AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809804761
Éditeur : L'Archipel (16/03/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Quand elle mourut, ses dernières syllabes furent : « Bonaparte ».Quand il mourut, les siennes furent : « Joséphine ».Du jour où l'obscur général de brigade Napoleone Buonaparte rencontra Joséphine de Beauharnais jusqu'à celui où l'empereur déchu rendit le dernier souffle à Sainte-Hélène, Joséphine demeura le point fixe de sa vie.On ne compte pas les maîtresses qu'il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Demoiselle-Coquelicote
  24 janvier 2014
Le livre s'ouvre en fait sur le divorce de Napoléon et Joséphine en 1809. Nous suivons cette dernière, qui se remet à penser à sa Martinique natale, et l'auteur commence l'exposé de sa vie.

Joséphine, l'obsession de Napoléon n'est pas vraiment un roman ni un livre d'histoire, il est à mi-chemin entre les deux. On est loin de la rigueur historique avec Gerald Messadié mais le style d'écriture ne fait pas vraiment roman non plus. Ça se lit très facilement et rend ce livre très abordable. J'ai appris beaucoup de choses sur la période et ces personnages historiques que sont Napoléon et Joséphine, ainsi que sur leur couple, qui est presque une entité à lui seul tellement il a compté dans leurs vies et dans l'Histoire. Cependant, le livre manque beaucoup de développements je trouve. Très souvent, je lisais un passage en me disant que c'était très intéressant et pouf ! on passe à autre chose, ce qui m'a pas mal frustrée.

Joséphine m'a plutôt été sympathique, j'ai pu par moments la comprendre, mais à cause du manque de détails, elle m'est restée assez mystérieuse. En revanche, je n'ai pas du tout aimé Napoléon. C'est la première fois que je le vois « de près », et vraiment il ne m'a pas plu du tout, même si je comprends parfaitement la fascination qu'il a pu susciter et suscite encore (enfin, sauf la fascination de Victor Hugo à son égard, qui me paraît aberrante vu les différences fondamentales qui existent entre les deux hommes !). En tout cas, leur relation était très spéciale, et ce n'est rien de le dire. de ce que j'ai retenu, ils étaient incapables de sortir l'autre de leur vie, et s'aiment vraiment, tout en passant leur temps à s'enguirlander, à compter l'un sur l'autre et à se détester.
Dans les choses un peu étranges que j'ai retenues, il y a que Napoléon, en jaloux très excessif, « renommait » ses amantes afin d'oublier qu'elles ont pu appartenir à d'autres hommes auparavant. Ainsi, la première femme qu'il a courtisée s'appelait Bernardine Eugénie Clary, mais il l'a fait appeler « Désirée », et elle a gardé ce nom même lorsqu'elle a épousé un autre homme. Elle qu'on connait sous le nom de Joséphine de Beauharnais s'appelait en fait Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie. Lorsqu'elle épousa Alexandre de Beauharnais, on l'appelait Rose de Beauharnais, mais Napoléon a décidé que ce serait Joséphine. Autre anecdote : la fleur hortensia porte ce nom en l'honneur de la fille de Joséphine, Hortense de Beauharnais.
Globalement, j'ai apprécié cette lecture, mais je ne suis pas déçue de ne pas l'avoir dans ma bibliothèque, ce qui aurait été le cas si ma lecture avait été excellente. Néanmoins, elle m'a donné envie d'approfondir mes lectures dans cette direction. Je compte lire Marie-Louise bientôt, mais j'ai également acheté une biographie de Joséphine par Françoise Wagnere et je regarde d'un oeil plus intéressé l'énorme biographie d'André Castelot sur Napoléon Bonaparte qui se trouve dans ma bibliothèque. Et aussi, j'ai été très intriguée par Hortense, qui m'a l'air d'être le genre de femme qui va me plaire.
Lien : http://sans-grand-interet.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lafilleauxchaussures
  01 février 2012
J'ai adoré, jadore l'histoire de Joséphine et Napoléon, c'est interessant.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2013
Rose ne possédait certes pas ce type de beauté fleurie et dodue qui fait tourner les têtes, mais elle s’imposait par une séduction supérieure, perceptible des vrais amateurs. La tunique, quasiment républicaine depuis l’abandon des robes à paniers, flattait déjà sa silhouette svelte et ferme, dans la plénitude de la jeunesse, et les décolletés pro-fonds des merveilleuses faisaient valoir sa poitrine déjà mûre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2013
Il n’y a qu’une chose à faire dans ce monde, c’est d’acquérir de l’argent et encore plus d’argent, du pouvoir et encore plus de pouvoir. Tout le reste est insignifiant.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2013
Joindre l’utile à l’agréable, quel plus grand plaisir !
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2013
Tous ces hommes avaient du sang sur les mains, et elle n’osait imaginer combien de ce sang-là était celui d’innocents, des gens dont le seul crime était de n’avoir pas adhéré aux délires inhumains d’hommes tels que Marat, Hébert ou Robespierre.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2013
L’aigle déployait ses ailes.
L’oiseau des îles, cependant, n’avait pas changé. Il croyait toujours chanter dans les bosquets fleuris des tropiques.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Gerald Messadié (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gerald Messadié

Gerald Messadié - 500 ans d'impostures scientifiques
La foudre est l'expression de la colère divine... le chemin de fer fera suffoquer les voyageurs... La Lune est recouverte d'une couche de 200 km de glace... La masturbation rend fou et tuberculeux...
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
773 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre