef79
  17 octobre 2020
"Notre coeur "est le sixième et dernier roman de Guy de Maupassant . Il s 'agit d 'un roman psychologique où l 'auteur décrit avec une grande finesse le comportement de la femme ou plutôt d 'une certaine couche de femmes à une époque donnée .Pour avoir fréquenter les femmes de toutes les strates de la société féminine au XIX e Siècle , Maupassant fait dans ce roman la satire de cette société bourgeoise dans laquelle il vit . Ces femmes de salons qui vivent dans un monde factice et ne cherchent que l 'apparat .Elles rivalisent entre elles , elles se jalousent , elles n 'ont aucune constance dans leurs relations amoureuses .Selon les circonstances , ces femmes oisives , narcissiques changent d 'amants avec une facilité déconcertante .Elles prétendent être des femmes libres , sont contre les liens du mariage , elles
sont contre la maternité : c 'est ainsi qu 'elles conçoivent
la liberté !
"Notre coeur". le principal protagoniste est Adrien Mariolle .Il est présenté par l 'un de ses amis à madame Michèle de Burne . Cette dernière est une femme du monde .Elle est veuve . Elle est belle et élégante .Froide .Dénuée de sentiment . Narcissique et se prend pour le centre du monde .Adrien est pris dans les rets de cette femme qui fait de lui son amant .Ma cette relation ne dure
pas . Adrien est perturbé . Il quitte Paris pour la campagne . Là , Adrien fait la connaissance d 'Elisabeth .
Cette dernière est servante dans une auberge .Des liens
affectueux se nouent entre Adrien et Elisabeth .Ils vont
passer des moments agréables .Adrien trouve le repos ,
la paix de l 'âme . Il est heureux .
Madame Burne va venir et elle a convaincu Adrien de
retourner à Paris .
En retournant dans la capitale , Adrien se retrouve avec
deux maîtresses : Elisabeth et Michèle de Burne .
Un beau roman . Une lecture agréable et divertissante .







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          584
PiertyM
  06 janvier 2015
Quand une femme prend votre coeur, surtout si elle appartient au XIXe S sans l'être vraiment car elle appartient plutôt à la catégorie des nouvelles femmes dites des femmes modernes, celles qui se sentent libres dans leur tête, celles qui vouent leur épanouissement par elles-même et non en dépendant de l'homme, ni du mariage, il y a de quoi le ligoter une fois pour toute, qu'il devienne simplement froid, et cette froideur vous épargne le chagrin...
Nous sommes à l'époque de la bourgeoisie, une époque où des hommes riches, des hommes de lettres et des artistes se retrouvent dans des salons pour faire parler d'eux. Dans ce livre, il y a une femme belle, coquette et intelligente, Mme Burne, après l'échec de son premier mariage, elle ne veut plus se lancer dans une nouvelle tentative, du moins elle organise des soirées mondaines chez elle. Des hommes importants y sont conviés. Ils ont d'ailleurs tous à tour de rôle succombé à ses charmes sans qu'elle céda à aucun d'eux. Mais quand arrive André Mariolle, tout va changer dans les habitudes de cette femme. Un moment de délaissement va s'en suivre, un moment où le coeur bondit comme s'il s'éclatait en morceau pour laisser les corps assouvir leur appétit charnel . On est tenté de dire que, voici enfin le coeur de notre héroïne conquit...hélas, non! pas en totalité mais André Mariolle la veut toute entière, toute à lui. Il comprend qu'il se livre à un combat perdu avant tout, alors il choisit de partir...
Une plume exquise où Guy de Maupassant nous fait balader dans toutes les artères qui mènent au coeur, dans le système de la circulation du sang, des moments où le sang se chauffe et que le coeur bat la chamade suite au transfert d'une émotion, c'est tout simplement dire que les émotions sont décrites dans toutes leurs étapes, l'auteur nous les présente sous forme d'une courbe qui monte à vive allure, c'est la phase de l'oubli de soi, une fois au sommet, la courte se suspend, c'est la phase, des interrogations, des incertitudes, du doute, ensuite la courte retombe mais lentement, c'est la phase de la reprise de soi!
Un beau livre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          521
charlitdeslivres
  27 janvier 2017
C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je me plonge dans les romans De Maupassant. le tableau de la bourgeoisie du XIXe siècle qu'il nous peint est toujours d'une grande richesse. On y retrouve les codes classiques de cette époque, ainsi que de nombreuses avancées pour son temps. Ce besoin de cacher la psychologie des personnages à l'image de ce que faisait la bourgeoisie de l'époque laisse à réfléchir sur le travail de cet auteur.
Avec « Notre coeur », l'auteur s'attarde sur l'un de ces thèmes de prédilection : la femme. Elle est au coeur de ses récits et nous pousse à réfléchir sur sa position au sein de la société. A l'encontre des femmes simples et réservées que l'auteur à déjà pu nous présenter, ici dans la personne de Mme de Brune, c'est une femme d'une grande coquetterie dont il nous fait le portrait. A travers le regard de André, un jeune homme qui tombe éperdument amoureux de la belle, l'auteur nous donne à réfléchir sur la place de la passion au sein de toutes relations.
La douceur de son écriture face au sujet qu'il use me donne toujours grande satisfaction. L'auteur nous présente des personnages qui peuvent se montrer frivoles et superficiels aux premiers abords, mais c'est sans compter sur le talent de l'auteur pour nous immerger dans une société où les faux semblants sont à leurs comblent. On va donc suivre le parcours de cette femme qui aime se faire adorer. Avec un grand besoin de coquetterie, cette femme ne sais pas aimer, mais souhaite qu'on l'adore.
Dans ce texte, on nous présente deux types de femme : les femmes simples qu'il est bon d'aimer car elles se livrent en retour et les femmes coquettes que l'on ne doit pas aimer puisqu'elles s'aiment bien plus qu'elles apprécient les autres. André est pris au piège et ne parvient pas à sortir de cette relation à sens unique. A l'inverse de « Manon Lescaut » qui aime passionnément mais ne peut demeurer fidèle. Mme de Brune ne sait pas aimer, mais reste fidèle à son engagement. Maupassant nous livre donc une ultime critique sur son monde.
Ce roman nous fait réfléchir à la place de la passion dans une relation. Que faut-il mieux avoir la passion ou la sécurité de la fidélité ? Tant de sujets qui sont soulevé par Maupassant avec le rapport à sa société. On pourrait prendre ses récits comme de vulgaires lectures romantiques, mais elles nous démontrent d'un mal qui sévit depuis bien des siècles : le besoin de reconnaissance à travers un amour passionnel. Avec beaucoup de justesse, on se questionne sur nos propres relations et ce texte pourrait tout faire chambouler. Car au final qu'est ce qui prime : la passion ou la fidélité ?
Lien : https://charlitdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
coincescheznous
  23 mars 2017
Notre coeur est le sixième et dernier roman de cet immense auteur, avant qu'il ne sombre dans la folie et ne meurt trois ans plus tard.
Disons-le tout de suite, pas facile de défendre un tel ouvrage quelques jours après la journée des droits de la Femme… Je vais pourtant essayer tant j'ai trouvé cette lecture délectable. Maupassant est un très, très grand écrivain qui allie une plume divine à un regard d'une acuité et d'une justesse sidérantes sur les sentiments humains. Pourtant, avouons-le, le portrait de la femme (ou plutôt de la femme moderne) qu'il nous dresse n'est pas forcément plein de louanges et il n'est pas sans laisser un petit arrière goût de misogynie qui pourrait donner à certains un sentiment assez désagréable.
André Mariolle, riche bourgeois oisif, tombe éperdument amoureux d'une jeune veuve, Michèle de Burne, femme moderne et tenant un salon très couru. Il lui fait la cour et elle devient sa maîtresse. Mais l'affolement du coeur de Mariolle ne trouve que de façon très épisodique l'écho qu'il espère auprès de celui de Michèle de Burne, qui ne sait pas aimer à la hauteur de la passion qu'elle a fait naître chez lui.
Maupassant sait comme personne décrire les coeurs en feu, les emportements des sens, les angoisses et blessures de l'âme qui ne se trouve pas aimée comme elle le souhaiterait. Il le fait avec une plume d'une précision et d'une beauté renversantes. Scruta nt à la loupe les espoirs et désespoirs nés de la passion, il nous livre un ouvrage passionnant au style parfait.
Pourtant, pourtant... C'est dans le traitement de son héroïne, ou plutôt dans la généralisation de la femme ‘'moderne'' qu'il esquisse à partir de son héroïne que quelque chose d'un peu gênant naît. La femme moderne, c'est à dire affranchie des hommes, libre, ne saurait en un sens pas aimer. La liberté lui glacerait le coeur, l'indépendance la rendrait presque inapte à l'amour. Au contraire, la petite servante, la femme docile et soumise, saurait se laisser envahir par la passion et rendre heureux les hommes…
Mais il y a tant de choses sublimes dans ce roman que j'avoue pardonner à Maupassant ce regard pour le moins contestable. Je pense régulièrement ainsi depuis cette lecture à faire une escapade romantique avec Jojo La Frite au Mont Saint Michel, tant les pages sur ce monument et les quelques jours que passent en ces lieux le héros avec son amante sont beaux et chargés de l'enivrante ferveur née de la passion amoureuse.
Je me suis dit en lisant le livre que Maupassant avait dû être très malheureux en amour. Après une petite recherche, j'ai en fait découvert qu'il était un grand séducteur et avait multiplié les conquêtes. Tout faux donc. Quoi qu'il en soit, un grand livre n'est pas forcément un livre moral et un grand auteur n'est pas forcément un grand humaniste. Ce roman passionnant et passionné au style véritablement admirable le démontre parfaitement.
Tom la Patate
Lien : http://coincescheznous.unblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Vermeer
  16 septembre 2016
Dernier roman De Maupassant paru en 1890 avant qu'il ne sombre dans la folie. Il s'agit d'un roman psychologique assez éloigné des nouvelles normandes.
Mariolle tombe éperdument amoureux d'une jeune veuve Michèle de Burne. Elle ne peut répondre à l'amour total, physique d'abord de son amant. Est-elle lesbienne, frigide ou simplement traumatisée par son mari violent ? Pas de réponse claire bien sûr, un style elliptique et suggestif : au lecteur de se faire une idée. Bien plus subtil que certaines descriptions contemporaines où tout est dit, redit pour être sûr que le lecteur ait compris.
Michèle manque également de chaleur humaine, de tendresse et tient trop à son indépendance pour s'engager. Mariolle est au désespoir car il la juge coquette, frivole, uniquement centrée sur elle-même, superficielle et sa passion ne rencontre que froideur. Cependant, elle est plus complexe, ce qui la rend plus intéressante car lucide sur elle-même. le narrateur et Maupassant très certainement y voient l'incarnation de la femme moderne, intelligente mais qui a perdu en qualités humaines (amusant que ces deux qualités seraient contradictoires chez les femmes uniquement). D'ailleurs ici, ce n'est pas la femme qui est victime contrairement à d'autres romans et nouvelles De Maupassant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   06 janvier 2015
Il était torturé, car il l’aimait. Différent des amoureux vulgaires, pour qui la femme élue par leur coeur apparaît dans une auréole de perfections, il s’était attaché à elle en la regardant avec des yeux clairvoyants de mâle soupçonneux et défiant qui n’a jamais été tout à fait capturé. Son esprit inquiet, pénétrant et paresseux, toujours sur la défensive dans la vie, l’avait préservé des passions. Quelques intrigues, deux courtes liaisons mortes dans l’ennui, et des amours payées rompues par dégoût, rien de plus dans l’histoire de son âme. Il considérait les femmes comme un objet d’utilité pour ceux qui veulent une maison bien tenue et des enfants, comme un objet d’agrément relatif pour ceux qui cherchent des passe-temps d’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
PiertyMPiertyM   06 janvier 2015
Ils se tenaient la main ainsi que les adolescents qui s’en vont côte à côte par les routes de campagne, et ils regardaient maintenant, d’un oeil vague, glisser sur la rivière les mouches à vapeur. Ils étaient seuls dans Paris, dans la rumeur confuse, immense, rapprochée et lointaine qui flottait sur eux, dans cette ville pleine de toute la vie du monde, plus qu’ils n’avaient été seuls au sommet de la tour aérienne ; et pendant quelques secondes ils oublièrent vraiment tout à fait qu’il existait sur la terre autre chose qu’eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
aouatef79aouatef79   04 novembre 2020
Pendant ses années de mariage , un besoin de représailles avait peut-être germé dans son cœur , un besoin obscur de rendre aux hommes ce qu 'elle avait reçu d 'eux , d 'être la plus forte à son tour , de ployer les volontés , de fouailler les résistances et de faire souffrir aussi . Mais surtout elle était née coquette ; et , dès qu 'elle se sentait libre dans l 'existence , elle se mit à poursuivre et à dompter les amoureux , comme le chasseur poursuit le gibier
rien que pour les voir tomber .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
sabine59sabine59   24 février 2017
La parole éblouit et trompe, parce qu'elle est mimėe par le le visage, parce qu'on la voit sortir des lèvres , et que les lèvres plaisent, et que les mots séduisent . Mais les mots noirs sur le papier blanc, c'est l'âme toute nue.
Commenter  J’apprécie          342
aouatef79aouatef79   28 octobre 2020
Sa réserve hautaine semblait dire : Je ne suis rien parce que je n 'ai rien voulu être . Il vivait donc dans un cercle étroit ,dédaignant la galanterie élégante et les grands salons en vue où d 'autres auraient brillé plus que lui , l 'auraient rejeté dans dans l 'armée des figurants mondains .
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Guy de Maupassant (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy de Maupassant
Flaubert : itinéraire d'un écrivain normand Stéphanie Dord-Crouslé Éditions Gallimard Collection Découvertes Gallimard Hors série mars 2021
Portrait de G. Flaubert (1821-1880), de sa jeunesse en Normandie à ses nombreux voyages, en passant par son amitié avec E. Zola, G. de Maupassant ou G. Sand. Son oeuvre est évoquée ainsi que ses sources d'inspiration, ses divertissements mondains ou encore sa relation avec L. Colet. ©Electre 2021
https://www.laprocure.com/flaubert-itineraire-ecrivain-normand-stephanie-dord-crousle/9782072930317.html
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Maupassant es-tu là?

Quel écrivain Maupassant eut-il pour maître d'écriture?

Charles Baudelaire
Gustave Flaubert
Barbey d'Aurévilly
Tourgueneff

7 questions
269 lecteurs ont répondu
Thème : Guy de MaupassantCréer un quiz sur ce livre

.. ..