AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253135518
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.18/5 (sur 417 notes)
Résumé :
1572-1588: années "venteuses et tracasseuses" où catholiques et protestants continuent de s'entredéchirer. Quittant de nouveau son château périgourdin, le huguenot Pierre de Siorac retrouve Paris où il devient le médecin, puis l'agent secret d'Henri III. Mûri, mais non vieilli, Pierre va découvrir, au cours de périlleuses missions, les menaces qui guettent le royaume, à l'heure où l'ambitieux Philippe II d'Espagne arme contre le roi de France le bras du duc de Guise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
gill
  07 juin 2012
1572 - 1588 les guerres de religion font rage, le huguenot Pierre de Siorac retrouve Paris où il devient le médecin, puis l'agent secret d'Henri III.
Pierre va découvrir au cours de missions périlleuses les menaces qui guettent le royaume.
Robert Merle dresse le tableau saisissant d'un roi - Henri III - au milieu de ses grands féaux, les "quarante-cinq" qui le protègent contre les dagues du fanatisme.
Ce brillant livre, écrit d'une plume flamboyante, nous mène parmi les complots, les rivalités, les intrigues qui semblent bien faire vaciller la "Fortune de France". Pourtant l'amitié et le bonheur de vivre sont portés ici par l'entrain inépuisable et fécond d'un romancier plus captivant que jamais.
Commenter  J’apprécie          110
sagebooker
  30 mai 2013
C'est sans doute mon tome préféré, celui que je relis sans reprendre les autres avant, et que je laisse après lecture sans lire les suivants... Pierre de Siorac choisit son camp, celui du futur Henri III. Un roi dont on dira ensuite le plus grand mal, pour des raisons de morale, de moeurs, de religion également. Les études historiques sur les personnages de l'époque, faite côté ultra catho ont des arguments piquants sur le sujet, par exemple.
Siorac et Henri III c'est une loyauté qui va s'inscrire dans la petite histoire : celle qu'on ne dévoile pas, celle qui aide la grande à faire son chemin malgré les hommes et les événements, celle dont on a envie ensuite de s'enorgueillir sans le pouvoir, et au sujet de laquelle on hoche la tête d'un air entendu des années plus tard, "j'étais là mais chuuut..."
Commenter  J’apprécie          80
SophieLesBasBleus
  16 mars 2019
En avant pour le quatrième volume des aventures de Pierre de Siorac et de la galerie de personnages (fictionnels et historiques) qu'il fréquente ! En 1572, après la Saint-Barthélemy, Pierre est revenu à Mespech, auprès de son père tant admiré. En 1574, il revient à Paris et, à la mort de Charles IX, il est remarqué par Henri III qui lui confie plusieurs missions. Les menées subversives du Duc de Guise conduisent le pays au bord de la guerre civile et Henri III cherche à s'assurer de l'aide des pays protestants tels l'Angleterre d’Élisabeth 1ère contre les vues de Philippe II d'Espagne, roi très, très catholique, qui voudrait faire valoir ses droit sur la couronne de France en prenant prétexte de la religion. Paris se couvre de barricades et le roi doit se réfugier à Blois avant d'espérer reconquérir et apaiser son royaume.
Sans succession, Henri III se rapproche d'Henri de Navarre afin de lui léguer sa couronne. Dans ce creuset de toutes les haines, Pierre de Siorac frôle la mort, se bat, se déguise, voyage, galope et examine son époque avec tristesse et inquiétude. Il éprouve une admiration et un respect sans bornes pour ce roi sensible, cultivé et humaniste qui lui offre un marquisat et fait sa fortune. Ce n'est pas la moindre des surprises de ce volume que de nous faire rencontrer un Henri III bien éloigné des clichés qui perdurent encore !
L'humour et la truculence de la narration, qui expose les faits de manière limpide, suscitent toujours le même plaisir de lecture. Fiction et faits historiques sont si étroitement et habilement mêlés que le suspense joue à plein même pour des évènements historiques dont on connaît déjà l'issue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LPV
  11 février 2019
Après la Saint-Barthélémy, un peu de répit. J'avoue que j'ai eu un peu de mal à entrer dans ce quatrième opus après toutes les émotions des trois premiers. L'auteur aussi semble avoir besoin de se poser un peu. Comme le héros. Sauf que le héros étant Pierre de Siorac, l'auteur Merle, et le lecteur toujours friand d'aventures et de bons mots, il n'y a pas long avant que la flamme reprenne et crépite à tout-va. La petite escale internationale dans la froidureuse Angleterre ne manque pas de piquant et nous présente de nouveaux personnages qui, loin de nous embrouiller l'esprit, nous apprennent à mieux connaître encore nos héros préférés. Bref, un délice. Comme de par hasard.
Commenter  J’apprécie          20
Nursus
  30 octobre 2013
Toujours aussi savoureux, mais j ai trouvé ce volume un peu long et moins rythme. Cela ne m empêche pas d attaquer le tome suivant céans!
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   02 octobre 2018
L'histoire a ceci de tantalisant et son déroulement vous donne tant d'insufférables regrets qu'on se projette volontiers par une enfantine impatience en la place des grands acteurs du drame et qu'on voudrait, pour ainsi parler, les pousser du coude pour qu'ils prennent, relevant les cartes jetées, les décisions que la connaissance de ce qui se passa ensuite nous fait tenir pour désirables. Ayant ces commodes lumières sur l'avenir du prince, l'historien alors tombe en la tentation de se vouloir plus sage que lui, sans entendre que le prince, lui, était confronté à un présent opaque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gouelangouelan   08 septembre 2018
N'est ce pas émerveillable, quand on y songe, que le tissu de notre présent ne soit fait que de notre futur, soit que nous y ayons un ardent appétit, soit que nous l'appréhendions. Et n'est ce pas une bien grande folie et déraison de ne pas vivre à plein les jours qui coulent en notre vie si brève, par l'espérance ou la crainte que nous entretenons de l'avenir.
Commenter  J’apprécie          190
gouelangouelan   01 octobre 2018
Pour moi qui sers mon bien-aimé souverain depuis plus de dix ans, je n'ai guère fiance, à dire vrai, en ces courtisans qui, en dix mois, gagnent l'amitié d'Henri, m'apensant qu'ayant monté comme l'écume, il se pourrait qu'ils en aient la consistance, et que leur dévouement ne soit que bulle, laquelle, étant mi-air mi-eau, crève au premier souffle contraire.

p.328
Commenter  J’apprécie          160
gouelangouelan   03 octobre 2018
- Moussu, dit Miroul après avoir tracé un S pansu des deux bouts, comment appelle-t-on, une lettre où l'on caresse qui a voulu mordre ?
- Une "captatio benevolentiae". *

* Une captation de bienveillance.
Commenter  J’apprécie          200
gouelangouelan   07 septembre 2018
L'amitié est comme une viole dont les cordes ne doivent pas être jusqu'aux larmes tendues.

P.48
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Robert Merle (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Merle
Emission à découvrir sur : https://www.web-tv-culture.com/emission/olivier-merle-libre-d-aimer-51368.html
Vivre en Auvergne, au pays des volcans, c?est le choix fait par Olivier Merle, géologue et enseignant à l?Université de Grenoble. Mais l?écriture est l?autre passion d?Olivier Merle. On ne s?en étonnera pas en rappelant qu?il est le fils de Robert Merle, prix Goncourt 1949 pour « Week-end à Zuydcot » mais à qui l?on doit aussi « Malevil » ou la série « Fortune de France ». C?est auprès de ce grand auteur qu?Olivier Merle grandit. On comprend dès lors son goût de l?écriture et de l?histoire. Après un premier roman jeunesse en 2003, Olivier Merle se fait une place en librairie à partir de 2009, récoltant plusieurs prix. « Electropolis », « le fils de l?homme » ou « La méduse » font partie de ses précédents titres. Avec ce nouveau roman « Libre d?aimer », nous voici en France occupée. Nous sommes à Paris en 1942. La jeune Esther 20 ans, issue d?une modeste famille juive, se retrouve seule après l?arrestation de ses parents. Désemparée, elle croise le chemin de Thérèse, de dix ans son aîné, mariée à un riche commerçant trafiquant avec les allemands. L?histoire d?amitié entre les deux femmes se transforme rapidement en histoire d?amour. Abordant avec sensibilité et pudeur le thème de l?homosexualité féminine, Olivier Merle entraine le lecteur dans ce Paris des années 40, entre restrictions et marché noir. Entre suspicions et délations, nous suivons Esther et Thérèse dans les cabarets où se retrouvent les garçonnes, condamnées par la bien-pensance de la France de Vichy. Enfin, quittant la capitale occupée, nous voici en Bretagne, à Dinard, où pensant échapper aux préjugés et aux violences d?un mari jaloux, nos deux héroïnes devront affronter les bombes des armées alliées. Voilà un livre au grand souffle romanesque, avec une intrigue bien ficelée, une tension allant crescendo et des personnages bien campés. A la fois roman d?aventure et roman historique, ce nouveau livre d?Olivier Merle est surtout une grande et belle histoire d?amour et un précieux témoignage sur le combat des femmes pour leur liberté. « Libre d?aimer » d?Olivier Merle est publié aux éditions XO.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

chez ma mère'
à Deauville'
à Zuydcoote'
en amoureux

8 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Robert MerleCréer un quiz sur ce livre